Bakhita

Couverture du livre « Bakhita » de Véronique Olmi aux éditions Albin Michel
  • Date de parution :
  • Editeur : Albin Michel
  • EAN : 9782226393227
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage. Rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion.
Affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise,... Voir plus

Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage. Rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion.
Affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.
Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d'évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d'âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu'elle soit razziée.

Donner votre avis

Articles (3)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Bakhita est une jeune fille enlevée au Soudan à l'âge de 7 ans parce qu'elle est belle, pour être vendu comme esclave.
    Avant de procéder à la vente, les bourreaux fond un tri, les personnes malades et vieilles sont emmenés pour être tués. Les jeunes garçons sont émasculés pour devenir des...
    Voir plus

    Bakhita est une jeune fille enlevée au Soudan à l'âge de 7 ans parce qu'elle est belle, pour être vendu comme esclave.
    Avant de procéder à la vente, les bourreaux fond un tri, les personnes malades et vieilles sont emmenés pour être tués. Les jeunes garçons sont émasculés pour devenir des eunuques. Les femmes sont battues et certainement violées avant d'être vendues.
    Durant la 1ère moitié du livre, certains passages sont difficiles à lire, car l'auteur explique les sévices que Bakhita ou d'autres personnes subissent.
    L'auteur raconte très bien chaque passage de l'histoire de Bakhita. On pourrais penser que le début traîne en longueur car l'auteur décrit chaque scène, chaque paysage et lieu mais j'ai l'impression qu'elle veut que nous comprenions et que l'on ressente les émotions de Bakhita et que l'on sache ce que les esclaves ont vécus.
    J'ai eu l'impression a certains moment du livre d'être Bakhita, de ressentir sa peur, ses douleurs. On se demande comment un être humain peut-il faire subir de tels sévices ?
    La 2ème moitié du livre raconte la vie de Bakhita quand elle décide de rester chez les religieuses et de devenir elle-même une religieuse. Sa vie est meilleur, elle n'est plus mal traitée physiquement, elle n'appartient plus à personne, elle est libre. Mais beaucoup ont peur de sa couleur, certains n'osent pas l'approcher, d'autres la touche pour voir si sa couleur s'enlève. Elle n'est peut-être plus une esclave, mais elle est une bête de foire. Elle trouvera la paix dans l'amour qu'elle aura de son nouveau dieu.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bakita ,c'est une petite fille capturée à l'age de 7 ans. Devenue esclave, domestique puis religieuse en Italie et canonisée par le pape en 1992. C'est l'histoire de son combat pour survivre, une histoire dure, triste et forte.

    Elle a 7 ans lorsqu'elle est razziée dans son village natal...
    Voir plus

    Bakita ,c'est une petite fille capturée à l'age de 7 ans. Devenue esclave, domestique puis religieuse en Italie et canonisée par le pape en 1992. C'est l'histoire de son combat pour survivre, une histoire dure, triste et forte.

    Elle a 7 ans lorsqu'elle est razziée dans son village natal du Soudan par les négriers musulmans. Elle subira les épreuves les plus dures,les coups, la souffrance. Elle trouvera une énergie et une force incroyable pour survivre à des conditions de vie insupportables : l'isolement, la peur, la douleur, les longues marches attachée aux fers, le viol. Garder l'espoir grâce à Binah, sa compagne de misère avec qui elle sera vendue. L'espoir par la fuite, l'espoir de retrouver sa soeur vendue bien avant elle...
    L'arrivée au harem, alors qu'elle a moins de douze ans. C'est encore une enfant et elle a déjà tout subi : torture, scarification, abus et violence. elle a vu des sœurs, compagnes d'infortune, mourir de souffrances abominables.
    Vendue pour la cinquième fois à un consul italien, cette rencontre va changer sa vie et la mener en Italie où elle arrive à la fin du XIX siècle . Là elle devient un objet de curiosité, on la touche, on la goûte, on craint de la voir déteindre. Elle est la figure du diable.
    On la craint même dans la communauté religieuse où elle se retrouve ; elle est si noire !
    Celle que l'on nommera "La Moretta" accepte son sort.
    Puis elle rencontrera Stefano qui veut l'adopter, lui donner une éducation.
    Elle ira étudier chez les sœurs de Venise, elle y rencontrera la foi, "l'illumination".
    Elle donne sa vie à Dieu et aux autres, aux petites élèves qu'elle va choyer et protéger.

    Un livre prenant, riche en émotions. Une écriture rythmée avec de courtes phrases, pour décrire un destin difficile.

    A lire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Cela commence dans un petit village au cœur de l’Afrique, au Darfour. Elle était belle. Sa mère avait onze enfants. Elle a dû naître en 1869, à peu près. Elle a cinq ans, une sœur jumelle qui n’est plus là et Kishmet, sa grande sœur de 14 ans, mariée, un enfant. Soudain, le feu, les fusils ! Ils...
    Voir plus

    Cela commence dans un petit village au cœur de l’Afrique, au Darfour. Elle était belle. Sa mère avait onze enfants. Elle a dû naître en 1869, à peu près. Elle a cinq ans, une sœur jumelle qui n’est plus là et Kishmet, sa grande sœur de 14 ans, mariée, un enfant. Soudain, le feu, les fusils ! Ils ont pris Kishmet et les jeunes surtout : « Les garçons pour les armées, les filles pour le plaisir et la domesticité. » Cette vie qui commence, sombre dans le drame et la douleur, ce que raconte superbement Véronique Olmi (photo ci-dessous), dans Bakhita.

    Deux années plus tard, elle est prise par deux hommes. Sa vie a basculé définitivement : obligée de marcher, enchaînée, battue, privée de tout. « Elle ne savait pas que l’on pouvait marcher enchaîné et fouetté. »
    Esclaves, ils traversent des villages dans l’indifférence jusqu’à un premier tri. Puis c’est l’évasion, une nouvelle capture, 300 km de marche au centre du Soudan jusqu’à El Obeid où on les soigne pour être vendus. On l’a appelée Bakhita (la Chanceuse !) mais ce n’est pas son vrai nom qu’elle a complètement oublié.
    Ainsi, plongé dans cette lecture hallucinante, passionnante, douloureuse, j’ai suivi Bakhita achetée et devenue servante : « La vie était un carnaval aux masques trompeurs, à la joie factice, une fête susceptible de si vite s’interrompre. » Entre intranquillité et soumission, Bakhita a neuf ans quand elle est violée par Samir, le fils du maître. Battue, humiliée, cantonnée aux tâches les plus dégradantes, jusqu’à cette horrible scarification aux 114 entailles sur le ventre, la poitrine et les bras, supplice ordonné et perpétré par des femmes.
    Achetée par un consul italien, à Khartoum, elle trouve enfin un peu de dignité et décide son maître à l’emmener avec lui en Italie au moment où les Européens fuient le Soudan. Rien n’effacera jamais tout ce qu’elle a subi jusque-là mais Bakhita a 16 ans et, en Italie, elle est le diable noir, la noiraude, la brunette… Les réactions des gens, dans la rue, sont horribles car ils découvrent pour la première fois, une personne à la peau noire.
    La vie italienne de Bakhita n’est pas de tout repos. Celle qu’on appelle la Moretta n’est pas libre. Maria Michieli l’affirme : « Tu es à moi. C’est à moi qu’on t’a donnée. Où as-tu vu une esclave dire non à son maître ? » C’est grâce aux religieuses Canossiennes de Venise qu’elle trouve enfin sa liberté. Aussi, il n’est pas étonnant qu’elle choisisse de rester dans cette congrégation où elle s’épanouit alors qu’elle a vu tant de misère en Italie.
    La vie de Bakhita se poursuit à Schio. La Première guerre mondiale, la montée du fascisme, tout cela est bien décrit alors que l’Église décide d’utiliser Bakhita en lui faisant raconter son esclavage dans toute l’Italie pour récolter de l’argent pour les missions : « Le discours officiel. C’est ce qui se faisait de mieux en Italie, la rassurance et l’espérance passaient par des voix simplistes qui s’adressaient directement aux peurs des peuples, la peur des autres. Ces barbares. »
    Elle qui a vu à nouveau des razzias avec les Juifs emmenés à Auschwitz, est morte le 8 février 1947, à 78 ans, et on en a fait une sainte… Mais c’est sa vie qu’il faut connaître car ce qu’elle a vécu, d’autres le vivent encore dans ce monde qui n’a pas son pareil pour oublier les leçons du passé.
    Bakhita est un livre qui marque. À lire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://lechatquilit.e-monsite.com/pages/mes-lectures-2018/bakhita.html

    http://lechatquilit.e-monsite.com/pages/mes-lectures-2018/bakhita.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Hello !! Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’un thème encore sensible : l’esclavage.

    Je pense que nombre d’entre vous en avez entendu des échos. Car oui, malheureusement l’esclavage (moderne) reste aujourd’hui un système encore fréquent dans certains pays. Dont le Gabon, la côte d’Ivoire, le...
    Voir plus

    Hello !! Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’un thème encore sensible : l’esclavage.

    Je pense que nombre d’entre vous en avez entendu des échos. Car oui, malheureusement l’esclavage (moderne) reste aujourd’hui un système encore fréquent dans certains pays. Dont le Gabon, la côte d’Ivoire, le Népal…ou encore la Moldavie.

    Alors quoi de mieux que d’aborder ce thème dans le livre « Bahkita »? Un roman riche en émotions, intense et très émouvant.

    Encore une seule chose à vous dire: accrochez vous, car ce livre en vaut la peine… tant par la violence des mots que des sentiments ressentis.

    Mon avis: Que dire sur ce livre… Il y a tellement de points à aborder.

    En commençant par l’esclavage. Car c’est le principal sujet concerné dans « Bahkita ».

    Mais qui est donc cette petite fille devenue captive, esclave, domestique, sainte puis religieuse? Une enfance dure, traumatisante, intolérable et inhumaine pour une petite fille de 7 ans à peine.

    On peut dire qu’elle est née à la mauvaise période, au mauvais moment dans une Afrique en Guerre à ce moment là. Quoi qu’il en soit, Véronique Olmi a su nous mettre dans l’ambiance, en écrivant d’une manière poétique les scènes parfois « douloureuses », « trop violentes ». Justement, c’est ce qui m’a aidé à prendre du recul et à avancer dans ses moments certes difficiles, mais admirables à surmonter pour cette petite « Bahkita ». L’histoire de « Bahkita » m’a énormément touchée, surtout les parties où elle décrivait les scènes de violences (qui étaient très présentes malheureusement!). Par contre, je n’ai pas trop aimé la fin de l’histoire car Véronique Olmi s’éloignait de Bahkita, elle partait plus sur la guerre et la politique à cette époque et non sur la vie de religieuse de Bahkita ainsi que sur la fin de sa vie. Mais en général, ce fut une belle histoire avec un personnage principal touchant, vivant. « Bahkita » est une personne dotée d’une incroyable humanité, c’est un exemple de sagesse de bonté, tant par sa gentillesse que par sa maturité. De plus, elle a été très courageuse d’avoir pu surmonter tant de souffrances tout au long de sa vie. Oui , j’espère que maintenant, à l’heure qu’il est, que « Bahkita » repose en paix.

    Elle a tant donné de sa personne, elle a fait preuve de bienveillance et a donné de son temps en redonnant le sourire aux gens les plus démunis alors qu’elle avait encore ses démons du passé. Elle ne montrait jamais ses faiblesses, même quand elle était souffrante. Elle ne voulait encombrer personne. Juste montrer un visage calme et paisible, maîtrisée d’elle même.

    Et ce qui est le plus beau, c’est qu’elle ait même réussi à se reconstruire alors qu’elle avait traversé un parcours traumatisant, difficile, insurmontable.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2018/02/bakhita-de-veronique-olmi.html

    Bakhita ne connait plus son vrai nom, ne sait plus d'où elle vient et a même perdu sa langue maternelle. En 1876, elle a été enlevée à l'âge de sept ans par des vendeurs d'esclaves dans son village du Darfour à...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2018/02/bakhita-de-veronique-olmi.html

    Bakhita ne connait plus son vrai nom, ne sait plus d'où elle vient et a même perdu sa langue maternelle. En 1876, elle a été enlevée à l'âge de sept ans par des vendeurs d'esclaves dans son village du Darfour à l'ouest du Soudan, elle a subi le même sort que sa sœur aînée deux ans plus tôt.

    Après une marche de longs mois dans le désert au sein d'une caravane d'esclaves sous la coupe de négriers qui lui ont donné son nouveau nom, Bakhita "la chanceuse", un moment enfermée avec des brebis, Bakhita lutte pour ne pas sombrer dans la folie et s'accroche à son amie Binah. Cette vie d'esclave aux services de différents maîtres la mène dans un harem, lui fait connaitre les coups, le fouet, la torture et la peur mais Bakhita garde toujours l'espoir de retrouver sa sœur aînée enlevée comme elle. Sa beauté est une malédiction qui s'ajoute à celle de sa jeunesse, elle bénéficie parfois d'une place privilégiée par rapport aux autres esclaves qui travaillent dans les champs mais c'est une place dont la contre partie est lourde.

    Vendue plusieurs fois, elle finit par arriver chez le consul d’Italie, Signore Lignani qui la traite un peu mieux. Puis elle gagne l'Italie où, une fois libre, elle voue sa vie à l'église et devient la Madre Moretta. Elle est canonisée en 2000 par Jean-Paul II.
    Son histoire lui sera finalement volée pour en faire un livre de propagande fasciste en 1931, "histoire merveilleuse" brochure éditée par les catholiques pour donner un exemple de la barbarie de l'Afrique opposée à la grandeur de l'Italie catholique qui a sauvé Bakhita.

    Ce récit n'est pas une biographie de Bakhita, cette ancienne esclave canonisée par le pape, c'est un roman qui tente de retracer le parcours incroyable de cette femme exceptionnelle. Une femme dotée d'une force intérieure impressionnante, de ressources inépuisables, une petite fille qui avait la capacité de s'imaginer ailleurs, de faire vivre un oiseau imaginaire, de se réfugier dans les chants de son enfance, de faire preuve de soumission quand il fallait se soumettre, d'obéissance quand il fallait obéir mais qui était dotée d'une résistance intérieure hors du commun qui lui a permis de tenter des évasions et surtout de survivre.
    Tout le long de son parcours d'esclave, Bakhita manifeste un intérêt, une préoccupation pour les tout-petits, préoccupation qui restera présente toute sa vie puisqu'elle se consacrera aux enfants pauvres et aux orphelins.

    J'ai beaucoup aimé la première partie de ce roman "De l'esclavage à la liberté", même si elle est très sombre avec parfois des scènes insoutenables, le propos est toujours réaliste mais Véronique Olmi ne fait que suggérer d'un mot ce que Bakhita a subi, elle fait preuve une élégante retenue ne prononçant jamais le mot de viol.
    Par contre j'ai moins aimé la deuxième partie "De la liberté à la sainteté" qui raconte l'arrivée de Bakhita en Italie et son entrée en religion. Globalement, j'ai trouvé ce roman assez inégal et j'y ai déploré un certain nombre de longueurs, malgré tout je suis ravie d'avoir découvert l'histoire de Bakhita à qui Véronique Olmi rend un bel hommage avec ce roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est pour moi une lecture en demi-teinte.
    La première partie, celle de l'enfance et de l'histoire de son esclavage est émouvante certes (des passages très durs), mais on voit bien que ce récit est romancé.
    Bakhita, Soudanaise et devenue sainte, ne se souvient plus du tout de ses origines, de...
    Voir plus

    C'est pour moi une lecture en demi-teinte.
    La première partie, celle de l'enfance et de l'histoire de son esclavage est émouvante certes (des passages très durs), mais on voit bien que ce récit est romancé.
    Bakhita, Soudanaise et devenue sainte, ne se souvient plus du tout de ses origines, de son nom, de son enfance. Le choc traumatique qu'elle a éprouvé explique certainement cela (le cerveau "bloque et enfouit" les épisodes douloureux). L'auteure a donc essayé d'imaginer ce qui a pû lui arriver. Et comme je l'ai su, j'ai moins adhéré à cette partie fictionnelle.
    La seconde partie retrace sa vie religieuse en Italie (son parcours d'étudiante catéchiste puis de religieuse). J'aurai voulu en savoir plus sur les raisons de son choix (rentrer dans les Ordres).
    La plume de l'auteure est agréable. On est happé par le parcours si douloureux de cette petite fille. Je connaissais le sujet de l'esclavage mais pas toutes les ramifications (et de complicités ) qu'ont pû avoir certains pays européens. Un sujet brûlant. Bakhita , quelle belle personne bienveillante et courageuse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C est un livre émouvant , l histoire de cette femme est cruelle mais vrai , au début il y a des passages très dures mais après on découvre cette petite fille et son évolution dans la vie formidable mais marquer a vie par si passer tragique pour moi c est un très bon livre ....

    C est un livre émouvant , l histoire de cette femme est cruelle mais vrai , au début il y a des passages très dures mais après on découvre cette petite fille et son évolution dans la vie formidable mais marquer a vie par si passer tragique pour moi c est un très bon livre ....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2017/11/28/35899735.html

    Il est des personnes qui ont des destins tellement extraordinaires qu’on a l’impression qu’elles sortent tout droit d’un roman. C’est le cas de Bakhita, personnage tellement romanesque que Véronique Olmi ne pouvait que lui...
    Voir plus

    http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2017/11/28/35899735.html

    Il est des personnes qui ont des destins tellement extraordinaires qu’on a l’impression qu’elles sortent tout droit d’un roman. C’est le cas de Bakhita, personnage tellement romanesque que Véronique Olmi ne pouvait que lui consacrer un roman. Cette rencontre s’est pourtant faite par hasard : Véronique Olmi visitait une église et est tombée sur une plaque l’évoquant. Des recherches et vraisemblablement une évidence.

    Nous sommes dans le Darfour, dans le village d’Olgassa en 1876. Une petite fille de sept ans est enlevée de son village par des vendeurs d’esclaves. La peur lui fait oublier son propre prénom. Rebaptisée Bakhita – qui signifie ironiquement « chanceuse » - elle est achetée avec la jeune Binah par un riche Arabe. Par la suite, elle arrive chez le consul d’Italie, Signore Lignani qui la traîte un peu mieux. Jusqu’au jour où elle finit par aller en Italie où, une fois libre, elle devient la Madre Moretta en se consacrant à l’Église. Elle est canonisée en 1992 par Jean-Paul II.

    Avec des chapitres longs mais un récit vif, direct, sans pathos, Véronique Olmi redonne vie à Bakhita et nous montre le courage surhumain qu’elle a dû avoir pour affronter les multiples épreuves de sa vie. La première partie du récit est magistrale même si la violence est omniprésente et à la limite du soutenable. La seconde partie m’a laissée un peu plus sur le côté. Tous les passages sur l’arrivée en Italie, l’affranchissement et l’appel à Dieu m’ont moins convaincue. Je les ai trouvés moins romanesques. Heureusement, j’ai retrouvé le fil du livre et un regain d’intérêt avec l’écriture de ses mémoires – Storia Meravigliosa – et l’utilisation de celles-ci pour la propagande mussolinienne.

    Du coup, j’ai trouvé le récit un peu inégal mais, très franchement, ce roman reste une belle réussite. Véronique Olmi est véritablement habitée par son personnage, émue par ce destin hors du commun. Elle lui rend un très vibrant hommage.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très beau roman. Bouleversant , émouvant , le roman de Véronique Olmi , raconte une histoire vraie , l'histoire d'une femme d'exception

    Bakhita est née en 1869 au Darfour , elle est enlevée à l'âge de 7 ans dans son village par des négriers musulmans . La malheureuse va connaitre...
    Voir plus

    Très beau roman. Bouleversant , émouvant , le roman de Véronique Olmi , raconte une histoire vraie , l'histoire d'une femme d'exception

    Bakhita est née en 1869 au Darfour , elle est enlevée à l'âge de 7 ans dans son village par des négriers musulmans . La malheureuse va connaitre l'esclavage et toutes les infamies , atrocités , horreurs qui vont de paire : peur , humiliation , faim , douleur , torture . A 14 ans , son existence va être bouleversée lorsqu'elle est rachetée par le consul d'Italie , elle part vivre en Italie , elle sera baptisée , affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise et elle décidera de se consacrer à Dieu , deviendra religieuse , s'occupera d'enfants et sera canonisée par Jean Paul II
    Histoire dure que celle de cette enfant qui ne se souvient pas de son passé , de son nom , Bakhita est le nom que lui ont donné les négriers qui l'ont enlevé , mais qui se souvient de sa soeur jumelle à qui elle a été arrachée . Histoire poignante d'une femme remarquable , esclave , domestique , religieuse à la grande force et qui , elle , qui n'a pas reçu d'amour sait en donner aux enfants pauvres dont elle s'occupera .
    Roman très bien écrit , style sobre , froid qui donne encore plus de puissance aux mots , roman qui ne peut laisser indifférent qui que ce soit , car des Bakhita , il en existe encore , hélas , à travers notre monde actuel

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions