Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Civilizations

Couverture du livre « Civilizations » de Laurent Binet aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

Vers l'an mille : la fille d'Erik le Rouge met cap au sud.
1492 : Colomb ne découvre pas l'Amérique.
1531 : les Incas envahissent l'Europe.

À quelles conditions ce qui a été aurait-il pu ne pas être ?
Il a manqué trois choses aux Indiens pour résister aux conquistadors. Donnez-leur ... Voir plus

Vers l'an mille : la fille d'Erik le Rouge met cap au sud.
1492 : Colomb ne découvre pas l'Amérique.
1531 : les Incas envahissent l'Europe.

À quelles conditions ce qui a été aurait-il pu ne pas être ?
Il a manqué trois choses aux Indiens pour résister aux conquistadors. Donnez-leur le cheval, le fer, les anticorps, et toute l'histoire du monde est à refaire.

Civilizations est le roman de cette hypothèse : Atahualpa débarque dans l'Europe de Charles Quint. Pour y trouver quoi ?
L'Inquisition espagnole, la Réforme de Luther, le capitalisme naissant. Le prodige de l'imprimerie, et ses feuilles qui parlent. Des monarchies exténuées par leurs guerres sans fin, sous la menace constante des Turcs. Une mer infestée de pirates. Un continent déchiré par les querelles religieuses et dynastiques.
Mais surtout, des populations brimées, affamées, au bord du soulèvement, juifs de Tolède, maures de Grenade, paysans allemands : des alliés.
De Cuzco à Aix-la-Chapelle, et jusqu'à la bataille de Lépante, voici le récit de la mondialisation renversée, telle qu'au fond, il s'en fallut d'un rien pour qu'elle l'emporte, et devienne réalité.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (22)

  • Aux alentours de l’An 1000, les Vikings ont colonisés les Amériques, apportant avec eux le cheval le fer et quelques maladies (donc quelques anticorps). En 1492, Christophe Colomb débarque, ni lui ni ses marins ne reverrons l’Espagne. En 1531, poussés en avant par une guerre fratricide,...
    Voir plus

    Aux alentours de l’An 1000, les Vikings ont colonisés les Amériques, apportant avec eux le cheval le fer et quelques maladies (donc quelques anticorps). En 1492, Christophe Colomb débarque, ni lui ni ses marins ne reverrons l’Espagne. En 1531, poussés en avant par une guerre fratricide, l’empereur Inca Atahualpa profite des caravelles abandonnées pour traverser l’Océan, il débarque dans une Europe à feu et à sang, minée par des guerres de religions et par la misère. A force de patience, de machiavélisme et d’opportunisme, il deviendra le maitre du Vieux Continent. Laurent Binet, dont j’avais beaucoup apprécié « Rien ne se passe comme prévu » et « HHhH », s’attaque ici à un exercice très difficile et qui moi me fascine : l’uchronie. Réécrire l’Histoire, c’est déjà sacrément bien connaître d’emblée la vraie, et puis c’est laisser son imagination au travail, sans jamais se départir d’une réflexion globale et d’une hauteur de vue, ni se laisser emporter par la folie du challenge et verser dans l’improbable. Je dois dire que son roman est assez fascinant, et assez réussi. Il est découpé en 4 parties. La première décrit l’arrivée des Vikings au Nouveau Monde (ce qui est une réalité historique) sauf qu’ici, ils s’établissent durablement et mélangent leur culture, leur religion (et leur gênes) aux Américains. La seconde est le faux journal de Colomb, témoignage d’une expédition ratée face çà des autochtones bien moins impressionnés par le Nouveau monde (forcément, puisque dune certaine manière ils le connaissent déjà). La troisième partie, la plus importante, c’est l’invasion Inca en Europe et son long chemin vers le pouvoir quasi absolu, c’est la partie le plus forte, la plus fascinante car tout est mesuré, crédible, et très bien documenté. La quatrième partie est pour moi le point faible du roman, l’histoire d’un renégat espagnol et d’un grec adepte de la défense de la Chrétienté, qui connaitront quelques aventures funestes avant d’à leur tour, traverser l’Océan dans l’espoir d’une vie meilleure. C’est un monde tellement différent du nôtre qui ressort de l’exercice de Laurent Binet, parfois on se prend à regretter que cela ne soit que le fruit de son imagination tellement il est incroyable ! Dans la forme, si l’on excepte la quatrième partie qui manque de force et de pertinence et se termine un peu en queue de poisson, le style de Laurent Binet est assez savoureux. Il raconte sous la forme d’un faux livre d’Histoire, d’un faux journal de bord, d’un faux roman picaresque et surtout, il n’oublie pas l’humour. La position du Candide qui regarde un monde nouveau avec ironie et naïveté, soulignant par l’absurde ses contradictions, c’est vieux comme Montesquieu et ses « Lettres Persanes » ou Voltaire et son « Candide », mais c’est imparable. Fidèle au coté un peu décalé et déstructuré de ses romans précédents (en tous cas pour les deux que je connais), Laurent Binet se sort admirablement bien d’un pari super risqué et d’un exercice très difficile. Je conseille vivement ce roman qui ne ressemble à aucun autre car il est à la fois érudit, drôle, intriguant et il laisse une trace durable dans l’imaginaire du lecteur. N’ayez crainte, c’est érudit certes mais c’est intelligible par tous, savoureux à lire et parfois plein de malice !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre intéressant, mais que j'ai dû reprendre plusieurs fois pour l'achever. La composition est inégale : trois sections très brèves, une section longue sur Atahualpa, personnage auquel on s'attache davantage. L'auteur ne nous ménage pas assez : pas vraiment de lien entre les parties, et par...
    Voir plus

    Un livre intéressant, mais que j'ai dû reprendre plusieurs fois pour l'achever. La composition est inégale : trois sections très brèves, une section longue sur Atahualpa, personnage auquel on s'attache davantage. L'auteur ne nous ménage pas assez : pas vraiment de lien entre les parties, et par moments une érudition qui nous laisse démunis. Par ailleurs, il y a de la fantaisie dans la dernière partie centrée sur Cervantès, mais aussi une certaine désinvolture et des raccourcis contestables. L'auteur s'amuse, mais par moments le lecteur se lasse. Dommage.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le précédent opus de Laurent BINET « Les Sept fonctions du langage » avait été une révélation personnelle. J’étais donc ravie de m’immerger dans ce nouveau roman, de retrouver le talent de ce jeune auteur à l’imagination débordante et d’embarquer pour des péripéties palpitantes.
    Il était une...
    Voir plus

    Le précédent opus de Laurent BINET « Les Sept fonctions du langage » avait été une révélation personnelle. J’étais donc ravie de m’immerger dans ce nouveau roman, de retrouver le talent de ce jeune auteur à l’imagination débordante et d’embarquer pour des péripéties palpitantes.
    Il était une fois des Groenlandais… Erik le Rouge le fameux explorateur norvégien eut une fille Freydis, qui suite à des différends familiaux vogua sur les océans accompagnée de quelques comparses jusqu’à atteindre les côtes d’Amérique du Sud. Après diverses aventures, elle se maria avec un noble péruvien dont elle eut une descendance.
    Puis saut dans le temps et gros scoop Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique ! En réalité dans ce roman, il est fait captif par les autochtones vivant dans les contrées atteintes avec les fameuses caravelles Pinta et Nina. Il périra et ne reviendra pas en Espagne pour faire part de la réussite de son exploration. A ce moment précis, on comprend que l’Histoire avec un grand H va être totalement chamboulée par Laurent BINET.
    Puis nous faisons connaissance avec Atahualpa (qui fut le dernier empereur Inca). Dans « Civilizations » celui-ci fuyant la guerre fratricide qui l’oppose à Huasca débarqua au Portugal en plein chaos suite à un tremblement de terre grâce à l’une des fameuses caravelles sauvegardée par les Taïnos occupants de Cuba (si j’ai bien tout suivi !)
    Choc des cultures, les Quiténiens adeptes du Soleil découvrirent le dieu cloué de la religion catholique, le breuvage noir (le vin), les lamas blancs (les moutons), l’Inquisition nettement moins sympathique entre autres choses…
    Atahualpa est accompagnée d’un très beau personnage féminin Higuénamota, une princesse cubaine qui a rencontré Christophe Colomb dans son enfance. Elle parle le castillan gardé dans un coin de sa mémoire depuis plusieurs années. Rôle-clé dans la réussite d’Atahualpa et de ses rêves d’être couronné Empereur de sa nouvelle terre d’élection, ce personnage aura une belle destinée.
    On croise de nombreux personnages historiques Luther, François Ier… et j’en oublie. Leur parcours sera tout autre que celui que l’on connait.
    Ce chambardement de l’Histoire interpelle naturellement même si à titre personnel le plaisir d’une lecture ludique prend le pas sur le réflexif. C’est si rare en littérature qu’on ne peut que savourer ce moment. Il est vrai que disposer de quelques notions d’Histoire peut aider à appréhender au mieux toute la richesse de ce roman. Mais cela ne m’est semble-t-il pas indispensable.
    Une petite réserve toutefois sur la dernière partie évoquant les aventures de Cervantès qui se révèle un peu moins captivante que l’ensemble du roman.
    Pour conclure, un (ou une Incade), intermède louant les explorateurs :
    « Incade – Chant I – Strophe 1
    O vous, hommes vaillants de plages si lointaines
    Qui, partis d’Occident, avez par vos exploits,
    Soumis bien au-delà de ces côtes cubaines
    Des mers qu’on sillonnait pour la première fois ;
    O vous, qui méprisant les vents et les tempêtes
    A travers les dangers, les combats de géants,
    Parvîntes à poser, pour prix de vos conquêtes,
    D’un Empire nouveau les premiers fondements. »

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Au départ j’étais très enthousiaste : un nouveau livre de Laurent Binet et uneidée de départ originale, et inventive :
    Vers l’an mille : la fille d’Erik le Rouge met cap au sud.
    1492 : Colomb arrive bien en Amérique.mais ne revient jamais en Europe.
    1531 : Atahualpa débarque à Lisbonne
    Ce...
    Voir plus

    Au départ j’étais très enthousiaste : un nouveau livre de Laurent Binet et uneidée de départ originale, et inventive :
    Vers l’an mille : la fille d’Erik le Rouge met cap au sud.
    1492 : Colomb arrive bien en Amérique.mais ne revient jamais en Europe.
    1531 : Atahualpa débarque à Lisbonne
    Ce que j’ai préféré, c’est le point de vue des Incas qui s'installent et découvrent la vie européenne et la religion du « dieu cloué ».
    Oui mais voilà, je me suis souvent ennuyée. : beaucoup trop de considérations tactiques, d’alliances, de batailles.
    Ce livre au final ressemble trop à une compilation histoire du XVIème saupoudrée d’un zeste de philo.
    Je finis cette lecture très déçue, peut être parce que j’en attendais trop ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une fois de plus, Laurent Binet surprend par l'originalité de son roman.

    Que serait devenu le monde si Colomb n'était pas revenu des Amériques? L'Europe se fait envahir par les Incas et devient le théâtre de guerres entre puissances coloniales qui se partagent la France, l'Espagne,...
    Voir plus

    Une fois de plus, Laurent Binet surprend par l'originalité de son roman.

    Que serait devenu le monde si Colomb n'était pas revenu des Amériques? L'Europe se fait envahir par les Incas et devient le théâtre de guerres entre puissances coloniales qui se partagent la France, l'Espagne, etc.

    Tout en s'appuyant sur des faits historiques, des lieux et des personnages détournés, l'auteur nous raconte cette nouvelle Europe devenue colonie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Faut-il encore présenter le livre de Laurent Binet ? En quelques mots : l’auteur se plaît à nous conter une histoire de si. Si les Vikings avaient abordé en Amérique vers l’an mille et avaient laissé à ses habitants des anticorps, des armes et des chevaux ? Si Christophe Colomb avait échoué dans...
    Voir plus

    Faut-il encore présenter le livre de Laurent Binet ? En quelques mots : l’auteur se plaît à nous conter une histoire de si. Si les Vikings avaient abordé en Amérique vers l’an mille et avaient laissé à ses habitants des anticorps, des armes et des chevaux ? Si Christophe Colomb avait échoué dans sa découverte et sa conquête de cette même Amérique ? Et si le roi inca Atahualpa partait à son tour sur les mers au XVIème siècle pour débarquer sur les côtes espagnoles et se retrouvait face à Charles Quint ?

    Une hypothèse intéressante qui aurait pu changer la face du monde. Et c’est d’ailleurs ce qui se passe sous la plume de Laurent Binet qui réinvente totalement cette période de l’histoire.

    Mais je dois avouer que cette lecture a été laborieuse. Beaucoup de personnages réels ou imaginaires, beaucoup de noms à retenir dont les noms incas pas très faciles, un mélange de faits véridiques et d’invention... bref j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire et à rester concentrée sur la durée. D’ailleurs, je dois avouer que j’ai abandonné la lecture de la dernière partie qui concerne Cervantès et que mon esprit a vagabondé plus d’une fois loin de l’Espagne et d’Atahualpa durant la lecture, ce qui n’est jamais très bon signe.

    Par ailleurs, les changements de style m’ont un peu perturbée entre les correspondances, les mémoires, la narration pure et souvent une alternance de passages très écrits suivis d’une succession de phrases énumératives.

    On l’aura compris, je ne suis pas très convaincu par ce roman de Laurent Binet, contrairement au très réussi HHhH.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ces dernières années, Tarentino a dessoudé Hitler dans un théatre parisien et sauvé Sharon Tate du couteau de cuisine de Charles Manson. Taxé de révisionnisme par les critiques les plus coincés, les spectateurs que nous sommes ont plutôt bien accueilli ce retour de l'uchronie, quelques décennies...
    Voir plus

    Ces dernières années, Tarentino a dessoudé Hitler dans un théatre parisien et sauvé Sharon Tate du couteau de cuisine de Charles Manson. Taxé de révisionnisme par les critiques les plus coincés, les spectateurs que nous sommes ont plutôt bien accueilli ce retour de l'uchronie, quelques décennies après la mythique scène finale de "La planète des singes" où Charlton Heston himself pleurait à genoux sur une plage entravée du visage de la statue de la liberté.
    Laurent Binet ne surfe pas sur la vague mais sent bien qu'il y a du grain à moudre avec ce processus aussi bien adaptable à la littérature qu'au cinéma (22/11/63, Le complot contre l'Amérique). Sa "revanche de l'Inca" fonctionne. D'une part parce qu'elle est savante et peut-être surtout parce qu'elle est pétrie d'humour. Il y a deux cent premières pages absolument bluffantes à la fois par la précision historique "retournée" et son traitement dessin-animé des Monty Python.Qu'importe le réalisme puisque le postulat de départ rembobine l'Histoire et pulvérise l'Inquisition et les culs bénis pour installer au pouvoir des héros déjantés.
    Malheureusement les deux cent dernières pages ne surprennent plus. Le ton et l'artifice deviennent prévisibles. On s'amuse moins. Laurent Binet semble plus habité par la mission de construire un nouveau Lagarde et Michard à l'envers que de prolonger notre plaisir d'adolescents un peu attardés. Le sérieux ne s'abstient pas et nous perd souvent alors que nous étions acquis. Respect tout de même.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai plongé avec hésitation puis j'ai été enlevé par une saga islandaise et je n'ai plus laché le livre. Vraiment très agréable à lire, on y apprend plein de choses sur le 15 et 16 e siècles. Puis le style s'adapte au support, très poétique quand l'auteuur recréé une saga, pragmatique dans les...
    Voir plus

    J'ai plongé avec hésitation puis j'ai été enlevé par une saga islandaise et je n'ai plus laché le livre. Vraiment très agréable à lire, on y apprend plein de choses sur le 15 et 16 e siècles. Puis le style s'adapte au support, très poétique quand l'auteuur recréé une saga, pragmatique dans les livres de bords, politique dans les chroniques.

    Merci

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.