Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Erik Orsenna

Erik Orsenna
Je suis né à Paris, le 22 mars 1947 (de mon vrai nom Erik Arnoult), d'une famille où l'on trouve des banquiers saumurois, des paysans luxembourgeois et une papetière cubaine. Après des études de philosophie et de sciences politiques, je choisis l'économie. De retour d'Angleterre (London School of... Voir plus
Je suis né à Paris, le 22 mars 1947 (de mon vrai nom Erik Arnoult), d'une famille où l'on trouve des banquiers saumurois, des paysans luxembourgeois et une papetière cubaine. Après des études de philosophie et de sciences politiques, je choisis l'économie. De retour d'Angleterre (London School of Economics), je publie mon premier roman en même temps que je deviens docteur d'État. Je prends pour pseudonyme Orsenna, le nom de la vieille ville du Rivage des Syrtes, de Julien Gracq.
Suivent onze années de recherche et d'enseignement dans le domaine de la finance internationale et de l'économie du développement (Université de Paris I, École normale supérieure). En 1981, Jean-Pierre Cot, ministre de la Coopération, m'appelle à son cabinet. Je m'y occuperai des matières premières et des négociations multilatérales. Deux ans plus tard, je rejoins l'Élysée en tant que conseiller culturel (et rédacteur des ébauches de discours subalternes). Dans les années 1990, auprès de Roland Dumas, ministre des Affaires étrangères, je traiterai de la démocratisation en Afrique et des relations entre l'Europe du Sud et le Maghreb. Entre-temps, j'ai quitté l'Université pour entrer, en décembre 1985, au Conseil d'État. Conseiller d'État depuis juillet 2000, je suis actuellement en disponibilité.
J'ai toujours voulu avoir un autre métier que l'écriture, d'abord pour être libre de donner le temps qu'il faut au livre. Le livre doit être le lieu de la liberté. J'écris chaque matin, pendant deux heures. Restent vingt-deux heures, largement de quoi s'occuper. Mes autres métiers me renseignent sur l'univers.
Parallèlement à mes activités administratives, j'ai donc écrit sept romans, dont La Vie comme à Lausanne, prix Roger Nimier 1978, et L'Exposition coloniale, prix Goncourt 1988. J'ai été élu, le 28 mai 1998, à l'Académie française, au fauteuil de Jacques-Yves Cousteau (17e fauteuil).
En plus de l'écriture, les voyages, la mer et la musique tiennent une place essentielle dans ma vie et dans mes livres. Ces passions, je les dois beaucoup à ma famille.
Ma mère m'a donné la passion des histoires et de la langue française.
Mon père, dont la famille avait une maison sur l'île de Bréhat, m'a enseigné la mer, les marées, les bateaux, les voyages au loin. Je préside d'ailleurs le Centre de la Mer (Corderie royale, à Rochefort).
J'entendais, de l'autre côté du mur, mon frère répéter inlassablement ses exercices de guitare. Et mon grand-père, qui me parlait de nos ascendances cubaines, esquissait de temps à autre, en dépit de sa corpulence, des pas de salsa.
Je n'ai fait que prolonger ces héritages.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Erik Orsenna (7)

Avis sur cet auteur (112)

  • add_box
    Couverture du livre « Passer par le nord ; la nouvelle route maritime » de Erik Orsenna et Isabelle Autissier aux éditions Gallimard

    Valérie Faucilhon sur Passer par le nord ; la nouvelle route maritime de Erik Orsenna - Isabelle Autissier

    Un duo d'auteur agréable a lire.

    "Passer par le nord" nous transporte à travers les temps, d'ile en ile, sur les mers glacées.

    Une documentation choisie. Un don pour raconter. Un éveil a la curiosite historique et a la critique.

    Un ancrage résolument actuel avec une mise en exergue des...
    Voir plus

    Un duo d'auteur agréable a lire.

    "Passer par le nord" nous transporte à travers les temps, d'ile en ile, sur les mers glacées.

    Une documentation choisie. Un don pour raconter. Un éveil a la curiosite historique et a la critique.

    Un ancrage résolument actuel avec une mise en exergue des problématiques liees au réchauffement climatique et aux enjeux géopolitique et économique des routes maritimes du nord.

  • add_box
    Couverture du livre « Dernières nouvelles des oiseaux » de Erik Orsenna aux éditions Lgf

    Martine Boutrois sur Dernières nouvelles des oiseaux de Erik Orsenna

    Une histoire originale toute fraiche, bien construite. Elle se lit en une seule fois, dans l'atmosphère de récréation.

    Une histoire originale toute fraiche, bien construite. Elle se lit en une seule fois, dans l'atmosphère de récréation.

  • add_box
    Couverture du livre « Briser en nous la mer gelée » de Erik Orsenna aux éditions Gallimard

    Réjane MARTEAU sur Briser en nous la mer gelée de Erik Orsenna

    Une histoire d'amour, ou histoire de l'amour, à la fois simple par son évidence, et compliquée par ses détours et les chemins pris pour arriver à l'accomplissement. C'est un peu un "je t'aime, moi non plus", récit insolite sous forme de courrier/journal adressé à la juge qui a validé (à contre...
    Voir plus

    Une histoire d'amour, ou histoire de l'amour, à la fois simple par son évidence, et compliquée par ses détours et les chemins pris pour arriver à l'accomplissement. C'est un peu un "je t'aime, moi non plus", récit insolite sous forme de courrier/journal adressé à la juge qui a validé (à contre coeur) la séparation des deux personnages. Amoureux, ils le sont indéniablement, trop exigeants ? trop perfectionnistes ? une belle illustration de l'Amour (avec un grand A) qui n'est pas, comme chacun sait, un long fleuve tranquille, et surtout pas chez ces deux là. Le tout joliment conté par la plume alerte de Erik Orsenna, écriture sans faille et toujours aussi envoûtante, 450 pages qui nous emportent dans une jolie danse.

  • add_box
    Couverture du livre « Briser en nous la mer gelée » de Erik Orsenna aux éditions Gallimard

    abfabetcie sur Briser en nous la mer gelée de Erik Orsenna

    J'ai retrouvé avec plaisir la plume, la verve d'Erik Orsenna, longtemps après "Longtemps" que j'avais adoré mais je n'ai pas retrouvé la même émotion. Ce roman qui se veut d'amour est plutôt le roman de la séparation et du divorce, et l'on se perd dans la géographie amoureuse de l'auteur et...
    Voir plus

    J'ai retrouvé avec plaisir la plume, la verve d'Erik Orsenna, longtemps après "Longtemps" que j'avais adoré mais je n'ai pas retrouvé la même émotion. Ce roman qui se veut d'amour est plutôt le roman de la séparation et du divorce, et l'on se perd dans la géographie amoureuse de l'auteur et toutes ses digressions. Cela étant, la plume d'Erik Orsenna est jubilatoire, c'est indéniable. Il manie la langue française comme personne, et son humour est aussi irrésistible. En résumé j'ai été conquise par la forme, moins par le fond !