Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Karine Tuil

Karine Tuil

Karine Tuil est l’auteur de neuf romans parmi lesquels "Interdit", "La domination", "Six mois, six jours" et "L’invention de nos vies" publiés aux Editions Grasset. Elle a également écrit pour le théâtre et le cinéma.

 

Crédit photo : JF. Paga

... Voir plus

Karine Tuil est l’auteur de neuf romans parmi lesquels "Interdit", "La domination", "Six mois, six jours" et "L’invention de nos vies" publiés aux Editions Grasset. Elle a également écrit pour le théâtre et le cinéma.

 

Crédit photo : JF. Paga

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Karine Tuil (8)

Avis sur cet auteur (186)

  • add_box
    Couverture du livre « La décision » de Karine Tuil aux éditions Gallimard

    Spitfire89 sur La décision de Karine Tuil

    Une plongé au coeur de la justice avec une juge d'instruction de l'antiterrorisme, l'héroïne de ce livre devra faire des choix dans sa vie privé et professionnel pouvant avoir de lourde conséquence. Récit captivant, une analyse méticuleuse et documenté, on ressent la tension, la douleur et les...
    Voir plus

    Une plongé au coeur de la justice avec une juge d'instruction de l'antiterrorisme, l'héroïne de ce livre devra faire des choix dans sa vie privé et professionnel pouvant avoir de lourde conséquence. Récit captivant, une analyse méticuleuse et documenté, on ressent la tension, la douleur et les peur. Un livre qui ne nous laisse pas indemne. Psychologie humaine, Justice, Tragédie, Procès, Coulisse et Décision.

  • add_box
    Couverture du livre « La décision » de Karine Tuil aux éditions Gallimard

    Patrice Gourmel sur La décision de Karine Tuil

    Un sujet difficile pour beaucoup d'entre nous, que ce soit d'un point de vue social, religieux, politique ou éthique et j'en attendais beaucoup. Trop sans doute.
    Le parti-pris d'une narration à deux niveaux, l'un professionnel avec les auditions par la juge et l'autre personnel avec les doutes...
    Voir plus

    Un sujet difficile pour beaucoup d'entre nous, que ce soit d'un point de vue social, religieux, politique ou éthique et j'en attendais beaucoup. Trop sans doute.
    Le parti-pris d'une narration à deux niveaux, l'un professionnel avec les auditions par la juge et l'autre personnel avec les doutes et les émois sentimentaux de la femme, m'a très vite lassé.
    Jusqu'au bout, je me suis dit qu'il y aurait un sens à tout ça, mais non en fait. Ou alors avec des ficelles qui s'apparentent plus à des cordes qu'à un délicat fil de soie.
    Déstabilisée par le délitement de son couple, Alma noue une relation avec l'avocat de la défense, qui est riche et beau, coureur mais amoureux, et c'est merveilleux mais pas que, parce qu'il a sa face cachée (Barbara C., es tu là ?). Mais il défend avec fougue, ce jeune homme, égaré en Syrie par une sentiment d'échec, issu d'une famille difficile, enfance malheureuse, et qui mérite une seconde chance avec sa femme et son enfant.
    Quand à Alma, elle pense beaucoup à son amant, un peu à ses enfants et à son mari, dont la foi et la pratique religieuse sont en plein essor et ça a toujours été compliqué de concilier leurs éducations, ...
    Et de temps en temps, elle pense aussi à l'affaire, mais juste sous l'angle "Et si je me trompais ?". Je comprends que c'est le cœur de l'intrigue, le titre est très clair sur ce point, mais pourquoi tant de caricature sociale et religieuse sur ces 4 personnages et pourquoi aller jusqu'à mêler sa fille, qui apparait soudain (polytechnicienne bientôt dans une université américaine) à tout ça à la fin ?
    Bref, des passages d'auditions intéressants, mais sans plus et trop peu de réflexions sociales et étiques à mon goût. Je n'ai pu m'empêcher de faire le parallèle avec L'Intérêt de l'enfant de Ian McEwan, qui m'est apparu bien plus profond psychologiquement et socialement parlant.

  • add_box
    Couverture du livre « Six mois, six jours » de Karine Tuil aux éditions Le Livre De Poche

    sylvie adam sur Six mois, six jours de Karine Tuil

    Le narrateur a été pendant de longues années le conseiller de la famille Kant, des industriels aisés. Il connait tous leurs secrets et décide d'écrire leur histoire. Cet homme est très cynique et on a l'impression qu'il se venge. Il raconte notamment la naïveté de la fille de famille qui accepte...
    Voir plus

    Le narrateur a été pendant de longues années le conseiller de la famille Kant, des industriels aisés. Il connait tous leurs secrets et décide d'écrire leur histoire. Cet homme est très cynique et on a l'impression qu'il se venge. Il raconte notamment la naïveté de la fille de famille qui accepte tout de son amant, jusqu'au jour où elle découvre qu'elle s'est faite avoir, c'est un gigolo. On apprend aussi l'histoire cachée de la famille : leur passé nazi. Pas complètement volontaire certes, mais qui leur a apporté cette fortune. Très bien écrit et passionnant. Je suis surprise qu'il y ait tant de critiques négatives. Personnellement, j'ai adoré son style.

  • add_box
    Couverture du livre « La décision » de Karine Tuil aux éditions Gallimard

    Sevlipp sur La décision de Karine Tuil

    Être juge est un métier difficile ; chacune de vos décisions impacte une personne, une famille ou bien une victime ou la société.
    Alors quand on est juge anti-terroriste et que pèse sur vos épaules le choix de libérer ou non un jeune homme qui revient de Syrie en prenant le risque qu'il...
    Voir plus

    Être juge est un métier difficile ; chacune de vos décisions impacte une personne, une famille ou bien une victime ou la société.
    Alors quand on est juge anti-terroriste et que pèse sur vos épaules le choix de libérer ou non un jeune homme qui revient de Syrie en prenant le risque qu'il commette un attentat...
    Voici ce que raconte ce roman, la décision que doit prendre Alma.
    Et puis, comment cet engagement professionnel impacte sa vie, son couple, ses enfants ; là aussi il faut prendre une décision.
    L'écriture est ciselée et percutante.
    L'alternance entre les interrogatoires, les pensées de la juge, les pressions de son mari ou son amant font monter la tension crescendo.
    Un roman très bien construit, sombre, qui ne tergiverse pas avec les manipulations religieuses mais dont la fin m'a paru "too much" (exactement comme dans son roman "Les choses humaines").
    Il n'en reste pas moins que j'ai retenu mon souffle tout au long du récit en sachant que tout cela est très, trop proche d'une réalité qui peut nous toucher à chaque instant.