Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Julia Deck

Julia Deck

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles en lien avec Julia Deck (5)

  • Salon du livre de Paris 2015 : retour sur la journée du samedi 21 mars

    L'équipe de lecteurs.com a posé ses valises au Salon du livre de Paris 2015 et est partie à la rencontre des auteurs, des libraires et des lecteurs pendant 4 jours ! Retour sur la journée du samedi 21 mars.

  • Paris, des siècles de lumières
    Paris, des siècles de lumières

    Chaque ère a marqué Paris de son sceau. De la Révolution française à la Belle Epoque, de Mai 68 au Paris d'aujourd'hui, les événements joyeux ou tragiques ont battu le pavé de cette capitale captivante pour la façonner encore. Des Catacombes aux transformations haussmaniennes, des Halles de Baltard aux architectures les plus récentes, Paris est un perpétuel mouvement, propice aux agissements les plus inattendus. Alors, curieux, offrez-vous un ticket pour une jolie ballade, rendez-vous station Gaité !

  • Livres et métro : un ticket pour les pépites littéraires
    Livres et métro : un ticket pour les pépites littéraires

    Plafond bas, lumières blafardes, couloirs interminables, escalators, correspondances non épistolaires… le métro offre un décor particulier à des histoires qui le sont tout autant.

  • Interview de Julia Deck à propos de son premier roman "Viviane Elisabeth Fauville"
    Interview de Julia Deck à propos de son premier roman, plébiscité par la critique

    Plebisicté par la presse, ce premier roman émergeant du flot innombrable d'ouvrages qui parraissent en cette rentrée littéraire a visiblement  interpellé plus d'un critique souvent blasé . C'est dire l'intérêt de cet ouvrage choisi par Les Editions de Minuit, qui, de plus, publient peu de premiers romans. Il était donc incontournable de rencontrer cette auteure exigeante pour en savoir plus sur le personnage atypique qu'est "Viviane Elisabeth Fauville".

Avis sur cet auteur (35)

  • add_box
    Couverture du livre « Propriété privée » de Julia Deck aux éditions Minuit

    Mathilde81 sur Propriété privée de Julia Deck

    un couple de cinquantenaires décide de quitter leur appartement pour s'installer dans une maison d'un écoquartier - enfin ils seront propriétaires , tranquilles, profiteront de leur pelouse .......
    Mais quand s'installe dans la maison mitoyenne la famille Lecoq leurs beaux rêves...
    Voir plus

    un couple de cinquantenaires décide de quitter leur appartement pour s'installer dans une maison d'un écoquartier - enfin ils seront propriétaires , tranquilles, profiteront de leur pelouse .......
    Mais quand s'installe dans la maison mitoyenne la famille Lecoq leurs beaux rêves s'envolent.
    Annabelle , sans gêne, aguicheuse, sans aucun respect pour les voisins, l'entourage ,se croit tout permis.
    Quand le mari décide de faire installer une terrasse alors là le vase déborde ....... la haie de séparation des jardins n'est plus que branches mortes, la poussière de ciment recouvre la pelouse ,une glu de béton coule chez eux, il leur est devenu impossible de se tenir à l' extérieur ..........
    De plus il y a le rouquin , chat sans gène qui s'installe sur leur canapé .........
    Trop c'est trop ..........
    Un roman qui rappellera certainement à beaucoup de lecteurs les ennuis de voisinage car il t a toujours des sans gène partout.

  • add_box
    Couverture du livre « Propriété privée » de Julia Deck aux éditions Minuit

    Miss K Paris sur Propriété privée de Julia Deck

    Un couple de parisiens en mal de verdure accèdent à la propriété dans un éco quartier (version Wisteria lane francilienne) non loin du RER et de la capitale.
    A l'arrivée des Lecocq, leurs voisins directs, la tranquille et paisible vie de banlieue va prendre une autre tournure.
    Cette histoire...
    Voir plus

    Un couple de parisiens en mal de verdure accèdent à la propriété dans un éco quartier (version Wisteria lane francilienne) non loin du RER et de la capitale.
    A l'arrivée des Lecocq, leurs voisins directs, la tranquille et paisible vie de banlieue va prendre une autre tournure.
    Cette histoire est racontée par Madame qui a tant attendu cette nouvelle vie. Cependant, très rapidement on comprend que tout ne tourne pas rond dans ce couple. Son mari traîne à la maison, dépressif, elle mène une vie de femme active bien moins tranquille que les apparences voudraient bien le montrer.
    Les voisins : un concentré de caricatures avec leurs travers et leurs secrets qui finiront par ressortir.
    Car, et c'est la grande réussite de ce livre, tout va crescendo. Tel un policier, des indices sont distillés et donnent à ce roman un côté à la fois oppressant, drôle, et caustique.

  • add_box
    Couverture du livre « Propriété privée » de Julia Deck aux éditions Minuit

    Carrie sur Propriété privée de Julia Deck

    Ce roman vous rappellera forcément une anecdote vécue à un moment ou à un autre.
    Vous savez le voisin qui se gare devant chez vous sans même se demander si cela peut vous gêner.
    Ou alors les voisins qui font la bringue jusqu'au bout de la nuit, musique à fond et voix haut perchée, sans...
    Voir plus

    Ce roman vous rappellera forcément une anecdote vécue à un moment ou à un autre.
    Vous savez le voisin qui se gare devant chez vous sans même se demander si cela peut vous gêner.
    Ou alors les voisins qui font la bringue jusqu'au bout de la nuit, musique à fond et voix haut perchée, sans oublier les fameuses "ding ding" (désolée, suis mauvaise en bruitage) des- nombreuses- bouteilles d'alcool qu'ils vont jetées une à une dans leur poubelle à 4 heures du matin.
    Ou encore cette voisine qui est toujours à sa fenêtre à regarder ce qui se passe chez vous.

    Bref, les voisins on ne les choisit pas et parfois, même, on les subit.
    C'est ce qui arrive aux Caradec, nouvellement installés dans leur maison écolo dans un nouveau quartier bobo, lorsqu'ils voient débarquer les Lecoq derrière leur mitoyenneté. Ils sont bruyants, sans-gêne et envahissants. Mais est-ce totalement leur faute ?

    Nous voici plongés dans la vie de quartier de parisiens financièrement à l'aise venus chercher un peu d'air pur et de verdure dans un nouvel environnement. Et même si cela n'est pas inintéressant, j'ai trouvé que le tout manquait de profondeur. Le roman est court, il aurait certainement mérité quelques pages de plus. Cependant, le ton est assez angoissant dès le départ et monte crescendo, en ça le pari est tenu. La narration en est certainement pour beaucoup dans ce sentiment de malaise, notre habitante de la première maison donnant son point de vue, d'un ton froid et impersonnel, en s'adressant à son mari, cet homme que le lecteur ne peut trouver qu'étrange dès les premières pages du récit. C'est ce procédé qui m'a fait sûrement fait me demander du début à la fin si j'aimais ou pas ce roman. Même après avoir refermé ce livre, je suis encore incapable de le dire. Mais c'est cela aussi qui m'a le plus plu. Je serai curieuse de lire un nouveau roman de Julia Deck si je tombe dessus.

    En résumé, amateurs de Desperate Housewives, passez votre chemin. Même si dans le fond ça peut y faire quelque peu penser, vous n'y trouverez pas ce que vous cherchez. Un roman que j'ai trouvé intéressant, dans l'écriture notamment, une plume blanche qui tire vers le noir, mais qui me laisse avec un goût d'inachevé.

  • add_box
    Couverture du livre « Propriété privée » de Julia Deck aux éditions Minuit

    Yv Pol sur Propriété privée de Julia Deck

    J'ai beaucoup aimé Viviane Elisabeth Fauville de l'auteure, je me suis donc plongé dans son dernier roman sans aucune crainte. J'aime bien lorsqu'à partir de faits bénins, de personnages fictifs très réalistes un romancier, en l'occurrence, une romancière, bâtit un roman qui m'embarque. Mon seul...
    Voir plus

    J'ai beaucoup aimé Viviane Elisabeth Fauville de l'auteure, je me suis donc plongé dans son dernier roman sans aucune crainte. J'aime bien lorsqu'à partir de faits bénins, de personnages fictifs très réalistes un romancier, en l'occurrence, une romancière, bâtit un roman qui m'embarque. Mon seul bémol vient du format puisque je l'ai lu sur une liseuse et que, décidément, ce format n'est pas fait pour moi.

    Mais revenons au texte qui m'a séduit par son ton entre l'ironie, l’empathie, le sarcasme, la vacherie. Tous les sentiments et émotions sont décrits : haine, jalousie, envie, amour, désir... Le quartier est une mini-société dans laquelle ces gens apprennent à se connaître, se lient plus ou moins, parfois beaucoup -sans doute trop aux yeux des conjoints. Ce sont des rapports humains classiques et exacerbés qui se nouent dans ce quartier en construction et en rénovation puisque le système de chauffage révolutionnaire ne fonctionne pas. Il faut donc faire venir des ouvriers et là -quelle transition- j'ai souligné le passage suivant, bien vu et fin :

    "Quand je suis descendue à la cuisine le jour suivant, un camion benne barrait l'entrée de la voie. Les ouvriers déchargeaient du matériel. Un quart d'heure plus tard, ils ont commencé à forer. C'était un bruit sans nom qui explosait à l'intérieur des crânes. Il n'était pas humainement possible de le supporter. Et ces hommes qui foraient, casque vissé jusqu'aux yeux, bras rivés à l'engin qui pulvérisait l'asphalte, exécutaient leur tâche avec une tristesse muette. Peut-être songeaient-ils, vibrant au rythme de leur machine, qu'ils s'étaient bien fait avoir en traversant la Méditerranée. Peut-être estimaient-ils, à l'inverse, qu'ils étaient mieux ici. Et peut-être qu'ils ne pensaient rien, transformés en simples prolongements de leur machine." (p.68/69)

    J'aime l'écriture de Julia Deck, simple et directe qui va à la fois dans le futile et dans la profondeur et qui sait, au tournant d'une phrase a priori anodine amener une info, une remarque, une opinion ou un questionnement inattendu. Elle fait parler Eva, parfois à la troisième personne, parfois à la deuxième lorsqu'elle s'adresse à son mari. Ce "tu" m'a plu. Il donne un ton intimiste, comme si nous étions avec le couple. Elle nous rappelle qu'on ne choisit pas ses voisins, mais qu'il vaut mieux entretenir avec eux des rapports au minimum cordiaux. D'aucuns pourront dire que son roman part un peu dans tous les sens et que la fin est étonnante. Sans doute. Moi, je me suis laissé totalement faire.

Ils suivent Julia Deck

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !