Anne Percin

Anne Percin
Née en 1970 à Epinal, Anne Percin vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture pour les jeunes et les adultes. Elle est notamment l'auteur à succès de la série pour adolescents Comment (bien) rater ses vacances. En adulte, elle a publié dans la brune Bonheur fan... Voir plus
Née en 1970 à Epinal, Anne Percin vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture pour les jeunes et les adultes. Elle est notamment l'auteur à succès de la série pour adolescents Comment (bien) rater ses vacances. En adulte, elle a publié dans la brune Bonheur fantôme (2009) et Le Premier été (2011), à paraître en Babel en août, et adapté sur France 3 (diffusion ce printemps).

Avis sur cet auteur (51)

  • add_box
    Couverture du livre « Sous la vague » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Assmaâ Rakho-Mom sur Sous la vague de Anne Percin

    Mars 2011. Alors que le Japon s’enfonce dans le chaos nucléaire, l’héritier d’une prestigieuse propriété de cognac vit son propre tsunami. Dégringolade financière, fille enceinte d’un ouvrier syndicaliste, grève, etc. Il résiste à sa façon, molle et naïve, ne trouvant du réconfort qu’auprès de...
    Voir plus

    Mars 2011. Alors que le Japon s’enfonce dans le chaos nucléaire, l’héritier d’une prestigieuse propriété de cognac vit son propre tsunami. Dégringolade financière, fille enceinte d’un ouvrier syndicaliste, grève, etc. Il résiste à sa façon, molle et naïve, ne trouvant du réconfort qu’auprès de son chauffeur, un fumeur de joints, ainsi que d’un chevreuil, comme si, face à la sauvagerie globalisée, seule la chaleur d’un animal, ou les fragrances d’un vieil alcool, lui apportaient réconfort.

    On entre très facilement dans cette histoire à la fois familiale et professionnelle. Malheureusement, on reste suspendu, en attente. Pourtant, l’écriture est fluide et le style est assez direct, mais Anne Percin a fait de ses personnages principaux des êtres mous, faibles, trop souvent dans l’expectative. Elle les fait de plus évoluer dans une histoire qui se traine un peu trop. Malgré les événements qui se succèdent et certains retournements surprenants, on s’impatiente parfois et on attend un peu trop que les choses se passent.

    On aimerait à la fois secouer l’auteure et les personnages de cette comédie sociale qui plonge peu à peu dans le conte fantaisiste à message fort. Ce qui sauve cet ouvrage somme toute agréable et rapide à lire, c’est l’humour teinté d’ironie que manie bien Anne Percin.

    Sous la vague, une fable décalée qui manque toutefois de dynamisme.

  • add_box
    Couverture du livre « Le premier été » de Anne Percin aux éditions Actes Sud

    Nathalie Bertrand sur Le premier été de Anne Percin

    Un roman bouleversant, charnel ! Une écriture simple et fluide au service d’une histoire qui « prend aux tripes ». Impossible de rester indifférent.

    Un roman bouleversant, charnel ! Une écriture simple et fluide au service d’une histoire qui « prend aux tripes ». Impossible de rester indifférent.

  • add_box
    Couverture du livre « Comment bien rater ses vacances » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Manon S. sur Comment bien rater ses vacances de Anne Percin

    Je ne me suis jamais intéressée à la maison d'édition du Rouergue car j'ai toujours trouvé le design de leurs livres extrêmement laids. Mais heureusement, l'intervenant qui nous a fait cours sur le rayon jeunesse il y a quelques semaines a su me donner envie de découvrir leur catalogue en nous...
    Voir plus

    Je ne me suis jamais intéressée à la maison d'édition du Rouergue car j'ai toujours trouvé le design de leurs livres extrêmement laids. Mais heureusement, l'intervenant qui nous a fait cours sur le rayon jeunesse il y a quelques semaines a su me donner envie de découvrir leur catalogue en nous parlant passionnément de quelques uns de leurs livres, dont celui ci.

    Dès la lecture du résumé j'ai su que l'humour un peu noir de cet adolescent allait me plaire. Mais j'étais loin de savoir jusqu'où allait aller Anne Percin dans son concept, à utiliser jusqu'aux notes de bas de pages pour faire rire le lecteur. Maxime est vraiment très drôle, enchaîne références sur références et blagues plus ou moins de mauvais goût. J'ai vraiment été très réceptive à cet humour, tout simplement parce que toutes ses références me parlent, mais je ne pense pas que ce soit le cas de tout le monde, et surtout pas des jeunes qui seraient amenés à lire ce livre. En effet, je n'ai pas trouvé que Maxime soit un jeune de son temps, avec ses goûts pour le rock des années 80, les vieux films gores ou encore les polars, il ne représente pas vraiment selon moi un ado d'aujourd'hui. Ma vision est peut-être un peu négative, mais dans tous les cas c'est quitte ou double : ce livre plaira beaucoup, comme il m'a plu, ou ne plaira pas du tout.

    ...la suite sur le blog : http://bookshowl.blogspot.fr/2016/03/comment-bien-rater-ses-vacances-anne.html

  • add_box
    Couverture du livre « Ma mère, le crabe et moi » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Soyer Patricia sur Ma mère, le crabe et moi de Anne Percin

    petit livre mais grand par l'espoir qu'il nous apporte on en sort tout regonflé rien n'est perdu faut s'accrocher

    petit livre mais grand par l'espoir qu'il nous apporte on en sort tout regonflé rien n'est perdu faut s'accrocher