Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Avant la longue flamme rouge

Couverture du livre « Avant la longue flamme rouge » de Guillaume Sire aux éditions Calmann-levy
Résumé:

« Il essaye de courir en poussant sa famille devant lui, mais un hurlement ouvre le ciel et une mitraillette frappe des millions de coups de hache partout en même temps. Dans le Royaume, il y a des vrombissements lointains. ».

1971 : le Cambodge est à feu et à sang. Saravouth a onze ... Voir plus

« Il essaye de courir en poussant sa famille devant lui, mais un hurlement ouvre le ciel et une mitraillette frappe des millions de coups de hache partout en même temps. Dans le Royaume, il y a des vrombissements lointains. ».

1971 : le Cambodge est à feu et à sang. Saravouth a onze ans. Sa petite soeur Dara en a neuf. Leur mère enseigne la littérature au lycée français. Leur père travaille à la chambre d'agriculture. Dans Phnom Penh assiégée, le garçon s'est construit un pays imaginaire : le « Royaume Intérieur ».

Mais un jour, la guerre frappe à sa porte. Les fondations du Royaume vacillent. Séparé de ses parents et de sa soeur, réfugié dans la forêt sur les rives du Tonlé Sap, Saravouth devra survivre dans un pays en plein chaos, animé par une volonté farouche de retrouver sa famille.

Inspiré d'une histoire vraie, ce roman restitue une épopée intérieure d'une rare puissance.

Donner votre avis

Articles (15)

Avis (43)

  • En 1971, au Cambodge. Une fois Norodom Sihanouk destitué, la guerre civile embrase le pays à la suite du coup d’état de Lon Nol. Le général et futur président n’a qu’une obsession, exterminer les Cambodgiens d’origine vietnamienne. Coincé entre Khmers rouges et Viêt Cộng, la guerre fera rage...
    Voir plus

    En 1971, au Cambodge. Une fois Norodom Sihanouk destitué, la guerre civile embrase le pays à la suite du coup d’état de Lon Nol. Le général et futur président n’a qu’une obsession, exterminer les Cambodgiens d’origine vietnamienne. Coincé entre Khmers rouges et Viêt Cộng, la guerre fera rage dans le pays pendant de longues années.

    A Phnom Penh, Saravouth, 11 ans, vit avec sa famille et sa petite sœur. Bercé par les histoires que lui raconte sa mère, il s’est créé un Royaume Intérieur qu’il parcourt chaque jour, autorisant parfois sa sœur à venir avec lui. Un Royaume rien qu’à lui, qu’il reconstruit, enjolive, développe sans cesse. Véritable Peter Pan, il vit là sa propre Odyssée, de belles aventures et des vies qui lui permettent de supporter le monde qui l’entoure, celui qu’il nomme l’Empire Extérieur.

    La mère, Phusati, enseigne la littérature au lycée René-Descartes et le père, Vichéa est employé à la chambre d’agriculture. Convertie au christianisme, la famille voit disparaître tour à tour ses amis, arrêtés par le nouveau pouvoir en place. Puis vient leur tour, embarqués puis exécutés dans la forêt. Le jeune Saravouth échappe miraculeusement au massacre, sauvé par une vieille femme qui le cache et le soigne pendant de longues semaines.

    Une fois rétabli, il n’a qu’une seule obsession, retrouver les siens.
    ..................
    Lire ma chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2020/12/20/avant-la-longue-flamme-rouge-guillaume-sire/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Alors que la guerre civile fait rage au Cambodge, Saravouth et Dara, onze et neuf ans, ont néanmoins pu, jusqu’en cette année 1971, mener une existence heureuse auprès de leurs parents, à Phnom Penh. Mais les combats finissent par atteindre leur ville. Séparé des siens dans la tourmente et...
    Voir plus

    Alors que la guerre civile fait rage au Cambodge, Saravouth et Dara, onze et neuf ans, ont néanmoins pu, jusqu’en cette année 1971, mener une existence heureuse auprès de leurs parents, à Phnom Penh. Mais les combats finissent par atteindre leur ville. Séparé des siens dans la tourmente et réfugié dans la forêt, Saravouth va devoir survivre dans l’enfer d’un pays en plein chaos, avec pour seule obsession : retrouver sa famille.

    Inspiré d’une histoire vraie, ce roman terrible et bouleversant commence doucement, au sein d’un cocon familial qui a jusqu’ici réussi à supporter les rigueurs de la réalité grâce au pouvoir des livres et de l’imagination. Saravouth s’est ainsi créé un monde imaginaire, alimenté par la littérature que lui fait découvrir sa mère. Le contraste entre cette poésie et la barbarie qui va venir la saccager n’en est que plus frappant, alors que, consterné, le lecteur voit bientôt sombrer les personnages, auxquels il a eu le temps de s’attacher, dans un maelstrom aussi terrifiant qu’inextricable.

    Lorsque s’achève cette lecture aux allures de tornade, images et mots continuent à hanter longtemps l’esprit : pas seulement en raison des atrocités commises pendant cette guerre, mais tellement le destin de Saravouth s’avère stupéfiant de bout en bout, sa personnalité magnétique et sa force de survie impressionnante. En nous signalant le court métrage Odysseus’ Gambit, tourné sur Saravouth devenu adulte, l’épilogue nous permet de réaliser comment la vie de cet homme est demeurée bloquée dans une impasse tragique. L’on ne peut que s’émouvoir de la stupéfiante résilience de cet être fracassé depuis l’enfance, que la mort n’aura épargné que pour lui en laisser une terrible culpabilité.

    Ce livre intense et vibrant se lit en un seul souffle de sidération et vous laisse groggy, accablé par le poids de certains destins que l’on dirait tragiques par essence, et impressionné, tant par son héros malgré lui, que par l’émouvant hommage qui lui est ainsi rendu. Coup de coeur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel passionnant mais bouleversant et déchirant roman que Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire. Nullement étonnant qu'il ait séduit le jury du Prix Orange 2020 !
    L'histoire se passe en 1971, la guerre civile fait rage, Norodom Sihanouk vient d'être destitué par le coup d'État du...
    Voir plus

    Quel passionnant mais bouleversant et déchirant roman que Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire. Nullement étonnant qu'il ait séduit le jury du Prix Orange 2020 !
    L'histoire se passe en 1971, la guerre civile fait rage, Norodom Sihanouk vient d'être destitué par le coup d'État du général Lon Nol, soutenu par les Américains. Ce dernier, aussitôt sur le trône a proclamé la République et n'hésite pas à héberger au palais royal astrologues, nécromanciens et sorcières dont le premier conseil est de traquer et d'exécuter les Cambodgiens d'origine vietnamienne. Si ses armées maîtrisent à peu près Phnom Penh, vers où les réfugiés affluent mais dont les habitants ne sont pas pour autant à l'abri, elles doivent, ailleurs, faire face et résister aux Khmers rouges et aux Vietcongs, le pays est à feu et à sang.
    C'est dans ce Phnom Penh assiégé que nous allons découvrir la famille Inn. : la mère Phusati, le père Vichéa et leurs deux enfants Saravouth, 11 ans et Dara 9 ans. Au début du roman, ils semblent mener une vie paisible. Phusati enseigne la littérature française au lycée René Descartes et son plus grand plaisir est de lire des histoires à ses enfants et pour elle toute occasion est bonne pour réciter un vers, le plus souvent de René Char. Vichéa, lui, travaille à la chambre d'agriculture où il instruit les litiges entre paysans et les enfants savourent le moment où leur père rentre du travail, Saravouth lui proposant aussitôt une partie d'échecs et Dara lui présentant ses dessins. Avec les lectures de Peter Pan et de L'Odyssée, Saravouth arrive à construire un pays imaginaire, un véritable Royaume Intérieur qu'il essaye de faire partager à sa sœur. Mais l'Empire Extérieur, la réalité avec ses dangers va tous les rattraper.
    Ce roman, inspiré d'une histoire vraie, rappelle s'il en était besoin la monstruosité et les dégâts engendrés par les guerres. En prenant Saravouth, ce jeune enfant comme victime principale de ce carnage, l'auteur nous implique intimement dans ce récit.
    Rester en vie, Saravouth n'y pense que pour retrouver sa famille et la douceur de son foyer, son Royaume est en piteux état. Seul, l'espoir de retrouver les siens le maintient en vie. Une ténacité à toute épreuve et une force mentale hors du commun le poussent à continuer sa quête, à retourner sur les lieux, à fouiller les ruines ...
    L'auteur sait trouver les mots pour nous décrire l'indescriptible. Une écriture exceptionnelle fait côtoyer le pire et la beauté, avec parfois un entrelacs des deux comme cette nature luxuriante qui peut se transformer elle aussi en ennemie : les sables mouvants dans lesquels Saravouth manque y laisser sa peau, les marécages, où la vase arrive jusqu'aux genoux de ceux qui fuient, les moustiques s'acharnant sur eux, ou encore ce tigre décharné et blessé qui se dresse face à eux, ceci alors que des grenades éclatent à moins de cent mètres.
    Guillaume Sire tout en nous plongeant dans ce conflit décrit également fort bien le pays, son climat avec la saison des pluies, sa nature dévorante et ses animaux, son lac Tonle Sap et ses sampans, ce pays encore ancré dans le passé avec la sorcellerie, les astres, mais aussi la magie bénéfique des plantes et aussi la vie de ces Cambodgiens qu'ils soient paysans ou autres. N'oublions pas enfin les cris, le bruit des armes, mitrailleuses ou grenades et les odeurs qui peuvent être d'une grande délicatesse ou au contraire nauséabondes, le plus souvent mêlées, le tout formant le cadre sonore et odorant du roman.
    Ce livre est rempli de poésie. Il est une ode à la littérature, une ode au pouvoir de l'imaginaire, de l'esprit qui permet de se retrancher d'une réalité trop atroce pour être vécue, mais jusqu'où ?
    Je savais qu'il s'agissait d'une histoire vraie dès le départ et pourtant l'épilogue m'a laissée sans voix.
    Je pense que pour saisir toute la richesse de ce roman, il faut absolument le lire et je remercie infiniment Nicolas Zwirn de Lecteurs.com, grâce à qui j'ai pu le découvrir. Cela restera pour moi un moment de lecture inoubliable !

    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je sors de ma lecture bouleversé, complètement traversé par cette vie que Guillaume Sire a si bien su écrire, ce drame cambodgien - un de plus sur notre chère planète Terre – un peu trop vite oublié parce que lointain alors que la France était présente dans ce pays où nous avions tenté d’imposer...
    Voir plus

    Je sors de ma lecture bouleversé, complètement traversé par cette vie que Guillaume Sire a si bien su écrire, ce drame cambodgien - un de plus sur notre chère planète Terre – un peu trop vite oublié parce que lointain alors que la France était présente dans ce pays où nous avions tenté d’imposer la religion catholique, notre langue et notre culture.

    Si Avant la longue flamme rouge n’avait pas obtenu le Prix Orange du livre 2020, je ne sais pas si j’aurais entendu parler de ce roman publié par Calmann-Lévy. C’est ce prix mis en avant par Lecteurs.com et grâce à Nicolas Zwirn que je je remercie, que j’ai découvert la terrible histoire de Savarouth.
    Tout débute en pleine déconfiture du prince Sihanouk, choyé par la France, mais chassé par le général Lon Nol que les États-Unis soutiennent. Ce dernier instaure une république mais c’est le chaos dans tout le pays car les Khmers rouges, aidés par leur voisins communistes veulent mettre le grappin sur le pays.
    À Phnom Penh, la capitale, vit la famille Inn qui a tout pour être heureuse. Vichéa, le père, dirige le service des litiges à la Chambre d’agriculture pendant que Phusati, la mère, enseigne la littérature française au lycée René-Descartes. Ils ont deux enfants : Savarouth (11 ans) et Dara (9 ans) et leur maman ne ménage pas ses efforts pour leur lire des histoires et leur faire découvrir la poésie. Ainsi, Savarouth se crée un monde fantastique de personnages imaginaires où Peter Pan côtoie les héros de l’Iliade et de l’Odyssée. Il réussit même à mettre mentalement au point un Royaume Intérieur qu’il maîtrise et un Empire Extérieur d’où vient le danger.
    Guillaume Sire m’a offert une plongée extraordinaire dans un pays qui se déchire. La nature, la plantes, les traditions, les superstitions s’accumulent sans jamais lasser car tout se passe sur les traces de ce que vit Savarouth. Petit à petit, l’horreur, l’indicible, la cruauté humaine prennent le dessus. Savarouth que l’auteur a rencontré à Montréal, de 2004 à 2007, subit les pires épreuves, rencontre à chaque pas la méchanceté et la violence mais révèle une force incroyable malgré des souffrances intolérables.
    En trois parties et un épilogue étonnant, se déroule la vie de ce garçon qui voit son pays ravagé. Tout se passe durant les années 1970 et si j’ai bien entendu parler des incroyables malheurs apportés par les Khmers rouges, grâce à Guillaume Sire, j’ai été plongé dans ces années terribles où tout bascule, où des êtres dits humains se croient tout permis et commettent les pires exactions.
    C’est vécu presque au jour le jour comme dans cet hôpital Calmette de Phnom Penh où dans la mission Saint-Joseph qui recueille des orphelins que de riches Français viennent récupérer avant qu’ils sachent parler mais exigeant qu’ils soient propres. Détail important : avant ce rapt déguisé en adoption, aucun bébé n’a encore reçu de prénom.
    Prostitution, viols, misère, famine, tout cela se vit sous les bombes et les roquettes mais Savarouth qui a appris à jouer aux échecs avec son père, est très fort grâce à ce monde imaginaire forgé à partir des légendes lues par sa mère.

    J’ai regardé Odysseus’ Gambit, ce court-métrage conseillé par Guillaume Sire et c’est avec une émotion intense que j’ai vu cet homme qui a traversé tant d’épreuves, subi tant d’horreurs, été grièvement blessé, Savarouth qui joue aux échecs à Union Square dans la ville de New York, aujourd’hui…

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Remarquable, fort, prenant, terrible, captivant, glaçant... D'une justesse cruelle ! A lire comme une urgence et comme une nécessité ! Une plongée dans l'enfer du quotidien cambodgien au temps des Khmers rouges !
    CM

    Remarquable, fort, prenant, terrible, captivant, glaçant... D'une justesse cruelle ! A lire comme une urgence et comme une nécessité ! Une plongée dans l'enfer du quotidien cambodgien au temps des Khmers rouges !
    CM

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Saravouth a onze ans et mène une existence heureuse et rêveuse.
    Il joue aux échecs avec son père, sa petite soeur Dara est une sauvageonne qui s'épanouit en cueillant des plantes et les cuisinant au gré de son imagination.
    Et puis surtout il y a sa mère Phusati. Férue de littérature, elle...
    Voir plus

    Saravouth a onze ans et mène une existence heureuse et rêveuse.
    Il joue aux échecs avec son père, sa petite soeur Dara est une sauvageonne qui s'épanouit en cueillant des plantes et les cuisinant au gré de son imagination.
    Et puis surtout il y a sa mère Phusati. Férue de littérature, elle récite de la poésie à ses enfants et le soir leur fait la lecture de Peter Pan, du Petit Prince ou de l'Odyssée.

    "Les mots, leur dit-elle, sont des hameçons envoyés par les poètes pour creuser des sillons sous le soleil, la mer, les cimes de l'Himalaya,les jardins multicolores, les horloges
    mécaniques. Les mots dansent partout. Ils travaillent. Ils organisent des batailles. La vie, les étoiles, la peau, le silence, ce sont des mots. Ce sont des hameçons. Il suffit d'éccouter."

    La magie des mots opère, et Saravouth se construit un monde imaginaire qu'il appelle le 'Monde Intérieur" par opposition au réel qui est
    pour lui "l'Empire extérieur".
    Dans son monde intérieur on trouve, entre autres, des champignons colorés, des arbres-à-brumes, des tamtams-à-becs, une Baie-du-Matin-Clair avec son eau turquoise et sa mangrove labyrinthique.
    Tout démarre comme dans un conte. Et effectivement, comme dans les contes, le danger rôde.
    Nous sommes à Phnom Penh en 1971.
    Le prince Sihanouk a été destitué et le général Lon Nol a mené le coup d'état aidé par les américains.
    Les Khmers rouges se rapprochent inexorablement de la capitale qui va bientôt être assiégée tout comme Troie.
    La famille est balayée par ce conflit d'une violence inouïe.
    Saravouth se retrouve seul et va démarrer ce qui sera à la fois une quête et une odyssée.
    Il va rechercher sans relâche sa famille, traquer la moindre trace montrant qu'ils sont là, quelque part, toujours vivants.
    Et ceci au milieu d'une guerre épouvantable, sanglante. Saravouth l'enfant solaire voyage au milieu des ténèbres.

    Phusati citait souvent René Char à ses enfants : "il faut trembler pour grandir"

    Saravouth ne fait pas que trembler, il est totalement ébranlé par la violence des épreuves qu'il subit.
    Même son Monde Intérieur en est profondément altéré. Mais Saravouth réussit à le réparer, tant que l'espoir de revoir les siens subsiste.
    Ils vivent en symbiose.


    C'est un livre juste et bouleversant.

    Ce roman est tiré d'une histoire vraie. Guillaume Sire a rencontré Saravouth au Canada. Il était SDF, jouait de la guitare et proposait des parties d'échecs
    aux passants pour gagner un peu d'argent. Saravouth lui a raconté son histoire durant plusieurs mois et Guillaume Sire lui avait promis d'écrire son histoire.
    Le roman s'arrête au départ de Saravouth, contre son gré, aux Etats-Unis. Si vous voulez connaître la suite de son histoire, tout aussi émouvante, il existe un court-
    métrage "Oddyseus gambit" .

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est un récit dramatique et profondément émouvant.


    L’histoire remonte à 1975, au Cambodge, lorsque les khmers rouges destituèrent Norodom Sihanouk de son trône, déclenchant une guerre civile avec tout ce qu’elle implique d’atrocités. Saravouth a onze ans. S’il ne peut mesurer tous les...
    Voir plus

    C’est un récit dramatique et profondément émouvant.


    L’histoire remonte à 1975, au Cambodge, lorsque les khmers rouges destituèrent Norodom Sihanouk de son trône, déclenchant une guerre civile avec tout ce qu’elle implique d’atrocités. Saravouth a onze ans. S’il ne peut mesurer tous les enjeux de ce qui vient bouleverser son quotidien, il perçoit clairement le danger qui rode, et se tient prêt à tout instant à se réfugier dans son Royaume intérieur, nourri des instants de bonheur qu’il cueille comme des coquelicots poussés sur une ruine pierreuse, et d’un univers littéraire qu’il découvre avec gourmandise, où décors et personnages se plient à ses volontés. De Peter Pan à l’Odyssée, ils sont là bien présents, ses compagnons de voyage, dont il a conscience que leur disparition signifierait la fin de tout. Jusqu’où ses capacités d’imagination pourront-elles le protéger contre l’Empire extérieur si cruel?

    La perte de sa famille, sa survie miraculeuse lors d’une fuite digne des plus rocambolesques films d’aventures, tout cela est d’autant plus incroyable lorsqu’on apprend qu’il s’agit d’une histoire réelle et que le jeune garçon rêveur vit de nos jours aux Etats-unis, entre défis aux échecs et lutte contre les démons qui ont envahi son Royaume. La vidéo dont le lien apparait à la fin de l’ouvrage est terriblement émouvante.

    La littérature ne manque pas de récit de guerres, y compris ceux contés par des enfants (on se souvient du sublime Petit Pays de Gaël Faye). Et celui ci ne se démarque pas, si ce n’est pas l’extraordinaire intelligence et la capacité de résilience hors du commun du héros, et du don d’écriture de l’auteur qui manie les mots pour composer un récit où se mêlent barbarie et onirisme, pour un grand moment de lecture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le Royaume Intérieur face à l’Empire extérieur. Deux mondes, une échappatoire, un imaginaire pour continuer à vivre dans le bourbier des hommes. Un univers puisé dans les livres où chaque personnage, chaque héros va prendre une place réelle dans l’esprit de Saravouth. Depuis l’âge de six ans, le...
    Voir plus

    Le Royaume Intérieur face à l’Empire extérieur. Deux mondes, une échappatoire, un imaginaire pour continuer à vivre dans le bourbier des hommes. Un univers puisé dans les livres où chaque personnage, chaque héros va prendre une place réelle dans l’esprit de Saravouth. Depuis l’âge de six ans, le jeune garçon continue de bâtir un gigantesque Angkor, aussi foisonnant, aussi fantastique, aussi spirituel. Sa mère Phusati lui raconte des histoires puisées dans la bibliothèque familiale, une bibliothèque comparable à une reine avec une cour des mots. Aux oreilles attentives de Saravouth et sa sœur Dara, elle narre les pérégrinations de Peter Pan et autres petits princes. Phusati à une origine française, la famille est catholique, leur pays le Cambodge en proie à une guerre civile qui deviendra la terre d’un immense charnier. Le général Lon Nol a pris le pouvoir avec l’aide des américains et la distribution des armes servira, via un marché parallèle, à alimenter les Khmers rouges. Longue flamme rouge sang à l’horizon.

    En attendant, Vichéa, le père continue de travailler comme il le peut dans cette société qui chaque jour devient un peu plus délatrice et où on peut être enlevé, torturé, tué pour la moindre jalousie, le moindre regard, la moindre attitude et dénoncé comme étant d’origine vietnamienne ou d’obédience pro-prince. Des ténèbres vont naître un long crépuscule. Saravouth croit en son royaume intérieur surtout depuis qu’il a rencontre Homère. L’Iliade et l’Odyssée vont dorénavant faire partie de sa vie, lui s’apprête sans le savoir encore à devenir un nouvel Ulysse sans peut-être jamais revoir un jour Ithaque alias Phnom Penh.

    Le grand échiquier de la vie va devenir le terrain d’une lutte inhumaine pour l’adolescent : échecs et pièces maîtresses, homme au complet bleu, sorcière de la forêt, orphelinat avec le père Michel. Trahisons, violences et douleurs, une énorme triade qui se transforme en un palimpseste du désespoir et de l’errance. Pourtant Saravouth, blessé, écorché croit pouvoir retrouver ses parents en implorant Athena et Zeus. Avec comme hameçon, les mots de René Char « Il faut trembler pour grandir »

    Un récit époustouflant, aussi tragique que magnifique, porté par une plume qui sculpte chaque méandre du parcours de Saravouth et pour qui on s’attache sans même le connaître. La puissance de l’écriture provoque un électrochoc à la lecture de cette pérégrination du courage où la réalité est dominée par les références mythologiques, en particulier celle de l’Odyssée qui fouette les pages comme si le navire d’Ulysse venait se fracasser contre les parois du livre.

    Car cette histoire est vraie, le Cambodge a encore des tranchées ouvertes après tant d’années de guerre, après un génocide faisant plus de deux millions de morts et Saravouth existe. Et combien d’enfants, combien d’adultes ont subi les mêmes tragédies et les subissent encore…

    Guillaume Sire tisse progressivement une énorme toile sur les pouvoirs de l’humain ; ce que le corps humain est capable de supporter par la puissance de l’esprit, l’évasion du mental dans la prison du crépuscule, la ténacité d’une âme ne voulant jamais éteindre la moindre étincelle pour rallumer la flamme de la vie. Cette vie où coexistent les âmes enrobées de cendres ténébreuses et celles auréolées d’une flamme immortellement lumineuse.



    Ô Saravouth, conte-moi l’aventure de l’Inventif

    Celui qui vit le Cambodge pillé et qui pendant des années erra

    Voyant beaucoup d’atrocités, découvrant l’ignominie humaine

    Souffrant beaucoup d’angoisse dans son âme sur l’enfance

    Pour défendre sa vie sans un possible retour de sa famille

    Sans pouvoir sauver aucun de ses membres

    Cet enfant qui toucha au troupeau des infâmes

    Et vit le soleil dans quelques âmes

    A nous aussi, Guillaume Sire, conte un peu ces exploits !

    Merci à lecteurs.com et françoise Fernandes pour l’envoi de ce livre

    Blog => https://squirelito.blogspot.com/2020/08/une-noisette-un-livre-avant-la-longue.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.