Louis-Philippe Dalembert

Louis-Philippe Dalembert

Louis-Philippe Dalembert est né à Port-au-Prince et vit à Paris. Il a publié depuis 1993 chez divers éditeurs, en France et en Haïti, des nouvelles (au Serpent à plumes dès 1993 : Le Songe d'une photo d'enfance), de la poésie, des essais (chez Philippe Rey/Culturesfrance en 2010, avec Lyonel Trou...

Voir plus

Louis-Philippe Dalembert est né à Port-au-Prince et vit à Paris. Il a publié depuis 1993 chez divers éditeurs, en France et en Haïti, des nouvelles (au Serpent à plumes dès 1993 : Le Songe d'une photo d'enfance), de la poésie, des essais (chez Philippe Rey/Culturesfrance en 2010, avec Lyonel Trouillot : Haïti, une traversée littéraire) et des romans (les derniers en date, au Mercure de France : Noires blessures en 2011 et Ballade d'un amour inachevé en 2013). Professeur invité dans diverses universités américaines, il a été pensionnaire de la Villa Médicis (1994-1995), écrivain en résidence à Jérusalem et à Berlin, et a été lauréat de nombreux prix dont le prix RFO en 1999, le prix Casa de las Américas en 2008 et le prix Thyde Monnier de la SGDL en 2013.

En 2017, il publie Avant que les ombres ne s'effacent, roman finaliste du Prix Orange du Livre.

Crédit photo : © Daniel Mordzinski

Articles (10)

Voir tous les articles

Avis (36)

  • Couverture du livre « Avant que les ombres s'effacent » de Louis-Philippe Dalembert aux éditions Sabine Wespieser

    Anita Millot sur Avant que les ombres s'effacent de Louis-Philippe Dalembert

    Voici l’histoire de Reuben Schwarzberg et de sa famille peu banale, le destin contrarié de juifs allemands qui ont compris, à l’aube de la deuxième guerre mondiale, l’urgence de quitter leur pays avant qu’il ne soit trop tard ...

    Reuben a cinq ans lorsque toute sa famille, originaire de...
    Voir plus

    Voici l’histoire de Reuben Schwarzberg et de sa famille peu banale, le destin contrarié de juifs allemands qui ont compris, à l’aube de la deuxième guerre mondiale, l’urgence de quitter leur pays avant qu’il ne soit trop tard ...

    Reuben a cinq ans lorsque toute sa famille, originaire de Pologne, s’installe à Berlin. Il y grandira sous l’encouragement de sa grande soeur Salomé, auprès de sa bienveillante grand-mère Bobe et de Papy, de sa tante Ruth, de son oncle Josh, de sa mère Judith et de son père Néhémia.

    En 1939, il a vingt-cinq ans et termine ses études de médecine. La violence du nazisme et un anti-sémitisme montant les obligeront à quitter Berlin, pour les Etats-Unis, la Palestine, Cuba et la France.

    Finalement, l’Europe n’étant plus en état de le protéger, Reuben s’établira défintivement à Port-au-Prince, en Haïti où il fondera sa propre famille.

    En 2010, lors du terrible séisme, sa petite cousine Deborah, elle-même médecin, viendra des Etats-Unis afin de porter secours aux victimes. Reuben, âgé de plus de quatre-vingt-quinze ans lui racontera sa vie, pendant toute une nuit de veille.

    Un superbe roman, drôle et touchant, qu’on lit d’une traite. Un seul regret toutefois : qu’il ne soit pas plus long ! On aurait aimé en savoir un peu plus sur la vie du reste de la famille, installée aux Etats-Unis, en Palestine, à Cuba et surtout avoir plus de détails sur celle de Reuben, en Haïti ...

  • Couverture du livre « Avant que les ombres s'effacent » de Louis-Philippe Dalembert aux éditions Sabine Wespieser

    Claudia Charrier sur Avant que les ombres s'effacent de Louis-Philippe Dalembert

    Roman lu dans le cadre du Prix du Meilleur Roman Points 2018.

    Louis-Philippe Dalembert raconte un pan méconnu de la Seconde Guerre mondiale dans ce livre captivant "Avant que les ombres s'effacent".

    Cette histoire saisissante et envoûtante a été pour ma part, une très bonne surprise, car...
    Voir plus

    Roman lu dans le cadre du Prix du Meilleur Roman Points 2018.

    Louis-Philippe Dalembert raconte un pan méconnu de la Seconde Guerre mondiale dans ce livre captivant "Avant que les ombres s'effacent".

    Cette histoire saisissante et envoûtante a été pour ma part, une très bonne surprise, car il faut bien le dire, il Y A beaucoup de livres qui parlent de ce sujet. Non que je me lasse de ce sujet fort intéressant et essentiel, mais de l’aborder d’une manière inhabituelle m’a énormément plu.

    Dès les premiers chapitres, je suis avec grand intérêt, l’histoire de cette famille juive. Notamment le personnage central, Ruben Schwarzberg, qui raconte sa vie et celle de sa famille.

    L’histoire commence en 1918, traversant l’époque de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à nos jours, cette famille très unie va être éclatée malgré elle, due à la guerre. Commencent les exils forcés entre les Etats-Unis et la Palestine pour les plus chanceux, mais malheureusement Ruben et son oncle n’auront pas cette chance, et se voient refuser leur demande d’entrée en Amérique.

    Le narrateur nous embarque dans un long périple parfois cauchemardesque, mais aussi pleins d’espoirs où des rencontres inattendues vont permettre à ce jeune homme de vivre des moments incroyables, sous le signe de l’amour et de l’amitié.

    Le côté romanesque ne m’a pas du tout dérangé, bien au contraire… Je n’avais qu’une envie, c’est de tourner les pages et de connaître la suite de l’histoire. Savoir comme « Ruben » allait s’en sortir… Allait-il réussir à rejoindre sa famille ou du moins, se mettre à l’abri ?!

    Ce que j’ai aussi beaucoup aimé dans cet ouvrage, c’est l’ambiance que décrit l’auteur, que cela soit à Berlin, à Paris ou encore en Haïti, j’ai eu cette impression "d’être à côté" de ce jeune médecin, frissonnant parfois pour lui, et surtout avec cette envie de le protéger.

    Un grand merci aux Éditions Points pour cette très belle découverte.

    Un roman brillant, que je conseille vivement de lire. Une qualité d’écriture absolument incroyable belle et poétique.

    Coup de cœur assurément !

    Prix Orange du livre et Prix France Bleu/Page des Libraires

    http://leslecturesdeclaudia.blogspot.fr/2018/04/louis-philippe-dalembert-un-pan-meconnu.html

  • Couverture du livre « Avant que les ombres s'effacent » de Louis-Philippe Dalembert aux éditions Sabine Wespieser

    Sophie Gauthier sur Avant que les ombres s'effacent de Louis-Philippe Dalembert

    Le docteur Ruben Schwartzberg est au coeur de cette fresque qui embrasse le XXème siècle et le début du XXIème. Contraint de quitter Berlin au printemps 1939 alors que sa famille s'est dispersée entre les Etats-Unis, la Palestine et Cuba, le jeune homme embarque à bord du Saint-Louis à...
    Voir plus

    Le docteur Ruben Schwartzberg est au coeur de cette fresque qui embrasse le XXème siècle et le début du XXIème. Contraint de quitter Berlin au printemps 1939 alors que sa famille s'est dispersée entre les Etats-Unis, la Palestine et Cuba, le jeune homme embarque à bord du Saint-Louis à destination de La Havane d'où il espère entrer aux Etats-Unis. Mais les passagers du Saint-Louis, réfugiés juifs allemands sont refoulés par les autorités cubaines. Commence alors une errance de plus d'un mois avant le retour en Europe où la Belgique, les Pays-Bas, la France et l'Angleterre accepte enfin d'ouvrir leurs frontières à un petit nombre de réfugiés. C'est ainsi que Ruben arrive à Paris et se lie d'amitié avec plusieurs membres de la communauté haïtienne qui l'engage à demander asile à Haïti où un décret permet à "tout individu persécuté à cause de son ethnie ou de sa foi peut trouver refuge sur le territoire sacré de la nation" et devenir citoyen haïtien. Ruben débarque à Port-au-Prince à l'automne 1939 et découvre un pays fier d'être le premier à avoir aboli l'esclavage sur son sol, un pays contrasté mais où la générosité et l'accueil ne restent pas de vains mots. Curieux et affable, le nouveau docteur s'y creuse vite une place. En 2010, l'arrivée de Deborah sa jeune parente lui permet d'évoquer l'histoire familiale et les liens qui perdurent au-delà du temps et des générations successives.

    C'est avec une verve teintée de beaucoup d'humour que l'auteur raconte l'histoire de Ruben Schwartzberg, nous faisant ainsi revisiter une période noire de l'Histoire qui semble se répéter aujourd'hui. Car derrière le périple du Saint-Louis et des réfugiés juifs qui errent d'un pays à l'autre, sans cesse repoussés, sans cesse pourchassés, menacés de mort dans leur propre patrie, se lit de façon évidente le sort des exilés de notre époque actuelle. Le roman de Louis-Philippe Dalembert est aussi l'occasion de rendre hommage à la population d'Haïti, l'une des plus pauvres du monde, mais qui a su accueillir et donner un lieu de vie à ceux qui n'avaient plus rien.

    J'ai lu avec grand plaisir cette histoire aux résonances contemporaines, même si le rythme semble s'alanguir quelque peu dans le dernier quart du livre. L'écriture, charnue et piquante, porte à merveille cette saga romanesque qui m'a tenue sous ses charmes.

Voir tous les avis

Vidéos (1)

  • Le jury du Prix Orange du Livre 2017 vous présente les 5 finalistes !

Voir toutes les videos

Récemment sur lecteurs.com