Le lambeau

Couverture du livre « Le lambeau » de Philippe Lancon aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072689079
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Le 6 janvier 2015, Philippe Lançon assiste à la représentation de La Nuit des Rois de Shakespeare dans un petit théâtre d'Ivry. Il a pris ses billets pour les Etats-Unis où il donnera des cours de littérature à Princeton et rejoindra sa nouvelle compagne. Le lendemain matin, Houellebecq est... Voir plus

Le 6 janvier 2015, Philippe Lançon assiste à la représentation de La Nuit des Rois de Shakespeare dans un petit théâtre d'Ivry. Il a pris ses billets pour les Etats-Unis où il donnera des cours de littérature à Princeton et rejoindra sa nouvelle compagne. Le lendemain matin, Houellebecq est interviewé sur France Inter pour la parution de Soumission ; Lançon, qui a écrit un papier élogieux dans Libé, écoute en faisant sa gymnastique sur un tapis qu'il a rapporté d'Irak en 1991, deux jours avant les bombardements américains. S'il n'était pas rentré, il serait devenu reporter de guerre et non journaliste littéraire.
A la conférence de Charlie Hebdo, tout le monde parle de Houellebecq, puis des banlieues.
Tignous dit que l'Etat les a abandonnées et a fabriqué des islamistes et des délinquants. Bernard Maris s'insurge. Lançon montre un livre de jazz à Cabu, quand les tueurs arrivent.
Philippe Lançon ne cherche pas à expliquer l'attentat. Il écrit sans pathos, sans complaisance pour lui-même, ce qui n'empêche pas l'émotion et la profondeur (sur la mémoire, la perception d'une vie). L'avant et le pendant sont d'une très grande intensité, la scène de l'attaque est extrêmement saisissante. Dans ce livre de survie, Philippe Lançon s'attache à décrire sa vie qui bascule, lui qui, défiguré, reçoit « une blessure de guerre » dans un pays « en paix ».

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Magnifique ouvrage.
    Dès la première page, on est happé dans le tourbillon de cette reconstruction.
    C'est difficile à dire, mais j'ai trouvé l'écriture belle et si prenante.
    Une histoire tellement forte (mais malheureusement réelle), que le lecteur n'en ressort pas indemne.
    Personnellement,...
    Voir plus

    Magnifique ouvrage.
    Dès la première page, on est happé dans le tourbillon de cette reconstruction.
    C'est difficile à dire, mais j'ai trouvé l'écriture belle et si prenante.
    Une histoire tellement forte (mais malheureusement réelle), que le lecteur n'en ressort pas indemne.
    Personnellement, je suis certaine que cet ouvrage sera l'un de mes livres préférés pour les prochaines années à venir.
    Et dire qu'au départ, je ne voulais par forcément le lire ayant peur que cela soit malsain ; alors qu'il n'en est rien.
    Merci aux prix littéraires d'exister, car c'est grâce au Prix Femina que je me suis décidée ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Avant même de débuter la lecture de ce livre, les questionnements ont commencé. Ce qui révèle à quel point cet ouvrage et son sujet sont loin de laisser indifférent.
    J’ai tout d’abord longtemps hésité à me le procurer : allais-je pouvoir lire ces 500 pages, ne serait-ce pas trop sombre ou...
    Voir plus

    Avant même de débuter la lecture de ce livre, les questionnements ont commencé. Ce qui révèle à quel point cet ouvrage et son sujet sont loin de laisser indifférent.
    J’ai tout d’abord longtemps hésité à me le procurer : allais-je pouvoir lire ces 500 pages, ne serait-ce pas trop sombre ou difficilement supportable ? J’ai malgré tout fini par l’acheter…
    La deuxième question qui s’est posée est : à quel moment aborder la lecture d’un tel thème ? Dans quel état d’esprit dois-je être ?
    L’attentat de Charlie m’a, comme une majorité de personnes, énormément marquée, choquée et déstabilisée. Replonger 3 ans après dans ce cauchemar n’est pas un acte anodin. J’ai fini par me décider à l’ouvrir le premier jour de mes vacances, j’avais 2 semaines devant moi.
    La 4ème de couverture ménage jusqu’au bout le mystère de ce que contient cet ouvrage puisque qu’elle ne répertorie que les différentes définitions du terme « lambeau ».
    Bien sûr, il y a eu les critiques, élogieuses, quasi unanimes, mais tout de même, entrer dans ce livre était pour moi un challenge, moi qui fuis en général les essais, les sujets tristes ou qui nous renvoient au côté noir de notre société. Je considère plus la lecture comme un moyen d’évasion, d’où la nouveauté de cette démarche.

    Oui, je l’avoue, j’ai eu peur que l’écriture soit hermétique, lourde, professorale. Mais dès le premier paragraphe, j’ai été emportée dans la spirale du livre qui a la vertu de ne pas vouloir vous « lâcher ».
    Philippe Lançon s’adresse à vous : il se met à nu, exorcise cette épouvantable épreuve et rien que pour cela, nous lui devons un véritable respect.
    Il aurait cependant pu tomber dans le pathos, voire l’écriture revendicative et vengeresse.
    Bien au contraire. C’est un homme apaisé, qui a pris le temps d’analyser, de prendre du recul, de se reconstruire (ou plutôt, de se construire) pour nous offrir ce magnifique témoignage.
    Son récit est fluide, il nous prend la main pour nous faire comprendre tout ce qu’il a vécu, pour nous expliquer par quelles étapes et états d’âme il est passé avec une franchise et une sérénité qui sont admirables.
    Bien sûr, il reste humain, heureusement. Certains passages sont purement descriptifs (et il le faut), d’autres plein d’empathie mais aussi de colère mesurée. Nous ressentons sa peur, ses angoisses et si, bien évidement nous ne pouvons pas les comprendre réellement, nous parvenons à approcher au plus près de son ressenti grâce à une écriture efficace, honnête et sans emphase.
    Le tour de force se trouve également dans sa façon de toujours glisser quelques notes d’humour (on est chroniqueur à Charlie ou on ne l’est pas) mais c’est un humour respectueux, fin, d’une « grande classe ».
    Enfin, toutes les références culturelles nous rassurent et ne démontrent qu’une fois de plus que la littérature, la musique, l’art peuvent être d’excellents compagnons dans les moments difficiles car ils restent l’ancrage à la beauté que le monde est tout de même capable de produire et d’offrir.

    Le sujet est terrible et a marqué plusieurs générations. Cet évènement restera historique.
    Mais cette démarche était nécessaire : que ce soit pour Philippe Lançon lui-même, qui, dans l’écriture a certainement trouvé un soulagement mais aussi pour la population, qui a vécu cette violence sans parfois tout comprendre. Un ouvrage qui pourrait être amené à devenir et à rester un incontournable de la littérature sociétale.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • incroyable récit d'un journaliste survivant de l'attaque de "charlie hebdo" Il mélange magistralement l'avant
    attentat et le parcourt du combattant dans les hopitaux ou il est soigné. Le récit est ponctué de références
    littéraires, poetiques. L'horreur nous est racontée par petites touches ...
    Voir plus

    incroyable récit d'un journaliste survivant de l'attaque de "charlie hebdo" Il mélange magistralement l'avant
    attentat et le parcourt du combattant dans les hopitaux ou il est soigné. Le récit est ponctué de références
    littéraires, poetiques. L'horreur nous est racontée par petites touches par séquences entrecoupées de souvenirs de voyages,de personnages rencontrés,de situations vécues et de phrases d'auteurs ou de poemes on passe de la greffe "le lambeau" du menton à des passages de Proust ou de Kafka.Le petit bemol est me semble t il le fait qu'il refuse de regarder en face la réalité du terrorisme islamique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai longtemps hésité à lire ce livre car je ne souhaitais pas être une voyeuse de l'attentat à Charlie Hebdo puis j'ai cédé à la tentation.Je n'ai pas été déçue. Ce livre n'est pas un témoignage c'est un livre de résilience d'un homme lettré, écrit sans haine mais avec beaucoup de talent. Il...
    Voir plus

    J'ai longtemps hésité à lire ce livre car je ne souhaitais pas être une voyeuse de l'attentat à Charlie Hebdo puis j'ai cédé à la tentation.Je n'ai pas été déçue. Ce livre n'est pas un témoignage c'est un livre de résilience d'un homme lettré, écrit sans haine mais avec beaucoup de talent. Il se dégage de ce livre une profonde humanité, une profonde reconnaissance pour le monde médical. On touche à l'essentiel d'un homme, c'est remarquablement écrit .
    Bravo !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comment ne pas être bouleversé à la lecture de ce témoignage ? J'ai mis plusieurs semaines à le lire, sans jamais pouvoir m'en détacher. On souffre et on pleure en même temps que Philippe Lançon face à la barbarie de cette attaque de Charlie Hebdo, sans jamais arriver à comprendre comment des...
    Voir plus

    Comment ne pas être bouleversé à la lecture de ce témoignage ? J'ai mis plusieurs semaines à le lire, sans jamais pouvoir m'en détacher. On souffre et on pleure en même temps que Philippe Lançon face à la barbarie de cette attaque de Charlie Hebdo, sans jamais arriver à comprendre comment des hommes peuvent en arriver là. Hélas la suite des événements nous persuade qu'on peut encore craindre le pire. Je ne sais pas dans quel état physique et moral se trouve Monsieur Lançon presque quatre ans après cette boucherie, j'espère que ce récit confession lui a permis de retrouver le sommeil et une vie normale, même si certaines souffrances ne peuvent pas disparaître, mettre des mots dessus peut (peut-être) les apaiser.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • J’étais impatient de lire Le Lambeau. Depuis la reparution de Charlie Hebdo, après le 7 janvier 2015, j’ai lu avec beaucoup d’attention et d’émotion chacune des chroniques de Philippe Lançon, chroniques pour lesquelles il avait conservé le cadre originel : Dans le jacuzzi des ondes.

    Depuis...
    Voir plus

    J’étais impatient de lire Le Lambeau. Depuis la reparution de Charlie Hebdo, après le 7 janvier 2015, j’ai lu avec beaucoup d’attention et d’émotion chacune des chroniques de Philippe Lançon, chroniques pour lesquelles il avait conservé le cadre originel : Dans le jacuzzi des ondes.

    Depuis longtemps, il avait délaissé les médias pour traiter la culture, domaine où il excelle mais là, chaque semaine, il a confié ses souffrances, ses doutes, sans délaisser d’autres sujets. Chaque semaine, je l’ai donc lu et apprécié mais là, sur plus de 500 pages, Philippe Lançon est encore plus impressionnant, livrant un texte d’une qualité incroyable au ton si juste et tellement précis.
    C’est le récit de quelques années d’une vie avec des retours en arrière indispensables qui permettent de mieux comprendre l’homme, l’écrivain assoiffé de culture. Ses voyages, ses reportages sont évoqués mais, ce matin du 7 janvier 2015, il pouvait aller aussi bien à Libération qu’à Charlie. Il choisit l’hebdomadaire dans lequel Philippe Val, directeur à l’époque, l’avait convié à écrire, car il veut assister à la première conférence de rédaction de l’année et revoir Wolinski. Il a sur lui un livre de jazz : Blue Note qu’il veut montrer à Cabu, ce qui lui sauvera la vie car il aurait croisé les tueurs dans l’escalier… La réunion étant déjà commencée, il s’assoit entre Bernard Maris et Honoré : « Nous étions une bande de copains plus ou moins proches dans un petit journal désormais fauché, presque mort. »
    Avec les trois dessinateurs et le journaliste déjà cités, il y avait Fabrice Nicolino, Elsa Cayat, Tignous, Laurent Léger et Franck Brinsolaro, le garde du corps de Charb qui était en retard. À Charlie, il avait connu Cavanna et il parle de son enterrement, le 6 février 2014.
    Philippe Lançon s’insurge à raison contre le manque de solidarité après la publication des caricatures de Mahomet, en 2006 : «…honte professionnelle et morale. Elle a contribué à faire de Charlie, en l’isolant, en le désignant, la cible des islamistes. » Voilà où on en arrive après tant de lâcheté ! Les pages qui suivent, pour l’attentat, sont écrites avec une simplicité et une rigueur admirables. C’est terrible de délicatesse et de tragique. Il était un homme dissocié en deux : « celui que je devenais » et « celui qui n’était pas tout à fait mort. » Entre les corps de Bernard Maris et de Tignous, mort le stylo à la main : « nous avions été les victimes des censeurs les plus efficaces, ceux qui liquident tout sans avoir rien lu. »
    « J’étais un blessé de guerre dans un pays en paix. » Philippe Lançon m’a fait partager ses sensations, ses souffrances, ses espoirs, son désespoir et sa vie en milieu hospitalier avec une protection policière permanente. Heureusement, famille et amis sont là et son frère agit remarquablement pour organiser sa vie à La Pitié-Salpêtrière. Il nous parle aussi de Gabriela, de Marilyn, son ex-femme qu’il a connue à Cuba, une île qu’il évoque souvent.
    Surtout, il parle de celles et ceux qui soignent, de Chloé, la chirurgienne qui greffe un morceau de son péroné pour remplacer la mâchoire emportée par la balle : « Elle était la fée imparfaite qui, penchée sur mon berceau, m’avait donné une seconde vie. » C’est elle qui fait ce lambeau, cette autogreffe qui va tant le faire souffrir et nécessiter beaucoup d’autres passages au bloc opératoire.

    En plus, Philippe Lançon fait visiter les Invalides où il se retrouve en rééducation avant de réapprendre à sortir à nouveau. Tout est dit avec discrétion, sans apitoiement, faisant de ce livre LE LIVRE DE L’ANNÉE tant par l’écriture que par sa richesse, ses sujets traités et son humanité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quel livre ! Un futur référent sans doute dans le vécu post-attentat . La reconstruction et la résilience de Mr Lançon sont remarquables . C'est une lecture dont j'ai été à chaque page marquée et bouleversée . L'élégance, la fluidité de son style ainsi que les parallèles littéraires...
    Voir plus

    Quel livre ! Un futur référent sans doute dans le vécu post-attentat . La reconstruction et la résilience de Mr Lançon sont remarquables . C'est une lecture dont j'ai été à chaque page marquée et bouleversée . L'élégance, la fluidité de son style ainsi que les parallèles littéraires n'enlèvent rien à cette lecture mémorable.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comment raconter l’inconcevable ?
    Philippe Lançon, victime gravement blessée, défigurée mais survivante, de la tuerie abominable dans les locaux du journal “Charlie Hebdo” le 7 janvier 2015, nous offre ici un témoignage magnifiquement écrit, un témoignage sur l’avant et l’après, d’une...
    Voir plus

    Comment raconter l’inconcevable ?
    Philippe Lançon, victime gravement blessée, défigurée mais survivante, de la tuerie abominable dans les locaux du journal “Charlie Hebdo” le 7 janvier 2015, nous offre ici un témoignage magnifiquement écrit, un témoignage sur l’avant et l’après, d’une puissance littéraire inexprimable.
    Impossible de ne pas me sentir bouleversée par les mots choisis, d’une immense délicatesse et d’une profonde pudeur. Sa souffrance est palpable à chaque phrase (j’avais presque l’impression d’avoir été présente auprès de ces hommes et femmes frappés aussi cruellement.)
    Et puis vient pour le journaliste le temps de la peur, de la culpabilité d’être toujours là, de la lente reconstruction dans les hôpitaux …
    Le lecteur est à deux doigts de toucher la douleur physique de Philippe Lançon, et sa douleur psychique aussi : “je n’avais pas de chagrin, j’étais le chagrin” …
    Un très beau texte, qui va à l’essentiel, la lecture d’une tragédie dont vous ne ressortez pas indemne …

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Témoignage à vif, bouleversant d'un rescapé de l'attentat de Charlie Hebdo. On comprend bien la frontière, le gouffre, entre sa vie avant l'attentat et après. Une ode aux prouesses réalisées par les médecins et un hommage à sa chirurgienne Chloé qui est très présente dans le livre.

    3 mois...
    Voir plus

    Témoignage à vif, bouleversant d'un rescapé de l'attentat de Charlie Hebdo. On comprend bien la frontière, le gouffre, entre sa vie avant l'attentat et après. Une ode aux prouesses réalisées par les médecins et un hommage à sa chirurgienne Chloé qui est très présente dans le livre.

    3 mois après avoir lu ce livre il reste encore très présent dans ma mémoire, pour moi c'est le livre de cette année 2018 et je guette désespérément sa nomination dans un des prix littéraires de la rentrée. C'est inadmissible qu'un tel livre chargé d'humanisme ne soit pas nominé pour le prix Goncourt. J'invite toute notre communauté de lecteurs qui on lus "le lambeau" à s'insurger.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est juste horrible, et horriblement juste. Philippe Lançon a repris le chemin de l'écriture (qu'il n'avait en fait jamais quitté avec son ardoise et son feutre) pour nous livrer sa vie avant, pendant et surtout après le 7 janvier 2015. Journaliste à Libération et Charlie Hebdo, il est un...
    Voir plus

    C'est juste horrible, et horriblement juste. Philippe Lançon a repris le chemin de l'écriture (qu'il n'avait en fait jamais quitté avec son ardoise et son feutre) pour nous livrer sa vie avant, pendant et surtout après le 7 janvier 2015. Journaliste à Libération et Charlie Hebdo, il est un survivant de l'attentat dans lequel Cabu, Wolinski et bien d'autres sont morts. Un roman très dur sur l'humanité, la solidarité, la vie brisée, les rêves avortés...Une vie qui tourne autour de Chloé, la chirurgienne, une branche à laquelle Philippe s'accroche et se raccroche....Une bouée!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.