Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Il reste la poussière

Couverture du livre « Il reste la poussière » de Sandrine Collette aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253086055
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Patagonie. Dans la steppe balayée par des vents glacés, Rafael est le dernier enfant d'une fratrie de quatre garçons. Depuis toujours, il est martyrisé par ses frères aînés. Leur père a disparu. Leur mère ne dit rien, perpétuellement murée dans un silence hostile. Elle mène ses fils et son... Voir plus

Patagonie. Dans la steppe balayée par des vents glacés, Rafael est le dernier enfant d'une fratrie de quatre garçons. Depuis toujours, il est martyrisé par ses frères aînés. Leur père a disparu. Leur mère ne dit rien, perpétuellement murée dans un silence hostile. Elle mène ses fils et son élevage de bétail d'une main inflexible, écrasant ses rejetons de son indifférence. Alors, incroyablement seul, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien. Dans ce monde qui meurt, où les petites fermes sont remplacées par d'immenses domaines, l'espoir semble hors de portée. Et pourtant, un jour, quelque chose va changer. Rafael parviendra-t-il à desserrer l'étau de terreur et de violence qui l'enchaîne à cette famille ?
  On est ici au pays du grand roman noir pour livrer un véritable western crépusculaire. Lionel Destremau, Le Matricule des anges.

Une mécanique implacable sur la cruauté et la rédemption, à l'écriture tout en sécheresse. Baptiste Liger, Lire.
  Prix Landerneau polar 2016. 

Donner votre avis

Avis (37)

  • Des paysages probablement magnifiques, de beaux chevaux, des élevages, un vent de liberté... Mais ce serait sans compter l'alcool, le jeu, le manque d'affection filiale et fraternelle, la haine, la violence... Sandrine Collette mêle les paysages et la nature à perte de vue, à une vie "étriquée"...
    Voir plus

    Des paysages probablement magnifiques, de beaux chevaux, des élevages, un vent de liberté... Mais ce serait sans compter l'alcool, le jeu, le manque d'affection filiale et fraternelle, la haine, la violence... Sandrine Collette mêle les paysages et la nature à perte de vue, à une vie "étriquée" et cauchemardesque pour tous.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Parmi les auteurs découverts en 2019, il y a Sandrine Collette. Ma seconde incursion dans son monde a été tout aussi concluante que la première.

    Alors qu'elle amène le lecteur dans les grands espaces de la Patagonie, ce roman va vous faire étouffer. Un sentiment de claustrophobie ne vous...
    Voir plus

    Parmi les auteurs découverts en 2019, il y a Sandrine Collette. Ma seconde incursion dans son monde a été tout aussi concluante que la première.

    Alors qu'elle amène le lecteur dans les grands espaces de la Patagonie, ce roman va vous faire étouffer. Un sentiment de claustrophobie ne vous lâchera pas si vous entrez dans cette histoire de famille. C'est pesant du début à la fin. L'ambiance est aussi toxique que l'air est sec.
    Il ne se passe pas grand chose et pourtant on ne peut pas lâcher le livre.

    J'ai aimé la lenteur du récit, le temps que l'autrice se donne pour camper le décor, pour dessiner la psychologie des personnages et l'attention toute particulière portée aux paysages. L'écriture est d'une puissance évocatrice rare.

    J'apporte tout de même un petit bémol pour la fin du récit mais c'est très personnel et il n'en reste pas moins que, au risque d'enfoncer une porte ouverte, Sandrine Collette a un talent incontestable et que je la classe (avec seulement deux titres lus) au nombre des plus grands auteurs français actuels.

    Par contre je voudrais vraiment que l'on m'explique pourquoi il y a le mot « thriller » écrit sur la couverture. C'est tout sauf ça. C'est du roman noir, du roman d'ambiance, du rural mais sûrement pas un thriller. Et d'ailleurs de manière générale, j'aimerai vraiment que les éditeurs arrêtent d'apposer des étiquettes sur les livres comme si les lecteurs étaient un peu cons et qu'il fallait leur mettre des panneaux de signalisation.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Roman noir et troublant qui est pour moi le meilleur de Sandrine Collette et de loin ! Je connais bien l'Argentine, et je découvre ici une Patagonie sombre et froide, vertigineuse, où la vie d'un petit garçon est comptée à chaque page, tant la cruauté de sa mère et de ses frères est violente et...
    Voir plus

    Roman noir et troublant qui est pour moi le meilleur de Sandrine Collette et de loin ! Je connais bien l'Argentine, et je découvre ici une Patagonie sombre et froide, vertigineuse, où la vie d'un petit garçon est comptée à chaque page, tant la cruauté de sa mère et de ses frères est violente et menaçante. Durant toute ma lecture, je me suis tenue à côté de ce petit garçon et j'ai rêvé le prendre dans mes bras. Pourvu qu'il vive, me suis-je dit...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce n'est pas mon favori de S. Collette, mais j'ai quand même beaucoup aimé. Le côté thriller n'y ai pas, mais le roman reste très noir. Au fil des pages, je m'attache au "Petit", qui vit dans un milieu familial dur, où les sentiments n'ont pas leur place.
    On y découvre aussi le paysage des...
    Voir plus

    Ce n'est pas mon favori de S. Collette, mais j'ai quand même beaucoup aimé. Le côté thriller n'y ai pas, mais le roman reste très noir. Au fil des pages, je m'attache au "Petit", qui vit dans un milieu familial dur, où les sentiments n'ont pas leur place.
    On y découvre aussi le paysage des steppes de Patagonie, leurs étendus, et la difficulté d'y être fermier.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans les steppes de Patagonie, les petits éleveurs ne parviennent plus à résister à la concurrence des grandes exploitations. Après la disparition du père alcoolique lors d'une terrible nuit de violence, une mère et ses quatre fils s'obstinent à maintenir leur estancia, au prix d'un travail...
    Voir plus

    Dans les steppes de Patagonie, les petits éleveurs ne parviennent plus à résister à la concurrence des grandes exploitations. Après la disparition du père alcoolique lors d'une terrible nuit de violence, une mère et ses quatre fils s'obstinent à maintenir leur estancia, au prix d'un travail acharné leur permettant à peine de survivre. Les conditions de vie sont abrutissantes, le dénuement, tant physique qu'affectif, absolu. Soumise à la tyrannie d'une mère devenue aussi désespérément dure qu’une pierre, à l'écart de toute autre société humaine, la fratrie, maltraitée et maltraitante, ne connaît que haine et violence, dans une existence de quasi animaux, sales et méchants, d'une cruauté particulièrement impitoyable envers les plus faibles. Le plus jeune est ainsi depuis toujours le souffre-douleur de ses aînés. Pourtant, un jour, alors que cet enfer semble inextricable, un évènement vient faire basculer le précaire équilibre du quintette infernal.

    Ce roman d'une noirceur implacable enchâsse un huis clos oppressant dans le décor aride, âpre et sauvage de vastes étendues désertiques et écrasantes : une nature magnifique et inhospitalière qui réduit la vie à une lutte incessante excluant tout sentiment et anéantissant tout espoir. Le style précis, sec et impersonnel, contribue à l'atmosphère de plomb qui enferme peu à peu les personnages dans leur destin maudit, les réduisant à une férocité désespérée. Il ne se passe en fait que peu de choses : toute la puissance de l’histoire est contenue dans son ambiance irrespirable et son cadre de nature grandiose. Le lecteur y sent presque la poussière lui envahir la gorge et la terre trembler sous le martèlement des sabots du troupeau lancé à pleine vitesse.

    Coup de coeur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans la steppe balayée par les vents glacés, Rafael est le souffre-douleur de ses frères ainés, Mauro et Joaquim, sous l’œil désolé et impuissant de son autre frère, Steban, surnommé « Le débile » depuis qu’il ne parle quasiment plus après avoir vu sa mère tuer son père. Mais ça, c’est son...
    Voir plus

    Dans la steppe balayée par les vents glacés, Rafael est le souffre-douleur de ses frères ainés, Mauro et Joaquim, sous l’œil désolé et impuissant de son autre frère, Steban, surnommé « Le débile » depuis qu’il ne parle quasiment plus après avoir vu sa mère tuer son père. Mais ça, c’est son secret.
    La mère dirige d’une main de fer l’Estancia, traitant ses fils avec indifférence. Aucune douceur chez cette femme aigrie, sinon de la rancœur et de la colère.
    Elle perd Joaquim au jeu, envoi e Rafael rechercher des chevaux qui se sont échappés et ne sait pas, alors, qu’elle offre à ce dernier une porte de sortie grâce à une rencontre qu’il va faire.
    La mort de la mère puis de Mauro, abattu par Steban, vont libérer les deux frères.
    Un beau roman, âpre et dur comme la région dans laquelle il se déroule, où la terreur et la violence sont ordinaires dans certaines familles.
    Bien écrit, bien mené grâce notamment à des personnages attachants et des paysages superbes.
    J’avais eu du mal avec Sandrine Collette dont le premier roman m’avait opressée et, finalement, lassée ; Avec celui-ci, je me réconcilie avec cet auteur qui, par ailleurs, est très sympathique.
    Un roman qui aurait pu être un polar mais qui, à mon sens, est plutôt un roman noir d’aventures.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Loin d’être jubilatoire, mais pas mauvais du tout non plus. Un roman noir familial dans une contrée perdu au fin fond de l'Argentine, les steppes de Patagonie. Nous suivrons tout au long de ces pages la vie dure et hostile d'une famille de Gauchos (cowboys) que tout sépare. Seul le dur labeur...
    Voir plus

    Loin d’être jubilatoire, mais pas mauvais du tout non plus. Un roman noir familial dans une contrée perdu au fin fond de l'Argentine, les steppes de Patagonie. Nous suivrons tout au long de ces pages la vie dure et hostile d'une famille de Gauchos (cowboys) que tout sépare. Seul le dur labeur les rassemble dans l'amertume qu'ils éprouvent tout à chacun. Une histoire sombre et cruelle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • A chaque page tournée on a l'impression de mâcher de la poussière ; on est pris par le rythme , la violence des sentiments de haine , de désamour ...On espère toujours que tout va aller de mieux en mieux.... Mais cette terre vous dévore ....ILs ont un lien indéfectible à cette terre aride qui...
    Voir plus

    A chaque page tournée on a l'impression de mâcher de la poussière ; on est pris par le rythme , la violence des sentiments de haine , de désamour ...On espère toujours que tout va aller de mieux en mieux.... Mais cette terre vous dévore ....ILs ont un lien indéfectible à cette terre aride qui est la leur ...Rien de bon ne pourra en sortir et pourtant la haine , la colère les mènent à un combat incessant , destructeur . Qui gagnera ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.