Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Fanny Chiarello

Fanny Chiarello

Fanny Chiarello est une auteure française née le 12 septembre 1974 à Béthune. Après un cursus de Lettres Modernes à l’université Lille 3, elle décide de se consacrer à l’écriture. Elle travaille alors comme écrivaine à la médiathèque de Faches-Thumesnil ainsi que comme critique de musique pop. Pu...

Voir plus

Fanny Chiarello est une auteure française née le 12 septembre 1974 à Béthune. Après un cursus de Lettres Modernes à l’université Lille 3, elle décide de se consacrer à l’écriture. Elle travaille alors comme écrivaine à la médiathèque de Faches-Thumesnil ainsi que comme critique de musique pop. Publiée chez un éditeur lillois repris par Pocket, Fanny Chiarello écrit un premier roman en 2000, intitulé Si encore l’amour durait, je dis pas. Celui-ci est sélectionné pour le Prix de Flore.

Fanny Chiarello est l’auteure de nombreux romans, mais aussi de plusieurs livres de jeunesse et d’un recueil de microfictions. Elle participe également en 2005 à un ouvrage collectif qui a pour titre Carnet d’un dessert de lune à 46 pieds au-dessus du niveau de la mer du Nord. En 2015, Fanny Chiarello est lauréate du prix Landerneau et du prix Orange du livre pour son roman Dans son propre rôle.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Retour sur la soirée de remise du Prix Orange du Livre 2015

    Le mercredi 3 juin 2015, rendez-vous était pris à la Maison des Polytechniciens à Paris. Les invités attendent de découvrir, non sans une certaine impatience, le nom du lauréat de la 7e édition du Prix Orange du Livre. Ecrivains, éditeurs,...

Articles en lien avec Fanny Chiarello (12)

Avis sur cet auteur (41)

  • add_box
    Couverture du livre « Dans son propre rôle » de Fanny Chiarello aux éditions Points

    Lili-book'n'cook sur Dans son propre rôle de Fanny Chiarello

    Le roman du jour se situe en Angleterre en 1947 à la sortie de la guerre. Si la vie a désormais repris son cours normal, la guerre en a évidemment cabossé plus d'une, à l'image des deux protagonistes de ce livre.

    Aujourd'hui je vais donc aborder la notion de traumatisme, mais aussi...
    Voir plus

    Le roman du jour se situe en Angleterre en 1947 à la sortie de la guerre. Si la vie a désormais repris son cours normal, la guerre en a évidemment cabossé plus d'une, à l'image des deux protagonistes de ce livre.

    Aujourd'hui je vais donc aborder la notion de traumatisme, mais aussi émancipation et opéra avec le troisième opus de Fanny Chiarello intitulé Dans son propre rôle. Quel est donc le rapport entre les trois ? Réponse dans cette courte chronique...

    DE QUOI ÇA PARLE ?

    Dans son roman choral, Fanny Chiarello met en scène deux femmes écorchées par la guerre et dont les conséquences s'expriment différemment. Alors que Fennella est devenue muette suite à un traumatisme, Jeanette quant à elle a perdu goût à la vie depuis que son époux a perdu la sienne sur le champ de bataille.

    Toutes deux domestiques, Fennella à Wannock Manor auprès d'aristocrates contre le Grand Hôtel de Brighton pour Jeanette, elles ne se connaissent pas, mais brûlent de la même passion pour l'opéra. C'est par le biais d'une lettre mal adressée écrite par Jeanette pour une cantatrice, que la vie des deux anglaises va ressortir changée.

    Portés par une écriture fine, les chapitres courts expriment la voix de ces deux femmes qui tend à être celle de la condition féminine de l'époque avec pour désir émancipation ou encore lutte des classes.

    Une rencontre est-elle possible entre elles ? Jeanette reprendra-t-elle goût à la vie ? Comment Fennella a-t-elle perdu sa voix ? Si l'amour est la souffrance de leurs maux, se peut-il qu'il soit le moteur de leur renaissance ?

    À LA LOUPE

    Arrivée au terme de ses 236 pages, le roman m'a laissé l'étrange impression d'être tenue en retrait. Alors que tous les ingrédients étaient réunis pour en faire un coup de cœur à mes yeux, je suis contre toute attente, restée en dehors malgré un début enthousiaste.

    Les personnages, peut-être trop froids, ont maintenu cette distance bien que leur état psychologique suscite empathie et compassion.

    Une lecture agréable certes, sans être impérissable pour moi. Ça arrive, que voulez-vous !

    Un énorme merci à Lecteurs.com qui me compte cette année encore, parmi ses lecteurs.ices VIP.

    Pour qui ? Pourquoi ?
    Bien que le bilan soit légèrement mitigé, ce roman peut te plaire, oui toi lecteur qui lit ce modeste billet !

    Si tu aimes les romans qui traitent de conditions sociales et féminines dans l'Angleterre du XXe siècle, fonce !

    UN LIVRE, UNE GOURMANDISE !

    Pour ce livre à la fois sec et croustillant, j'ai trouvé LE biscuit anglais idéal ! Egalement appelé le biscuit "aux mouches écrasées" à cause de ses fruits secs, le biscuit Garibaldi est simplement parfait surtout quand on sait ce qu'une mouche morte peut provoquer comme émotion chez Jeanette... Mais ça, il faut lire le roman pour le savoir. Alors, vous attendez quoi ?

    Lien blog : https://bookncook.over-blog.com/2021/06/dans-son-propre-role-fanny-chiarello.html

  • add_box
    Couverture du livre « La geste permanente de gentil-coeur » de Fanny Chiarello aux éditions De L'attente

    Yv Pol sur La geste permanente de gentil-coeur de Fanny Chiarello

    Quasiment tout du long accompagné de Iko Iko ("jock-a-mo fee-no ai na-né/jock-a-mo fee na-né"), chanson qui reste bien en tête, longtemps, j'ai parcouru les allées du parc Jean-Guimier de Sallaumines au rythme de Fanny Chiarello. Vers de 11 pieds, hendécasyllabe me suis-je laissé susurrer à...
    Voir plus

    Quasiment tout du long accompagné de Iko Iko ("jock-a-mo fee-no ai na-né/jock-a-mo fee na-né"), chanson qui reste bien en tête, longtemps, j'ai parcouru les allées du parc Jean-Guimier de Sallaumines au rythme de Fanny Chiarello. Vers de 11 pieds, hendécasyllabe me suis-je laissé susurrer à l'oreille, donc des phrases qui, possiblement, ne se terminent pas à la fin de la ligne mais à la suivante. Mais quelles phrases puisqu'aucune ponctuation, aucune majuscule sauf aux noms propres. Jeux de sons, jeux de mots, Fanny Chiarello fait dans le plus prosaïque mais aussi dans la contemplation.

    Long poème en prose, longues chevauchées sur un vieux vélo, à la recherche ou l'attente d'une jeune joggeuse croisée à deux reprises. C'est surprenant, parfois déroutant et franchement j'adore ça. Combien de livres ouvre-t-on et lit-on sans ce petit truc en plus qui surprend, qui titille, qui lutine la zone de confort sise dans le cerveau en lui disant qu'il faut se bouger un peu ? Même si je tente de lire régulièrement ce genre d'ouvrages, parfois ça marche, parfois ça marche pas. Là, ça marche formidablement.

    J'ai parfois pensé à Tentative d'épuisement d'un lieu parisien de Perec, Paris en moins, parc en sus, dans la description du rien, toute comparaison gardée, mais plaisir de lecture comparable :

    "un homme passe avec des chiens puis un chien

    avec un homme puis un mec avec un

    sac plastique puis un type qui court bras

    et buste tendus vers le sol comme s'il

    allait faire une roulade avant mais non

    et d'un esprit plus aventureux que les

    quatre femmes évoquées hier quoique

    guère plus rapide il quitte le parc pour

    le vaste monde et après lui c'est tout pour

    l'activité si nous faisons fi des pies" (p.72)

  • add_box
    Couverture du livre « Le sel de tes yeux » de Fanny Chiarello aux éditions Editions De L'olivier

    Joëlle Buch sur Le sel de tes yeux de Fanny Chiarello

    L'auteur a photographié une jeune fille courant. Elle imagine une vie à cette jeune fille, Sarah. Elle aimerait les filles, serait incomprise par sa famille. Fanny Chiarello lui écrit alors une longue lettre, ce roman où elle la tutoie. On ne sait plus ce qui tient du réel ou de la fiction, mais...
    Voir plus

    L'auteur a photographié une jeune fille courant. Elle imagine une vie à cette jeune fille, Sarah. Elle aimerait les filles, serait incomprise par sa famille. Fanny Chiarello lui écrit alors une longue lettre, ce roman où elle la tutoie. On ne sait plus ce qui tient du réel ou de la fiction, mais peu importe. On s'attache à cette adolescente en quête d'identité et de liberté.
    Un roman d'apprentissage sur les premiers émois et l'homosexualité féminine. C'est très poétique et touchant. L'écriture est fluide et douce. Un beau moment de lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Le sel de tes yeux » de Fanny Chiarello aux éditions Editions De L'olivier

    annie-france belaval sur Le sel de tes yeux de Fanny Chiarello

    Une jeune fille court dans un parc proche de Lens, elle sourit à la narratrice. Cette dernière la photographie puis va lui inventer une vie, elle sera Sarah, une famille, des amis. La narratrice tutoie Sarah et lui parle notamment de son homosexualité, non avouée car très mal vue de la famille...
    Voir plus

    Une jeune fille court dans un parc proche de Lens, elle sourit à la narratrice. Cette dernière la photographie puis va lui inventer une vie, elle sera Sarah, une famille, des amis. La narratrice tutoie Sarah et lui parle notamment de son homosexualité, non avouée car très mal vue de la famille et de l'entourage.
    écriture fluide, rassurante. Ce livre est dans une collection adulte mais conviendrait aux jeunes qui s'interrogent sur leur orientation sexuelle, à leurs parents et finalement à toute la société.

Récemment sur lecteurs.com