Maylis De Kerangal

Maylis De Kerangal

Née le 16 juin 1967 à Toulon, Maylis de Kerangal est une romancière française. Après des études d’histoire, de philosophie et d’ethnologie, elle publie son premier roman en 2000. Huit ans plus tard, son roman Corniche Kennedy est sélectionné pour plusieurs prix littéraires. En parallèle à l’écrit...

Voir plus

Née le 16 juin 1967 à Toulon, Maylis de Kerangal est une romancière française. Après des études d’histoire, de philosophie et d’ethnologie, elle publie son premier roman en 2000. Huit ans plus tard, son roman Corniche Kennedy est sélectionné pour plusieurs prix littéraires. En parallèle à l’écriture, Maylis de Kerangal crée les Editions du Baron Perché, qui éditent principalement de la littérature de jeunesse. En 2016, elle participe au Festival International de Géographie en tant que grand témoin.

Les œuvres de Maylis de Kerangal sont régulièrement dans la course pour remporter des prix. En 2010, Naissance d’un pont est récompensé à l’unanimité et dès le premier tour par le prix Médicis. Il est également lauréat du prix Franz Hessel, qui lui permet d’être traduit en allemand. Le roman Réparer les vivants, paru en 2014, reçoit lui aussi plusieurs prix. Il a pour thème le don d’organe et raconte notamment la transplantation du cœur de Simon, un jeune de 19 ans en mort cérébrale.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Maylis De Kerangal (9)

Avis sur cet auteur (206)

  • add_box
    Couverture du livre « Kiruna » de Maylis De Kerangal aux éditions La Contre Allee

    Mimosa sur Kiruna de Maylis De Kerangal

    Avant même d'entamer un voyage sous la plume de Maylis de Kerangal,vous savez que vous allez vivre des moments extra-ordinaires.Cette auteure m'a toujours amenée sur des chemins surprenants grâce à un style original,imagé,poétique!Le plaisir est d'abord visuel:un petit livre dans un format...
    Voir plus

    Avant même d'entamer un voyage sous la plume de Maylis de Kerangal,vous savez que vous allez vivre des moments extra-ordinaires.Cette auteure m'a toujours amenée sur des chemins surprenants grâce à un style original,imagé,poétique!Le plaisir est d'abord visuel:un petit livre dans un format inhabituel a quelque chose de précieux malgré la modernité de la graphie.Ce troisième texte d'une série "Mineurs d'un autre monde" nous emmène aux confins du Pôle Nord en Laponie suédoise.
    "J'ai voulu descendre dans la mine,passer la tête sous la peau de la planète...afin d'entrer dans une autre réalité...J'ai voulu vivre cette expérience,j'ai voulu l'écrire:je suis partie à Kiruna."
    Un travail à la fois descriptif et informatif qui aborde Zola comme la nouvelle vie de migrants venus d'Erythrée...un soupçon de sentiments amoureux,de géographie,de culture samie: pas une once d'ennui!
    Un reportage littéraire disent les éditeurs(La Contre Allée) ,un bijou d'originalité pour ma part!!!!

  • add_box
    Couverture du livre « Réparer les vivants » de Maylis De Kerangal aux éditions Verticales

    MaríadelToboso sur Réparer les vivants de Maylis De Kerangal

    Contrairement à l'avis de la majorité , je ne me suis absolument retrouvée dans ce livre. Je l'ai fini mais n'ai gardé que de très faibles souvenirs.

    Contrairement à l'avis de la majorité , je ne me suis absolument retrouvée dans ce livre. Je l'ai fini mais n'ai gardé que de très faibles souvenirs.

  • add_box
    Couverture du livre « Naissance d'un pont » de Maylis De Kerangal aux éditions Gallimard

    Sandrine Fernandez sur Naissance d'un pont de Maylis De Kerangal

    Coca, ville (imaginaire) californienne de peu d'importance, écrasée par San Francisco, sa célèbre voisine. A sa tête, l'ambitieux John Johnson, dit le Boa. Après un voyage à Dubaï, pays de la démesure, chantier permanent, l'édile rêve en grand. Il veut sortir sa ville de l'ombre, montrer à la...
    Voir plus

    Coca, ville (imaginaire) californienne de peu d'importance, écrasée par San Francisco, sa célèbre voisine. A sa tête, l'ambitieux John Johnson, dit le Boa. Après un voyage à Dubaï, pays de la démesure, chantier permanent, l'édile rêve en grand. Il veut sortir sa ville de l'ombre, montrer à la face du monde que Coca a de l'envergure. Pour cela, il lui faut un projet à la hauteur de sa mégalomanie. Ce sera un pont suspendu. Ouvrage d'art, monstre fabuleux, preuve indéniable de sa capacité à emmener la ville vers la gloire. Dès l'annonce de ce chantier colossal, entreprises du BTP, ouvriers spécialisés et simples manœuvres convergent vers Coca, tous réunis par un même but : construire un pont.

    En lisant pour la première fois Maylis de Kerangal, on ne peut qu'être ébloui par son écriture incisive, nerveuse, parfois lyrique et par sa capacité à camper ses personnages en quelques phrases qui nous les rendent familiers instantanément. Mais si ce style si particulier fait des merveilles quand il s'agit d'évoquer les greffes d'organes (Réparer les vivants), il est moins évident lorsqu'elle parle de la construction d'un pont. Alors que l'on vibrait avec les malades, les médecins, les parents du donneur, on s'ennuie un peu avec les bétonneurs, les grutiers, les ouvriers. Et surtout, on a l'impression de lire le même livre ! Thème et enjeux différents, style et constructions du récit identiques. D'où une légère déception. L'auteure ne se renouvelle pas, applique le même schéma, utilise les mêmes ficelles. Cela reste un bon livre mais cela ne donne pas envie d'explorer plus avant son œuvre. Dommage.

  • add_box
    Couverture du livre « Réparer les vivants » de Maylis De Kerangal aux éditions Verticales

    Amelielit sur Réparer les vivants de Maylis De Kerangal

    Bouleversant et pourtant tellement vrai. Comment survivre à la perte de son enfant? Quel choix faire concernant le don d organes?
    Un roman qui invite à la réflexion et qui sait nous toucher.

    Bouleversant et pourtant tellement vrai. Comment survivre à la perte de son enfant? Quel choix faire concernant le don d organes?
    Un roman qui invite à la réflexion et qui sait nous toucher.