Vera, un tableau d'une humanité désespérée sauvée par quelques éclairs d'amour

Vera, un tableau d'une humanité désespérée sauvée par quelques éclairs d'amour

Vera de Karl Geary (Rivages) à la quatrième position du palmarès des romans étrangers

Lire la suite

À la une

Les lecteurs en parlent

Derniers avis

  • Couverture du livre « Ragdoll » de Daniel Cole aux éditions Robert Laffont

    0.2

    stephanie tranchant sur Ragdoll de Daniel Cole

    Ragdol est un thriller efficace. Ce n’est pas le thriller de l’année pour moi, mais il possède de nombreux points positifs qui en feront sans aucun doute un coup de cœur pour nombreux lecteurs.

    La version audio est une réussite.
    Le déroulement de l’histoire, bien que ponctuée de sérieuses...
    Voir plus

    Ragdol est un thriller efficace. Ce n’est pas le thriller de l’année pour moi, mais il possède de nombreux points positifs qui en feront sans aucun doute un coup de cœur pour nombreux lecteurs.

    La version audio est une réussite.
    Le déroulement de l’histoire, bien que ponctuée de sérieuses scène macabres, n’a rien de spectaculaire ou de remarquable, et portant j’ai trouvé que le lecteur donnait beaucoup de peps à la lecture qui est restée palpitante de bout en bout.
    La tension du roman se dégage à merveille à l’écoute du livre audio. Damien Ferrette joue avec les voix, avec les tons pour que, presque, chaque protagoniste soit d’emblée reconnu. Associées au style cinématographique de Daniel Cole, son énergie et sa qualité narrative ce livre audio en fond une lecture très immersive. .............................
    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/daniel-cole-ragdollgit sta

  • Couverture du livre « L'Empire Des Chimeres » de Philippe Aurele Lero aux éditions Le Grimoire

    0.2

    Mathilde Guillaume sur L'Empire Des Chimeres de Philippe Aurele Lero

    Un mélange atypique de genres qui fonctionne particulièrement bien, un voyage pour découvrir les mystères du Mons Caeli…et y échapper ! Une incursion dans l’Antiquité grâce à un récit très bien documenté et à des illustrations noir et blanc pleine page. Une très belle découverte que ce livre...
    Voir plus

    Un mélange atypique de genres qui fonctionne particulièrement bien, un voyage pour découvrir les mystères du Mons Caeli…et y échapper ! Une incursion dans l’Antiquité grâce à un récit très bien documenté et à des illustrations noir et blanc pleine page. Une très belle découverte que ce livre !

    En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2017/11/21/lempire-des-chimeres/git sta

  • Couverture du livre « Petit piment » de Alain Mabanckou aux éditions Points

    0.2

    eva muñoz sur Petit piment de Alain Mabanckou

    Une fois n’est pas coutume, c’est grâce à Lecteurs.com que je découvre un auteur que je ne connaissais que de nom : Alain Mabanckou (j’avais lu sa préface du très fort Une colère noire ; Lettre à mon fils mais aucun de ses romans).
    Et quelle découverte !
    J’ai passé un vrai beau moment de...
    Voir plus

    Une fois n’est pas coutume, c’est grâce à Lecteurs.com que je découvre un auteur que je ne connaissais que de nom : Alain Mabanckou (j’avais lu sa préface du très fort Une colère noire ; Lettre à mon fils mais aucun de ses romans).
    Et quelle découverte !
    J’ai passé un vrai beau moment de lecture, grâce à ce roman foisonnant, luxuriant pourrais-je dire, au rythme emmené et presque joyeux, malgré la thématique de départ assez tragique. En effet, le narrateur prénommé Tokumisa Nzambe po Mose yamoyindo abotami namboka ya Bakoko (qui signifie en lingala : « rendons grâce à dieu le Moïse noir est né sur la terre des ancêtres » … Rien de moins !), puis Moïse, puis Petit Piment, nous conte avec une bonhommie désarçonnante son arrivée au monde et de quoi sera fait son enfance et son adolescence (jusqu’à une bonne partie de sa vie d’adulte finalement) : abandonné une semaine après sa naissance, il est recueilli dans un orphelinat de Loango par le prêtre Papa Moupelo, celui-là même qui lui a donné ce drôle de nom à rallonge. Personnage qui façonnera le héros et aura un rôle essentiel dans sa vie mais dont il devra se séparer, de la même manière qu’il finira par quitter son meilleur ami Bonaventure Kokolo. On le suit donc de l’orphelinat jusqu’aux rues menaçantes de Pointe-Noire, en passant par la maison close de sa nouvelle protectrice, véritable mère maquerelle Zaïroise « Maman Fiat 500 ». Le lecteur suit donc les intrigues et autres rebondissements de ce Petit Piment avec grand plaisir –et un sourire au coin des lèvres-, découvrant en filigrane l’histoire contemporaine du Congo : l’indépendance, la révolution socialiste, la corruption, les conflits ethniques, la pauvreté, la condition des femmes, tout cela à travers des personnages tous plus truculents les uns que les autres, émouvants, étonnants, cruels, empruntant parfois au réalisme magique d’un Gabriel García Marquez.
    Vous aussi, laissez-vous séduire par ce beau récit initiatique à la langue simple mais si riche, humble, drôle et pétillante parfois, désarmante de sincérité et de dureté aussi, toute faite de poésie et d’inventivité.
    De mon côté, je suis ravie de cette excellente découverte ! Et me replongerai avec plaisir dans un autre de ses romans.
    (chronique qui vient de mon blog : https://unbouquindanslapocheblog.wordpress.com/2017/11/21/petit-piment-alain-mabanckou/ )git sta

  • Couverture du livre « Heartless » de Marissa Meyer aux éditions Pocket Jeunesse

    0.25

    Louise Clisson sur Heartless de Marissa Meyer

    Je suis tellement impatiente de vous parler de ce livre dont je viens à l'instant de lire la toute dernière ligne ! Je remercie chaleureusement Lecteur_com pour l'envoi de ce livre qui me faisait très envie depuis sa sortie. Cet ouvrage a fait l'objet de nombreuses critiques positives, mais...
    Voir plus

    Je suis tellement impatiente de vous parler de ce livre dont je viens à l'instant de lire la toute dernière ligne ! Je remercie chaleureusement Lecteur_com pour l'envoi de ce livre qui me faisait très envie depuis sa sortie. Cet ouvrage a fait l'objet de nombreuses critiques positives, mais également négatives, et j'étais impatiente de pouvoir me faire mon propre avis ! A l'heure où je vous écris cette chronique, j'ignore encore s'il s'agit d'un coup de cœur, mais s'il devait s'avérer que non, alors on n'en sera pas passé loin !!

    Dans cette histoire, nous allons donc découvrir Catherine, promise au roi de cœur, fille d'un couple de marquis mais qui n'aspire pourtant qu'a une chose : Devenir la plus grande pâtissière du royaume de Cœur. Royaume de cœur, ce nom vous est sans doute familier, car oui, ce livre est en effet une réécriture du conte d'Alice au pays des merveilles, et Catherine n'est autre que la méchante future reine de Cœur. Nous allons donc suivre ce personnage tout au long du récit afin de comprendre comment cette jeune fille passionnée, bienveillante, douce et attentionnée a pu devenir l'effroyable Reine de cœur.

    Je vous avoue que je ne sais pas très bien par où commencer, car ce livre est pour moi une petite bombe, et j'ai globalement tout aimé ! Etant fan de l'univers Disney et des contes en tout genre, j'ai été très heureuse, dès les premières pages du livres, de plonger dans cet univers du royaume de cœur.

    Marissa Mayer réussi, à mon sens, un exploit au niveau de la construction de son univers, qu'elle a travaillé et créé minutieusement, tout en conservant les bases du conte, avec de nombreuses petites piqûres de rappel qui m'ont fait sourire tout au long de ma lecture !

    Durant la première partie du livre, nous allons donc suivre Catherine qui se bat pour son rêve, voué à l'échec du fait de sa position dans la société. Elle refuse par-dessus tout d'accepter ce mariage avec le roi, d'autant que son cœur appartient désormais au bouffon du roi ! Nous allons assister à son impuissance face à ces événements, à la dureté de ces parents, et à cet amour impossible.

    J'ai adoré retrouver les fameux personnages du conte tel que le chapelier fou, le chat du cheshire, le lapin et sa montre à gousset et tant d'autres encore ! Des sentiments forts m'ont unis aux personnages durant ce livre, et mon coup de cœur va notamment à Badin, le bouffon du roi, qui est bourré d'originalité sans jamais tomber dans le cliché ! Catherine m'a également beaucoup touché même si elle a pu m'agacer à de nombreuses reprises, trop soumise face à ses parents à mon sens.

    Cette histoire m'a tenu en haleine jusqu'à la dernière ligne. On devine facilement et rapidement que Catherine a du subir quelque chose d'épouvantable pour devenir La reine de cœur abominable que nous connaissons tous.

    Ce livre a été une très belle aventure. Une histoire avec un univers passionnant, des personnages tellement attachants, et une plume qui invite au voyage ! Si vous aimez les réécritures de contes, que vous avez envie de rencontrer des personnages complètement loufoques, que vous êtes accro à la sucrerie et que le passé de la Reine de cœur vous intéresse, ce livre devrait incontestablement vous plaire !
    J'arrive à la fin de cette chronique, et je crois que je viens de me rendre à l'évidence : Ce livre est un coup de cœur !git sta

  • Couverture du livre « Bonjour, c'est l'infirmière ! tous mes patients ont une histoire » de Charline aux éditions Flammarion

    0.15

    Vinie DUPUIS sur Bonjour, c'est l'infirmière ! tous mes patients ont une histoire de Charline

    Charline livre dans ce roman-témoignage une semaine type d'infirmière libérale. Le quotidient pas simple d'un corps de métier où on se doit d'être disponible presque H24 et 7J/7 pour ses patients.

    Avec ce livre, on sourit, on rit et on a de la peine aussi. Pour les personnes que Charline...
    Voir plus

    Charline livre dans ce roman-témoignage une semaine type d'infirmière libérale. Le quotidient pas simple d'un corps de métier où on se doit d'être disponible presque H24 et 7J/7 pour ses patients.

    Avec ce livre, on sourit, on rit et on a de la peine aussi. Pour les personnes que Charline rencontrent mais surtout pour cette profession qu'on ne prend pas assez en considération. Triste pour tout ce travail abattu pour si peu de reconnaissance. Etre infirmière, que ce soit en libérale ou dans un établissement hospitalier, on se rend compte que ce n'est pas de tout repos et qu'il faut composer avec beaucoup de choses.

    J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce témoignage. Entre humour et résilience, il était vraiment intéressant à lire. Si vous voulez passer un bon moment tout en en apprenant plus sur cette profession, n'hésitez pas un seul instant, achetez-le, vous ne le regretterez pas !git sta

  • Couverture du livre « Apres l'année du crabe, en attendant la récidive » de Alice Baguet aux éditions Vraoum

    0.2

    Vinie DUPUIS sur Apres l'année du crabe, en attendant la récidive de Alice Baguet

    Ce livre est la suite de L'année du crabe, globules + raviolis.Ceci dit, de ne pas avoir lu le prmier tome n'empêche en rien la lecture de celui-ci.

    C'est le témoignage de Alice Baguet qui a déclaré un cancer à l'âge de 19 ans. Un lymphome de Hodgkin, une grosseur qui s'est développé dans son...
    Voir plus

    Ce livre est la suite de L'année du crabe, globules + raviolis.Ceci dit, de ne pas avoir lu le prmier tome n'empêche en rien la lecture de celui-ci.

    C'est le témoignage de Alice Baguet qui a déclaré un cancer à l'âge de 19 ans. Un lymphome de Hodgkin, une grosseur qui s'est développé dans son cou. S'en est suivi des rendez-vous à l'hôpital, des séances de chimiothérapies, des journées à vomir et à dormir.

    Dans ce second tome, Alice Baguet nous raconte sa rémission, la façon dont elle l'a vécue et surtout l'attente du retour de Jean-Pierre le cancer parce que pour elle il ne pouvait y avoir que récidive.

    Ce livre est un peu une bande dessinée. Alice Baguet traite le sujet avec beaucoup d'humour et d'optimisme sur la rémission. On passe un bon moment à la lecture de ce livre même si initialement le sujet ne prête pas à rire.

    C'est un sujet qui me parle énormément car j'ai eu le même cancer et effectivement je me suis reconnue avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, cette peur de la rechute et presque même l'attente tellement on peine à croire à une rémission complète...git sta

  • Couverture du livre « Les enfants de Chango » de Christophe Semont aux éditions Critic

    0.2

    Vinie DUPUIS sur Les enfants de Chango de Christophe Semont

    Franck Carnac, tueur à gages, est appelé à effectuer un contrat à Cuba et il est bien décidé à ce que ce soit le dernier. Sa mission ? Tuer un ancien mercenaire. Seulement personne ne lui dit qu'il y a peu de chance qu'il en revienne vivant car l'homme à tuer est sous la protection de la...
    Voir plus

    Franck Carnac, tueur à gages, est appelé à effectuer un contrat à Cuba et il est bien décidé à ce que ce soit le dernier. Sa mission ? Tuer un ancien mercenaire. Seulement personne ne lui dit qu'il y a peu de chance qu'il en revienne vivant car l'homme à tuer est sous la protection de la Mère.
    Dans le même temps, Amalia voit sa vie basculer lorsque le jour des 4 ans de sa fille cette dernière se fait enlever sous ses yeux et ce avec la complicité de son mari. C'est toute sa vie qui va voler en éclat car des Amalia va se rendre compte que sa vie n'est qu'un tissu de mensonge.

    Ce thriller est bien difficile à poser lorsqu'on l'a débuté. L'auteur sait nous tenir en haleine et nous donne très envie de lire son roman pour savoir et comprendre toute l'histoire.

    J'ai été particulièrement happée par les chapitres où il était question d'Amalia et de sa fille même si très vite les deux affaires vont être liées à cause de la santeria.

    La fin est inattendue et en même temps pas surprenante. En tout cas, si elle avait été autre, je l'aurai trouvé moins crédible.

    C'est vraiment un très bon thriller que je recommande !git sta

  • Couverture du livre « Agenda tripode (édition 2018) » de Jerome Sans aux éditions Le Tripode

    0.2

    veronique lecoq sur Agenda tripode (édition 2018) de Jerome Sans

    Voilà qui m'aidera à vivre, partager et apprécier la nouvelle année... et les vacances scolaires :)git sta

  • Couverture du livre « Été » de Edith Wharton aux éditions Ombres

    0.2

    Dominique JOUANNE sur Été de Edith Wharton

    Très joli roman traitant d’un premier amour impossible. Les sentiments de la passion sont fort bien traduits par E. Wharton qui, dans ce premier roman choc pour l’époque, n’épargne pas la société collet monté de l’Amérique profonde au début du XXe siècle dont elle n’hésite pas à dénoncer les...
    Voir plus

    Très joli roman traitant d’un premier amour impossible. Les sentiments de la passion sont fort bien traduits par E. Wharton qui, dans ce premier roman choc pour l’époque, n’épargne pas la société collet monté de l’Amérique profonde au début du XXe siècle dont elle n’hésite pas à dénoncer les injustices et préjugés entre classes sociales, dressés comme des remparts infranchissables, et mettre au grand jour l’obtus et oppressant sexisme dont souffre la gente féminine mise sous carcan. L’auteure aborde des sujets qui restent d’actualité tels le domaine de la sexualité chez les jeunes, l’avortement, être fille-mère, la mixité sociale. Dans «Eté», E. Wharton s’affirme en tant qu’une des pionnières du militantisme féministe et libéral pour l’affranchissement des femmes. Publié en 1917, son livre créa un scandale.
    Pour autant, l’histoire est un peu datée et lente bien qu’elle prenne de la vitesse au deuxième tiers du récit avec la mise en place d’un ‘cliffhanger’ qui réveille et tient en haleine jusqu’au déroulement final. Fatal…
    La plume appliquée et belle, fait contraster des aquarelles successives emplies de douceurs, de pastels, de lumières et d’ombres, voire ensoleillées avec d’autres aux couleurs plus soutenues, plus violentes, plus vives, plus sombres voire ténébreuses. La toile de fond est une galerie de tableaux somptueux, digne d’une grande artiste. Les décors sont magnifiques. Les mots simples mais choisis s’accordent à transmettre une justesse incroyable aux sentiments et émotions. Les personnages sont remarquablement bien croqués et dépeints.
    Après avoir été absolument emballée par le chef d’œuvre d’Edith Wharton, « Ethan Frome », la lecture d’ « Eté », son premier roman, a satisfait ma curiosité, a confirmé mon goût pour le style de l’auteure et m’a transportée dans un moment de lente rêverie littéraire d’excellente facture.git sta

  • Couverture du livre « Michael Jackson ; la mort organisée ? » de Jean-Michel Hanozet aux éditions Edilivre-aparis

    0.05

    angélique Bauret sur Michael Jackson ; la mort organisée ? de Jean-Michel Hanozet

    Ou plutôt, déjà regardé. Pourquoi?

    Parce que j'avais lu tout ça bien avant, sur des vidéos d'une youtubeuse canadienne, Julia142.

    Elle avait effectué un travail de dingue, citant tous les articles qu'elle avait consulté et réalisant même une interview en allant elle-même au...
    Voir plus

    Ou plutôt, déjà regardé. Pourquoi?

    Parce que j'avais lu tout ça bien avant, sur des vidéos d'une youtubeuse canadienne, Julia142.

    Elle avait effectué un travail de dingue, citant tous les articles qu'elle avait consulté et réalisant même une interview en allant elle-même au États-Unis.

    Hors, Jean-michel Hanozet n'a ici fait que le début et la fin du livre. Le plus important? C'est le boulot de Julia!

    A part quelques mots changeant qui veulent dire la même chose... tout ceci n'est que plagiat!git sta

  • Couverture du livre « Le temps est assassin » de Michel Bussi aux éditions Presses De La Cite

    0.15

    Ghislaine Moreau sur Le temps est assassin de Michel Bussi

    Un roman de vacances assez alambiqué pour nous retenir, mais un peu trop rocambolesque et lassant par trop de péripéties inutiles. Il aurait gagné en force en étant recentré sur moins de personnagesgit sta

  • Couverture du livre « Le doute » de S.K. Tremayne aux éditions Presses De La Cite

    0.2

    Ghislaine Moreau sur Le doute de S.K. Tremayne

    Dévoré plus que lu, ce roman dérangeant nous perd dans les méandres douteux d' un esprit en perdition.git sta