Les romancières françaises : état des lieux à l’orée de 2020

mercredi 11 décembre 2019

Des autrices d'exception, talents confirmés ou révélations...

Les romancières françaises : état des lieux à l’orée de 2020

Il y a quelques années, lecteurs.com proposait un florilège des dix romancières qui ont marqué leur temps.

 

Depuis, des talents se sont confirmés, de nouveaux sont apparus.

Il est temps de faire un point sur la moisson de 2019, particulièrement riche, qui a vu se distinguer des autrices d’exception que nous vous proposons de découvrir ou retrouver dans le mémorandum ci-dessous.

  • L’intime

    • add_box
      Couverture du livre « Amour propre » de Sylvie Le Bihan aux éditions Lattes

      Amour propre de Sylvie Le Bihan

      Elle publie peu mais fort, Sylvie Le Bihan, depuis L’Autre, un roman sorti en 2014 qui racontait l’histoire d’une emprise perverse librement inspirée de la vie de l’auteur.
      Dans ce dernier texte, Amour propre, elle interroge un tabou, celui de la maternité pas forcément heureuse. Dans la solitude de la maison de Malaparte où la narratrice est partie écrire, elle interroge implacablement le sacro-saint sentiment maternel.

    • add_box
      Couverture du livre « Jour de courage » de Brigitte Giraud aux éditions Flammarion

      Jour de courage de Brigitte Giraud

      Elle est un écrivain du sensible et du corps, de la sensualité. Il y a neuf ans, Brigitte Giraud recevait le Prix Jean Giono, un prix attaché à la langue et aux mots, pour Une année étrangère (Stock).
      Dix ans plus tard, cet hiver, donc, l’Académie française décide de reprendre le titre de son dernier roman, Jour de courage (Flammarion), pour remplacer l’expression anglophone de « coming out ». Sans doute le plus beau cadeau qui pouvait être fait à ce roman engagé contre l’homophobie.

    • add_box
      Couverture du livre « Eden » de Monica Sabolo aux éditions Gallimard

      Eden de Monica Sabolo

      Arrivée comme une bombe avec un Ovni, Tout cela n’a rien à voir avec moi (Prix de Flore 2013), Monica Sabolo explore l’écriture de l’intime, du féminin, de la violence et de l’ineffable, une Sofia Coppola de l’écrit, en somme.
      Eden est la quintessence de ces frôlements dans cet univers inquiétant et familier à la fois qu’on reconnaît déjà instantanément.

    • add_box
      Couverture du livre « Le ciel par-dessus le toit » de Nathacha Appanah aux éditions Gallimard

      Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah

      Depuis son premier texte en 2003, Les Rochers de Poudre-d’or, Nathacha Appanah aborde avec subtilité l’intime ou les sujets de société.
      Son dernier roman, Le Ciel par-dessus le toit, nommé en hommage à Verlaine, raconte des enfances qui se superposent, celle d’une mère et de son fils, et aborde la question du lien fraternel et filial.

  • Le monde tel qu’il va

    • add_box
      Couverture du livre « Les choses humaines » de Karine Tuil aux éditions Gallimard

      Les choses humaines de Karine Tuil

      Karine Tuil sait exactement saisir l’époque là où elle dysfonctionne, ensuite elle creuse son sujet, interroge, trouble le lecteur et le fait avancer.
      Ce onzième roman réussit à être récompensé à la fois du Prix Goncourt des lycéens et du Prix Interallié. Les rapports de force dans la société, le plafond de verre, nos contradictions personnelles dans la difficile adéquation avec un monde de plus en plus brutal font partie des thèmes récurrents, aigus et magistralement traités par Karine Tuil.

    • add_box
      Couverture du livre « Murène » de Valentine Goby aux éditions Actes Sud

      Murène de Valentine Goby

      On la connaît pour ses romans inspirés de faits réels ou de moments historiques forts,  dérangeants.
      Avec la même vivacité de plume, et dans un souci du détail prodigieux, elle vient d’écrire l’histoire d’un homme qui aurait pu exister, et de la transformation intérieure nécessaire à tout être humain pour faire d’un handicap une force.

    • add_box
      Couverture du livre « Propriété privée » de Julia Deck aux éditions Minuit

      Propriété privée de Julia Deck

      Quatrième roman d’une observatrice assidue du monde tel qu’il va… ou ne va pas.
      Cette fois-ci, Julia Deck emprunte au polar pour déployer une satire sociale autour de la figure du bobo, en finesse et sans cliché. Elle est drôle, Julia Deck, acérée même. Mieux vaut ne pas se fier à la légèreté d’un style dont la sobriété étudiée entraine le lecteur mieux qu’un page turner.

    • add_box
      Couverture du livre « Vivre ensemble » de Emilie Frèche aux éditions Stock

      Vivre ensemble de Emilie Frèche

      Depuis 2001 et Les Vies denses, Emilie Frèche conçoit l’écriture comme une nécessité organique ancrée dans les problématiques contemporaines.
      Une femme de son temps, engagée, passionnée, pour qui la fiction peut et doit tout s’autoriser, au nom de la création. Cette liberté est sans doute l’un des secrets de la puissance et de l’acuité de ses romans, jusqu’à Vivre ensemble, en 2018, un roman qui mêle l’intime et la question citoyenne.

  • Les jeunes autrices qui montent

    • add_box
      Couverture du livre « Un monde sans rivage » de Helene Gaudy aux éditions Actes Sud

      Un monde sans rivage de Helene Gaudy

      Elle invente la littérature du temps avec des photographes, des artistes. Un monde sans rivage, son cinquième roman, a fait partie de la première sélection Goncourt, et on y retrouve son écriture claire, aiguë, où chaque mot compte.
      A partir d’un journal de bord et de photos réellement retrouvés, Hélène Gaudy raconte l’histoire d’une expédition en ballon, en 1897, qui sombra dans la glace d’une île de l‘archipel norvégien du Svalbard.

    • add_box
      Couverture du livre « Le nom secret des choses » de Blandine Rinkel aux éditions Fayard

      Le nom secret des choses de Blandine Rinkel

      On l’appellerait bien miss « Catastrophe », en hommage au collectif éponyme dont elle est membre et qui bouscule la musique de façon réjouissante.
      Mais Blandine Rinkel est aussi un bel écrivain, et a su imposer en deux livres, dont ce dernier qui vient de sortir, Le Nom secret des choses, une langue et un univers totalement à part et parfaitement littéraire. A suivre de très très près.

    • add_box
      Couverture du livre « Désintégration » de Emmanuelle Richard aux éditions Editions De L'olivier

      Désintégration de Emmanuelle Richard

      Encore un écrivain à ne pas laisser passer.
      Désintégration (L’Olivier) est le troisième roman d’Emmanuelle Richard, qui raconte les pérégrinations d’une jeune femme de banlieue venue à Paris, progressivement déchiquetée par le mépris de classe, les humiliations ordinaires, la facticité des liens amoureux et la précarité.
      Qu’elle écrive sur le désir (Pour la peau) ou sur la condition sociale, Emmanuelle Richard est  impressionnante. Comme Ernaux, elle sait raconter l’irracontable, dans une langue totalement abandonnée à la vérité.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Romans en tous genres"

Commentaires

  • Laulau Bob le 07/01/2020 à 19h16

    merci pour cet article, bel mise en bouche littéraire pour 2020, des idées lecture qui vont agrandir ma pile à lire :) !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Colette LORBAT le 07/01/2020 à 14h30

    Oui, des romancières talentueuses qu'il me reste à découvrir !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Calimero29 le 27/12/2019 à 16h07

    Bonjour,
    ravie de voir que Karine Tuil dont je suis une fidèle lectrice, Monica Sabolo que j'ai découverte avec son précédent roman "Summer" et Emilie Frèche, découverte avec "Vivre ensemble" sont dans cette belle liste.
    Je souhaiterais vous faire partager 4 coups de cœur 2019 pour des primo-romancières chacune avec son univers particulier et sa petite musique.
    * Joffrine Donnadieu avec le terrible "Une histoire de France" sur la pédophilie au féminin et un personnage de fillette qui essaie de survivre en se détruisant
    * Bénédicte Belpois avec "Suiza" , un amour qui commence dans la violence entre deux êtres déglingués par la vie et qui se transforme en un magnifique amour absolu
    * Hélène Veyssier avec "Jardin d'été" sur le départ de la mère et l'absence d'un amour maternel qui laisse le personnage principal inachevé
    * Dalie Farah avec "Impasse Verlaine" qui est une vraie pépite de tendresse ironique sur une relation fille-mère marquée par le déracinement, l'immigration, la violence.
    Cette année 2019 a été un excellent cru en matière de romancières; gageons que 2020 la surpassera.
    Bonnes fêtes à toutes et à tous.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Eny-Dane le 18/12/2019 à 07h52

    Cette liste donne envie de lire et découvrir...
    Une remarque : "Désintégration" était le titre d'un roman paru en 2006 chez Stock, écrit par Ahmed Djouder, étrange que le nouveau roman de Emmanuelle Richard porte le même titre !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • kryan soler le 12/12/2019 à 09h08

    Bonjour et merci pour ce bel et talentueux état des lieux!

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com

Forum

Afficher plus de discussions