Mémoire de fille

Couverture du livre « Mémoire de fille » de Annie Ernaux aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072763137
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

«J'ai voulu l'oublier cette fille. L'oublier vraiment, c'est-à-dire ne plus avoir envie d'écrire sur elle. Ne plus penser que je dois écrire sur elle, son désir, sa folie, son idiotie et son orgueil, sa faim et son sang tari. Je n'y suis jamais parvenue».
Dans Mémoire de fille, Annie Ernaux... Voir plus

«J'ai voulu l'oublier cette fille. L'oublier vraiment, c'est-à-dire ne plus avoir envie d'écrire sur elle. Ne plus penser que je dois écrire sur elle, son désir, sa folie, son idiotie et son orgueil, sa faim et son sang tari. Je n'y suis jamais parvenue».
Dans Mémoire de fille, Annie Ernaux replonge dans l'été 1958, celui de sa première nuit avec un homme, à la colonie de S dans l'Orne. Nuit dont l'onde de choc s'est propagée violemment dans son corps et sur son existence durant deux années.
S'appuyant sur des images indélébiles de sa mémoire, des photos et des lettres écrites à ses amies, elle interroge cette fille qu'elle a été dans un va-et-vient implacable entre hier et aujourd'hui.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Un récit intime et autobiographique d'une femme de 60 ans qui se penche sur la jeune fille qu'elle a été et sur l'événement douloureux qui a probablement fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui, une plongée dans une époque révolue celle d'avant 68, de ses us et coutumes : c'est très bien écrit !

    Un récit intime et autobiographique d'une femme de 60 ans qui se penche sur la jeune fille qu'elle a été et sur l'événement douloureux qui a probablement fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui, une plongée dans une époque révolue celle d'avant 68, de ses us et coutumes : c'est très bien écrit !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C’est le récit autobiographique de l’auteure qui, cinquante ans après, ose une introspection de la jeune fille qu’elle était lorsque, durant l’été 1958, alors qu’elle était monitrice dans une colonie, elle se voit céder à un homme.

    C’est ainsi que l’on découvre la naïveté et l’innocence de...
    Voir plus

    C’est le récit autobiographique de l’auteure qui, cinquante ans après, ose une introspection de la jeune fille qu’elle était lorsque, durant l’été 1958, alors qu’elle était monitrice dans une colonie, elle se voit céder à un homme.

    C’est ainsi que l’on découvre la naïveté et l’innocence de cette jeune femme de 18 ans avant, pendant et jusque deux ans après l’évènement sexuel râté de cet été-là, dans le contexte de l’époque. Comment ces deux nuits, tel un choc émotionnel, ont bouleversé sa vie. Et d’ailleurs, ce n’est que bien des années plus tard qu’Annie Ernaux analyse et se penche réellement sur ce fait qui a eu tellement d’importance pour elle. Elle écrit au sujet de « la fille de 58 », souvent à la troisième personne, pour avoir ce regard extérieur sur sa propre vie. Même si, je cite, « avoir reçu les clés pour comprendre la honte ne donne pas le pouvoir de l’effacer. »

    « Mais ce que je retrouve dans l’immersion de cet été-là, c’est un désir immense, informulable, qui renvoie à l’insignifiance la bonne volonté des filles qui font tout, fellation, etc., avec conscience, les rites sécurisés des sadomasos, la sexualité décomplexée de tous ceux qui ignorent le désespoir de la peau. »

    L’écriture est fine, intelligente et exigeante. Elle détaille une véritable exploration psychologique de ce qu’était l’auteure ces années-là, ses relations aux autres aussi, aux hommes autant qu’aux femmes. Elle a évoqué, au plus près de la réalité, à quel point la honte de cette expérience sexuelle a résonné en elle, autant que l’envie de passer outre devant l’admiration de cet homme charpenté. Elle voit, avec ses yeux d’aujourd’hui, à quel point il s’est fourvoyé d’elle, et comment ses yeux d’hier la rendaient aveugle.

    « C’est l’absence de sens de ce que l’on vit au moment où on le vit qui multiplie les possibilités d’écriture. »

    Ainsi, avec tout le recul qui lui fut nécessaire, elle raconte, par flashs, et elle semble panser les plaies. Jusqu’à ce que son esprit classe cet évènement qui l’a hantée des années durant. La boucle est bouclée. Le secret est dévoilé et il repose désormais l’esprit et peut-être aussi le cœur de celle qui le portait depuis bien trop longtemps. En tout cas, j’ai vraiment cette sensation quand je lis les toutes dernières pages.

    La suite sur mon blog : https://ducalmelucette.wordpress.com/2018/05/06/lecture-memoire-de-fille-dannie-ernaux/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Annie Ernaux a créé une œuvre presque essentiellement autobiographique. Chaque roman concerne une partie de sa vie. Pour « Mémoire de fille », l’approche a été plus difficile pour elle. En effet, les évènements intervenus en 1958 ont longtemps hanté l’autrice. Il lui a donc fallu du temps et...
    Voir plus

    Annie Ernaux a créé une œuvre presque essentiellement autobiographique. Chaque roman concerne une partie de sa vie. Pour « Mémoire de fille », l’approche a été plus difficile pour elle. En effet, les évènements intervenus en 1958 ont longtemps hanté l’autrice. Il lui a donc fallu du temps et attendre un âge avancé pour enfin s’y attaquer.

    Longtemps, pour se préserver, elle avait rejeté ce passé dans les limbes de l’oubli. Elle a décidé de se décharger de ce poids. Pour se faire, elle s’est mise en retrait en observant la jeune fille qu’elle était, comme une personne étrangère. Ce mode de narration lui permet d’être objective et surtout de ne pas tenir compte de ses sentiments. Elle s’en tient uniquement aux faits. Elle peut ainsi regarder les évènements de l’époque avec ses yeux d’aujourd’hui. Ce qui lui paraissait honteux et inavouable, peut enfin être porté au grand jour.

    Je comprendrais que certains/es jeunes lecteurs/rices trouvent le désarroi de cette adolescente un peu exagéré par rapport au monde moderne. Mais il faut replacer les évènements dans leur contexte et bien prendre en compte les usages de l’époque. En effet la réputation d’une adolescente était très vite faite et des choses acceptées aujourd’hui avec la libération progressive de la femme, ne l’auraient pas été jadis. C’est pour cette raison que l’autrice a souffert des quand-dira-t-on et qu’elle en gardait un très mauvais souvenir.

    Même si la deuxième partie du texte, moins recentrée sur l’affaire, m’a un peu moins passionné, j’ai pris beaucoup de plaisir avec ce court roman. L’écriture d’une grande dextérité, aussi exigeante qu’agréable, dégage une somme de sentiments et magnifie ce souvenir difficile. En voulant expier ses « fautes », Annie Ernaux nous livre un concentré de littérature vraie, qui ne vous laissera pas indifférent.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com