Anne Percin

Anne Percin
Née en 1970 à Epinal, Anne Percin vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture pour les jeunes et les adultes. Elle est notamment l'auteur à succès de la série pour adolescents Comment (bien) rater ses vacances. En adulte, elle a publié dans la brune Bonheur fan... Voir plus
Née en 1970 à Epinal, Anne Percin vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture pour les jeunes et les adultes. Elle est notamment l'auteur à succès de la série pour adolescents Comment (bien) rater ses vacances. En adulte, elle a publié dans la brune Bonheur fantôme (2009) et Le Premier été (2011), à paraître en Babel en août, et adapté sur France 3 (diffusion ce printemps).

Avis sur cet auteur (51)

  • add_box
    Couverture du livre « Les singuliers » de Anne Percin aux éditions Actes Sud

    Pascal Gillet sur Les singuliers de Anne Percin

    ne jamais oublier Anne Percin ! Auteur des éditions du Rouergue à ne pas manquer!
    Roman épistolaire mené avec maestria!
    L'écriture est fluide comme un ruisseau éclatant qui court de personnage en personnage.
    Les faits historiques irriguent le récit sans jamais trop de didactisme, juste ce...
    Voir plus

    ne jamais oublier Anne Percin ! Auteur des éditions du Rouergue à ne pas manquer!
    Roman épistolaire mené avec maestria!
    L'écriture est fluide comme un ruisseau éclatant qui court de personnage en personnage.
    Les faits historiques irriguent le récit sans jamais trop de didactisme, juste ce qu'il faut!
    L'humanité de chacun, les questionnements sur l'art, les quêtes d'absolu, la Bretatgne, c'est un doux festival qui reste longtemps en tête !
    ne pas rater Point de côté (2006) Bonheur Fantôme (2009) Le premier été (2011)

  • add_box
    Couverture du livre « Sous la vague » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Anne-Marie Lemoigne sur Sous la vague de Anne Percin

    ll y a des moments comme ça dans la vie , où tout va mal …....
    C'est le cas pour Bertrand-Berger Lafitte, PDG d'une entreprise familiale de Cognac haut de gamme .
    A la suite du tsunami et de la catastrophe nucléaire de Fukushima, la Bourse dégringole, son commerce avec le Japon est compromis...
    Voir plus

    ll y a des moments comme ça dans la vie , où tout va mal …....
    C'est le cas pour Bertrand-Berger Lafitte, PDG d'une entreprise familiale de Cognac haut de gamme .
    A la suite du tsunami et de la catastrophe nucléaire de Fukushima, la Bourse dégringole, son commerce avec le Japon est compromis . Au Conseil d'administration sa gestion est contestée et son siège de PDG est menacé . S'il n'y avait que cela !
    De retour au château familial, « monde clos et séculaire, un domaine protégé du monde », il constate que le salon et la cuisine sont dans un surprenant état .Sa fille Olivia qui mène une vie de jet-setteuse branchée a organisé une dark party, de plus celle-ci lui apprend qu'elle est enceinte …...d'un ouvrier de l'usine de ce fameux cognac !
    « Qu'est -ce qui se passe dans ma vie ? Tout me fuit ! Tout s'en va ! «  s'exclame « Monsieur »
    Comment réagir face à ce tsunami ?
    Monsieur décide ….de ne rien faire, de rester au château et de se mettre aux abonnés absents, en congé du quotidien « Si on me demande, vous direz que je suis à Zurich » confie-t-il à Eddy son fidèle chauffeur qui fait également office de majordome . Fidèle, peut-être pas si fidèle que ça , on se demandera en cours de lecture s'il ne joue pas double jeu .

    Tantôt Monsieur flâne sur ses terres, tantôt reste prostré dans sa chambre, goûte aux trésors du Paradis : la cave où sont stockés les réserves du meilleur cognac, fait l'expérience de ce « tabac au goût étrange » dont Eddy se fait des cigarettes, ou se retrouve à bavarder avec ses employés .
    Il se replonge dans son passé, dans son enfance, tentant « de ramener à lui des bribes de sensations oubliées , comme on récupère dans la nuit un drap pour se couvrir ». Dans cette période de lâcher-prise, ses priorités ne sont plus les mêmes ….
    J'ai trouvé à ces quelques semaines de parenthèse dans une vie une saveur délicieuse. Un cocktail où alternent scènes cocasses et instants de douceur, de tendresse qui permettent de goûter à la douceur des choses. S'y mêlent des moments hors du temps, comme en apesanteur où s'abolissent les frontières entre réel et imaginaire

    L'auteur a eu la bonne idée de laisser ouverte la fin du livre . Libre à chacun d'interpréter les dernières pages.

    A la fin du roman, Anne Percin remercie Mr Hennessy qui, pendant les rencontres de Littérature européenne de Cognac avait encouragé les auteurs présents « à mettre du cognac » dans leur romans
    Anne Percin a suivi ces conseils, et cela lui a réussi .

  • add_box
    Couverture du livre « Comment bien rater ses vacances » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    coquinnette1974 sur Comment bien rater ses vacances de Anne Percin

    Cela fait un petit moment que je souhaite découvrir la série d'Anne Percin mettant en scène le jeune Maxime Mainard.
    A la bibliothèque numérique, j'ai remarqué qu'ils avaient toute la série, que j'ai emprunté.
    Comment (bien) rater ses vacances est le premier tome, et je l'ai dévoré.
    Maxime...
    Voir plus

    Cela fait un petit moment que je souhaite découvrir la série d'Anne Percin mettant en scène le jeune Maxime Mainard.
    A la bibliothèque numérique, j'ai remarqué qu'ils avaient toute la série, que j'ai emprunté.
    Comment (bien) rater ses vacances est le premier tome, et je l'ai dévoré.
    Maxime se l'est juré : plus jamais de vacances en famille ! Pas question d'aller en Corse avec ses parents, ils iront tout seul ! Sa soeur part en colo et lui a l'intention de passer un mois chez sa mamie, dans sa maison du Kremlin-Bicêtre, comme quand il avait dix ans.
    Mais les vacances tranquilles vont vite se transformer en feuilleton délirant....
    C'est sûr, Maxime ne s'attendait pas à passer des vacances aussi mouvementées !!
    Comment (bien) rater ses vacances est un roman très sympathique, qui m'a parfois fait rire car certaines situations sont vraiment amusantes.
    Maxime est un sacré personnage ! A 17 ans, il est assez mur pour se débrouiller tout seul mais il n'avait pas prévu tous les événements qui vont lui arriver.
    Impossible d'imaginer que sa grand-mère allait faire une crise cardiaque et que ses parents seront injoignables !
    Il se rend rapidement compte que ce n'est pas si évident que ça de se débrouiller tout seul sans adultes mais il ne va pas trop mal s'en sortir.. et ses aventures nous font bien rire, nous lecteurs.
    Evidemment, on ne fait pas que rire en lisant ce roman, certains passages sont émouvants, et l'ensemble est très réussi.
    Je suis ravie de cette lecture, très distrayante, parfaite pour les vacances et qui mérite bien cinq étoiles :)

  • add_box
    Couverture du livre « Ma mère, le crabe et moi » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Mes écrits d'un jour sur Ma mère, le crabe et moi de Anne Percin

    Le crabe. Ce foutu cancer dont souffre la maman de Tania. Les deux femmes font face, ensemble, s’épaulent et se réchauffent pour contrer la maladie. Durant six mois, Tania nous raconte une période charnière pour elle, où les nouveaux défis se succèdent la rendant ainsi autonome. « Tout arrive,...
    Voir plus

    Le crabe. Ce foutu cancer dont souffre la maman de Tania. Les deux femmes font face, ensemble, s’épaulent et se réchauffent pour contrer la maladie. Durant six mois, Tania nous raconte une période charnière pour elle, où les nouveaux défis se succèdent la rendant ainsi autonome. « Tout arrive, dans la vie. Si le pire peut arriver, c'est que le meilleur aussi. Y'a pas de raison. Après tout. »

    Anne Percin joue sur la corde sensible pour parler d’un thème délicat à hauteur d’ado. Le rendant aussi drôle qu’émouvant, aussi douloureux qu’agréable. Elle dédramatise la situation en la rendant plus humaine, en s’attachant aux choses du quotidien telles que la perte des cheveux et la perruque qui glisse, mais tout ça avec une maîtrise d’écriture. Un livre jeunesse que l’on ne peut que conseiller aux familles démunies devant l’annonce de la maladie.

    http://www.mesecritsdunjour.com/archives/2018/09/12/36695719.html