Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La Disparition d'Hervé Snout

Couverture du livre « La Disparition d'Hervé Snout » de Olivier Bordacarre aux éditions Denoel
  • Date de parution :
  • Editeur : Denoel
  • EAN : 9782207178676
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Odile Snout s'affaire dans la cuisine de son pavillon cossu. Le boeuf bourguignon qui a mijoté toute la journée est prêt. Avec ses deux adolescents, elle attend son époux, dont on fête ce soir-là l'anniversaire. Les heures passent et Hervé ne se montre pas. Quelque chose ne tourne pas rond chez... Voir plus

Odile Snout s'affaire dans la cuisine de son pavillon cossu. Le boeuf bourguignon qui a mijoté toute la journée est prêt. Avec ses deux adolescents, elle attend son époux, dont on fête ce soir-là l'anniversaire. Les heures passent et Hervé ne se montre pas. Quelque chose ne tourne pas rond chez les Snout et l'angoisse commence à monter. Le lendemain matin, à la gendarmerie, le lieutenant ne semble pas inquiet. Hervé finira par rentrer chez lui, et reprendre son travail. On a bien le droit de disparaître. Dans sa langue incisive d'où émerge une poésie du quotidien, Olivier Bordaçarre brosse une analyse glaçante du monde du travail, du couple et de la vide de la famille.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (13)

  • Ce livre qui était dans ma wishlist depuis sa sortie, j'ai eu la chance de le gagner avec Lecteurs.com. Merci à eux ainsi qu'aux Éditions Denoël

    Prologue : 2004 - Ça commence comme une belle histoire avec les Raybert, Nadine, Alain et Gabin leur fils, famille d'accueil pour enfants placés,...
    Voir plus

    Ce livre qui était dans ma wishlist depuis sa sortie, j'ai eu la chance de le gagner avec Lecteurs.com. Merci à eux ainsi qu'aux Éditions Denoël

    Prologue : 2004 - Ça commence comme une belle histoire avec les Raybert, Nadine, Alain et Gabin leur fils, famille d'accueil pour enfants placés, douce, généreuse et équilibrée.
    Première partie : 16 avril 2024 - Chez les Snout, Hervé et Odile les parents, Eddy et Tara les jumeaux de quatorze ans, petits bourgeois bien élevés, superficiels et imbus d'eux-mêmes à part Tara, les hommes doivent être puissants, des tueurs, et les femmes désirables, et surtout il faut montrer son niveau de vie. Ce 16 avril, Hervé Snout ne rentre pas chez lui alors que c'est son anniversaire. Le lendemain non plus il ne réapparaît pas et peu à peu l'angoisse monte.

    Assez rapidement il y a une sorte d'ironie dans le ton, dans la narration, qui vise à se moquer de cette famille mais en réalité de la société toute entière qui juge à l'emporte pièce, décide qui est bien ou pas, intelligent ou stupide selon de quelle milieu il vient, condamne sans état d'âme, le déterminisme social comme credo inconscient. On comprend très vite que chez les Snout on soigne les apparences, on étale sa réussite, mais qu'il s'agit d'une famille qui souffre d'incommunicabilité. On rumine son mal être chacun dans son coin. Cohabitation de quatre personnes terriblement seules.

    Deuxième partie : 23 février 2024 (53 jours avant la disparition). On fait connaissance avec Hervé Snout, patron d'un abattoir, super carnivore, et passionné depuis toujours par la découpe de la viande, sans la moindre raison atavique, bien au contraire. Une sorte de hyène élevée par des agneaux. On a droit à toutes les descriptions de ce qu'est l'abattoir et le sarcasme n'est jamais loin concernant les mangeurs de viande "Il était le maître du muscle comestible, du muscle de l'autre exploité, du muscle au service de l'humanité". Comme si le morceau de barbaque dans l'assiette n'avait pas été avant, un être vivant, qui aurait tellement voulu rester vivant. Mais bien sûr, le Snout se fout des animaux et de leurs souffrances. Lui, il voit le plaisir gustatif et la rentabilité. Si je n'étais pas déjà végétarienne, après ça je le serais devenue. Le sort des animaux, de leur naissance jusqu'à l'abattoir est abominable. Dans le marché de la viande, zéro compassion, la vie d'un animal est réduite à ce qu'il rapporte et sa souffrance, le boss s'en fout. Leur vie est courte et épouvantable. Et les tueurs des abattoirs ? Certains s'alcoolisent pour supporter ce qu'ils font, quand d'autres y prennent plaisir. J'ai eu tellement de peine pour ce petit cochon, nommé "tendrement" FR 35ABC 501215. Et pour les agneaux. Et pour les vaches, y compris gestantes. Les abattoirs ne sont pas l'antichambre de l'enfer, ils sont l'enfer.

    Et à part ça, tout y passe, l'ennui du quotidien, la dérive du couple, le devoir conjugal, le sexe joyeux et le sexe triste, un vrai plaidoyer contre le mariage, et même de la vie à deux tout simplement, ou les joies d'avoir des enfants MDR. Le harcèlement, la rancœur, le racisme, la misogynie, la bêtise, le sadisme traversent cette histoire. Heureusement il y a aussi de l'amour et quelques moments totalement hilarants. Et toujours cette ironie mordante. Deux familles, deux façons d'en être une, aux antipodes l'une de l'autre.

    J'ai adoré l'idée de reprendre les chose en amont et de nous mener nous, lecteurs, à émettre des hypothèses sur les possibles motivations de la disparition de cet individu aigri et sadique. Toutes les extrapolation semblent imaginables, il y a un vrai suspense qui laisse la porte ouverte à de multiples présomptions tant le champs des possibles est ouvert.

    Et merci, merci, merci à Olivier Bordaçarre d'avoir écrit ce livre qui dénonce tout ce qui me révolte dans ce monde égoïste et absurde, qui court à sa perte, et de l'avoir dit si bien avec cette écriture absolument magnifique !
    En sortant de là, j'ai été un peu plus en colère que d'habitude envers cette société d'hyper consommation, parce que, ce qui se passe dans les abattoirs est tout simplement ignoble, indigne, cruel, inutile.
    " Si les abattoirs avaient des murs en verre, tout le monde serait végétarien." Paul McCartney

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Hervé Snout disparait un beau matin, laissant derrière lui femme et enfants, entreprise.

    Nous découvrons Odile sa femme qui ment aux gendarmes, qui a des amants.

    Nous découvrons Tara, la fille, qui ne veut que courir, courir, courir et demander son émancipation.

    Nous découvrons Eddy, le...
    Voir plus

    Hervé Snout disparait un beau matin, laissant derrière lui femme et enfants, entreprise.

    Nous découvrons Odile sa femme qui ment aux gendarmes, qui a des amants.

    Nous découvrons Tara, la fille, qui ne veut que courir, courir, courir et demander son émancipation.

    Nous découvrons Eddy, le fils, qui veut briller aux yeux de son père, qui se tatoue lui-même un S à l’envers qui s’infecte.

    Nous découvrons Hervé Snout, qui signe HS, et dont le nom à l’envers signifie Tuons. Hervé Snout qui possède un abattoir sur lequel il entend régner.

    Mais cela ne se passe pas comme prévu.

    J’ai aimé la présence des arts dans le roman : Odile peint à la manière des impressionnistes ; Olga fait des collages ; Gus des sculptures de chiffon ; Nadine cuisine comme une cheffe ; Jo photographie les passantes.

    J’ai aimé les noms : HS bien sûr, mais aussi la vieille voisine Grifalconi (le faucon gris), le gendarme Malassi…

    J’ai aimé retrouvé L’Assommoir de Zola avec sa scène d’ouverture de bêtes massacrées dans un abattoir.

    J’ai aimé que l’auteur décrive l’usine des abattoirs de l’intérieur : ses rapports de force d’individus, sa gestion des animaux.

    J’ai aimé le gendarme Malassi bien sympathique, mais qui veut absolument trouver pourquoi Snout a disparu. Et tout au long de ma lecture, j’ai souhaité qu’il ne trouve jamais. Oui, dans ce roman, on ne peut qu’être du côté des méchants.

    Bien sûr, avec un titre pareil, on ne peut que penser à Perec et son roman La Disparition, ainsi que W ou le souvenir d’enfance avec Tara qui court sans cesse. Il me manque sans doute d’autres références.

    J’ai aimé ce roman sur le couple et la famille.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des JO de Paris 2024 qui se déroulent en même temps que le récit.

    https://alexmotamots.fr/la-disparition-dherve-snout-olivier-bordacarre/

    thumb_up J'aime comment Réagir (1)
  • Excellent roman noir !

    Le jour de son anniversaire, Hervé Snout disparait.

    A partir de là, l’auteur va brosser le portrait de nombreux personnages dans son entourage : Son épouse bien jolie qui travaille à la mairie, son amant le dentiste, la fille ado intelligente révoltée, le fils ado...
    Voir plus

    Excellent roman noir !

    Le jour de son anniversaire, Hervé Snout disparait.

    A partir de là, l’auteur va brosser le portrait de nombreux personnages dans son entourage : Son épouse bien jolie qui travaille à la mairie, son amant le dentiste, la fille ado intelligente révoltée, le fils ado bien crétin qui se chope une septicémie en se tatouant lui-même le S des Snout autour d’un téton qui s’infecte, un ado bien lourd à l’image du père.
    Père qui par ailleurs dirige un abattoir comme une brute en se fichant du bien-être animal tant que les sous rentrent en caisse et que la cadence ouvrière sous payée est maintenue, ce qui permet à l’auteur de rajouter beaucoup de souffrance et de sang en toile de fond.
    'Rajouter' car de nombreuses personnes souffrent dans ce roman dont un gentil gamin martyrisé dans son enfance que Snout va utiliser comme souffre-douleur alors que lui-même, Snout, ce patron bourgeois, a été victime d’agressions sévères à l’école.
    Il y a les gendarmes qui ne veulent pas trop se mêler de cette affaire dans cette petite ville de province où tout le monde se connait plus ou moins.

    Bref, il n’y a pas une personne qui n’a pas une bonne raison de voir disparaitre Hervé Snout ou tout au moins en être assez satisfait.

    J’ai été un peu déçue par la toute dernière partie car j’avais déjà en amont pensé à la chute mais je dois dire que j’ai pris grand plaisir à lire ce roman addictif et d’excellente facture qui traite de nombreuses caractéristiques sociales très actuelles et qui nous concernent tous.

    Un excellent thriller hyper tendu, avec une écriture vive au ton caustique pour un texte engagé.
    Entre un dîner et un déjeuner, ça ne se lâche pas ! Bravo !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • La disparition d’Hervé Snout - Olivier Bordaçarre 28.4.24
    Harcèlement, quels dramatiques dégâts produis-tu sur des vies entières !

    Ne connaissant pas encore cet auteur et remarquant très vite au fil de ma lecture qu’Olivier Bordaçarre avait un réel talent de conteur, je suis partie en...
    Voir plus

    La disparition d’Hervé Snout - Olivier Bordaçarre 28.4.24
    Harcèlement, quels dramatiques dégâts produis-tu sur des vies entières !

    Ne connaissant pas encore cet auteur et remarquant très vite au fil de ma lecture qu’Olivier Bordaçarre avait un réel talent de conteur, je suis partie en recherche de sa bio. On comprend que ce talent pourrait être lié à ses autres talents professionnelles. Il a débuté par le métier d’acteur de théâtre et spectacles divers. Il devient très vite formateur en techniques théâtrales et animateur d’ateliers de théâtre et d’écriture. Il écrira alors ses propres créations théâtrales. En 2006 il écrit son premier roman « Géométrie variable ». La disparition d’Hervé Snout est son dixième roman.

    L’histoire du livre.
    Il faut la débuter par un prologue qui relate une courte histoire familiale qui s’est passée en 2004. L’auteur y présente un couple, Nadine et Alain Raybert, qui ont un fils, Gabin. Leur maison héberge des enfants placés où tous savent qu'ils repartiront un jour, mais auxquels ils veulent donner un moment de chaleur, de bien-être, parfois un nouveau départ dans une vie chaotique. C’est le cas du jeune Gustave.
    Puis nous oublions toute cette histoire jusqu’à près de la moitié du livre, moment auquel on voit réemmerger des personnages.

    Au début effectif du roman, on est parachuté au 16 avril 2024, journée anniversaire du père de famille, Hervé Snout. Odile Snout, 38 ans, attend le retour de son mari afin de partager un diner d’anniversaire avec leur jumeaux de 14 ans, Eddy et Tara. Toute leur vie est très organisée, l’environnement très High-tech, leur vie file tout doux. Oui mais, aucune nouvelle, ni retour de l’époux ce soir-là. La tension monte très vite.

    L’auteur nous plonge ensuite dans la tête des personnages. La vie de l’épouse ainsi que le vécu des jumeaux ont été minutieusement décortiqués. Les personnages gravitant tout autour vont progressivement révéler de multiples facettes de ce cher Monsieur Snout. Plein de petits détails jalonnent le récit et rendent la lecture agréable. Notre petite tête est occupée à inventorier, ranger, essayer de deviner ce que cache sa disparition, ou plus simplement ce que cache ce cher Hervé.

    L’écriture d’Olivier Bordaçarre est fluide, juste, contemporaine et sans bavures. La construction est bien faite. Les chapitres alternent entre avant, pendant et après la disparition. Bel angle de vue.
    En refermant le livre, je me suis posé des questions : pourquoi n’a-t-on pas davantage parlé de cet auteur ? Ses précédents livres étaient-ils moins bons ? Pour quelles raisons a-t-il été aussi peu visibilisé, si peu mis en avant par les médias ? A fouiller.

    thumb_up J'aime comment Réagir (1)
  • L'histoire
    Odile Snout s’affaire dans la cuisine de son pavillon cossu. Le bœuf bourguignon qui a mijoté toute la journée est prêt. Avec ses deux adolescents, elle attend son époux, dont on fête ce soir-là l’anniversaire. Les heures passent et Hervé ne se montre pas. Quelque chose ne tourne...
    Voir plus

    L'histoire
    Odile Snout s’affaire dans la cuisine de son pavillon cossu. Le bœuf bourguignon qui a mijoté toute la journée est prêt. Avec ses deux adolescents, elle attend son époux, dont on fête ce soir-là l’anniversaire. Les heures passent et Hervé ne se montre pas. Quelque chose ne tourne pas rond chez les Snout et l’angoisse commence à monter.
    Le lendemain matin, à la gendarmerie, le lieutenant ne semble pas inquiet. Hervé finira par rentrer chez lui, et reprendre son travail.
    On a bien le droit de disparaître.
    Mon avis :
    La construction du roman, basée sur l'alternance de chapitre après, avant et pendant la disparition, donne le rythme. Les points de vue des protagonistes se succèdent et peu à peu le lecteur entre dans la tête de personnes ordinaires pas si ordinaires. L'ambiance suinte la banalité d'une vie quotidienne dans une France moyenne. L'ennuie y est gris. C'est flippant, dérangeant, angoissant, traumatisant, sanglant..

    L'intrigue repose sur le tragique d'une vie d'enfant puis d'adulte harcelé. L'image du hamster dans la roue s'impose. Car autour de Gustave, les cadors du coin cherchent toujours une tête de turc quand leur propre vie n'est pas une réussite (celle d'un Arabe est en équilibre un court moment. Décisif pour la couleur du récit)
    Le ton est d'une ironie désespérée. Le lieu de la disparition, un abattoir, autorise un jaillissement d'images violentes et des litres d'hémoglobine et de merde nettoyés à la javel. Une odeur douceâtre entre la vie et la mort qui engourdit. L'abattoir favorise l'écoeurement et la déshumanisation. Un plaidoyer puissant pour des murs en verre.

    Merci aux éditions Denoel pour cette publication mémorable.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Mais où donc passé Hervé Snout ? Etrange quand même qu’il ne soit pas rentré chez lui après sa journée de travail, le soir même de son anniversaire. Sa femme se montre plus agacée qu’inquiète, car leurs derniers échanges au sujet de leur couple l’ont laissée dubitative. Ses enfants adolescents...
    Voir plus

    Mais où donc passé Hervé Snout ? Etrange quand même qu’il ne soit pas rentré chez lui après sa journée de travail, le soir même de son anniversaire. Sa femme se montre plus agacée qu’inquiète, car leurs derniers échanges au sujet de leur couple l’ont laissée dubitative. Ses enfants adolescents s’en désintéressent, sa fille y voyant même la chance de ne pas être contrainte de manger de la viande ce soir, elle qui a décidé de devenir végétarienne. Sa belle-mère y voit une occasion de plus d’accabler ce gendre qu’elle ne cesse de critiquer. Ses employés quant à eux sont presque soulagés, heureux pendant quelques jours de ne pas subir le caractère acariâtre de ce tempétueux patron. Quant aux gendarmes, même eux semblent peu enclins à diligenter une enquête tant la probabilité d’un départ volontaire leur semble privilégiée.
    Parce qu’il faut dire que c’est un sacré personnage cet Hervé Snout ! Autoritaire, colérique, rigide et un brin réac, il est partout désagréable. En famille, où il néglige également femme et enfants, insensible à l’ennui de l’une et aux névroses des deux autres. Mais aussi dans son entreprise, l’abattoir local qu’il dirige avec fierté mais surtout rudesse. Un patron odieux et maltraitant, employant la même brutalité avec ses employés qu’avec les pauvres bêtes qui ont le malheur de finir leur vie dans son sinistre établissement.
    Alors, pourquoi Hervé Snout a-t-il disparu ? Et qui est responsable ? L’enquête est ouverte.
    .
    Ce livre est une divine surprise. Le genre de bouquin que tu ouvres un peu par hasard un jour de déprime et qui te colle illico le sourire aux lèvres. C’est drôle, c’est mordant, c’est très satirique, mais c’est surtout sacrément bien écrit et très habilement construit.C’est jouissif de suivre l’itinéraire de cet homme pour le moins détestable, et certaines scènes sont franchement hilarantes. D’autres sont assez gore, il vaut mieux le savoir, et on ne regarde plus tout à fait pareil son rôti de bœuf à l’issue de cette lecture. Mais au-delà de son aspect réjouissant et divertissant, ce livre est bien moins léger qu’il n’y parait. Car finalement ce qui sous-tend les rapports entre cette galerie de personnage c’est la violence. Violence familiale, par les propos, par le dénigrement ou par la négligence. Violence au travail quotidienne, généralisée et même légitimée quand elle émane du Directeur lui-même. Violence envers les animaux enfin, poussée à son paroxysme dans cet univers sanglant et macabre. Une violence qui devient presque normale, qui se banalise et se transmet de façon insidieuse, car finalement comment l’éviter quand on tue toute la journée ? Un roman qui au final questionne et interpelle et qui a mon avis viendra bousculer les certitudes des plus sceptiques sur la question de la condition animale.
    Un livre que je recommande et que je suis heureuse de retrouver dans la première sélection du Prix Orange 2024

    thumb_up J'aime comment Réagir (1)
  • J’ai découvert Olivier Bordaçarre en 2014 avec « Dernier désir », un thriller génial, en poche maintenant. Vient de paraître « La disparition d’Hervé Snout » et c’est toujours aussi EXCELLENT ! Avec Bordaçarre, on est dans le roman social : l’auteur nous offre une analyse sans concession,...
    Voir plus

    J’ai découvert Olivier Bordaçarre en 2014 avec « Dernier désir », un thriller génial, en poche maintenant. Vient de paraître « La disparition d’Hervé Snout » et c’est toujours aussi EXCELLENT ! Avec Bordaçarre, on est dans le roman social : l’auteur nous offre une analyse sans concession, glaçante et vraiment très drôle de notre monde. Il excelle à mettre en évidence les travers de la société moderne et l’on est à la fois horrifié et amusé par l’écriture incisive et le ton ironique.
    Nous découvrons, dans ce roman, la famille Snout : le père (un gros con) (je sais, c’est un peu vulgaire mais je ne trouve pas de synonyme qui rende aussi bien compte de ce qu’est fondamentalement cet homme : un con : dominant, prétentieux, violent, mauvais, autoritaire, sadique...), la mère, Odile Stout (mais qu’est-ce qu’elle fout avec un mec pareil?) et deux gosses : un fils moche, écervelé et dangereux (le portrait du père en devenir) et une fille sensible, intelligente et qui n’a qu’une hâte : quitter au plus vite le domicile familial où l’ambiance est horrible. Une famille dysfonctionnelle donc (pléonasme?) La description des ados est vraiment remarquable de justesse !
    Ah, oui, j’oubliais de vous dire : Snout est directeur d’un abattoir. Pas sûr qu’après la lecture, vous puissiez avaler votre steak. Mais bon, faut assumer hein ? Et chacun d’entre nous ferait bien de passer une demi-journée dans un abattoir histoire de découvrir l’horreur absolue qui règne dans cette industrie du carnage. Bref… le problème, c’est que notre abruti d’Hervé Snout disparaît. Plus aucune trace ! Comme c’est dommage ! Bon, c’est quand même un peu embêtant et Mme Snout commence à s’inquiéter même si elle se sent parfois un peu soulagée. Où est passé son mari ? Départ volontaire ? Le jour de son anniversaire en plus ! Enlèvement ? Ou … Tout le monde demeure perplexe.
    Je me suis régalée à la lecture de ce thriller engagé : on est porté par le suspense, on découvre des personnages hyper bien rendus. La construction non chronologique du roman donne l’impression d’un puzzle qui prend forme petit à petit. Et enfin, disons-le, qu’il est plaisant de lire un polar bien écrit ! Franchement je recommande la lecture de ce roman noir ! Et la fin… alors là, vous n’êtes pas près de l’oublier !
    Une fable sociale saisissante, « saignante et engagée »
    Un régal !

    LIRE AU LIT le blog

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Le profil type du roman que j’aurais mis dans ma pile à lire et dont j’aurais reporté la lecture, de mois en mois, s’il n’avait pas été dans la liste de présélection du Prix Orange du Livre 2024, prix pour lequel je suis jurée.
    Une galerie de portraits autour de la disparition d’un homme, père...
    Voir plus

    Le profil type du roman que j’aurais mis dans ma pile à lire et dont j’aurais reporté la lecture, de mois en mois, s’il n’avait pas été dans la liste de présélection du Prix Orange du Livre 2024, prix pour lequel je suis jurée.
    Une galerie de portraits autour de la disparition d’un homme, père de famille et chef d’entreprise.
    Un roman construit en plusieurs temporalités, à la fois contemporain et dystopique. Un texte qui pourrait s’assimiler à un roman policier, puisqu’il y a intervention de la Police autour de cette mystérieuse disparition mais qui cache derrière ce scénario une vision de notre société, de gens ordinaires, abimés par le quotidien et les difficultés de la vie.
    Le suspense va grandissant et derrière une lecture addictive, vous découvrirez des personnages communs qui constituent la société et le microcosme de cette petite ville de province où se déroule l’action.
    J’ai adoré la précision mise au profit de chacun des personnages, tous cabossés, plein de faiblesses et de déchirures. J’ai eu beaucoup de mal avec certaines scènes choquantes, violentes et tellement réalistes.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com