Prix Orange du Livre, 10e édition. Déjà !

lundi 07 mai 2018

Le Prix Orange du Livre marque cette année sa (quasi) première décennie

Prix Orange du Livre, 10e édition. Déjà !

Le Prix Orange du Livre marque cette année sa (quasi) première décennie.
Sous la houlette d’Erik Orsenna, auto-proclamé président à vie, le Prix a distingué les auteurs de dix années de littérature contemporaine. Fabrice Humbert ou Arthur DreyfusEmilie Frèche ou Fanny Chiarello, Maylis de Kerangal, ou Louis-Philippe Dalembert pour le dernier primé, reflètent la création littéraire française de notre temps, chacun dans sa langue, chacun dans son genre, mais tous récompensés par le Prix Orange du Livre qui veut illustrer la diversité la plus riche en littérature.

 

Comment ça marche ? Simple mais pas banal : chaque année, les écrivains, les lecteurs et les libraires du jury sélectionnent d’abord trente livres de la rentrée littéraire de janvier, puis proposent aux internautes un choix de cinq romans que ces derniers devront départager. Le lauréat est gratifié d’une bourse de 15 000 euros dans le cadre d’une soirée festive qui rassemble tous les intervenants du monde du livre, en juin.

 

Il y a dix ans, c’était une première : donner le dernier mot d’une délibération de prix littéraire au plus large public. Ajoutez à cela un jury tournant chaque année, et vous obtenez le Prix littéraire sans doute le plus incorruptible de France.

Las ! Le président à vie a décidé de se retirer après la dixième édition. Erik Orsenna nous donne ici son regard sur ces dix années d’un Prix qu’il a fallu imaginer de toutes pièces. Les jurés ont bien voulu nous faire partager leurs souvenirs sur les délibérations auxquelles ils ont participé, qu’ils soient auteurs, lecteurs ou libraires, ce sera là. Et puis le temps passe, mais le Prix Orange du Livre ne relâche pas son attention sur ses différents lauréats. Dans la rubrique intitulée « Et maintenant ? », ils nous racontent ce qu’ils créent, écrivent ou projettent, depuis leur Prix Orange du Livre jusqu’à leurs œuvres à venir.

 

"Nous avons célébré la littérature au sens large" : une interview d'Erik Orsenna, président du Prix Orange du Livre

 

Erik Orsenna, président du Prix Orange du Livre depuis sa création, revient sur les neuf éditions écoulées. Le dixième prix sera remis en juin et marquera également la fin d’une présidence joyeuse, bienveillante et exigeante. Son président qui s’autoproclamait pourtant « élu à vie » retrace ici le parcours d’un prix atypique qui met en son cœur et son identité, la relation entre le livre et son lecteur. 

 

- Erik Orsenna, vous êtes non seulement le président du Prix Orange mais aussi son parrain, depuis sa première édition en 2009.

J’ai adoré présider ce prix que j’ai vu naître, il y a plusieurs raisons à cela : d’abord, il rassemble la tradition de la lecture et les nouvelles technologies. Si j’ai créé Cytale avec Jacques Attali en1998, une entreprise pionnière dans la lecture numérique, c’est bien parce que je ne voulais plus choisir entre mes deux passions, lire et voyager. Ainsi, les nouvelles technologies ne sont pas une mauvaise nouvelle pour la lecture, c’est ce que nous avons prouvé depuis dix ans avec Orange. Ensuite, le principe d’un jury en deux temps m’a séduit : un premier jury tournant, composé de libraires, de lecteurs, d’auteurs et même d’artistes passionnés défrichent une rentrée pour ne retenir que cinq romans d’expression française. Et il laisse la main aux internautes pour trancher ! C’est tout à fait nouveau et incontestablement incorruptible.

- Que retenez-vous du palmarès de ces dix années ?

Je constate que nous avons célébré la littérature au sens large, de Fabrice Humbert à Fanny Chiarello, Maylis de Kerangal, Arthur Dreyfus. Il n’y a ni école ni chapelle, aucune idéologie ou point de vue arrêté sur ce que doit être la littérature, ce palmarès reflète un formidable portrait de la vitalité de la littérature française dans sa diversité et sa richesse.

- Y a-t-il des souvenirs particuliers qui vous reviennent ?

Chaque année a été très intense. Il y a toujours deux moments distincts dans la vie du jury. Le premier, c’est le moment « doux » où l’on sélectionne les trente romans de la première liste. Et puis le moment violent où l’on passe de trente à cinq. J’ai vu des batailles homériques entre jurés, des séances très tendues. Ça ne plaisante pas, la littérature, vous savez. Ce sont des moments inoubliables, très enrichissants et parfois un peu troublants : quand on aime les livres comme je les aime, avec la place qui est la leur dans ma vie depuis que j’ai 4 ans, il est étrange de s’apercevoir qu’il y a des êtres qui les aiment au moins autant, sinon plus que moi !

Un grand merci à Erik Orsenna.

 

Propos recueillis par Karine Papillaud

 

 

 

Lire également :

Prix Orange du Livre, 10e édition. Déjà !

Prix Orange du Livre et après ? Louis-Philippe Dalembert en 2017 et Vincent Message en 2016

Prix Orange du Livre et après ? Fanny Chiarello, lauréate et Minh Tran Huy, jurée en 2015

Prix Orange du Livre et après ? Maylis De Kerangal, lauréate en 2014

Prix Orange du Livre et après ? Arthur Dreyfus en 2012 et David Thomas en 2011

Prix Orange du Livre et après ? Fabrice Humbert, lauréat en 2009

Prix Orange du Livre et après ? Michèle et Bénédicte, jurées, partagent de leur expérience

 

 

 

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "La vie du Prix"

Commentaires

Où trouver « Le traducteur amoureux » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions