Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Anne Percin

Anne Percin
Née en 1970 à Epinal, Anne Percin vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture pour les jeunes et les adultes. Elle est notamment l'auteur à succès de la série pour adolescents Comment (bien) rater ses vacances. En adulte, elle a publié dans la brune Bonheur fan... Voir plus
Née en 1970 à Epinal, Anne Percin vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture pour les jeunes et les adultes. Elle est notamment l'auteur à succès de la série pour adolescents Comment (bien) rater ses vacances. En adulte, elle a publié dans la brune Bonheur fantôme (2009) et Le Premier été (2011), à paraître en Babel en août, et adapté sur France 3 (diffusion ce printemps).

Avis sur cet auteur (51)

  • add_box
    Couverture du livre « Bonheur fantôme » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Marie Letellier sur Bonheur fantôme de Anne Percin

    Pourquoi Pierre a-t-il quitté une vie de parisien pour une décroissance dans la Sarthe? Ce n'est pas ce qui m'a animée pendant cette lecture. Je ne suis pas rentrée dans le sujet, je n'ai pas cru à l'histoire. Certains passages sont pourtant poignants et questionnant sur nos vies de...
    Voir plus

    Pourquoi Pierre a-t-il quitté une vie de parisien pour une décroissance dans la Sarthe? Ce n'est pas ce qui m'a animée pendant cette lecture. Je ne suis pas rentrée dans le sujet, je n'ai pas cru à l'histoire. Certains passages sont pourtant poignants et questionnant sur nos vies de citadins.
    Globalement, on comprend que cette rupture de vie n'est pas motivée par un désir de changement, mais est une fuite. On se sent mal avec lui, on découvre sa vie au bord de la départementale, qui est décrite comme triste et glauque, il porte un poids, plusieurs poids dont il semble vouloir se punir.
    Un beau sujet, qui n'est cependant à mon sens pas abouti.

  • add_box
    Couverture du livre « Comment (bien) gérer sa love story » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Capucine T. sur Comment (bien) gérer sa love story de Anne Percin

    J'ai redécouvert avec ravissement la plume d'Anne Percin que j'avais lue pour la première fois dans le Je Bouquine de mai avec son court roman "Ma mère, son cancer et moi "! Même si je n'ai pas lu le premier tome du cycle "Comment (bien) rater ses vacances"  je n'ai eu aucun souci de...
    Voir plus

    J'ai redécouvert avec ravissement la plume d'Anne Percin que j'avais lue pour la première fois dans le Je Bouquine de mai avec son court roman "Ma mère, son cancer et moi "! Même si je n'ai pas lu le premier tome du cycle "Comment (bien) rater ses vacances"  je n'ai eu aucun souci de compréhension, ça ne m'a pas du tout gêné pendant la lecture et chaque livre peut donc se lire dans le désordre.
    Ce tome m'a donc permis de faire connaissance avec Maxime (Max pour les intimes ;) ), un ado pas comme les autres, hilarant par sa maladresse et très attachant. Dans cette suite, Maxime donc, âgé de 17 ans prépare le bac en vue de décrocher Science Po. Cependant, difficile pour lui de rester concentré sur ses études alors même qu'il a une petite amie pour la première fois. Seulement, même l'amour nous révèle parfois de mauvaises surprises... En effet, Natacha, sa petite amie se montre vite jalouse d'Alexandra (bon d'accord, Alex si vous préférez), sa meilleure amie. Jalousie infondée? Cela reste à prouver! Pour ne rien améliorer à sa situation, sa famille, sa guitare et ses amis s'en mêlent : de quoi devenir fou pour Maxime qui ne sait plus où donner de la tête!
    Entre amour, humour, guitare et catastrophes, on suit Max dans une aventure plus hilarante que jamais. En deux mots: loufoque et délirant! J'ai vraiment adoré le style humoristique de l'auteur et le ton léger. On s'identifie très bien à Maxime, que l'on soit une fille ou un garçon et on a l'impression d'être un ami à qui il raconte ses mésaventures, impression rendue par les apartés et dialogues intérieurs très marrants. Un livre que je recommande à tous, ados et plus grands, idéal pour les vacances!

  • add_box
    Couverture du livre « Sous la vague » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Moka Milla sur Sous la vague de Anne Percin

    Si l’écriture d’Anne Percin est d’une fluidité plaisante, j’ai suivi cette histoire comme un témoin peu concerné par les problèmes de ces riches en détresse. Bien qu’étonnant dans sa manière d’appréhender sa chute, Bertrand Berger-Lafitte m’a parfois ennuyée par sa mollesse et sa nonchalance....
    Voir plus

    Si l’écriture d’Anne Percin est d’une fluidité plaisante, j’ai suivi cette histoire comme un témoin peu concerné par les problèmes de ces riches en détresse. Bien qu’étonnant dans sa manière d’appréhender sa chute, Bertrand Berger-Lafitte m’a parfois ennuyée par sa mollesse et sa nonchalance. Mais soudain, au détour d’une page, sa vigueur perdue retrouve force et souffle et ce héros prend alors une dimension qui a fini par trouver grâce à mes yeux. Présenté comme une « comédie sociale » , Sous la vague dépeint les strates d’une société en perdition qui se noie sous les lois d’un marché cruel qui n’a cure des trésors familiaux et qui les engloutit comme un monstre sans pitié. Face à un tel récit, j’aurais aimé que la dimension sociale prenne plus d’ampleur (c’est mon côté gauchiste qui parle) et si quelques situations cocasses et improbables m’ont fait sourire, je trouve regrettable qu’elles n’aient pas été un peu plus exploitées. Malgré un très joli potentiel romanesque, il m’a manqué quelque chose pour refermer ce livre, totalement conquise.

    Chronique complète: https://aumilieudeslivres.wordpress.com/2016/08/22/sous-la-vague-anne-percin/

  • add_box
    Couverture du livre « Ma mère, le crabe et moi » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Claforiane sur Ma mère, le crabe et moi de Anne Percin

    Que se passe t-il dans la tête d'une ado qui apprend que se mère à un cancer ?
    A travers ses mots, son langage, ses pensées, la jeune Tania évoque la découverte du cancer, sa vision de la maladie, ses relations avec ses amis au collège, son envie de se battre, d'avancer.
    J'ai adoré la...
    Voir plus

    Que se passe t-il dans la tête d'une ado qui apprend que se mère à un cancer ?
    A travers ses mots, son langage, ses pensées, la jeune Tania évoque la découverte du cancer, sa vision de la maladie, ses relations avec ses amis au collège, son envie de se battre, d'avancer.
    J'ai adoré la narration de cette jeune adolescente, ses états d'âmes, qui se trouve trop tôt confronté à la prise des maladies.