Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sylvain Tesson

Sylvain Tesson

Né le 26 avril 1972 à Paris, Sylvain Tesson est avant tout un voyageur chevronné. Fils du journaliste Philippe Tesson, ce géographe de formation effectue e tour du monde à vélo entre 1993 et 1994 et publie, suite à ce voyage, un premier ouvrage intitulé On a roulé sur la terre. En plus de ses voy...

Voir plus

Né le 26 avril 1972 à Paris, Sylvain Tesson est avant tout un voyageur chevronné. Fils du journaliste Philippe Tesson, ce géographe de formation effectue e tour du monde à vélo entre 1993 et 1994 et publie, suite à ce voyage, un premier ouvrage intitulé On a roulé sur la terre. En plus de ses voyages, Sylvain Tesson est également célèbre pour monter sur les toitures d’églises et de cathédrales. Le voyageur écrivain a par ailleurs exprimé à plusieurs reprises son soutien au peuple tibétain.

Sylvain Tesson a publié différents ouvrages, dont de nombreux récits de voyage et des albums photographiques. Parmi ses publications les plus marquantes, Dans les forêts de Sibérie est un récit autobiographique pour lequel l’auteur a reçu le prix Médicis et qui raconte son retrait pendant 6 mois dans une cabane de Sibérie. Le récit Une vie à coucher dehors a par ailleurs été récompensé par le prix Goncourt de la nouvelle.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Sylvain Tesson (3)

Avis sur cet auteur (218)

  • add_box
    Couverture du livre « Sous l'étoile de la liberté » de Sylvain Tesson aux éditions J'ai Lu

    LALIE.01 sur Sous l'étoile de la liberté de Sylvain Tesson

    Un livre étonnant (quoique avec cet écrivain…) « Sous l’étoile de la liberté : Six mille kilomètres à travers l’Eurasie sauvage» de Sylvain Tesson avec Thomas Goisque pour des illustrations
    Sylvain Tesson est parti sur les traces des évadés du goulag (en mai 2003), depuis un goulag en ruine...
    Voir plus

    Un livre étonnant (quoique avec cet écrivain…) « Sous l’étoile de la liberté : Six mille kilomètres à travers l’Eurasie sauvage» de Sylvain Tesson avec Thomas Goisque pour des illustrations
    Sylvain Tesson est parti sur les traces des évadés du goulag (en mai 2003), depuis un goulag en ruine des environs de Yakoutsk, sur les traces de Slavomir Rawicz,qui a raconté son évasion dans un livre contesté : « À marche forcée ».
    De la Sibérie à l’Inde, soit 6000 kilomètres en 8 mois, à travers 7 milieux naturels, dans le lit de la Lena et sur la rive orientale du Baïkal (taïga) - en Mongolie (steppe) - dans le désert de Gobi - au Tibet - à travers l’Himalaya - au Népal - enfin en Inde, jusqu’au mouroir de Calcutta.
    Ce périple a été triplement réussi :
    - En réussissant à pied - à cheval - à bicyclette, cette évasion symbolique et réelle, Sylvain Tesson montre que « n’est impossible que ce qui n’a pas été tenté ». Il rend ainsi hommage à tous les évadés du goulag soviétique (cosaques - moines bouddhistes - vieux-croyants - « ennemis du peuple »,…) et du laogai chinois ( moines bouddhistes, nomades mongols, « punis » divers,…). Il rend aussi justice à Slavomir Rawicz, mort en 2004 en Angleterre et qui était resté silencieux depuis la parution de son livre en 1956.
    - En sortant de l’oubli ces évadés (un paradoxe), il s’est aussi trouvé lui-même confronté à la solitude dans des paysages grandioses – sublimes - il a puisé dans ses ressources (physiques - intellectuelles – morale - humaines) pour aller au bout de l’évasion des autres, favorisant ainsi son invasion par ce qui était authentiquement lui-même.
    - En notant chaque soir sur les pages de ses carnets en riz népalais, ses souvenirs de la journée, il a accumulé les matériaux de deux livres, complémentaires, fort bien écrits et illustrés de photos de Thomas Goisque.
    « Sous l’étoile de la liberté : Six mille kilomètres à travers l’Eurasie sauvage), est plutôt un album de cette épopée, passionnant par les courts textes et les photos. Sylvain Tesson nous renvoie à des désirs enfouis : le nomadisme est en nous - il a été premier et plus durable que la sédentarisation - le recours aux forêts selon une expression d’un livre d’Ernst Jünger : « Traité du rebelle » » Walden », ou « La vie dans les bois » de David Henri Thoreau sont des livres essentiels.
    On pourrait également évoquer certains romans de Jack London aussi.
    Sylvain Tesson est un « wanderer » - pas soucieux seulement d’exploits physiques mais aussi de cheminement intérieur par un contact complexe avec la nature.
    Je considère ce livre comme « Hommages aux évadés du goulag et du laogai ».

  • add_box
    Couverture du livre « Un été avec Homère » de Sylvain Tesson aux éditions Des Equateurs

    Myriam Veisse sur Un été avec Homère de Sylvain Tesson

    Pour celles et ceux qui comme moi craignent la littérature antique, ont du mal avec la poésie, il fallait toute la verve, la poésie accessible d’un Sylvain Tesson, pour m’inciter à m’y plonger, et à m’en délecter.

    Je connaissais, dans les grandes lignes, le propos de l’Iliade et l’Odyssée,...
    Voir plus

    Pour celles et ceux qui comme moi craignent la littérature antique, ont du mal avec la poésie, il fallait toute la verve, la poésie accessible d’un Sylvain Tesson, pour m’inciter à m’y plonger, et à m’en délecter.

    Je connaissais, dans les grandes lignes, le propos de l’Iliade et l’Odyssée, sans avoir eu d’abord l’occasion de le lire, et pour être totalement honnête, sans avoir vraiment eu le désir de m’y mettre. Et pourtant, quand on y réfléchit bien, c’est d’une part un ouvrage symbolique, une sorte d’héritage culturel qui nous colle à la peau ; les grands mythes fondateurs, les épopées, le voyage, les colères divines….

    Quand Sylvain Tesson embarque sur un bateau, et qu’à l’aide de l’Helléniste Victor Berard, il tente de reconstituer, à sa manière le voyage d’Ulysse, et de reformuler avec tout son talent d’écrivain, et même d’orateur, car je l’entendais dans ma lecture tellement je le sentais passionné par son sujet, la richesse de l’œuvre Homère.

    En outre il décortique, pour la béotienne que je suis l’homme homérique. Il relie sans ostentation, les deux poèmes avec les problématiques modernes.

    J’ai choisi l’ouvrage illustré d’aquarelles et de clichés pris du temps de Bérard, et enrichi de nombreux extraits du journal de Tesson, qui sont de savoureuses réflexions, des instantanés, des fulgurances aussi drôles que profondes.

    Ce voyage dans le temps nous offre de côtoyer les Dieux, de démystifier Achille, Luise, Hector, Hélène et les autres.

    Un ouvrage à ranger du côté des Beaux Livres, et à butiner pour le plaisir sans modération !

    https://leblogdemimipinson.blogspot.com/2022/08/un-ete-avec-homere.html

  • add_box
    Couverture du livre « Noir : textes et dessins » de Sylvain Tesson aux éditions Albin Michel

    Bluesearock sur Noir : textes et dessins de Sylvain Tesson

    Un livre étonnant où l'on découvre de nombreux dessins sur le thème du suicide (par pendaison ou arme à feu)
    Les dessins sont souvent drôles, un livre qui est une sorte de piqûre de rappel pour ne surtout pas oublier que toute la valeur de la vie tient à sa brièveté, une ode à la vie en...
    Voir plus

    Un livre étonnant où l'on découvre de nombreux dessins sur le thème du suicide (par pendaison ou arme à feu)
    Les dessins sont souvent drôles, un livre qui est une sorte de piqûre de rappel pour ne surtout pas oublier que toute la valeur de la vie tient à sa brièveté, une ode à la vie en quelque sorte.
    Certains aimeront, d'autres moins. Pour être honnête ce n'est pas mon livre préféré de Sylvain Tesson, mais le texte qui précède les dessins est particulièrement intéressant.

  • add_box
    Couverture du livre « Chronique des bords du Rhin » de Sylvain Tesson aux éditions Le Verger

    Joëlle Buch sur Chronique des bords du Rhin de Sylvain Tesson

    Ce petit livre de 37 pages n’a pas échappé à mon œil de fan de Sylvain Tesson ! Voici deux nouvelles dont le thème est le cours d’eau du Rhin en Alsace. Dans mon jargon de bibliothécaire c’est ce qu’on appelle un « alsatique », un livre sur l’Alsace. Il est publié chez le Verger éditeur, une...
    Voir plus

    Ce petit livre de 37 pages n’a pas échappé à mon œil de fan de Sylvain Tesson ! Voici deux nouvelles dont le thème est le cours d’eau du Rhin en Alsace. Dans mon jargon de bibliothécaire c’est ce qu’on appelle un « alsatique », un livre sur l’Alsace. Il est publié chez le Verger éditeur, une maison d’édition régionale, dans la collection « Sentinelles ».
    L’écrivain porte son regard sur les berges du Rhin et invente deux histoires qui fleurent bon la légende.
    Dans « Journal d’une fée du Rhin » nous faisons la connaissance d’une Ondine qui raconte des moments de sa vie au bord du Rhin.
    Dans la seconde nouvelle, un couple de touristes se promène au bord du Rhin, plus précisément à Rhinau. Il découvre la faune et la flore. Puis l’ambiance champêtre change avec le temps. Un épais brouillard s’installe et la femme disparaît. Le mystère s’épaissit davantage lorsque l’homme rentre à l’hôtel et n’y trouve pas sa compagne.
    Comme toujours chez Sylvain Tesson, c’est bien écrit. Dans ces quelques pages, un brin espiègle, vous pourrez vous évader sur ce fleuve le temps d’une lecture.