Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Propriété privée

Couverture du livre « Propriété privée » de Julia Deck aux éditions Minuit
  • Date de parution :
  • Editeur : Minuit
  • EAN : 9782707345783
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Il était temps de devenir propriétaires. Soucieux de notre empreinte environnementale, nous voulions une construction peu énergivore, bâtie en beaux matériaux durables. Aux confins de la ville se tramaient des écoquartiers. Notre choix s'est porté sur une petite commune en pleine essor. Nous... Voir plus

Il était temps de devenir propriétaires. Soucieux de notre empreinte environnementale, nous voulions une construction peu énergivore, bâtie en beaux matériaux durables. Aux confins de la ville se tramaient des écoquartiers. Notre choix s'est porté sur une petite commune en pleine essor. Nous étions sûrs de réaliser un bon investissement.
Plusieurs mois avant de déménager, nous avons mesuré nos meubles, découpé des bouts de papier pour les représenter à l'échelle. Sur la table de la cuisine, nous déroulions les plans des architectes, et nous jouions à déplacer la bibliothèque, le canapé, à la recherche des emplacements les plus astucieux. Nous étions impatients de vivre enfin chez nous.
Et peut-être aurions-nous réalisé notre rêve si, une semaine après notre installation, les Lecoq n'avaient emménagé de l'autre côté du mur mitoyen.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (16)

  • un couple de cinquantenaires décide de quitter leur appartement pour s'installer dans une maison d'un écoquartier - enfin ils seront propriétaires , tranquilles, profiteront de leur pelouse .......
    Mais quand s'installe dans la maison mitoyenne la famille Lecoq leurs beaux rêves...
    Voir plus

    un couple de cinquantenaires décide de quitter leur appartement pour s'installer dans une maison d'un écoquartier - enfin ils seront propriétaires , tranquilles, profiteront de leur pelouse .......
    Mais quand s'installe dans la maison mitoyenne la famille Lecoq leurs beaux rêves s'envolent.
    Annabelle , sans gêne, aguicheuse, sans aucun respect pour les voisins, l'entourage ,se croit tout permis.
    Quand le mari décide de faire installer une terrasse alors là le vase déborde ....... la haie de séparation des jardins n'est plus que branches mortes, la poussière de ciment recouvre la pelouse ,une glu de béton coule chez eux, il leur est devenu impossible de se tenir à l' extérieur ..........
    De plus il y a le rouquin , chat sans gène qui s'installe sur leur canapé .........
    Trop c'est trop ..........
    Un roman qui rappellera certainement à beaucoup de lecteurs les ennuis de voisinage car il t a toujours des sans gène partout.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un couple de parisiens en mal de verdure accèdent à la propriété dans un éco quartier (version Wisteria lane francilienne) non loin du RER et de la capitale.
    A l'arrivée des Lecocq, leurs voisins directs, la tranquille et paisible vie de banlieue va prendre une autre tournure.
    Cette histoire...
    Voir plus

    Un couple de parisiens en mal de verdure accèdent à la propriété dans un éco quartier (version Wisteria lane francilienne) non loin du RER et de la capitale.
    A l'arrivée des Lecocq, leurs voisins directs, la tranquille et paisible vie de banlieue va prendre une autre tournure.
    Cette histoire est racontée par Madame qui a tant attendu cette nouvelle vie. Cependant, très rapidement on comprend que tout ne tourne pas rond dans ce couple. Son mari traîne à la maison, dépressif, elle mène une vie de femme active bien moins tranquille que les apparences voudraient bien le montrer.
    Les voisins : un concentré de caricatures avec leurs travers et leurs secrets qui finiront par ressortir.
    Car, et c'est la grande réussite de ce livre, tout va crescendo. Tel un policier, des indices sont distillés et donnent à ce roman un côté à la fois oppressant, drôle, et caustique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman vous rappellera forcément une anecdote vécue à un moment ou à un autre.
    Vous savez le voisin qui se gare devant chez vous sans même se demander si cela peut vous gêner.
    Ou alors les voisins qui font la bringue jusqu'au bout de la nuit, musique à fond et voix haut perchée, sans...
    Voir plus

    Ce roman vous rappellera forcément une anecdote vécue à un moment ou à un autre.
    Vous savez le voisin qui se gare devant chez vous sans même se demander si cela peut vous gêner.
    Ou alors les voisins qui font la bringue jusqu'au bout de la nuit, musique à fond et voix haut perchée, sans oublier les fameuses "ding ding" (désolée, suis mauvaise en bruitage) des- nombreuses- bouteilles d'alcool qu'ils vont jetées une à une dans leur poubelle à 4 heures du matin.
    Ou encore cette voisine qui est toujours à sa fenêtre à regarder ce qui se passe chez vous.

    Bref, les voisins on ne les choisit pas et parfois, même, on les subit.
    C'est ce qui arrive aux Caradec, nouvellement installés dans leur maison écolo dans un nouveau quartier bobo, lorsqu'ils voient débarquer les Lecoq derrière leur mitoyenneté. Ils sont bruyants, sans-gêne et envahissants. Mais est-ce totalement leur faute ?

    Nous voici plongés dans la vie de quartier de parisiens financièrement à l'aise venus chercher un peu d'air pur et de verdure dans un nouvel environnement. Et même si cela n'est pas inintéressant, j'ai trouvé que le tout manquait de profondeur. Le roman est court, il aurait certainement mérité quelques pages de plus. Cependant, le ton est assez angoissant dès le départ et monte crescendo, en ça le pari est tenu. La narration en est certainement pour beaucoup dans ce sentiment de malaise, notre habitante de la première maison donnant son point de vue, d'un ton froid et impersonnel, en s'adressant à son mari, cet homme que le lecteur ne peut trouver qu'étrange dès les premières pages du récit. C'est ce procédé qui m'a fait sûrement fait me demander du début à la fin si j'aimais ou pas ce roman. Même après avoir refermé ce livre, je suis encore incapable de le dire. Mais c'est cela aussi qui m'a le plus plu. Je serai curieuse de lire un nouveau roman de Julia Deck si je tombe dessus.

    En résumé, amateurs de Desperate Housewives, passez votre chemin. Même si dans le fond ça peut y faire quelque peu penser, vous n'y trouverez pas ce que vous cherchez. Un roman que j'ai trouvé intéressant, dans l'écriture notamment, une plume blanche qui tire vers le noir, mais qui me laisse avec un goût d'inachevé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai beaucoup aimé Viviane Elisabeth Fauville de l'auteure, je me suis donc plongé dans son dernier roman sans aucune crainte. J'aime bien lorsqu'à partir de faits bénins, de personnages fictifs très réalistes un romancier, en l'occurrence, une romancière, bâtit un roman qui m'embarque. Mon seul...
    Voir plus

    J'ai beaucoup aimé Viviane Elisabeth Fauville de l'auteure, je me suis donc plongé dans son dernier roman sans aucune crainte. J'aime bien lorsqu'à partir de faits bénins, de personnages fictifs très réalistes un romancier, en l'occurrence, une romancière, bâtit un roman qui m'embarque. Mon seul bémol vient du format puisque je l'ai lu sur une liseuse et que, décidément, ce format n'est pas fait pour moi.

    Mais revenons au texte qui m'a séduit par son ton entre l'ironie, l’empathie, le sarcasme, la vacherie. Tous les sentiments et émotions sont décrits : haine, jalousie, envie, amour, désir... Le quartier est une mini-société dans laquelle ces gens apprennent à se connaître, se lient plus ou moins, parfois beaucoup -sans doute trop aux yeux des conjoints. Ce sont des rapports humains classiques et exacerbés qui se nouent dans ce quartier en construction et en rénovation puisque le système de chauffage révolutionnaire ne fonctionne pas. Il faut donc faire venir des ouvriers et là -quelle transition- j'ai souligné le passage suivant, bien vu et fin :

    "Quand je suis descendue à la cuisine le jour suivant, un camion benne barrait l'entrée de la voie. Les ouvriers déchargeaient du matériel. Un quart d'heure plus tard, ils ont commencé à forer. C'était un bruit sans nom qui explosait à l'intérieur des crânes. Il n'était pas humainement possible de le supporter. Et ces hommes qui foraient, casque vissé jusqu'aux yeux, bras rivés à l'engin qui pulvérisait l'asphalte, exécutaient leur tâche avec une tristesse muette. Peut-être songeaient-ils, vibrant au rythme de leur machine, qu'ils s'étaient bien fait avoir en traversant la Méditerranée. Peut-être estimaient-ils, à l'inverse, qu'ils étaient mieux ici. Et peut-être qu'ils ne pensaient rien, transformés en simples prolongements de leur machine." (p.68/69)

    J'aime l'écriture de Julia Deck, simple et directe qui va à la fois dans le futile et dans la profondeur et qui sait, au tournant d'une phrase a priori anodine amener une info, une remarque, une opinion ou un questionnement inattendu. Elle fait parler Eva, parfois à la troisième personne, parfois à la deuxième lorsqu'elle s'adresse à son mari. Ce "tu" m'a plu. Il donne un ton intimiste, comme si nous étions avec le couple. Elle nous rappelle qu'on ne choisit pas ses voisins, mais qu'il vaut mieux entretenir avec eux des rapports au minimum cordiaux. D'aucuns pourront dire que son roman part un peu dans tous les sens et que la fin est étonnante. Sans doute. Moi, je me suis laissé totalement faire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Vivre en communauté au sein d'un éco-quartier ou dans un lotissement, être propriétaire d'une maison que l'on a imaginée et concrétisée, espérée, attendue, comment dit-on déjà ? Ah oui le projet d'une vie, peut se révéler parfois un piège et le paradis peut se transformer en enfer. Et c'est bien...
    Voir plus

    Vivre en communauté au sein d'un éco-quartier ou dans un lotissement, être propriétaire d'une maison que l'on a imaginée et concrétisée, espérée, attendue, comment dit-on déjà ? Ah oui le projet d'une vie, peut se révéler parfois un piège et le paradis peut se transformer en enfer. Et c'est bien ce qui arrive à Eva, la narratrice et Charles Caradec, la cinquantaine, sans enfants, ils pensaient pouvoir couler dans leur nouvelle et belle "propriété" le calme et la douceur de vivre.

    C'est Eva qui porte le couple à bout de bras car son mari souffre de troubles compulsifs qui donnent le tempo à chaque journée. Elle, architecte, est en plein défit professionnel car elle a été retenue pour un projet immobilier à Paris. Mais loin de trouver le calme nécessaire à son projet, ils vont découvrir peu à peu que, sous des abords amicaux, chaleureux, cordiaux et sympathiques, les voisins et en particulier les Lecoq qui emménagent dans la maison mitoyenne, vont vite devenir une source de conflits, d'affrontements pouvant aller loin, très loin.

    Un court roman qui se lit très vite car l'auteur déballe les cartons faits, un à un, partant des rêves et l'emménagement du couple pour monter peu à peu dans l'enchaînement des troubles du voisinage, allant jusqu'à des actions assez violentes que ce soient moralement que physiquement.

    C'est une satyre sociale d'un micro quartier et ne me dites pas que cela n'existe pas..... On a tous vécu plus ou moins des relations de voisinage difficiles voir compliquées, les proportions que cela peu prendre (d'où l'engorgement des tribunaux et des conciliateurs pour tenter de trouver des solutions).

    J'ai aimé la façon dont Julia Deck présente ses personnages, les dévoilant peu à peu sous leur vraie nature, se montrant dans un premier temps assez lisses (sauf peut-être la famille Lecoq et surtout Anabelle qui, dès son arrivée, est particulièrement agaçante et sans-gêne). Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, ils vivent dans un paradis comportant malgré tout quelques failles. En effet les aléas des constructions font qu'ils n'ont pas d'eau chaude et doivent vivre au milieu des tranchées...... annonciatrices de la guerre humaine de tranchées à venir.

    Et la goutte d'eau qui fera déborder le vase sera la présence du chat des Lecoq...... Le rouquin. A partir de là la guerre est déclarée, chacun ses armes, chacun sa défense et cela va aller crescendo avec un final que j'ai trouvé assez rocambolesque....

    Je dois avouer que l'écriture est efficace et je l'ai lu d'une traite. Je me suis posée la question à plusieurs reprises mais jusqu'où cela va aller même si j'ai trouvé certaines ficelles un peu grosses, un peu extrêmes quoi que..... Par contre l'ambiance entre voisins, les débuts prometteurs d'une vie idéale, les relations cordiales qui dégénèrent sont assez bien rendues.

    Mon seul reproche c'est peut-être que Julia Deck a voulu mettre trop d'événements, de choses, cela devient une "comédie dramatiquement loufoque" avec une part de thriller quand le sang coule ou que certains disparaissent et que finalement cela devient assez improbable (enfin j'espère) mais l'auteure a choisi cette option à son récit.  Mettons cela sur le fait que c'est une caricature mais finalement tellement proche de ce qui peut se passer dans la réalité.

    J'ai malgré tout bien aimé, presque comme une séance de grand guignol, j'y ai retrouvé tellement de situations lues, entendues, vues ou vécues poussées à leurs paroxysmes pour en faire un condensé de la vie de propriétaire avec tous ses aléas.....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On ne le dira jamais assez : L'enfer, c'est les autres 

    Dans ce roman rédigé à la première personne , la narratrice nous raconte les désillusions de son foyer, après leur emménagement dans leur maison rêvée.

    Après des années dans un (trop petit) appartement parisien,  le couple a...
    Voir plus

    On ne le dira jamais assez : L'enfer, c'est les autres 

    Dans ce roman rédigé à la première personne , la narratrice nous raconte les désillusions de son foyer, après leur emménagement dans leur maison rêvée.

    Après des années dans un (trop petit) appartement parisien,  le couple a soigneusement épluché les programmes immobiliers et a jeté son dévolu sur une maison avec un petit jardin, située dans un éco-quartier responsable, à énergie positive ou presque.

    A proximité d'une station de RER (son mari, dépressif, ne prend que rarement le volant), qui lui permet de rejoindre son cabinet d'urbaniste, cette maison a tout pour plaire ... 

    Jusqu'à ce que s'installent  Annabelle (auc micro-shorts) et Arnaud Lecoq, agents immobiliers, accompagnés de leur progéniture et de leur chat hideux ! 

    Le rêve est ébréché ... L'exaspération monte ... Le chauffage se déglingue ... Le chat est retrouvé mort    

    J'attendais beaucoup de ce roman dont j'avais lu de bonnes critiques, mais à mi-parcours, le texte s'embourbe, et peine à se relancer 

    On passe de la Condition pavillonnaire à un semblant de polar qui fait flop ! 

    Dommage cela avait pourtant bien commencé !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On ne choisit pas ses voisins. Certes.
    Un sujet et des personnages qui auraient supporté plus de profondeur.

    Le traditionnel jeune couple et son ambition d’accéder à la propriété. Dans un pavillon périphérique. Entourés de gens soucieux de leur empreinte environnementale, comme eux. Le rêve...
    Voir plus

    On ne choisit pas ses voisins. Certes.
    Un sujet et des personnages qui auraient supporté plus de profondeur.

    Le traditionnel jeune couple et son ambition d’accéder à la propriété. Dans un pavillon périphérique. Entourés de gens soucieux de leur empreinte environnementale, comme eux. Le rêve !
    Enfin, quand il est question de tuer le chat des voisins en premier chapitre et d’envisager par quels moyens et selon quelles modalités, le cauchemar ne semble pourtant pas bien loin. Ambiance.
    Du rêve de devenir propriétaire à la désillusion que la propriété peut engendrer, il n'y a donc qu'un pas, celui de la porte de ses voisins ! On ne les choisit pas affirme la sagesse populaire. Effectivement.

    Cependant, d'un sujet plutôt commun actualisé à la lumière du développement des écoquartiers s’affichant écoresponsables, et de communautés de citoyens en pleine écoconscience de l’impact de leur façon de vivre sur l’environnement, le récit tarde à réellement nous happer sur le chemin du côté obscur des résidents de ce petit microcosme. Sans vraiment nous plonger dans un suspense insoutenable ni susciter des questionnements nous gardant en haleine quant à leur devenir. Malgré la mort du chat des voisins donc. Malgré les fricotages de certains avec un fond de chantage qui s’annonce. Malgré les disputes et la participation auditive collective à la vie de tous et de tout, promiscuité oblige lorsqu’elle n’est pas accentuée par quelques menus travaux mitoyens.

    Déception donc face à une impression de superficialité dans l'analyse des émotions des personnages, de leurs interactions et des conséquences de leurs actes dans ce contexte façon huis clos avec un « l’enfer c’est les autres » dans le placard sartrien. Également face à un ressenti de manque de profondeur dans le traitement de faits se voulant rebondissements mais qui ne rebondissent pas si haut que cela. Peut-être en lien avec une volonté de rejoindre plusieurs genres différents allant du roman au polar. Finalement, le cumul ou la succession de tous ne permet pas, il me semble, de creuser suffisamment chacun d’eux.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Devenir propriétaire,le rêve de beaucoup mais c'est sans compter ,dans une banlieue pavillonnaire,sur la promiscuité.Un certain humour habite une écriture fluide,nourrie de petits détails.L'auteure,étant journaliste,ne se noie pas dans les descriptions,ni les analyses psychologiques.On oscille...
    Voir plus

    Devenir propriétaire,le rêve de beaucoup mais c'est sans compter ,dans une banlieue pavillonnaire,sur la promiscuité.Un certain humour habite une écriture fluide,nourrie de petits détails.L'auteure,étant journaliste,ne se noie pas dans les descriptions,ni les analyses psychologiques.On oscille entre franc amusement et appréhension sur le devenir des Caradec.
    "...C'étaient des démons.Ils n'espéraient pas seulement nous faire déménager...Ils projetaient notre éradication totale et définitive."
    Finalement,ai trouvé cela plutôt gentillet,sans rien d'accrocheur ni de passionnant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.