Les romanciers de l'année 2019 : dix auteurs majeurs

dimanche 29 décembre 2019

Des révélations, des confirmations et des paris littéraires

Les romanciers de l'année 2019 : dix auteurs majeurs

On a parlé des femmes écrivains qui, pour lecteurs.com, ont incarné 2019, c’est au tour des hommes écrivains d’être mis en liste.

 

Les auteurs qui se confirment, ceux qui se sont imposés par leurs textes, ceux qu’on a dénichés et sur qui on parie : ils sont dix, c’est ingrat car il en manque, mais l’essentiel de nos évidences est ici.

 

A suivre en 2020 !

  • Les 10 romanciers de l'année 2019

    • add_box
      Couverture du livre « Chroniques de l'homme d'avant » de Philippe Lancon aux éditions Les Echappes

      Chroniques de l'homme d'avant de Philippe Lancon

      Il a marqué et bouleversé le monde littéraire dans son intégralité en publiant Le Lambeau fin 2018, le récit de sa lente reconstruction physique et psychologique après la tuerie de Charlie Hebdo dont il a été l’une des victimes.
      Lançon est un critique littéraire de haut niveau qui publie également dans le journal Libération. Avec Le Lambeau, il a atteint le statut d’écrivain incontestable. On reste dans la même note, mais sur le versant plus journalistique avec, cette année, Ses Chroniques de l’homme d’avant (Les Echappés) qui rassemblent ses meilleurs textes au cours des seize ans de sa collaboration avec Charlie Hebdo.

    • add_box
      Couverture du livre « L'île introuvable » de Jean Le Gall aux éditions Robert Laffont

      L'île introuvable de Jean Le Gall

      Un nouveau hussard ou bien le dernier ? Jean Le Gall n’écrit pas dans son temps, mais a ce quelque chose d’inclassable qui en fait un classique.
      Révélé par Les Lois de l’apogée, il a donné cette année L’Île introuvable, un roman qui dit l’amour que le directeur des éditions Séguier porte à la littérature.
      Un auteur qui creuse son sillon.

    • add_box
      Couverture du livre « Querelle » de Lambert Kevin aux éditions Le Nouvel Attila

      Querelle de Lambert Kevin

      Un premier livre en France mais un deuxième pour ce Québécois qui a impressionné lecteurs et critiques à la rentrée d’automne.
      Il raconte l’histoire d’un conflit social dans une petite ville du Canada. Erotisme, tragédie et documentaire rivalisent dans ce livre étourdissant et libre.
      A suivre.

    • add_box
      Couverture du livre « Par les routes » de Sylvain Prudhomme aux éditions Gallimard

      Par les routes de Sylvain Prudhomme

      Passage de la quarantaine d’un écrivain qui retrouve un vieux copain autostoppeur, et tombe amoureux de sa femme, Marie.
      Par les routes est un roman terriblement et simplement humain, fait de chair et de vie, mais aussi une parabole du tiraillement de l’homme qui part et veut rester en même temps. Il a reçu le Prix Landerneau et le Prix Femina et installe durablement un écrivain déjà formidablement solide dans le club fermé des écrivains de son temps.

    • add_box
      Couverture du livre « Matador yankee » de Jean-Baptiste Maudet aux éditions Le Passage

      Matador yankee de Jean-Baptiste Maudet

      Un premier roman, un Prix Orange : géographe de profession, Jean-Baptiste Maudet s’est lancé en littérature comme on s’adonne à la poésie, avec le sens sacré des mots et de la phrase.
      C’est armé de cette exigence qu’il raconte cette histoire de Matador yankee (Le Passage), à la frontière des cultures américaines et hispaniques.
      Une road (éo) story qui sera suivie en janvier d’un nouveau roman, Des humains sur fond blanc (Le Passage).

    • add_box
      Couverture du livre « La panthère des neiges » de Sylvain Tesson aux éditions Gallimard

      La panthère des neiges de Sylvain Tesson

      Un Prix Renaudot surprise, puisque le livre n’était pas sélectionné, et le plus grand succès de librairie de la rentrée 2019 : Sylvain Tesson est un invariant iconoclaste de la vie littéraire ; ce nouveau récit de voyage mêle ses réflexions sur le monde avec un épanchement plus intime sur la la question de la perte et des deuils.
      Sylvain Tesson n’est pas de ce monde, qu’il n’aime d’ailleurs pas beaucoup, mais il en témoigne admirablement, et sans doute mieux que jamais dans ce texte.

    • add_box
      Couverture du livre « Civilizations » de Laurent Binet aux éditions Grasset Et Fasquelle

      Civilizations de Laurent Binet

      On lui doit le roman le plus original de la rentrée 2019 : Civilizations imagine que Christophe Colomb n’est pas allé au bout de sa mission mais que les Incas, eux, ont découvert puis colonisé l’Europe de Charles Quint.
      C’est historiquement solide, tissé d’une uchronie ambitieuse et stimulante, et ce troisième roman de Laurent Binet, très vite remarqué avec HHhH, vient d’être récompensé du Prix du roman de l’Académie française.

    • add_box
      Couverture du livre « Cora dans la spirale » de Vincent Message aux éditions Seuil

      Cora dans la spirale de Vincent Message

      C’est son troisième roman, après Défaite des maîtres et possesseurs couronné par le Prix Orange en 2016.
      Message est un écrivain engagé, notamment dans la direction d’un master de création littéraire à Paris VIII, mais aussi par le choix de thèmes sociaux et sociétaux dans ses livres. Ici, c’est la lente plongée dans un burn out dramatique d’une femme, conséquence de la restructuration de son entreprise. Un livre qui pose les enjeux de la violence au travail de façon aiguë et documentée.

    • add_box
      Couverture du livre « Le huitième soir » de Arnaud De La Grange aux éditions Gallimard

      Le huitième soir de Arnaud De La Grange

      Grand reporter au Figaro depuis quinze ans, Arnaud de la Grange se lance dans le roman avec les Vents noirs en 2017.
      Le Huitième soir est son deuxième texte littéraire qui raconte comment un homme va s’engager dans la guerre d’Indochine, par fraternité d’homme plus que par patriotisme, dans le défi d’un corps qui a été brisé par un accident de jeunesse.
      Ce texte reçoit le Prix Roger-Nimier et le prix Erwan Bergot de l’Armée de terre : une langue superbe, une limpidité sentimentale, un sens de la phrase et une intensité narrative font déjà de ce jeune écrivain un des auteurs importants de notre époque.

    • add_box
      Couverture du livre « Anagrammes à quatre mains ; une histoire vagabonde des musiciens et de leurs oeuvres » de Jacques Perry-Salkow et Karol Beffa et Jean-Francois Martin aux éditions Actes Sud

      Anagrammes à quatre mains ; une histoire vagabonde des musiciens et de leurs oeuvres de Jacques Perry-Salkow - Karol Beffa - Jean-Francois Martin

      Mention spéciale à Jacques Perry Salkow. Il n’est pas à proprement parler un romancier mais sa singularité dans le monde des lettres, son côté Petit Prince des poètes tombé d’une autre planète, son incroyable agilité à composer des anagrammes et des palindromes, le rendent inimitable et inévitable.
      Il s’est fait connaître par quelques publications en collaboration, dont la dernière concerne plus précisément la musique, son premier amour de pianiste, avec le musicien Karol Beffa. Il réserve pour 2020 un livre inouï dont il sera temps de parler en son moment.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Romans en tous genres"

Commentaires

Forum

Afficher plus de discussions