Monica Sabolo

Monica Sabolo

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (52)

  • Couverture du livre « Crans-montana » de Monica Sabolo aux éditions Lattes

    cedric critic sur Crans-montana de Monica Sabolo

    Sublime

    Sublime

  • Couverture du livre « Summer » de Monica Sabolo aux éditions Lattes

    Marie Letellier-Rios sur Summer de Monica Sabolo

    Un récit très intéressant sur la disparition, le souvenir, la famille, mais qui aurait tellement gagné à être plus concis ... C'est long, très long, et si cela apporte à la compréhension du narrateur, cela n'apporte pas grand chose à l'histoire. Dommage.

    Un récit très intéressant sur la disparition, le souvenir, la famille, mais qui aurait tellement gagné à être plus concis ... C'est long, très long, et si cela apporte à la compréhension du narrateur, cela n'apporte pas grand chose à l'histoire. Dommage.

  • Couverture du livre « Summer » de Monica Sabolo aux éditions Lattes

    HUBRIS LIBRIS sur Summer de Monica Sabolo

    Une soeur devenue mythe.
    Souvenirs épars chassés par le vent, les mémoires devenues opaques. Ne reste que le frère qui semble se soucier, se souvenir. Morte clament les uns. Ailleurs suppose le frère esseulé.

    De cette auteure, j’en connais un roman : Crans-Montana. Un regard sur la jeunesse...
    Voir plus

    Une soeur devenue mythe.
    Souvenirs épars chassés par le vent, les mémoires devenues opaques. Ne reste que le frère qui semble se soucier, se souvenir. Morte clament les uns. Ailleurs suppose le frère esseulé.

    De cette auteure, j’en connais un roman : Crans-Montana. Un regard sur la jeunesse doré, un oeil sur la dérive d’une peuplade laissée à ses occupations. De la plume, j’en retiens l’aisance pour les atmosphères lourdes, baignées d’un sens malsain. Un roman que j’avais apprécié. Plongeons du côté de Summer.

    Le roman se déroule avec la pensée et le regard du frère. Narrateur premier d’une affaire qu’il ne parvient pas à démêler. Summer se dévoile sur un rêve aqueux, une plongée au fond d’un lac, entre les algues, au delà des vivants. Sous l’eau, que reste t-il ? Le silence accompagne les premières pages. Description d’un monde, de l’envers du nôtre. Eaux noires d’un lac où le corps y baignerait, serait devenu entité, déité d’un royaume ondin. On émerge, à bout de souffle, avec le narrateur, on reprend notre respiration, tentons de revenir à la surface - à la réalité. En vain.

    Summer est morte l’été dernier.
    Summer a disparu.
    Summer.

    Le prénom est rarement prononcé. Comme une crainte. Une terreur d’évoquer le drame. Fille d’une famille aisée, fille rayonnante sous les rires joyeux de ses amies. Pourquoi disparaître ? Pourquoi fuir le bonheur octroyé ? Voilà ce que pensent les parents, eux qui estiment avoir tout donner à l’enfant chérie. Ingrate chuchotent-ils entre les lignes. La famille s'enfonce aux eaux saumâtres, à la vase de ses secrets.

    Le récit alterne entre passé et présent. Remous des souvenirs. Ecume d’un passé qu’il ne parvient pas à enterrer. Le frère vit avec ses cauchemars, s’enfonce à la culpabilité de ne pas comprendre. On imagine sa responsabilité, ou plutôt une part, infime, un comportement en regret qu’il ne parviendrait pas à oublier.

    Vivre avec un fantôme. S’enchainer à la présence d’un souvenir, le raviver, sans cesse l’empêcher de s’évaporer. Un roman sur le deuil, la culpabilité, et plus encore les noirs secrets qui hantent les murs des maisons, s’y sont faufilés entre les fissures. Un regret toutefois, la fin à laquelle je ne m'attendais pas. Espoir pour d'autres idées. D'autres voies. Mais Summer n'en reste pas moins un récit fascinant. En eaux troubles.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !