Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Anna Hope

Anna Hope

Anna Hope est une actrice et écrivaine. Elle a fait ses études à la Royal Academy of Dramatic Art à Londres, au Wadham College de l'Université d'Oxford, et est titulaire d'un MA en écriture créative de Birkbeck College à Londres en 2001.

Son premier roman, Le chagrin de vivants, est publié chez ...

Voir plus

Anna Hope est une actrice et écrivaine. Elle a fait ses études à la Royal Academy of Dramatic Art à Londres, au Wadham College de l'Université d'Oxford, et est titulaire d'un MA en écriture créative de Birkbeck College à Londres en 2001.

Son premier roman, Le chagrin de vivants, est publié chez Gallimard.  Suivi en 2017 de La salle de bal.

Articles en lien avec Anna Hope (5)

Avis sur cet auteur (115)

  • add_box
    Couverture du livre « Le rocher blanc » de Anna Hope aux éditions Le Bruit Du Monde

    Jean-Paul Degache sur Le rocher blanc de Anna Hope

    En lisant Le Rocher blanc, je me suis laissé emporter par l’écriture d’Anna Hope, bien traduite par Élodie Leplat. Comme j’avais bien apprécié La salle de bal et Nos espérances, je voulais poursuivre l’aventure avec cette autrice et je n’ai pas été déçu.
    Autre source de motivation, notre...
    Voir plus

    En lisant Le Rocher blanc, je me suis laissé emporter par l’écriture d’Anna Hope, bien traduite par Élodie Leplat. Comme j’avais bien apprécié La salle de bal et Nos espérances, je voulais poursuivre l’aventure avec cette autrice et je n’ai pas été déçu.
    Autre source de motivation, notre rencontre, avec cette écrivaine britannique aux Correspondances de Manosque 2022. J’avais été intrigué par la présentation de son nouveau roman bâti sur un défi familial ramenant Anna Hope et son mari, bien loin, là-bas, sur la côte pacifique du Mexique malgré un voyage difficile à bord d’un minibus.
    Ce fameux rocher blanc existe et fait partie de la culture d’un peuple indien, les Wixárikas qui pensent que c’est là que notre monde a émergé des eaux. Comme les Yeome, ce peuple a été décimé, réduit en esclavage par les colonisateurs ainsi que cela s’est produit sur la majeure partie du continent américain.
    Au cours de ma lecture, j’ai apprécié qu’Anna Hope remette en évidence quelques mots d’usage courant, mots encore utilisés par ces peuples, me faisant aussi partager leurs souffrances, les atroces persécutions infligées par le pouvoir mexicain au début du XXe siècle.
    Cette partie, de loin la plus poignante, arrache des larmes au plus endurci. Elle se déroule en 1907 et s’intitule « La fille ». Si je commence par son évocation, c’est parce que les deux parties qui y sont consacrées me semblent les plus importantes à cause de ce génocide relégué dans les oubliettes de l’Histoire.
    Cette fille et sa grande sœur, Maria-Luisa, ont été arrachées à leur village parce qu’elles ont voulu aider les rebelles. Sans ménagement, elles ont été déportées, entassées sur le pont d’un bateau qui les a débarquées près de ce fameux rocher blanc, à San Blas, côte nord du Nayaritan, au Mexique. Anna Hope fait bien ressentir la solidarité entre ces enfants, ces femmes et ces hommes dont la disparition est programmée, le moins pire étant l’esclavage… Le Rocher blanc est d’abord, il faut le dire, une histoire familiale, celle d’un couple qui ne parvient pas à avoir d’enfant. Par chance, un voyage au Mexique, justement près de ce rocher blanc, la rencontre avec un chaman a, peut-être, permis à « L’écrivaine » d’être enceinte. Aussi, leur fille a trois ans quand, avec son mari, ils vont, ensemble, honorer ce rocher blanc, même si le couple va se séparer...
    Avec ça, Anna Hope me plonge, en 1969, dans la vie d’un chanteur mondialement connu, Jim Morrison, comme son groupe, les Doors, sans les nommer. Pour fuir toutes les contraintes de la célébrité, cet homme qui boit et se drogue au maximum, tente de retrouver la paix près du rocher blanc. Pour moi, c’est le volet le moins intéressant.
    Le quatrième élément de cette œuvre littéraire remonte un peu plus le temps pour revenir en 1775 avec « Le lieutenant ». J’ai bien aimé cette partie qui permet de côtoyer ces hommes formés pour naviguer mais dont la principale tâche est de dresser la cartographie du monde, en suivant les côtes. S’ils sont financés par leur pays d’origine, l’Espagne, c’est surtout pour s’approprier de nouvelles terres et donc imposer ce qu’ils pensent être la civilisation avec les conséquences désastreuses qui en découlent.
    Anna Hope conte magistralement leur formation, leurs échecs, leurs espoirs, leurs luttes fratricides qui trouvent leur apogée, justement, dans la baie d’où émerge le rocher blanc. Comme elle a choisi de le faire pour « La fille » et « Le chanteur » ou même « L’écrivaine », son principal personnage n’a pas de nom, désigné simplement par son grade dans la marine.
    Le Rocher blanc est un roman instructif, émouvant, vite addictif qui m’a emmené dans un lieu mythique, chargé d’histoire où la magie côtoie le drame et les espoirs fous. Tout cela est conté avec beaucoup de pudeur car la crise du couple, celle du coronavirus et ces civilisations menacées de disparition ne peuvent que tenter de se raccrocher à cet élément solide impressionnant émergeant de l’eau : Le Rocher blanc.
    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2022/12/anna-hope-le-rocher-blanc.html

  • add_box
    Couverture du livre « Le rocher blanc » de Anna Hope aux éditions Le Bruit Du Monde

    Elizabeth Pianon sur Le rocher blanc de Anna Hope

    Au Mexique, un rocher blanc mythique attire de nombreuses personnes.
    Il aurait des pouvoirs extraordinaires et on vient lui déposer des offrandes.
    Dans un bus, une écrivaine, son mari et sa fille s'y rendent.
    A trois autres époques, le rocher blanc a été un lieu particulier pour d'autres...
    Voir plus

    Au Mexique, un rocher blanc mythique attire de nombreuses personnes.
    Il aurait des pouvoirs extraordinaires et on vient lui déposer des offrandes.
    Dans un bus, une écrivaine, son mari et sa fille s'y rendent.
    A trois autres époques, le rocher blanc a été un lieu particulier pour d'autres personnes.
    En 1969, en 1907, en 1775.
    Si j'ai eu un peu de mal à entrer dans le jeu avec la version de l'écrivaine, j'ai été captivaée par les autres époques.
    On saute les siècles autour de ce rocher.
    C'est un récit assez troublant où la conquête des hommes entraîne des drames et des folies, où des choix cornéliens déterminent la vie de chacun.
    Un beau voyage à travers les siècles en compagnie des peuplades mexicaines.

  • add_box
    Couverture du livre « Le rocher blanc » de Anna Hope aux éditions Le Bruit Du Monde

    Mousquetaire11 sur Le rocher blanc de Anna Hope

    Après avoir été touchée l'année dernière par "La salle de bal", j'ai été contente de voir que la jeune maison d'édition marseillaise "Le Bruit du Monde" proposait avec Lizzie pour sa version audio le dernier ouvrage d'Anna Hope.
    Dans "le rocher Blanc" nous allons accompagner Anna Hope dans un...
    Voir plus

    Après avoir été touchée l'année dernière par "La salle de bal", j'ai été contente de voir que la jeune maison d'édition marseillaise "Le Bruit du Monde" proposait avec Lizzie pour sa version audio le dernier ouvrage d'Anna Hope.
    Dans "le rocher Blanc" nous allons accompagner Anna Hope dans un voyage initiatique entrepris avec sa famille en début de l'année 2020 au large de San Bas, au confins du Mexique. Ce roman autobiographique va introduire trois récits romancés de personnages qui ont été subjugués chacun à leur tour et, à des périodes différentes, par le beau spectacle de la nature que réserve la découverte de ce majestueux massif.
    J'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir les différentes époques du récit grâce aux voix des quatre lecteurs (Celia Torrens, Pierre Lognay, Maxime van Santfoort et Melissa Windal) qui arrivent à nous plonger de la meilleure des façons dans ce roman choral. Je me suis finalement rendu compte que je n'ai pas vu le temps passer lors de cette écoute car j'étais captivée par les récits. Mon seul regret est que le livre n'ait pas été plus long car j'aurais voulu passer plus de temps avec ces personnages passionnants dont les histoires romancées ont été inspirées par l'autrice après un important travail de recherche.
    Je tiens à remercier les Éditions Lizzie et Netgalley France qui m'ont permis d'écouter le récit intime et poignant d'Anna Hope qui, en retraçant l'Histoire de la région évoque les périodes coloniales, d'esclavage ou plus récentes qui se sont succédées à l'ombre du gros rocher blanc...

  • add_box
    Couverture du livre « La salle de bal » de Anna Hope aux éditions Gallimard

    Genli sur La salle de bal de Anna Hope

    Roman sensible et instructif sur l'univers psychiatrique du début du vingtième siècle en Angleterre et les théories alors en cours sur les traitements à destination des soi-disant faibles d'esprit.
    Une impossible histoire d'amour sert de fil conducteur à ce fond historique.
    Les personnages du...
    Voir plus

    Roman sensible et instructif sur l'univers psychiatrique du début du vingtième siècle en Angleterre et les théories alors en cours sur les traitements à destination des soi-disant faibles d'esprit.
    Une impossible histoire d'amour sert de fil conducteur à ce fond historique.
    Les personnages du docteur Fuller et de John Mulligan ne sont pas près de nous quitter.