Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La bibliothèque idéale de Guillaume Sire

jeudi 16 juillet 2020

Les livres recommandés par le Prix Orange du Livre 2020

La bibliothèque idéale de Guillaume Sire

Il est Le Prix Orange du Livre 2020 avec Avant la longue flamme rouge (éditions Calmann-Lévy) : Guillaume Sire a accepté d’ouvrir sa valise pour Lecteurs.com, juste avant les vacances, et nous révèle ses choix de lecture.

Vous serez surpris, intrigués, conquis.

 

"Je vous adresse comme vous me l’avez suggéré une liste de dix ouvrages, mais je vous préviens dès à présent que je l’écrirai sans trop y réfléchir, je la lance, j’essaye d’aller vite. Le jeu m’amuse, merci de me l’avoir proposé, cependant il est compliqué. La liste si je vous l’avais adressée demain aurait sans doute été différente." Guillaume Sire.

  • Les 10 livres conseillés par Guillaume Sire

    • add_box
      Couverture du livre « Narthex » de Marien Defalvard aux éditions Exils

      Narthex de Marien Defalvard

      Vous vous souvenez peut-être de cet auteur qui n’avait pas vingt ans en 2011 quand il recevait le Prix de Flore pour Du temps qu’on existait.
      Son nom a disparu des radars ensuite puis a refait surface en 2016 avec ce recueil dont les poèmes sont comme des blocs de pierre vivante, brûlée au soleil et usée par la pluie mais vivante, vivante.

    • add_box
      Couverture du livre « L'avenue » de Paul Gadenne aux éditions Gallimard

      L'avenue de Paul Gadenne

      Dans ce roman, c’est le décor qui pense, l’architecture, et finalement chaque phrase, chaque détail, chaque épithète.
      Il y a analogie entre le sentiment et la chose, le sujet et l’objet, de sorte que la plume de Gadenne effectue un va-et-vient de plus en plus vaste et de plus en plus rapide entre l’un et l’autre.

    • add_box
      Couverture du livre « Le don » de Vladimir Nabokov aux éditions Gallimard

      Le don de Vladimir Nabokov

      Dans ce roman il y a tout ce que j’aime de Nabokov, mais aussi tout ce que j’aime de la littérature russe

    • add_box
      Couverture du livre « Vous serez comme des dieux » de Gustave Thibon aux éditions Fayard

      Vous serez comme des dieux de Gustave Thibon

      A mes yeux le meilleur texte jamais écrit contre le transhumanisme, publié pourtant en… 1959 !

    • add_box
      Couverture du livre « Les chansons et les heures - le rosaire des joies » de Noel/Gouhier aux éditions Gallimard

      Les chansons et les heures - le rosaire des joies de Noel/Gouhier

      Pour la tension vers le Ciel, et une certaine audace esthétique débarrassée d’effets esthétisants.
      Chez Marie Noël, tout s’en sort par le haut, rien par la bande. Sa poésie déprend, au lieu d’essayer comme celle des surréalistes de surprendre à tout prix.

    • add_box
      Couverture du livre « La grande idée » de Anton Beraber aux éditions Gallimard

      La grande idée de Anton Beraber

      Un roman vertical, ample sans morale, lyrique sans mièvrerie, réaliste sans réalisme.
      Une épopée qui au lieu de suivre son héros le cherche, l’invente, le négocie.

    • add_box
      Couverture du livre « Oeuvres complètes » de René Char aux éditions Gallimard

      Oeuvres complètes de René Char

      Il n’y a pas eu beaucoup de poètes aussi libres que René Char.
      Je dirais Hart Crane, César Vallejo, Rimbaud bien sûr, Lautréamont, Claudel, Mallarmé, Celan, Gamoneda, et peut-être d’autres encore, mais trop peu.
      La liberté, en poésie, est moins ce qui porte que ce qui empêche. La vraie liberté pour le poète est la contrainte la plus difficile à surmonter, et pourtant c’est celle‑là, uniquement celle-là, qu’il lui faut surmonter. Toutes les autres, Char les a surmontées pour surmonter celle‑là.

    • add_box
      Couverture du livre « Oeuvres » de Simone Weil aux éditions Gallimard

      Oeuvres de Simone Weil

      C’est mon livre le plus précieux et le plus abîmé.
      Ce sont mes plus précieuses heures de lecture. Les plus pures. Les plus décisives.

    • add_box
      Couverture du livre « Le voyage du condottiere - vers venise, fiorenza, sienne la bien-aimee » de Andre Suares aux éditions Lgf

      Le voyage du condottiere - vers venise, fiorenza, sienne la bien-aimee de Andre Suares

      Vous ne prendrez jamais Suarès en défaut d’intelligence. Et pourtant c’est toujours frais, toujours senti, ce n’est jamais pédagogique.
      C’est toujours le fer et la chair, la corde et le sable, la glu et le sang, c’est toujours la Vérité qui touche, ou en tout cas celle qui veut toucher. Et c’est l’art, c’est la Grèce, c’est la victoire du goût.

    • add_box
      Couverture du livre « La conjuration des imbéciles » de John Kennedy Toole aux éditions 10/18

      La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole

      Pour son protagoniste inégalable Ignatius Reilly, qui a le courage de préférer envers et contre tout Boèce à Andy Warhol.
      Comment ne pas aimer ce fainéant obèse et platonicien qui conchie les self-made-men gominés et les nominalistes diaboliques. Ignatius c’est Don Quichotte contre les industries culturelles, Adorno punk, Dionysos vendeur de hotdogs. Et c’est mon grand frère américain.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Bibliothèques idéales d'auteurs"

Commentaires (1)