Nos richesses

Couverture du livre « Nos richesses » de Kaouther Adimi aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021373806
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est de choisir, d'accoucher, de promouvoir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de... Voir plus

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est de choisir, d'accoucher, de promouvoir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l'égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d'un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres c'est aussi la sacrifier aux aléas de l'infortune et de l'Histoire.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre un local poussiéreux, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Ce livre c’est un bout d’Histoire, celle de l’Algérie, celle de la France, et surtout celle de la littérature. Elle est racontée par Edmond Charlot, le vieil Abdallah et le très jeune Ryad. Tous les trois, bien que dans des temporalités différentes, nous dressent le portrait d’un lieu hors du...
    Voir plus

    Ce livre c’est un bout d’Histoire, celle de l’Algérie, celle de la France, et surtout celle de la littérature. Elle est racontée par Edmond Charlot, le vieil Abdallah et le très jeune Ryad. Tous les trois, bien que dans des temporalités différentes, nous dressent le portrait d’un lieu hors du commun qui a vu naître plus d’un écrivain de la Méditerranée. Il nous raconte le début, l’apothéose et la fin d’une aventure humaine, une aventure littéraire portée avant tout par une bande de copains.

    J’ai adoré ma lecture. J’ai eu l’impression de plonger dans une époque. L’auteur a su me transporter en Algérie entre 1935 et 2017, j’ai traversé ses ruelles et senti la chaleur de ses étés. J’ai eu plaisir à découvrir l’histoire de ce lieu et son créateur, découvrir les auteurs qui l’ont fréquenté, découvrir leur passion commune. J’ai adoré suivre leur essor. Je me suis réjouis des réussites et des victoires de la petite équipe. Une routine qui sera bouleversée par les événements, a.k.a la guerre l’Algérie, à partir de la j’ai eu peur, j’ai eu de la peine. Vous l’aurez compris, ce roman c’est une pépite d’émotion.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Kaouther Adimi raconte l'histoire d'Edmond Charlot qui avait créé à Alger une librairie mythique.
    Un jeune homme retourne à Alger et doit repeindre un local autrefois occupé par la librairie Les vraies richesses, fondée par Edmond Charlot, passionné des livres et premier éditeur d'Albert...
    Voir plus

    Kaouther Adimi raconte l'histoire d'Edmond Charlot qui avait créé à Alger une librairie mythique.
    Un jeune homme retourne à Alger et doit repeindre un local autrefois occupé par la librairie Les vraies richesses, fondée par Edmond Charlot, passionné des livres et premier éditeur d'Albert Camus.
    Un livre passionnant découvert dans ma librairie, passé un peu inaperçu lors de cette rentrée littéraire 2017.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 2017. Ryad débarque en Algérie pour un stage ouvrier atypique : vider une vieille bibliothèque pour que le nouveau propriétaire puisse en faire une boutique de beignets. Cette bibliothèque, c’est l’ancienne libraire Les Vraies Richesses, première pierre de l’édifice littéraire qu’à constitué...
    Voir plus

    2017. Ryad débarque en Algérie pour un stage ouvrier atypique : vider une vieille bibliothèque pour que le nouveau propriétaire puisse en faire une boutique de beignets. Cette bibliothèque, c’est l’ancienne libraire Les Vraies Richesses, première pierre de l’édifice littéraire qu’à constitué Edmond Charlot, dénicheur de talents et éditeur de la Résistance. Ryad est expéditif, il n’a qu’une hâte : rentrer à Paris retrouver Claire. Et pourtant, il se laisse prendre au charme espiègle et tranquille d’Alger et à l’amour des livres du vieil Abdallah, faisant de cette expérience bien plus qu’elle n’était supposée être.
    Le récit de vie d’un amoureux des livres, entre-croisée de pans entiers de l’Histoire du monde et de confidences philosophiques d’un vieux sage : un mélange parfait pour un livre ! Avec un tel cocktail, je ne pouvais pas ne pas aimer Nos richesses. J’ignorais tout d’Edmond Charlot avant de parcourir ces pages, et je suis heureuse d’avoir pu faire la découverte de cet homme admirable, éditeur passionné et engagé, partageant ma vision de ce que doit être la littérature. Bravo à Kaouther Adimi pour avoir réussi à nous rendre ce personnage si vivant, si intime et si familier !
    En parallèle de la vie d’Edmond Charlot, ce sont des moments clés de l’histoire de l’Algérie que nous (re)découvrons : l’affront de la colonisation française, la mobilisation des « indigènes » algériens aux côtés de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, les massacres de Sétif. Kaouther Adimi défend son pays face à cette barbarie, face à cette injustice orchestrée par la France, tout en valorisant les hommes qui ont essayé de la faire cesser. Mais plus qu’une défense, ce roman devient une déclaration d’amour à l’Algérie, ce pays où « nous ne faisons pas de différence entre ceux que nous connaissons et ceux que nous venons de rencontrer », ce pays chaleureux, ensoleillé et joyeux, où chacun peut se sentir chez soi. En refermant ce livre, nous n’avons plus qu’une envie : suivre les indications données par l’auteur et aller écumer les rues d’Alger à la recherche de la librairie Les Vraies Richesses.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Roman intéressant qui mélange beaucoup de genres mais qui parfois nous perd un peu et manque de force.
    J'ai été éblouie cependant par cette destinée incroyable de Charlot ( en plus vous imaginez? Devoir faire confiance à un jeune homme de 20 ans avec un nom pareil!!)
    Belle rencontre avec la...
    Voir plus

    Roman intéressant qui mélange beaucoup de genres mais qui parfois nous perd un peu et manque de force.
    J'ai été éblouie cependant par cette destinée incroyable de Charlot ( en plus vous imaginez? Devoir faire confiance à un jeune homme de 20 ans avec un nom pareil!!)
    Belle rencontre avec la littérature et ceux qui l'aiment...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est encore d'une petite merveille dont je vais vous parler, un joli coup de coeur.

    Kaouther Adimi dans ce troisième roman nous fait découvrir la vie et l'histoire d'Edmond Charlot qui en 1935, âgé à peine de vingt ans va réaliser un rêve. En effet, il trouve un petit local à Alger, rue...
    Voir plus

    C'est encore d'une petite merveille dont je vais vous parler, un joli coup de coeur.

    Kaouther Adimi dans ce troisième roman nous fait découvrir la vie et l'histoire d'Edmond Charlot qui en 1935, âgé à peine de vingt ans va réaliser un rêve. En effet, il trouve un petit local à Alger, rue Hamani 2 bis, à l'époque rue Charras et ouvre une librairie qui en hommage à Giono se nommera "Les vraies richesses".

    De ce lieu, il veut faire un lieu de rencontres, un lieu où l'on parle des livres, un lieu dédié à l'amour de la littérature et des mots. Il ne s'arrête pas là car il devient contre vents et marées éditeur, découvreur de talent et prêteur de livres pour défendre ces mots qu'il aime tant.

    C'est lui qui publiera le premier texte de son futur ami "Albert Camus".

    C'est un récit passionnant qui retrace huit décennies, reprenant l'Histoire de l'Algérie, des indigents, du colonisateur qui au départ du livre fête un siècle de domination. C'est aussi l'Histoire; la guerre, la difficulté d'éditer durant la guerre à cause de la pénurie de papier, la censure, l'histoire d'un éditeur en temps de guerre en France libre durant l'occupation..

    Ce récit nous fait découvrir un homme mais aussi un pays, un peuple, la réalité de la guerre, de la censure, la lutte pour trouver du papier et continuer de publier à tout prix, acte de résistance, vital.

    J'ai découvert Edmond Charlot, ce dénicheur de talent : Camus, Roblès, Senac pour ne citer qu'eux, souvent débauchés par la suite par de grandes maisons d'édition.

    La lutte, la difficulté de trouver de l'argent pour survivre, toujours continuer, animé par la foi de la littérature.

    Un roman magnifique où l'amour des livres, des auteurs, de la littérature était vraiment l'essence même de vivre pour Edmond Charlot.

    Le roman nous projette aussi aujourd'hui où Ryad, arrive de Paris. Il a environ le même âge que Charlot au début de l'aventure, il arrive de France pour un "stage" pistonné par un ami de son père. Objectif : lui qui ne lit pas et ne connaît rien aux livres, vider les lieux de ce qui aujourd'hui était transformé en bibliothèque, vider les étagères, tout jeter, repeindre le local pour en faire un lieu où l'on vendra des beignets...

    En arrivant sur place, il rencontrera Abdallah, le gardien des lieux qui ne sait pas lire mais veut à tout prix protéger ce patrimoine.

    La construction du roman est intéressante. Ryad nous fait part de son point de vue, on fait des allers-retours dans le temps, le tout s'entremêle au journal de bord d'Edmond Charlot qui nous permet de suivre les événements chronologiquement.

    J'ai dévoré cette petite merveille. La plume est fluide, c'est passionnant. Je ne connaissais pas Edmond Charlot, un éditeur passionnant, il m'a vraiment captivée.


    C'est un énorme coup de coeur.

    Les jolies phrases

    Un homme qui lit en vaut deux mais un homme qui ne lit pas ne vaut rien.

    En c'est temps de crise économique, l'Etat croit bon de vendre de tels lieux aux plus offrants. Depuis des années, il dilapide l'argent du pétrole et maintenant, les ministres crient : "c'est la crise", "nous n'avons pas le choix", "ce n'est pas grave, le peuple a besoin de pain, pas de livres, vendons les bibliothèques, les librairies. L'Etat brade la culture pour construire des mosquées à tous les coins de rue ! Il y a un temps où les livres étaient si précieux que nous les regardions avec respect, que nous les promettions aux enfants, que nous les offrions aux êtres aimés !


    L'écrivain doit écrire, l'éditeur doit donner vie aux livres. je ne vois pas de limite à cette conception. La littérature est trop importante pour ne pas y consacrer tout mon corps.

    C'est à dire une librairie qui vendrait du neuf et de l'ancien, ferait du prêt d'ouvrages et qui ne serait pas juste un commerce mais un lieu de rencontres et de lecture.

    Mais plus nous publions de bons livres et plus la situation financière de la maison se détériore. je suis passé d'une petite maison d'édition artisanale à une entreprise submergée de commandes et ... de dettes.

    Cette occupation, c'est comme une main qui nous enfonce la tête sous l'eau, un hiver sans fin.

    Abdallah m'a dit un jour que les écrivains, ou du moins ce qu'ils sont capables d'imaginer, ont aidé sa
    fille à aller mieux.

    Je trouve scandaleux et monstrueux que l'on puisse assassiner des civils, mettre des bombes sous les réverbères, tuer des femmes de ménage et des facteurs sous prétexte qu'ils sont arabes.
    On sait tant de choses, ah tant de choses ! Qui a écrit les livres, qui les a édités, qui les a imprimés, qui les a vendus, qui les a apportés, qui les lira ... non, non vraiment, cela ne sera pas possible





    https://nathavh49.blogspot.be/2018/03/nos-richesses-kaouther-adimi.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les livres ou les vraies richesses

    Kaouther Adimi interviewée par François Busnel à La Grande Librairie m'a donné très envie de découvrir cette auteure et ce roman.

    Elle nous plonge ici dans la vie d'Edmond Charlot. Pour moi, un illustre inconnu. Et pourtant! Un grand homme passionné par...
    Voir plus

    Les livres ou les vraies richesses

    Kaouther Adimi interviewée par François Busnel à La Grande Librairie m'a donné très envie de découvrir cette auteure et ce roman.

    Elle nous plonge ici dans la vie d'Edmond Charlot. Pour moi, un illustre inconnu. Et pourtant! Un grand homme passionné par les livres et la littérature. Un grand homme qui, dès les années 1930, eut l'idée ingénieuse d'ouvrir la 1ère librairie, bibliothèque, maison d'édition d'Alger. Un grand homme ayant tant donné pour tout simplement éditer, diffuser et transmettre l'écrit : les vraies richesses de l'homme!
    En parallèle, Kaouther Adimi nous présente Ryad, un jeune français d'aujourd'hui, allergique aux livres. Dans le cadre d'un stage ouvrier pour son école d'ingénieur, Ryad a pour mission de se rendre à Alger pour vider et nettoyer une vieille librairie. Le nouveau propriétaire veut y vendre des beignets. Et cette librairie "Aux vraies richesses" n'est autre que celle ouverte dans les années 1930 par Edmond Charlot. Mais la tache simple au premier abord va se révéler être très ardue! Je vous laisse le découvrir!

    Le roman est une escapade dans le temps et dans l'histoire compliquée de la France et de l'Algérie. On y rencontre de grands écrivains (Camus, St Exupéry...) et on découvre leur véritable amour pour cette terre lointaine.

    Un roman et une auteure à découvrir!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L’écrivain nous plonge avec brio dans Alger, dans tout ce qui a fait (et défait) Edmond Charlot malheureusement tombé dans l’oubli.
    Ce roman lui rend hommage, sans aucun doute un des plus charmants.

    Cela fleure bon l’amour des livres, le partage…

    On y croise Camus, St Ex et tant...
    Voir plus

    L’écrivain nous plonge avec brio dans Alger, dans tout ce qui a fait (et défait) Edmond Charlot malheureusement tombé dans l’oubli.
    Ce roman lui rend hommage, sans aucun doute un des plus charmants.

    Cela fleure bon l’amour des livres, le partage…

    On y croise Camus, St Ex et tant d’autres…

    Kaouther Adimi fait revivre l’homme, le libraire, l’éditeur qu’il fût par le biais de carnets qui n’ont, en vrai, jamais existé et le lieu par le biais du jeune Ryad et d’Abdallah l’ancien.
    Cette construction emporte le lecteur, de manière totalement irrésistible.
    C’est bien là tout le génie du livre, servi par une écriture des plus jolies et une documentation substantielle entre les lignes.

    J’ai beaucoup aimé cette lecture qui fait partie de mes préférées en 2017.

    Lorsque l’on tourne la dernière page, on se dit que l’on aurait adoré rencontrer ce Monsieur incroyable qui méritait d’être sorti des oubliettes.

    Il faut décidément toujours croire en ses rêves, même s’ils se fracassent sur l’autel des finances et des amis…

    Mon billet sur https://arthemiss.com/nos-richesses-de-kaouther-adimi/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un homme qui lit en vaut deux, c’est aussi valable pour une femme, un enfant, bref, la culture fait reculer l’obscurantisme, c’est pourquoi certaines personnes, des hommes en général, n’aiment pas que le peuple lise et s’instruise.
    Changement de mœurs, nous sommes en 2017 ; on vide une...
    Voir plus

    Un homme qui lit en vaut deux, c’est aussi valable pour une femme, un enfant, bref, la culture fait reculer l’obscurantisme, c’est pourquoi certaines personnes, des hommes en général, n’aiment pas que le peuple lise et s’instruise.
    Changement de mœurs, nous sommes en 2017 ; on vide une librairie pour la transformer en commerce de beignets, ceci au 2bis rue Hamani, ex rue Charasse à Alger. C’est le jeune Ryad qui doit se charger de cette basse besogne. Un stage ouvrier pour confirmer son année d’étudiant-ingénieur en France.
    Cette boutique devenue obscure était l’antre, le foyer de la connaissance qu’Edmond Charlot a ouvert en 1935.Faire lire les gens, dénicher et éditer des auteurs inconnus, tel est son sacerdoce. J’emploie le terme car le désir d’éditer occupe toute sa vie. Il a découvert et édité Albert Camus, Jules Roy, André Gide, Emmanuel Roblès, Kater Yacine, Mohammed Dib entre autres.
    C’était surtout une équipe de copains qui, avec des bouts de ficelle sortent des merveilles qui obtiennent des prix prestigieux comme le Goncourt.
    Charlot fonde une autre maison d’éditions à Paris mais la seconde guerre arrive avec les pénuries de papier, la censure, les problèmes d’argent et, peut-être d’égo pour certains. La faillite est là et Charlot retourne à Alger où la guerre d’indépendance sonne le glas de son œuvre.
    Entre 1935 et 2017, Kaouther Adimi l’Algérie, les méfaits de a colonisation, le désir d’indépendance après la seconde guerre puis ce que les autorités ont appelées pudiquement les « évènements d’Algérie », autrement dit, la guerre d’indépendance.
    Le passé et le présent alternent tant le présent se nourrit du passé, une plongée dans l’Algérie historique et présente.
    Kaouther Adimi met m’a donné envie d’aller voir ce qui se trouve au 2bis rue Hamani, ex rue Charasse à Alger. Son écriture effervescente et douce devient télégraphique, lorsqu’elle parle du journal d’Edmond Charlot. D’ailleurs il semble si vrai que j’ai eu envie de le croire exhumé de Pézenas, plutôt que de son imagination.
    Ce bouquin est un hymne à la littérature, aux livres, à la connaissance, l’ouverture aux autres, l’amitié qui pourraient bien être nos vraies richesses.
    J’ai eu l’occasion d’écouter Kaouther Adimi parler de son livre lors de la soirée « explolecteurs 2017 » organisée par Lecteurs.com. Son livre lui ressemble. J’ai aimé ce moment, sa verve et son plaisir, dommage qu’elle ait dû partir plus tôt, je n’ai pu lui faire dédicacer mon livre.
    L’envers des autres est un petit bijou et celui-ci une perle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Les Vraies Richesses » c’est le nom d’une petite librairie-bibliothèque fondée par Edmond Charlot à Alger en 1936.
    Kaouther Adimi nous raconte l’histoire de ce lieu et de son créateur, un éditeur d’avant-garde, enthousiaste et visionnaire mais totalement oublié de nos jours. Il fut celui qui...
    Voir plus

    « Les Vraies Richesses » c’est le nom d’une petite librairie-bibliothèque fondée par Edmond Charlot à Alger en 1936.
    Kaouther Adimi nous raconte l’histoire de ce lieu et de son créateur, un éditeur d’avant-garde, enthousiaste et visionnaire mais totalement oublié de nos jours. Il fut celui qui édita en premier Camus et autour de lui gravitaient tous les écrivains de son époque comme Gide et Saint Exupéry (pour ne citer que les plus célèbres).
    Entre hier et aujourd’hui, entre Paris et Alger, l’auteur retrace tout un pan de l’histoire de l’édition imbriquée dans la grande histoire de la France et de l’Algérie : le colonialisme, la seconde guerre mondiale, les heures sanglantes de la guerre d’Algérie….
    Voilà donc un livre qui parle de livres et qui devrait plaire à la majorité de la communauté bookstagram. Pourtant bien qu’ayant pris plaisir à cette lecture, et je dois avouer ne pas mettre ennuyée un seul instant, il m’a manqué quelque chose. J’aurais aimé que ce roman soit plus dense, plus long, plus étoffé, que le récit soit moins décousu. Au final, l’impression d’être restée en surface et de n’avoir lu que l’ébauche d’un grand livre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pas mal mais je reste un peu sur ma faim. J'en avais peut-être trop entendu parlé. L'auteur écrit bien et de façon fluide mais elle aurait pu à mon avis approfondir plus les personnages (Manon, Roblès, Ryad ne sont qu'esquissés). Un livre intéressant où l'on apprend qui était Edmond Charlot, né...
    Voir plus

    Pas mal mais je reste un peu sur ma faim. J'en avais peut-être trop entendu parlé. L'auteur écrit bien et de façon fluide mais elle aurait pu à mon avis approfondir plus les personnages (Manon, Roblès, Ryad ne sont qu'esquissés). Un livre intéressant où l'on apprend qui était Edmond Charlot, né un 15 février comme moi, éditeur de Camus, à une époque où éditer rimait parfois avec risquer sa vie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com