Sandrine Collette

Sandrine Collette
Sandrine Collette est née en 1970. Elle partage sa vie entre l'université de Nanterre et ses chevaux dans le Morvan. Des noeuds d'acier, son premier roman, paru chez Denoël en 2013, a rencontré un vif succès critique et public avec plus de 8 000 exemplaires vendus.
Sandrine Collette est née en 1970. Elle partage sa vie entre l'université de Nanterre et ses chevaux dans le Morvan. Des noeuds d'acier, son premier roman, paru chez Denoël en 2013, a rencontré un vif succès critique et public avec plus de 8 000 exemplaires vendus.

Avis (99)

  • Couverture du livre « Un vent de cendres » de Sandrine Collette aux éditions Lgf

    0.2

    Anne Marie PHILIPPE sur Un vent de cendres de Sandrine Collette

    Et bien je pense que je deviens une inconditionnelle de Sandrine Collette.
    Je n'ai pas aimé, j'ai adoré, impossible de le lâcher avant la fin 286 pages, ça va.
    Tout commence par un terrible accident de la route, dans la voiture Andréas, Laure et Octave. Laure meurt, on se retrouve 10 ans...
    Voir plus

    Et bien je pense que je deviens une inconditionnelle de Sandrine Collette.
    Je n'ai pas aimé, j'ai adoré, impossible de le lâcher avant la fin 286 pages, ça va.
    Tout commence par un terrible accident de la route, dans la voiture Andréas, Laure et Octave. Laure meurt, on se retrouve 10 ans plus tard. Malo et sa sœur Camille partent pour faire les vendanges. Octave est le propriétaire, il regarde Camille avec insistance celle-ci est flattée, Milo s'inquiète...A partir de là tout s'enchaine...Une merveille, une écriture qui vous tient en haleine, à lire absolumentgit sta

  • Couverture du livre « Il reste la poussière » de Sandrine Collette aux éditions Lgf

    0.15

    magalie monnier sur Il reste la poussière de Sandrine Collette

    Livre gagné grâce à lecteur.com
    J'ai bien aimé ce livre mais je n'ai pas été transporté d'où ma note de 3/5
    Il manque un peu d'humanité, et la fin arrive trop vite, sans préambule.git sta

  • Couverture du livre « Les larmes noires sur la terre » de Sandrine Collette aux éditions Denoel

    0.25

    Sophie Gauthier sur Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette

    Ça pourrait être aujourd'hui. Métaphoriquement c'est déjà aujourd'hui. Même si les casses ne sont pas (pas encore) transformées en centres d'accueil pour les déshérités. Même si ces derniers ne sont pas (pas encore) contraints de s'y retirer lorsqu'ils ne peuvent justifier d'un domicile, d'un...
    Voir plus

    Ça pourrait être aujourd'hui. Métaphoriquement c'est déjà aujourd'hui. Même si les casses ne sont pas (pas encore) transformées en centres d'accueil pour les déshérités. Même si ces derniers ne sont pas (pas encore) contraints de s'y retirer lorsqu'ils ne peuvent justifier d'un domicile, d'un travail, d'une identité.

    C'est dans un tel endroit, camp entièrement mis à l'écart de la ville, sorte de léproserie des temps modernes, que se retrouvent Moe et son bébé. L'époustouflant roman de Sandrine Collette ne fait finalement que prendre les clichés dans leur sens littéral : "A la casse", les êtres sans travail, sans famille ou sans toit. Ces "épaves" humaines, naufragées de la société contemporaine, se voient reléguées parmi les épaves mécaniques que la même société a mis au rebut et qui servent de "logement" à cette population désespérée. Dans ce cauchemar concentrationnaire, la vie continue malgré tout de semer quelques graines d'espoir. Moe puise en son fils et en ses compagnes d'infortune la force de supporter le pire. Obsédée par son rêve d'évasion, elle prend tous les risques pour sortir de l'enfer. Même le risque de s'avilir et de perdre jusqu'à la moindre parcelle d'humanité ?

    Ce roman m'a foudroyée ! Par l'histoire d'abord, mais aussi par la puissance réaliste de l'écriture qui ne nous laisse aucun répit et nous plonge jusqu'à la suffocation dans cet univers à peine dystopique, à peine métaphorique, à peine fictionnel, finalement. L'intrigue cache de vertigineuses profondeurs de sens et donne une autre dimension aux images que l'actualité nous a presque "habitués" à voir. "Les larmes noires sur la terre" dessille notre regard trop accoutumé à l'inacceptable et ouvre nos yeux sur ce que nous refusons de voir, par paresse, par confort, par inconscience ou par lâcheté. Par le biais du romanesque magistralement tenu, Sandrine Collette engage le lecteur à une réflexion à la fois philosophique, morale, économique et sociétale sans que jamais le propos ne soit pesant ou démonstratif. Tout passe par la force de l'intrigue et par cette écriture incroyable d'où jaillissent sensations, relations, sentiments, pulsions et toutes leurs nuances.

    Pour moi c'est un roman exceptionnel qu'il faut lire de toute urgence !git sta

Voir tous les avis

Vidéos (1)

  • Sandrine Collette, récit d’une glaciale Patagonie

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !