Vera, un tableau d'une humanité désespérée sauvée par quelques éclairs d'amour

Vera, un tableau d'une humanité désespérée sauvée par quelques éclairs d'amour

Vera de Karl Geary (Rivages) à la quatrième position du palmarès des romans étrangers

Lire la suite

À la une

Les lecteurs en parlent

Derniers avis

  • Couverture du livre « Heartless » de Marissa Meyer aux éditions Pocket Jeunesse

    0.25

    Louise Clisson sur Heartless de Marissa Meyer

    Je suis tellement impatiente de vous parler de ce livre dont je viens à l'instant de lire la toute dernière ligne ! Je remercie chaleureusement Lecteur_com pour l'envoi de ce livre qui me faisait très envie depuis sa sortie. Cet ouvrage a fait l'objet de nombreuses critiques positives, mais...
    Voir plus

    Je suis tellement impatiente de vous parler de ce livre dont je viens à l'instant de lire la toute dernière ligne ! Je remercie chaleureusement Lecteur_com pour l'envoi de ce livre qui me faisait très envie depuis sa sortie. Cet ouvrage a fait l'objet de nombreuses critiques positives, mais également négatives, et j'étais impatiente de pouvoir me faire mon propre avis ! A l'heure où je vous écris cette chronique, j'ignore encore s'il s'agit d'un coup de cœur, mais s'il devait s'avérer que non, alors on n'en sera pas passé loin !!

    Dans cette histoire, nous allons donc découvrir Catherine, promise au roi de cœur, fille d'un couple de marquis mais qui n'aspire pourtant qu'a une chose : Devenir la plus grande pâtissière du royaume de Cœur. Royaume de cœur, ce nom vous est sans doute familier, car oui, ce livre est en effet une réécriture du conte d'Alice au pays des merveilles, et Catherine n'est autre que la méchante future reine de Cœur. Nous allons donc suivre ce personnage tout au long du récit afin de comprendre comment cette jeune fille passionnée, bienveillante, douce et attentionnée a pu devenir l'effroyable Reine de cœur.

    Je vous avoue que je ne sais pas très bien par où commencer, car ce livre est pour moi une petite bombe, et j'ai globalement tout aimé ! Etant fan de l'univers Disney et des contes en tout genre, j'ai été très heureuse, dès les premières pages du livres, de plonger dans cet univers du royaume de cœur.

    Marissa Mayer réussi, à mon sens, un exploit au niveau de la construction de son univers, qu'elle a travaillé et créé minutieusement, tout en conservant les bases du conte, avec de nombreuses petites piqûres de rappel qui m'ont fait sourire tout au long de ma lecture !

    Durant la première partie du livre, nous allons donc suivre Catherine qui se bat pour son rêve, voué à l'échec du fait de sa position dans la société. Elle refuse par-dessus tout d'accepter ce mariage avec le roi, d'autant que son cœur appartient désormais au bouffon du roi ! Nous allons assister à son impuissance face à ces événements, à la dureté de ces parents, et à cet amour impossible.

    J'ai adoré retrouver les fameux personnages du conte tel que le chapelier fou, le chat du cheshire, le lapin et sa montre à gousset et tant d'autres encore ! Des sentiments forts m'ont unis aux personnages durant ce livre, et mon coup de cœur va notamment à Badin, le bouffon du roi, qui est bourré d'originalité sans jamais tomber dans le cliché ! Catherine m'a également beaucoup touché même si elle a pu m'agacer à de nombreuses reprises, trop soumise face à ses parents à mon sens.

    Cette histoire m'a tenu en haleine jusqu'à la dernière ligne. On devine facilement et rapidement que Catherine a du subir quelque chose d'épouvantable pour devenir La reine de cœur abominable que nous connaissons tous.

    Ce livre a été une très belle aventure. Une histoire avec un univers passionnant, des personnages tellement attachants, et une plume qui invite au voyage ! Si vous aimez les réécritures de contes, que vous avez envie de rencontrer des personnages complètement loufoques, que vous êtes accro à la sucrerie et que le passé de la Reine de cœur vous intéresse, ce livre devrait incontestablement vous plaire !
    J'arrive à la fin de cette chronique, et je crois que je viens de me rendre à l'évidence : Ce livre est un coup de cœur !git sta

  • Couverture du livre « Bonjour, c'est l'infirmière ! tous mes patients ont une histoire » de Charline aux éditions Flammarion

    0.15

    Vinie DUPUIS sur Bonjour, c'est l'infirmière ! tous mes patients ont une histoire de Charline

    Charline livre dans ce roman-témoignage une semaine type d'infirmière libérale. Le quotidient pas simple d'un corps de métier où on se doit d'être disponible presque H24 et 7J/7 pour ses patients.

    Avec ce livre, on sourit, on rit et on a de la peine aussi. Pour les personnes que Charline...
    Voir plus

    Charline livre dans ce roman-témoignage une semaine type d'infirmière libérale. Le quotidient pas simple d'un corps de métier où on se doit d'être disponible presque H24 et 7J/7 pour ses patients.

    Avec ce livre, on sourit, on rit et on a de la peine aussi. Pour les personnes que Charline rencontrent mais surtout pour cette profession qu'on ne prend pas assez en considération. Triste pour tout ce travail abattu pour si peu de reconnaissance. Etre infirmière, que ce soit en libérale ou dans un établissement hospitalier, on se rend compte que ce n'est pas de tout repos et qu'il faut composer avec beaucoup de choses.

    J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce témoignage. Entre humour et résilience, il était vraiment intéressant à lire. Si vous voulez passer un bon moment tout en en apprenant plus sur cette profession, n'hésitez pas un seul instant, achetez-le, vous ne le regretterez pas !git sta

  • Couverture du livre « Apres l'année du crabe, en attendant la récidive » de Alice Baguet aux éditions Vraoum

    0.2

    Vinie DUPUIS sur Apres l'année du crabe, en attendant la récidive de Alice Baguet

    Ce livre est la suite de L'année du crabe, globules + raviolis.Ceci dit, de ne pas avoir lu le prmier tome n'empêche en rien la lecture de celui-ci.

    C'est le témoignage de Alice Baguet qui a déclaré un cancer à l'âge de 19 ans. Un lymphome de Hodgkin, une grosseur qui s'est développé dans son...
    Voir plus

    Ce livre est la suite de L'année du crabe, globules + raviolis.Ceci dit, de ne pas avoir lu le prmier tome n'empêche en rien la lecture de celui-ci.

    C'est le témoignage de Alice Baguet qui a déclaré un cancer à l'âge de 19 ans. Un lymphome de Hodgkin, une grosseur qui s'est développé dans son cou. S'en est suivi des rendez-vous à l'hôpital, des séances de chimiothérapies, des journées à vomir et à dormir.

    Dans ce second tome, Alice Baguet nous raconte sa rémission, la façon dont elle l'a vécue et surtout l'attente du retour de Jean-Pierre le cancer parce que pour elle il ne pouvait y avoir que récidive.

    Ce livre est un peu une bande dessinée. Alice Baguet traite le sujet avec beaucoup d'humour et d'optimisme sur la rémission. On passe un bon moment à la lecture de ce livre même si initialement le sujet ne prête pas à rire.

    C'est un sujet qui me parle énormément car j'ai eu le même cancer et effectivement je me suis reconnue avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, cette peur de la rechute et presque même l'attente tellement on peine à croire à une rémission complète...git sta

  • Couverture du livre « Les enfants de Chango » de Christophe Semont aux éditions Critic

    0.2

    Vinie DUPUIS sur Les enfants de Chango de Christophe Semont

    Franck Carnac, tueur à gages, est appelé à effectuer un contrat à Cuba et il est bien décidé à ce que ce soit le dernier. Sa mission ? Tuer un ancien mercenaire. Seulement personne ne lui dit qu'il y a peu de chance qu'il en revienne vivant car l'homme à tuer est sous la protection de la...
    Voir plus

    Franck Carnac, tueur à gages, est appelé à effectuer un contrat à Cuba et il est bien décidé à ce que ce soit le dernier. Sa mission ? Tuer un ancien mercenaire. Seulement personne ne lui dit qu'il y a peu de chance qu'il en revienne vivant car l'homme à tuer est sous la protection de la Mère.
    Dans le même temps, Amalia voit sa vie basculer lorsque le jour des 4 ans de sa fille cette dernière se fait enlever sous ses yeux et ce avec la complicité de son mari. C'est toute sa vie qui va voler en éclat car des Amalia va se rendre compte que sa vie n'est qu'un tissu de mensonge.

    Ce thriller est bien difficile à poser lorsqu'on l'a débuté. L'auteur sait nous tenir en haleine et nous donne très envie de lire son roman pour savoir et comprendre toute l'histoire.

    J'ai été particulièrement happée par les chapitres où il était question d'Amalia et de sa fille même si très vite les deux affaires vont être liées à cause de la santeria.

    La fin est inattendue et en même temps pas surprenante. En tout cas, si elle avait été autre, je l'aurai trouvé moins crédible.

    C'est vraiment un très bon thriller que je recommande !git sta

  • Couverture du livre « Agenda tripode (édition 2018) » de Jerome Sans aux éditions Le Tripode

    0.2

    veronique lecoq sur Agenda tripode (édition 2018) de Jerome Sans

    Voilà qui m'aidera à vivre, partager et apprécier la nouvelle année... et les vacances scolaires :)git sta

  • Couverture du livre « Été » de Edith Wharton aux éditions Ombres

    0.2

    Dominique JOUANNE sur Été de Edith Wharton

    Très joli roman traitant d’un premier amour impossible. Les sentiments de la passion sont fort bien traduits par E. Wharton qui, dans ce premier roman choc pour l’époque, n’épargne pas la société collet monté de l’Amérique profonde au début du XXe siècle dont elle n’hésite pas à dénoncer les...
    Voir plus

    Très joli roman traitant d’un premier amour impossible. Les sentiments de la passion sont fort bien traduits par E. Wharton qui, dans ce premier roman choc pour l’époque, n’épargne pas la société collet monté de l’Amérique profonde au début du XXe siècle dont elle n’hésite pas à dénoncer les injustices et préjugés entre classes sociales, dressés comme des remparts infranchissables, et mettre au grand jour l’obtus et oppressant sexisme dont souffre la gente féminine mise sous carcan. L’auteure aborde des sujets qui restent d’actualité tels le domaine de la sexualité chez les jeunes, l’avortement, être fille-mère, la mixité sociale. Dans «Eté», E. Wharton s’affirme en tant qu’une des pionnières du militantisme féministe et libéral pour l’affranchissement des femmes. Publié en 1917, son livre créa un scandale.
    Pour autant, l’histoire est un peu datée et lente bien qu’elle prenne de la vitesse au deuxième tiers du récit avec la mise en place d’un ‘cliffhanger’ qui réveille et tient en haleine jusqu’au déroulement final. Fatal…
    La plume appliquée et belle, fait contraster des aquarelles successives emplies de douceurs, de pastels, de lumières et d’ombres, voire ensoleillées avec d’autres aux couleurs plus soutenues, plus violentes, plus vives, plus sombres voire ténébreuses. La toile de fond est une galerie de tableaux somptueux, digne d’une grande artiste. Les décors sont magnifiques. Les mots simples mais choisis s’accordent à transmettre une justesse incroyable aux sentiments et émotions. Les personnages sont remarquablement bien croqués et dépeints.
    Après avoir été absolument emballée par le chef d’œuvre d’Edith Wharton, « Ethan Frome », la lecture d’ « Eté », son premier roman, a satisfait ma curiosité, a confirmé mon goût pour le style de l’auteure et m’a transportée dans un moment de lente rêverie littéraire d’excellente facture.git sta

  • Couverture du livre « Michael Jackson ; la mort organisée ? » de Jean-Michel Hanozet aux éditions Edilivre-aparis

    0.05

    angélique Bauret sur Michael Jackson ; la mort organisée ? de Jean-Michel Hanozet

    Ou plutôt, déjà regardé. Pourquoi?

    Parce que j'avais lu tout ça bien avant, sur des vidéos d'une youtubeuse canadienne, Julia142.

    Elle avait effectué un travail de dingue, citant tous les articles qu'elle avait consulté et réalisant même une interview en allant elle-même au...
    Voir plus

    Ou plutôt, déjà regardé. Pourquoi?

    Parce que j'avais lu tout ça bien avant, sur des vidéos d'une youtubeuse canadienne, Julia142.

    Elle avait effectué un travail de dingue, citant tous les articles qu'elle avait consulté et réalisant même une interview en allant elle-même au États-Unis.

    Hors, Jean-michel Hanozet n'a ici fait que le début et la fin du livre. Le plus important? C'est le boulot de Julia!

    A part quelques mots changeant qui veulent dire la même chose... tout ceci n'est que plagiat!git sta

  • Couverture du livre « Le temps est assassin » de Michel Bussi aux éditions Presses De La Cite

    0.15

    Ghislaine Moreau sur Le temps est assassin de Michel Bussi

    Un roman de vacances assez alambiqué pour nous retenir, mais un peu trop rocambolesque et lassant par trop de péripéties inutiles. Il aurait gagné en force en étant recentré sur moins de personnagesgit sta

  • Couverture du livre « Le doute » de S.K. Tremayne aux éditions Presses De La Cite

    0.2

    Ghislaine Moreau sur Le doute de S.K. Tremayne

    Dévoré plus que lu, ce roman dérangeant nous perd dans les méandres douteux d' un esprit en perdition.git sta

  • Couverture du livre « Astérix T.37 ; Astérix et la Transitalique » de Rene Goscinny et Albert Uderzo aux éditions Albert Rene

    0.05

    Sandrine Fernandez sur Astérix T.37 ; Astérix et la Transitalique de Rene Goscinny - Albert Uderzo

    A Rome, le sénateur Lactus Bifidus est accusé de détourner les sommes allouées à l'entretien des voies romaines, préférant organiser de somptueuses orgies plutôt que de veiller à la réfection des nids-de-poule. L'homme s'insurge et, pour prouver sa bonne foi, lance l'idée d'une course de chars à...
    Voir plus

    A Rome, le sénateur Lactus Bifidus est accusé de détourner les sommes allouées à l'entretien des voies romaines, préférant organiser de somptueuses orgies plutôt que de veiller à la réfection des nids-de-poule. L'homme s'insurge et, pour prouver sa bonne foi, lance l'idée d'une course de chars à travers toute l'Italie, de Monza à Naples, une course ouverte à tous les peuples connus, une course sur des routes parfaitement entretenues, assure-t-il.
    Loin de là, à Darioritum, Astérix et Obélix se promènent dans les allées de la FIAC quand une sybille voit dans les lignes de la main du gros roux qu'il sera fêté en héros sur un char ailé. Las des menhirs, Obelix se voit en aurige et s'achète sur le champs un char gaulois. Heureux hasard, les deux gaulois apprennent bientôt le grand projet de Bifidus. Les voilà donc lancés sur les routes italiennes, décidés à conquérir Rome. Mais César qui a eu vent de l'affaire, entend bien voir un fier romain gagner la course. Que Lactus y veille, sinon il devra goûter aux joies de l'exil dans la lointaine et aride Libye !

    L'âge d'or du petit village gaulois est bel et bien révolu et ce n'est pas ce dernier opus qui va relancer l'affaire. Gags convenus, jeux de mots à deux balles et scénario qui tient en une phrase : Astérix et Obélix participent à une course à travers l'Italie. Rien d'innovant, rien de palpitant, rien d'intéressant même. Nos deux héros semblent tourner au Lexomil plutôt qu'à la potion magique. Mous, sans consistances, ils survolent l'aventure sans faire d'étincelles.
    Une déception de plus...Vient un temps où les dessins de Didier Conrad ne suffisent plus à faire oublier que Jean-Yves Ferri est peu inspiré. Ce n'est plus que par fidélité ou nostalgie que l'on continue d'espérer un miracle.git sta

  • Couverture du livre « Qui a tué Heidi ? » de Marc Voltenauer aux éditions Slatkine Et Cie

    0.2

    Elodie Noizet sur Qui a tué Heidi ? de Marc Voltenauer

    Quel plaisir de retrouver les personnages du livre précédent! Les personnages des livres de Marc Voltenauer sont toujours recherchés et complexes. Andreas paraît dans cette histoire beaucoup plus torturé, mais toujours obstiné et en quête de vérité. Le cadre et les descriptions nous emmènent...
    Voir plus

    Quel plaisir de retrouver les personnages du livre précédent! Les personnages des livres de Marc Voltenauer sont toujours recherchés et complexes. Andreas paraît dans cette histoire beaucoup plus torturé, mais toujours obstiné et en quête de vérité. Le cadre et les descriptions nous emmènent avec ravissement au coeur des Alpes Vaudoises. L'intrigue met un peu de temps à se mettre en place mais les différentes histoires se rejoignent tout doucement et tout ça avec maîtrise. L'auteur a emmêlé les fils de son intrigue pour peu à peu les défaire et nous faire découvrir la vérité. J'ai aimé le style d'écriture et les références musicales ou littéraires que l'auteur à insérer dans son histoire. (Marylin Manson, Mylene Farmer, Camilla Lackberg...) Et que dire de la fin qui nous laisse dans l'expectative du livre suivant... Bref, ce livre est encore meilleur que le premier. Comme quoi l'écriture aussi se bonifie avec le temps. J'ai passé un très bon moment de lecture. À bientôt inspecteur Auer!

    http://auchapitre.canalblog.com/archives/2017/11/21/35883011.html
    Ma page facebook Au chapitre d'Elodiegit sta