Mur Méditerranée

Couverture du livre « Mur Méditerranée » de Louis-Philippe Dalembert aux éditions Sabine Wespieser
Résumé:

À Sabratha, sur la côte libyenne, les surveillants font irruption dans l'entrepôt où sont entassées les femmes.
Parmi celles qu'ils rudoient pour les obliger à sortir, Chochana, une Nigériane, et Semhar, une Érythréenne. Les deux amies se sont rencontrées là, après des mois d'errance sur les... Voir plus

À Sabratha, sur la côte libyenne, les surveillants font irruption dans l'entrepôt où sont entassées les femmes.
Parmi celles qu'ils rudoient pour les obliger à sortir, Chochana, une Nigériane, et Semhar, une Érythréenne. Les deux amies se sont rencontrées là, après des mois d'errance sur les routes du continent. Grâce à toutes sortes de travaux forcés et à l'aide de leurs proches restés au pays, elles se sont acharnées à réunir la somme nécessaire pour payer les passeurs, à un prix excédant celui d'abord fixé. Ce soir-là pourtant, au bout d'une demi-heure de route dans la benne d'un pick-up fonçant tous phares éteints, elles sentent l'odeur de la mer.
Un peu plus tôt, à Tripoli, des familles syriennes, habillées avec élégance comme pour un voyage d'affaires, se sont installées dans les minibus climatisés garés devant leur hôtel. Ce 16 juillet 2014, c'est enfin le grand départ. Dima, son mari et leurs deux fillettes ont quitté leur pays en guerre depuis un mois déjà, afin d'embarquer pour Lampedusa.
Ces femmes si différentes - Dima la bourgeoise voyage sur le pont, Chochana et Semhar dans la cale - ont toutes trois franchi le point de non-retour et se re- trouvent à bord du chalutier, unies dans le même espoir d'une nouvelle vie en Europe.
L'entreprenante et plantureuse Chochana, enfant choyée de sa communauté juive ibo, se destinait pourtant à des études de d roit, avant que la sécheresse et la misère la contraignent à y renoncer et à fuir le Nigeria. Semhar, elle, se rêvait institutrice, avant d'être enrôlée pour un service natio- nal sans fin dans l'armée érythréenne, où elle a refusé de perdre sa jeunesse. Quant à Dima, au moment où les premiers attentats à la voiture piégée ont commencé à Alep, elle en a été sidérée, tant elle pensait sa vie toute tracée, dans l'aisance et conformé- ment à la tradition de sa famille.
Les portraits tout en justesse et en empa- thie que peint Louis-Philippe Dalembert de ses trois protagonistes - avec son acuité et son humour habituels - leur donnent vie et chair, et les ancrent avec naturel dans un quotidien que leur nouvelle condition de « migrantes » tente de gommer. Lors de l'effroyable traversée, sur le rafiot de for- tune dont le véritable capitaine est le chef des passeurs, leur caractère bien trempé leur permettra tant bien que mal de résis- ter aux intempéries et aux avaries. Luttant âprement pour leur survie, elles manifeste- ront même une solidarité que ne laissaient pas augurer leurs origines si contrastées.
S'inspirant de la tragédie d'un bateau de clandestins sauvé par le pétrolier da- nois Torm Lotte en 2014, Louis-Philippe Dalembert déploie ici avec force un ample roman de la migration et de l'exil.

Donner votre avis

Avis(5)

  • Un récit nécessaire et terriblement humain sur ces voyages périlleux où des hommes et des femmes tentent le tout pour le tout pour fuir leur pays et rejoindre leur eldorado, l’Europe.

    Ces dernières années les écrivains se sont emparés de cette tragédie du 21ème siècle pour informer, dénoncer,...
    Voir plus

    Un récit nécessaire et terriblement humain sur ces voyages périlleux où des hommes et des femmes tentent le tout pour le tout pour fuir leur pays et rejoindre leur eldorado, l’Europe.

    Ces dernières années les écrivains se sont emparés de cette tragédie du 21ème siècle pour informer, dénoncer, sensibiliser, tout simplement écrire sur l’insoutenable.
    Des écrits éclairants, Pascal Manoukian, Delphine Coulin et plus récemment Marie Darrieussecq dont la Mer à l’envers m’a séduite.

    Louis Philippe DALEMBERT a choisi de narrer l’odyssée de trois femmes depuis leur pays d’origine jusqu’à leur arrivée à Lampedusa : Chochana la Juive Nigériane, Semhar l’Erytréenne et Dima la Syrienne.

    Chaque parcours explore les raisons personnelles de chacune, la situation géopolitique du pays d’origine. Le texte est fort, remarquablement bien écrit, rigoureusement documenté (sans nuire au récit), les trois femmes sont admirables, à la fois fortes et vulnérables.

    De plus, l’auteur éclaire sur les rivalités entre les passagers liées à leurs origines raciales, leurs convictions religieuses, leur milieu social d’origine ; il dissèque les rivalités, source parfois de violence, qui influe sur les comportements et les évènements.

    Pour ce récit magistral, Louis Philippe DALEMBERT s’est inspiré d’une tragédie survenue à l’été 2014 lorsque le pétrolier danois Torm Lotte a recueilli des naufragés en mer méditerranée.

    Nous le savons tous, la méditerranée est devenue un véritable cimetière, l’actualité en témoigne jour après jour. Notre impuissance est désespérante et nous interpelle face à cette catastrophe humanitaire d’une ampleur qui nous dépasse.

    Un livre fort et nécessaire.

    Lu dans le cadre du Prix Landerneau 2019.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En apprenant que le nouveau roman de Louis-Philippe Dalembert faisait partie de la sélection pour le Prix Landerneau, j'étais vraiment ravie de pouvoir le lire.

    Et ce, pour deux raisons, son thème m'intéressant vivement et parce que j'avais beaucoup aimé son livre Avant que les ombres...
    Voir plus

    En apprenant que le nouveau roman de Louis-Philippe Dalembert faisait partie de la sélection pour le Prix Landerneau, j'étais vraiment ravie de pouvoir le lire.

    Et ce, pour deux raisons, son thème m'intéressant vivement et parce que j'avais beaucoup aimé son livre Avant que les ombres s'effacent.
    (chronique Avant que les ombres s'effacent)

    ↜↝↜↝


    Mer Méditerranée est un roman poignant ! Il interpelle, il attriste, il révolte par tant de misères, de duretés, de violences faites aux Hommes.

    Malheureusement, nous ne naissons pas égaux et Ô Combien, cette histoire nous le prouve encore et nous insurge par tant de cruauté et de malheur.

    Que ferions-nous si nous étions à la place de ces personnes qui ne souhaitent qu'une chose : vivre dignement, librement et décemment.

    L'auteur raconte de manière poignante, le destin de ces migrants cherchant à atteindre les côtes européennes.
    L'eldorado pour ces hommes et ces femmes prenant tous les risques pour y arriver, subissant les pires humiliations , les privations, les violences, la mort pour beaucoup, se noyant dans la mer Méditerranée.

    Toutes ces épreuves endurées pour peut-être, avoir un avenir meilleur.

    Un roman qui donne la voix à tous les disparus en mer, échouant, mourant, brisant leur rêve et ceux de leurs familles qui en attendent tant de ce voyage.

    A travers trois femmes fortes et volontaires, Chochana - nigériane, Dima - syrienne et Semhar - érythréenne, nous allons suivre leur terrible périple.
    Elles fuient la pauvreté, la guerre ou encore la dictature.
    Elles ont des parcours de vie très éloignés, des religions différentes mais un but commun, traverser la mer Méditerranée pour atteindre Lampedusa.

    J'ai "tremblé" en lisant ces pages, j'ai "souffert" avec elles, côtoyant la haine, le racisme, les sévices, les espoirs perdus.
    Mais de ce texte si puissant, j'ai ressenti aussi toute la force, la détermination et la solidarité qu'elles font preuve dans les pires moments...
    Le courage de se battre et de se relever quand il reste une infini lueur d'espoir.

    J'aurai aimé connaitre la destinée de certains personnages dont nous apprenons à découvrir au fil des pages et dont nous perdons la trace un jour...
    Savoir s'ils ont réussi, savoir s'ils sont en sécurité, ce qu'ils sont devenus ensuite reste pour moi, une frustration, peut-être parce que je me suis si vite attachée à eux.

    Une écriture percutante, vive et pointue comme sait si bien le faire Jean-Louis Dalembert.

    Un récit bouleversant, d'un réalisme effrayant ; un texte fort et nécessaire qui restera longtemps présent dans mon esprit et mon cœur.

    D'autres ouvrages existent sur ce thème si essentiel comme Les échoués, L'opticien de Lampedusa ou encore Une fille dans la jungle et tant d'autres livres formidables.

    Lisez-le !
    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/09/mur-mediterraneen.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Trois femmes, trois pays, trois religions et un seul et même objectif : quitter une patrie où elles ne peuvent plus vivre pour rejoindre l’Europe.
    Chochana est juive et Nigériane, Dima est musulmane et Syrienne et Semhar est chrétienne et Erythréenne. Ces trois femmes vont se croiser sur le...
    Voir plus

    Trois femmes, trois pays, trois religions et un seul et même objectif : quitter une patrie où elles ne peuvent plus vivre pour rejoindre l’Europe.
    Chochana est juive et Nigériane, Dima est musulmane et Syrienne et Semhar est chrétienne et Erythréenne. Ces trois femmes vont se croiser sur le chemin de la migration, fuyant l’une la sécheresse, l’autre la guerre et la dernière la dictature militaire.
    Après un voyage qui tient lieu de véritable calvaire, les trois femmes embarquent sur un chalutier à Tripoli en direction de Lampedusa. Un voyage en bateau d’une violence et d’une émotion intenses, qui m’a profondément choquée et révoltée et qui va s’achever en un naufrage épique, heureusement secouru par un pétrolier danois au large de Messine.
    Ce roman raconte, dans un langage mélangeant humour, expressions populaires et invocations religieuses, le parcours dramatique de ces migrants que l’Europe voir arriver démunis et déshumanisés. Un phénomène de société universel, vu de l’intérieur, qui rend tellement humains tous ces malheurs individuels, où des populations entières, chassées par une même détresse et mues par un même souffle d’espoir, quittent tout pour un avenir incertain.
    Le parcours de ces femmes fortes et déterminées est un exemple de courage. Elles m’ont imprégnée de vraies valeurs en me rappelant à chaque instant que, malgré l’injustice et les souffrances, «la vie est plus forte que tout».
    Louis Philippe DALEMBERT met un nom et une histoire sur ces âmes anonymes dont on ne fait qu’entendre parler, dans nos vies bien confortables et il parvient à nous émouvoir au plus haut point. Le croisement de ces cultures, de ces langues et de ces religions si différentes, le regard sur des situations économiques et politiques invivables en Afrique et au Proche-Orient, font de ce roman une histoire difficile mais édifiante que j’ai trouvée riche et passionnante.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Mur Méditerranée", un titre sublime, d’une puissante vérité, pour un roman qui ne l’est pas moins. Louis-Philippe Dalembert signe ici un texte très fort et redonne tout son sens à un mot devenu tellement commun qu’on en a oublié ce qu’il cache d’horreurs : MIGRANT.

    En réalité, plus qu’un...
    Voir plus

    "Mur Méditerranée", un titre sublime, d’une puissante vérité, pour un roman qui ne l’est pas moins. Louis-Philippe Dalembert signe ici un texte très fort et redonne tout son sens à un mot devenu tellement commun qu’on en a oublié ce qu’il cache d’horreurs : MIGRANT.

    En réalité, plus qu’un roman j’ai découvert dans cet ouvrage une véritable œuvre. Œuvre littéraire, bien sûr, de par sa splendide écriture, une écriture extrêmement travaillée, fouillée, qui ne craint pas pour autant d’utiliser, quand l’occasion se présente, un langage parler, familier, peu académique parfois. Le plaisir est immense de voir se côtoyer ainsi des termes aussi "officiels" et anciens que "concomitamment" ou "nonobstant" et des dialogues à l’emporte-pièce, le tout dans une harmonie totale. Œuvre littéraire encore par la documentation fouillée, il ne peut en être autrement. La précision des faits racontés est impressionnante et nous donne à vivre le drame de l’intérieur. Œuvre littéraire enfin par la qualité, l’envergure, la consistance de ses personnages.

    Et, j’aurais presque envie d’ajouter que "Mur Méditerranée" est aussi une œuvre de bienfaisance. En prenant comme fil conducteur la vie de trois femmes, candidates au départ vers l’Europe et une vie meilleure, l’auteur nous rend non seulement témoins, mais acteurs – actrices – de l’histoire. Il nous donne à réfléchir sur ces drames quotidiens autrement qu’à travers la sécheresse des articles de journaux ou l’énoncé de chiffres à la radio. Comment ne pas s’identifier à Chochana, Nigériane de confession juive qui aurait dû être avocate si les troupes de Boko Haram n’avaient semé la terreur dans son pays, Semhar, jeune Erythréenne chrétienne orthodoxe qui a déserté du service national ou encore Dima, Syrienne et musulmane, plutôt aristocrate qui fuit les bombes avec son mari et ses filles. Nous partageons leur quotidien, sordide, dangereux, ignominieux, du départ de leur foyer jusqu’à l’arrivée dans l’El Dorado imaginé… et peut-être imaginaire.

    L’histoire racontée est réelle. C’est en juillet 2014 que le pétrolier danois Torn Lotte s’est porté au secours d’un rafiot de fortune perdu dans une tempête en Méditerranée, débordant de passagers clandestins. En transformant ce fait, que je ne saurais qualifier de divers, en roman l’auteur rend un hommage personnel à chacune de ces victimes des griffes de passeurs mafieux, proxénètes, et violeurs.

    Je ne suis pas membre de l’Académie Goncourt mais… je verrais bien "Mur Méditerranée" récompensé par ce prestigieux prix littéraire.

    https://memo-emoi.fr

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un titre qui claque:une mer-mur que les personnages de ce roman-document vont devoir affronter s'ils veulent connaître la liberté de vivre.
    "La presse rapporte tous les jours des informations à propos de bateaux qui ont chaviré en Méditerranée.Cette mer est devenue un immense cimetière."
    Ces...
    Voir plus

    Un titre qui claque:une mer-mur que les personnages de ce roman-document vont devoir affronter s'ils veulent connaître la liberté de vivre.
    "La presse rapporte tous les jours des informations à propos de bateaux qui ont chaviré en Méditerranée.Cette mer est devenue un immense cimetière."
    Ces lignes nous racontent le cheminement de trois femmes,aux fortes personnalités qui vont se retrouver après une route dure,pleine de souffrances,d'humiliations pour Chochana ,la Nigériane et Semhar,l'Erythréenne. Dima,la Syrienne d'Alep,appartient,elle,à la bourgeoisie.Elles sont toutes trois sur ce chalutier:les deux Africaines dans la cale,Dima,son mari et leurs deux filles sur le pont.Et les éléments se déchaînent!
    Un récit poignant,qui met des mots précis sur des images télévisées,l'émotion et la révolte sont constantes.L'horrible réalité de ces passeurs,esclavagistes,brutes exploitantes,ne peut laisser le lecteur indifférent.L'histoire du naufrage de ce chalutier est vraie,et,le talent de l'auteur nous interpelle aussi par la qualité de ses descriptions,tout en nous informant,il commente même certaines décisions politiques...
    Pourquoi,par exemple ,Semhar veut partir?:"Elle voulait enseigner aux enfants.Elle rêvait de leur inculquer le sens du devoir.La fierté d'être femme.Leur faire comprendre que,sans les femmes,le pays,la planète n'auraient nulle saveur."
    Un roman bouleversant qui conduit également à la réflexion sur la réalité de notre monde.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions