Sandrine Collette

Sandrine Collette
Sandrine Collette est née en 1970. Elle partage sa vie entre l'université de Nanterre et ses chevaux dans le Morvan. Des noeuds d'acier, son premier roman, paru chez Denoël en 2013, a rencontré un vif succès critique et public avec plus de 8 000 exemplaires vendus.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Sandrine Collette, récit d’une glaciale Patagonie

    Tonitruant, comme un sol de terre sèche foulé par les sabots d'un criollo. Il reste la poussière est de ces livres qui ne vous promettent rien, et qui vous donnent beaucoup. D'une mine presque douce, mais néanmoins affutée, Sandrine Collette raconte la...

Avis sur cet auteur (198)

  • add_box
    Couverture du livre « Et toujours les forêts » de Sandrine Collette aux éditions Lattes

    Cécile sur Et toujours les forêts de Sandrine Collette

    De l'utilité de lire les quatrièmes de couverture...
    Comme à mon habitude, j'ai débuté ce livre sans savoir à quoi m'attendre.
    Ça partait comme un roman du terroir : une jeune femme de la campagne au milieu d'un dramatique triangle amoureux, un enfant non désiré...

    Et puis d'un coup, le...
    Voir plus

    De l'utilité de lire les quatrièmes de couverture...
    Comme à mon habitude, j'ai débuté ce livre sans savoir à quoi m'attendre.
    Ça partait comme un roman du terroir : une jeune femme de la campagne au milieu d'un dramatique triangle amoureux, un enfant non désiré...

    Et puis d'un coup, le basculement, la fin du monde, l'apocalypse et le début de l'histoire qui nous est contée ici. Corentin part sur les routes désertes pour tenter de retrouver sa grand-mère, voir si elle a survécu elle aussi. Il traverse des paysages désolés, débarrassés de toute vie, qu'elle soit humaine, animale ou végétale.

    La romancière excelle à nous dépeindre ces paysages, cette terre morte, ce ciel où le soleil ne brille plus, mais également la désolation de l'esprit, du coeur de Corentin. Quel est l'espoir qui nous pousse à vivre contre toute espérance d'une vie meilleure ? Quel espoir nous reste-t-il quand on semble ne plus rien avoir ? Quel avenir lorsque l'on survit dans un monde après l'apocalypse ?

    A mi-chemin entre La route de Cormac McCarthy (auquel elle glisse d'ailleurs un joli clin d'oeil) et En un monde parfait de Laura Kasischke, Sandrine Collette réussit un très beau roman, trouvant un équilibre entre l'effroyable et le beau, la poésie poussant au milieu de la poussière.

  • add_box
    Couverture du livre « Et toujours les forêts » de Sandrine Collette aux éditions Lattes

    Spleen sur Et toujours les forêts de Sandrine Collette

    Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir ... "

    Roman apocalyptique très sombre , Sandrine Collette a bien rempli mes nuits de cauchemars, surtout maintenant avec la situation inédite et un tantinet angoissante que nous vivons .

    L'enfance de Corentin a commencé par d'incessants séjours chez...
    Voir plus

    Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir ... "

    Roman apocalyptique très sombre , Sandrine Collette a bien rempli mes nuits de cauchemars, surtout maintenant avec la situation inédite et un tantinet angoissante que nous vivons .

    L'enfance de Corentin a commencé par d'incessants séjours chez des connaissances de sa mère Marie qui ne voulait pas s'occuper de lui jusqu'à ce qu'elle le dépose comme on jette un paquet de linge sale chez Valentine , l'arrière grand mère du petit qui vit dans une petite masure au milieu des bois .

    C'est donc tout naturellement que Corentin ,devenu adulte, décide de revenir chez son aïeule lorsqu'il se retrouve être un des rares survivants d'une catastrophe sans précédent mais Valentine aura t'elle survécu ?

    Tout est devenu gris, le soleil ne perce plus la couche de nuages et toute la nature est anéantie, plus de plante, plus d'animaux . Il reste quand même des vivres dans les magasins !

    Les phrases sont souvent très courtes, voire minimalistes comme une course contre la montre devant la mort qui enrobe tout , une survie aléatoire .

    La belle rencontre pendant le périple de Corentin est le chiot aveugle qu'il recueille et qui va devenir son compagnon .

    Je me suis ennuyée car il ne se passe pas grand chose au milieu de la forêt d'arbres morts et j'ai de beaucoup préféré : Il reste la poussière et Les larmes noires sur la terre où , à mon avis la force de narration était plus puissante, les personnages plus attachants .

  • add_box
    Couverture du livre « Et toujours les forêts » de Sandrine Collette aux éditions Lattes

    MLC sur Et toujours les forêts de Sandrine Collette

    Un roman prenant qui m'a beaucoup fait penser à La Route de Mc Carthy...
    Corentin, le narrateur, a été élevé par Augustine, une vieille femme, dans un hameau près de la forêt. Lorsqu'il s'est éloigné d'elle, étudiant à la ville, une mystérieuse catastrophe détruit le monde et il ne va avoir de...
    Voir plus

    Un roman prenant qui m'a beaucoup fait penser à La Route de Mc Carthy...
    Corentin, le narrateur, a été élevé par Augustine, une vieille femme, dans un hameau près de la forêt. Lorsqu'il s'est éloigné d'elle, étudiant à la ville, une mystérieuse catastrophe détruit le monde et il ne va avoir de cesse de la rejoindre.
    En ces jours d'inquiétude, inutile de dire que certains passages ont fait écho en moi avec l'actualité. Mais le dénouement est origina let le personnage de Corentin très réussi, très humain.

  • add_box
    Couverture du livre « Juste après la vague » de Sandrine Collette aux éditions Denoel

    Hélène DEBOISSY sur Juste après la vague de Sandrine Collette

    La mer peut être magnifique mais également source d'angoisses et de peur, quand elle se déchaîne... Page après page, sans lâcher le livre, Sandrine Collette nous fait naviguer, angoisser, espérer... Une belle découverte pour moi !

    La mer peut être magnifique mais également source d'angoisses et de peur, quand elle se déchaîne... Page après page, sans lâcher le livre, Sandrine Collette nous fait naviguer, angoisser, espérer... Une belle découverte pour moi !