Réparer les vivants

Couverture du livre « Réparer les vivants » de Maylis De Kerangal aux éditions Verticales
  • Date de parution :
  • Editeur : Verticales
  • EAN : 9782070144136
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

«Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d'autres provinces, ils filaient vers d'autres corps.» Réparer les vivants est le roman d'une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les... Voir plus

«Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d'autres provinces, ils filaient vers d'autres corps.» Réparer les vivants est le roman d'une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d'accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l'amour.

Donner votre avis

Articles (15)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Un livre magistral, d' une intensité et une sensibilité grandiose.
    Les personnages nous entraînent vers nous-mêmes, vers notre coeur, nos organes et à certaines prises de décisions qui du livre nous font réfléchir à la vie, la vraie.

    Un livre magistral, d' une intensité et une sensibilité grandiose.
    Les personnages nous entraînent vers nous-mêmes, vers notre coeur, nos organes et à certaines prises de décisions qui du livre nous font réfléchir à la vie, la vraie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre d'une force et d'une originalité incroyables. Une écriture flamboyante qui réussit à aller au plus près de la pensée, du ressenti, de ce qui se passe à la fois dans le corps et la pensée, une vision charnelle de la vie, et des descriptions sans concessions des organes, des corps, du...
    Voir plus

    Un livre d'une force et d'une originalité incroyables. Une écriture flamboyante qui réussit à aller au plus près de la pensée, du ressenti, de ce qui se passe à la fois dans le corps et la pensée, une vision charnelle de la vie, et des descriptions sans concessions des organes, des corps, du sang... Tout cela en mettant à distance, par cette précision acérée, la douleur et la souffrance, en évitant le pathos. Un hymne à la vie aussi, et une évocation réaliste, humaine et passionnante du monde médical.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Enorme coup de ❤️
    Tout a été dit sur ce livre alors il n’est pas facile d’en faire une chronique.
    Pourtant je l’ai lu en pensant à tout ce que je voulais vous en dire :
    - Vous parler de l’histoire ; le récit d’une transplantation cardiaque c’est quand même pas banal…
    - Vous parler du style...
    Voir plus

    Enorme coup de ❤️
    Tout a été dit sur ce livre alors il n’est pas facile d’en faire une chronique.
    Pourtant je l’ai lu en pensant à tout ce que je voulais vous en dire :
    - Vous parler de l’histoire ; le récit d’une transplantation cardiaque c’est quand même pas banal…
    - Vous parler du style d’écriture qui est d’une élégance rare, de la longueur des phrases que l’on lit comme si on était en apnée….
    - Vous parler des émotions, de la tension, des larmes que j’ai versées à la terrasse d’un café sur certains passages…
    Pour au final ne pas arriver à verbaliser et se retrouver à vous dire que c’est la plus belle chose qu’il m’ait été donné de lire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sa doit être un livre d espoir pour tous ses gens très malades il fallait y penser et bravo il y a sûrement après un long combat de belles découvertes dans se livre

    Sa doit être un livre d espoir pour tous ses gens très malades il fallait y penser et bravo il y a sûrement après un long combat de belles découvertes dans se livre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre très fort, qui frappe direct au cœur. J’avais déjà lu « Réparer les vivants » mais venant de rencontrer Maylis de Kérangal pendant un Festival littéraire, dernièrement à Marseille (« Oh Les Beaux Jours ! »), je l’ai relu et l’émotion est toujours présente.

    Pendant l’interview, au...
    Voir plus

    Un livre très fort, qui frappe direct au cœur. J’avais déjà lu « Réparer les vivants » mais venant de rencontrer Maylis de Kérangal pendant un Festival littéraire, dernièrement à Marseille (« Oh Les Beaux Jours ! »), je l’ai relu et l’émotion est toujours présente.

    Pendant l’interview, au cours de laquelle Maylis a parlé de tout son parcours et de ses livres, est venu sur scène Emmanuel Noblet de la Comédie Française, qui a adapté ce roman et en a lu quelques passages. C’était très émouvant.

    Petite précision (et non des moindres), il a obtenu, quelques jours après, un Molière grâce à son travail sur ce roman ! J’espère que Marseille y a été un peu pour quelque chose et lui a porté chance…

    Mais comment parler d’un livre aussi bouleversant, où l’histoire est celle d’une transplantation d’organes, dont le cœur ? Celui de Simon Limbres, jeune homme de dix-neuf ans, en pleine force de l’âge, surfeur invétéré et qui, au retour d’une de ses sorties pour affronter « La vague », est gravement accidenté et aucun espoir ne peut être donné à ses parents.
    Ceux-ci vont avoir la difficile décision d’autoriser, ou non, la transplantation des organes de leur fils qui n’avait laissé aucune instruction à ce sujet : il était tellement jeune et avait toute la vie devant lui !

    Dès le début du livre, Maylis de Kérangal a le don de nous faire vibrer. Son écriture est très belle, rythmée, elle va partout : la mer, l’intérieur des corps ; elle touche au deuil, à la tragédie mais il n’y a jamais de pathos.
    Les phrases s’enchaînent les unes après les autres, nous décrivant les problèmes de l’urgence médicale : la réanimation, Cristal (la base de données), les chirurgiens sur le pied de guerre, les patients en attente d’une greffe….
    Qui va bénéficier des organes de Simon, car son père, Sean, donne l’autorisation finale en disant page 160 : « Il est donneur » ? C’est Cristal qui va décider et il faut faire vite : vingt-quatre heures pour effectuer tout cela.

    Toute la lecture se passe donc aussi bien dans cette urgence médicale que dans celle ressentie par le témoin impuissant, ému et touché au plus profond de son cœur (qui bat, lui).

    Ce roman décrit exactement à quel point la vie est fragile. C’est beau, instructif, mais c’est aussi très dur. On retrouve en page 140, cette phrase très brève : « Que faire Nicolas ? Enterrer les morts et réparer les vivants ».

    Depuis sa parution en 2014, ce livre a obtenu pas moins de dix prix littéraires et représente un véritable appel aux dons d’organes.
    C’est une situation dramatique pour les familles des disparus mais c’est tellement important, vital, pour ceux qui sont en attente de ce geste.

    Je ne peux que conclure en disant que « Réparer les vivants » est un livre qui touche le lecteur droit au cœur.

    La critique de Télérama qui est celle-ci :
    "Allers-retours entre la vie et la mort dans un hôpital, au fil d'un récit palpitant à l'écriture épidermique" donne bien le ton du livre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dès ma première rencontre avec Maylis de Kerangal, j’ai su que ce serait un long compagnonnage. "Corniche Kennedy" . Déjà éblouie par la lumière et la vitalité qui se dégagent de son style. Bien sûr, le sujet, ces corps adolescents plongeant dans le bleu de Marseille, ciel et Méditerranée, me...
    Voir plus

    Dès ma première rencontre avec Maylis de Kerangal, j’ai su que ce serait un long compagnonnage. "Corniche Kennedy" . Déjà éblouie par la lumière et la vitalité qui se dégagent de son style. Bien sûr, le sujet, ces corps adolescents plongeant dans le bleu de Marseille, ciel et Méditerranée, me parlait déjà avant même la lecture. Mais cette langue ! cette langue ! Ensuite, "Naissance d’un pont" m’a subjuguée par son aspect épique, sa construction époustouflante, son gigantisme. J’ai lu ensuite "Tangente vers l’Est" et puis "Dans les rapides" "Un chemin de tables": même très différent, ce dernier a un rapport à la langue très… savoureux.

    Quant à "Réparer les vivants", je ne voulais pas le lire ; je le fuyais à cause du sujet, le récit d’une transplantation cardiaque et donc la mort. Très présente ces derniers temps, dans mon entourage proche, la mort me fait peur. Le titre indique pourtant clairement le côté de la vie. On ne devrait pas lire les critiques littéraires avant de s’être fait sa propre opinion de lecture. En effet, si la mort est bien présente dans le roman, elle l'est sans pathos, l’enjeu se joue ailleurs. Le hasard a balayé mes craintes. J’ai découvert ce roman dans ma boite à lettres, alors que je n’avais rien commandé. Comme un cadeau (gagné en fait en participant à un concours de lecteurs ici-même), je l'ai reçu, lu et adoru! Je l'ai même choisi comme sujet d'écriture oblique pour une formation (DU de formatrice et animatrice d'ateliers d'écriture) et Maylis a bien voulu me rencontrer pour parler de mon travail. Bref, un roman fondateur dans mon parcours.

    Pas voulu voir l'une des deux adaptations théâtrales (bonnes au demeurant) ni le film d'ailleurs. L'écriture de Maylis m'emplit entièrement.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le début est assez difficile à lire, les phrases ne sont pas très fluides, mais au fur et à mesure, la lecture se fait plus facile (changement de style ou adaptation, je ne saurais trop le dire).
    Si j'ai bien aimé le livre dans son ensemble, je regrette que l'on ne parle pas plus de Lou, la...
    Voir plus

    Le début est assez difficile à lire, les phrases ne sont pas très fluides, mais au fur et à mesure, la lecture se fait plus facile (changement de style ou adaptation, je ne saurais trop le dire).
    Si j'ai bien aimé le livre dans son ensemble, je regrette que l'on ne parle pas plus de Lou, la petite soeur de Simon.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Glauque ? Mais non pas du tout ! Sublime plutôt . On se prend au jeu de ce transfert de vie d'un corps à un autre.
    On comprend chaque personnage, on les aime. On aime Simon, pour ce qu'il a été, on aime Claire pour ce qu'elle va être. On les aime tous . Un grand livre, qui peut paraitre très...
    Voir plus

    Glauque ? Mais non pas du tout ! Sublime plutôt . On se prend au jeu de ce transfert de vie d'un corps à un autre.
    On comprend chaque personnage, on les aime. On aime Simon, pour ce qu'il a été, on aime Claire pour ce qu'elle va être. On les aime tous . Un grand livre, qui peut paraitre très technique parfois, mais cette histoire est tellement attachante.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un thriller, une réflexion psychologique sur le don d'organes, on ne le lâche pas on en ressort ému et on se sent concerné, le meilleur livre du moment.

    Un thriller, une réflexion psychologique sur le don d'organes, on ne le lâche pas on en ressort ému et on se sent concerné, le meilleur livre du moment.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Suis admirative en refermant ce livre.
    Pour l’auteur qui a eu l’idée de ce livre et l’a mené à bien de manière magistrale.

    Un hymne à la vie, aux donneurs d’organes, aux équipes qui en assurent le prélèvement et la transplantation.

    Un merci aux donneurs
    Un encouragement aux...
    Voir plus

    Suis admirative en refermant ce livre.
    Pour l’auteur qui a eu l’idée de ce livre et l’a mené à bien de manière magistrale.

    Un hymne à la vie, aux donneurs d’organes, aux équipes qui en assurent le prélèvement et la transplantation.

    Un merci aux donneurs
    Un encouragement aux receveurs.

    Un roman mené de main de maître au style vif, où l’émotion affleure, et où l’attention ne se relâche jamais.
    L’impression que Maylis de Kerangal a écrit son roman comme Thomas Remige a conduit les opérations de transplantation, au taquet.
    Le ton est juste, le rythme tantôt lent lorsqu’il s’agit d’accepter la souffrance, tantôt rapide lorsqu’il s’agit de relever le défi de la vie.

    Bouleversant, ce livre marque à jamais.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com