Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La panthère des neiges

Couverture du livre « La panthère des neiges » de Sylvain Tesson aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072822322
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

En 2018, Sylvain Tesson est invité par le photographe animalier Vincent Munier à observer aux confins du Tibet les derniers spécimens de la panthère des neiges. Ces animaux discrets et très craintifs vivent sur un gigantesque plateau culminant à 5 000 m d'altitude, le Changtang. Situé au Tibet... Voir plus

En 2018, Sylvain Tesson est invité par le photographe animalier Vincent Munier à observer aux confins du Tibet les derniers spécimens de la panthère des neiges. Ces animaux discrets et très craintifs vivent sur un gigantesque plateau culminant à 5 000 m d'altitude, le Changtang. Situé au Tibet septentrional et occidental, il s'étend sur environ 1 600 km, du Ladakh à la province du Qinghai, et il est habité par les nomades Changpas.
L'équipe atterrit à Pékin, puis prend la route à bord d'un 4X4 en direction du Tibet. Au fil des jours le convoi s'achemine vers des panoramas de plus en plus grandioses et déserts : là où la population recule, la faune avance et se déploie, protégée des effets nocifs de la civilisation.
Sylvain Tesson décrit une sorte de savane africaine qui serait perchée à 4 000 mètres d'altitude, où l'on croise des troupeaux d'antilopes, des chèvres bleues, des hordes de yacks qui traversent de vastes étendues herbeuses où s'élèvent des dunes.
L'équipe s'enfonce toujours plus loin, se hissant à des hauteurs qui dépassent largement ce que nous connaissons en Europe. À 5 000 m d'altitude s'ouvre le domaine de la panthère des neiges. Dans ce sanctuaire naturel totalement inhospitalier pour l'homme, le félin a trouvé les moyens de sa survie et de sa tranquillité. Les conditions d'observation deviennent très difficiles, il faut parfois rester immobile pendant trente heures consécutives par -30° C pour apercevoir quelques minutes le passage majestueux de l'animal...
Sylvain Tesson entrecroise habilement le récit d'une aventure exceptionnelle aux confins du Tibet avec des réflexions d'une pertinence remarquable sur les conséquences désastreuses de l'activité humaine envers le règne animal. À travers l'exemple de la panthère des neiges, l'auteur s'interroge sur la morphologie d'un monde où toutes les espèces viendraient à se raréfier puis à s'éteindre. Il nous entraîne dans cette aventure singulière où l'on s'intéresse autant à l'art de l'affût animalier qu'à la spiritualité asiatique.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (34)

  • Un récit magnifique sur l'attente, la patience et la découverte. Une très belle leçon de vie. Ce livre est un hymne à la nature. Sylvain tesson nous offre un livre remplie de poésie et de philosophie.

    Un récit magnifique sur l'attente, la patience et la découverte. Une très belle leçon de vie. Ce livre est un hymne à la nature. Sylvain tesson nous offre un livre remplie de poésie et de philosophie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sylvain Tesson est un homme qui a la bougeotte. Il ne peut rester en place. Les récits de ses voyages, de ses marches, de ses traversées en témoignent.

    Rester à l'affût pendant des jours par des températures de -30° sur les plateaux du Haut Tibet aurait dû lui être particulièrement difficile....
    Voir plus

    Sylvain Tesson est un homme qui a la bougeotte. Il ne peut rester en place. Les récits de ses voyages, de ses marches, de ses traversées en témoignent.

    Rester à l'affût pendant des jours par des températures de -30° sur les plateaux du Haut Tibet aurait dû lui être particulièrement difficile. Mais il avait un but : voir la panthère des neiges qu'il associait à sa mère défunte et à l'amour perdu d'une jeune femme.

    Comme à son habitude, les pages de son récit sont ponctuées de réflexions personnelles, de descriptions de la Nature empruntes de poésie ainsi que de réflexions philosophiques.

    Le comportement de l'homme : « La majeure partie de la Terre n'était pas ouverte à notre race. Faiblement adaptés, spécialisés en rien, nous avions notre cortex pour arme fatale. Elle nous autorisait tout. Nous pouvions faire plier le monde à notre intelligence et vivre dans le milieu naturel de notre choix. Notre raison palliait notre débilité. Notre malheur résidait dans la difficulté de choisir où demeurer. »

    » La dégradation du monde s'accompagnait d'une espérance frénétique en un avenir meilleur. Plus le réel se dégradait, plus retentissaient les imprécations messianiques. Il y avait un lien proportionnel entre la dévastation du vivant et le double mouvement d'oubli du passé et de supplique de l'avenir. »

    Le comportement des animaux peuplant ces contrées : » (…) un loup surgit. Il trottait le long du talus, cou projeté. Il tourna la tête sans ralentir l'allure, pour s'assurer que nous ne faisions pas de mouvement vers lui. (…) Au même instant, déboula une centaine d'ânes sauvages, à la course. Ce fut un ballet lent sur une scène géante. Les mouvements de chacun suivaient l'axe d'une chorégraphie : le loup trottait, les ânes couraient, ils passèrent à une cinquantaine de mètres d'un groupe d'antilopes chirous et d'un troupeau de gazelles procapra immobilisé dans les oyats. Chaque troupeau de frôlait, aucun ne se mêlait aux autres et les ânes filèrent sans déranger personne. Chez les bêtes, on voisine, on se supporte, mais on ne copine pas. Ne pas tout mélanger : bonne solution pour la vie en groupe. »

    Et enfin la patience : » J'avais appris que la patience était une vertu suprême, la plus élégante et la plus oubliée. Elle aidait à aimer le monde avant de prétendre le transformer. Elle invitait à s'asseoir devant la scène, à jouir du spectacle, fût-il un frémissement de feuille. La patience était la révérence de l'homme à ce qui était donné. »

    Lire « La panthère des neiges » après la période de confinement nous interpelle encore plus profondément.

    Sylvain Tesson fait référence souvent aux enseignements du Tao. Celui-ci m'a particulièrement interpellée :

    « Devant l'agitation fourmillante des êtres ne contemple que leur retour. Les êtres divers du monde feront retour à leur racine. Faire retour à la racine, c'est s'installer dans la quiétude. »

    Lire Sylvain Tesson, comme toujours, fait du bien à l'âme.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je n'aurais jamais pensé que ce livre me plairait... et j'ai adoré...

    Je n'aurais jamais pensé que ce livre me plairait... et j'ai adoré...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Grande fan de Sylvain Tesson, j'avais écouté des émissions concernant ce dernier livre, et j'avoue que je ne m'attendais pas à ça. Les émissions omettent le plus important parfois.

    Bien sûr il s'agit de la panthère dans cet ouvrage. Mais on y lit aussi une blessure amoureuse répétée, et j'ai...
    Voir plus

    Grande fan de Sylvain Tesson, j'avais écouté des émissions concernant ce dernier livre, et j'avoue que je ne m'attendais pas à ça. Les émissions omettent le plus important parfois.

    Bien sûr il s'agit de la panthère dans cet ouvrage. Mais on y lit aussi une blessure amoureuse répétée, et j'ai trouvé qu'elle prenait une place non négligeable.
    Les descriptions laconiques de Munier me font le trouver admirable et respectable.

    Il y a aussi un peu de fouillis. Et c'est pourquoi je n'ai pas mis les 5 étoiles.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre d’une puissance, d’une beauté inouïes, truffé de magnifiques leçons de vie et d’amour, de tendresse et de philosophie… j’ai adoré…

    Un livre d’une puissance, d’une beauté inouïes, truffé de magnifiques leçons de vie et d’amour, de tendresse et de philosophie… j’ai adoré…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sylvain Tesson, l’infatigable globe-trotteur a été pris à son propre piège : suivre son ami photographe animalier Vincent Munier pour se poser, observer et entendre la vie à travers le silence sur les hauts plateaux du Tibet.
    Le sens de l’observation, de la description, de la curiosité, de...
    Voir plus

    Sylvain Tesson, l’infatigable globe-trotteur a été pris à son propre piège : suivre son ami photographe animalier Vincent Munier pour se poser, observer et entendre la vie à travers le silence sur les hauts plateaux du Tibet.
    Le sens de l’observation, de la description, de la curiosité, de l’émerveillement, et la plume toujours poétique auxquels Sylvain Tesson nous a habitué à travers ses nombreux livres, sont encore au rendez-vous.
    Oui : l’attente et l’affût peuvent être une expérience passionnante et permettre de rendre les émotions encore plus intenses. Quand je parle d’émotions je ne parle pas seulement de rencontres humaines mais aussi de rapport à la nature et aux animaux. Sylvain Tesson livre ici un bien bel hommage à la nature et à la force, la sagesse, l’agilité et l’adaptabilité de l’animal sauvage. On y verra bien sûr une opposition avec la volonté permanente de l’homme de tout maîtriser et façonner le monde selon ses propres volontés et intérêts. Merci pour ce voyage : une parenthèse dépaysante bien agréable en ces temps où le monde est si bouleversé.
    https://accrochelivres.wordpress.com/2020/06/09/la-panthere-des-neiges-sylvain-tesson/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une écriture superbement inventive au service d'une nature magnifié. Quand Tesson vois des encriers en lieu et place des montagnes et que les Yacks servent de ponctuation à l'écriture d'un récit divin....
    Un des meilleurs livre de Tesson

    Une écriture superbement inventive au service d'une nature magnifié. Quand Tesson vois des encriers en lieu et place des montagnes et que les Yacks servent de ponctuation à l'écriture d'un récit divin....
    Un des meilleurs livre de Tesson

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans ce nouveau livre de Sylvain Tesson, nous voilà plonger dans les profondeurs de l’altitude des hauts plateaux du Tibet. Commence alors une quête pour apercevoir la panthère des neiges. On cultive l’attente ou les attentes : à la fois de ce que l’on vit à travers les 4 personnages mais aussi...
    Voir plus

    Dans ce nouveau livre de Sylvain Tesson, nous voilà plonger dans les profondeurs de l’altitude des hauts plateaux du Tibet. Commence alors une quête pour apercevoir la panthère des neiges. On cultive l’attente ou les attentes : à la fois de ce que l’on vit à travers les 4 personnages mais aussi comme pour replonger et se guérir d’un passé enfoui au fond de l’auteur. On est comme suspendu, à attendre au détours des pages, les indices comme des réponses à nos interrogations. Le récit est assez froid comme le climat extrême de l’environnement. Je m’attendais à autre chose, avec un titre si évocateur. Je ne suis pas totalement emballée par ce nouveau roman même si, à travers les pages on admire un paysage étonnant voire même inimaginable pour la citadine que je suis.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.