Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Avant la longue flamme rouge

Couverture du livre « Avant la longue flamme rouge » de Guillaume Sire aux éditions Calmann-levy
Résumé:

« Il essaye de courir en poussant sa famille devant lui, mais un hurlement ouvre le ciel et une mitraillette frappe des millions de coups de hache partout en même temps. Dans le Royaume, il y a des vrombissements lointains. ».

1971 : le Cambodge est à feu et à sang. Saravouth a onze ... Voir plus

« Il essaye de courir en poussant sa famille devant lui, mais un hurlement ouvre le ciel et une mitraillette frappe des millions de coups de hache partout en même temps. Dans le Royaume, il y a des vrombissements lointains. ».

1971 : le Cambodge est à feu et à sang. Saravouth a onze ans. Sa petite soeur Dara en a neuf. Leur mère enseigne la littérature au lycée français. Leur père travaille à la chambre d'agriculture. Dans Phnom Penh assiégée, le garçon s'est construit un pays imaginaire : le « Royaume Intérieur ».

Mais un jour, la guerre frappe à sa porte. Les fondations du Royaume vacillent. Séparé de ses parents et de sa soeur, réfugié dans la forêt sur les rives du Tonlé Sap, Saravouth devra survivre dans un pays en plein chaos, animé par une volonté farouche de retrouver sa famille.

Inspiré d'une histoire vraie, ce roman restitue une épopée intérieure d'une rare puissance.

Donner votre avis

Articles (15)

Avis (47)

  • Que pourrais-je ajouter qui n'aie déjà été dit à propos de ce magnifique roman?

    Simplement qu'il nous rappelle quelle chance nous avons de vivre dans un pays (une Europe) en paix et qu'il serait judicieux de se souvenir de ce qui est vraiment important dans la vie...

    Que pourrais-je ajouter qui n'aie déjà été dit à propos de ce magnifique roman?

    Simplement qu'il nous rappelle quelle chance nous avons de vivre dans un pays (une Europe) en paix et qu'il serait judicieux de se souvenir de ce qui est vraiment important dans la vie...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Avis : RAVAGEUR

    Il faut un temps, après lecture, pour se remettre des horreurs perpétrées et lues. Ce n’est pas un roman pour se détendre, c’est comme je les appelle : un roman mémoire. Un de ceux qui nous disent le mal, qui nous font approcher la réalité du terrain et les souffrances...
    Voir plus

    Avis : RAVAGEUR

    Il faut un temps, après lecture, pour se remettre des horreurs perpétrées et lues. Ce n’est pas un roman pour se détendre, c’est comme je les appelle : un roman mémoire. Un de ceux qui nous disent le mal, qui nous font approcher la réalité du terrain et les souffrances humaines. Il a reçu le prix Orange 2020 ; je comprends pourquoi et je vais vous l’expliquer.
    Outre la qualité des informations sur le Cambodge, la véracité des renseignements sur la vie de tous les jours dans les villes et villages, les réalités des atrocités d’une guerre civile, il y a le monde intérieur d’un enfant qui lui donnera la résilience nécessaire pour poursuivre une vie lacérée, pilonnée, en partie détruite.
    Saravouth a 11 ans et vit à Phnom Penh avec sa petite sœur dans une famille socialement bien établie. Il s’est fabriqué un monde intérieur qu’il raconte à sa sœur pour qu’elle lui redonne des détails qu’il pourrait oublier, tellement il est occupé en permanence à créer toujours plus de choses ! Ses parents ne croient pas aux dangers d’une guerre et surtout pas d’une guerre fratricide. Mais elle est là et tout bascule quand Saravouth, blessé, est séparé de sa famille. S’ensuit alors une quête éperdue pour les retrouver...
    Parler d’émotion intense est insuffisant pour rendre les ressentis autour de ce livre ; je dirai que l’on est pris dans un souffle puissant, torride et persécuteur. Mais en même temps, il y a les yeux d’un enfant, l’éternel recommencement du jour qui gomme l’autre et redonne l’espoir. Le mélange est puissant comme la quête est éperdue.
    La parfaite construction du roman respectant la chronologie des actions nous immerge dans un monde violent où la rencontre avec la mort est quasi quotidienne. Le vocabulaire est riche et précis, quelques vérités sont dites entre deux phrases plus anodines.
    Il en faut beaucoup pour ravager un enfant qui court et construit dans sa tête, et ce roman tiré d’une histoire vraie nous en donne la preuve. Merci à Guillaume Sire d’avoir travaillé à rendre hommage au courage de la jeunesse.
    Je remercie la Fondation Orange et les Editions Calmann-Lévy pour l’envoi en SP de "Avant la longue flamme rouge."

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire
    Pourquoi ai-je choisi de lire ce livre Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire, non pas parce qu'il venait de recevoir Prix Orange du livre, mais parce que mon parcours m'a conduit en 1993 au Cambodge et qu'il me paraissait important, de...
    Voir plus

    Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire
    Pourquoi ai-je choisi de lire ce livre Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire, non pas parce qu'il venait de recevoir Prix Orange du livre, mais parce que mon parcours m'a conduit en 1993 au Cambodge et qu'il me paraissait important, de connaître via ce témoignage, une famille Cambodgienne qui a été témoin du tout début de ces années de feu et de sang sous le régime de Lon Nol puis des khmers Rouges. C'est cela, la trame de cette histoire vraie, que nous rapporte Guillaume Sire. Cette épopée sanglante vue par le regard d'un enfant ; Savarouth qui en 1971 à 11 ans, vit dans une famille catholique, né d'un père travaillant à la Chambre d'agriculture de Phnom Penh et d'une mère enseignant la littérature au Lycée Français René Descartes , avec sa petite sœur Dara âgée de neuf ans. Dans cette capitale assiégée, Savarouth s'est construit un pays imaginaire : Le Royaume Intérieur, dans lequel il s'évade du monde extérieur beaucoup moins radieux. Savarouth ne veut pas croire à la guerre civile qui fait rage. Il écoute avec passion toutes les lectures lus par sa mère, L'Odyssée, Peter Pan ou les poèmes de René Char pour ne citer que ces livres là.
    Mais un jour, la guerre frappe à la porte de cet appartement et un homme en bleu, sous le prétexte de les protéger les emmènent en dehors de Phnom Penh vers une mort planifiée.
    Savarouth séparé de ses parents et de sa sœur, réfugié dans la forêt sur les rives du Tonlé Sap est retrouvé blessé par une balle à la tête, inanimé par une vieille femme qui prendra soin de lui et le soignera. Mais Savarouth est seul. Il n'a qu'une obsession celle de retrouver sa famille. «Il faut trembler pour grandir», lui lançait sa mère. Ce vers de René Char ne quittera pas l'esprit de Saravouth, tout au long de cette quête, inlassablement, malgré les risques immenses qu'il va courir. La violence innommable des soldats sanguinaires de tous bords ceux de Lon Nol comme ceux que l'on désignera comme Khmer Rouge. Malgré les kilomètres parcourus , traversant les forêts hostiles, en navigation sur le Tonlé Sap et le Mékong sous le fracas des tirs. Malgré des rencontres avec une femme médecin et le père Michel d'un institut religieux , Savarouth n’abandonnera pas, l'idée de retrouver ses parents et sa sœur. A aucun moment, il ne croit qu'il leur ait été arrivés malheur. Tout au long de cette odyssée, Guillaume Sire nous invite à pénétrer dans l'intime réflexion de Savarouth, notamment lorsqu'il fait état des cartographies tenues au jour le jour lors de ses recherches sur Phnom Penh ou ses retours dans son monde intérieur. Savarouth au fil des pages grandit trop vite pour un enfant et démontre à bien des égards un courage exceptionnel !
    Par son regard, il nous fait vivre la beauté de son pays le Cambodge, les odeurs des fleurs, des fruits, les atmosphères paisibles des vieux quartiers ; mais aussi toute la tragédie du Cambodge : ses charniers, ses exécutions sommaires, ses viols par les soldats à plusieurs sur une jeune fille, ses odeurs dans les lieux de prostitution ou drogue et alcool s’entremêlent.
    Savarouth nous rappelle également, le courage des médecins, des infirmières et des prêtres restés au Cambodge pour soigner et sauver des habitants condamnés à une mort programmée, pour être catholique, communiste, ou tout simplement fonctionnaire, ou ayant une quelconque autorité, ou faisant l'objet d'une liste établi par les pythies entourant Lon Nol président de la République Khmer. Il dit aussi, les enfants dans les orphelinats, a qui l'on ne donnait pas de prénom, pour qu'ils puissent être adoptés par des familles, venant en catimini les rechercher. «  Prenez un nourrisson et rentrez. Il faut partir, demain Phnom Penh va tomber. Le nourrisson à beau être jeune , il est vif. Incapable de le maîtriser la jeune femme est obligée de le passer à deux hommes. Marie Vignon arrive, elle prête main forte au père Michel et au frère Bruno pour essayer de consoler les enfants qui, tous ont compris, les plus âgés, ont fondu en larmes. Prenez moi dit Vanak, hurle-t-il en Français . Au nom de Dieu, au nom du Christ prenez-moi. Je vous en supplie, Notre Père qui es aux cieux! Vive la France ! Il essaye d'ouvrir la portière, mais la femme a enfoncé les verrous. »
    L'on voit aussi dans ce livre Avant la Longue flamme rouge toute l’obstination de Savarouth , sa solitude, sa débrouillardise pour gagner quelques sous, cirant les chaussures des soldats et les faisant reluire avec des bas de soie collectées auprès des prostituées ou jouant aux échecs.
    Puis se sera le départ contraint et forcé de Savarouth et Vanak son ami dans un hélicoptère. «  Attention roquette ! » C'est la bataille finale, la chute de Phnom Penh. Le 26 mars 1975 le babylift atterrit à Bangkok. Savarouth est confié à la famille catholique du New Jersey Les Boisselles et Vanak dans un foyer à Seattle.
    L'on retrouvera Savarouth à des compétitions d'échecs ou il gagne souvent.
    Un jour à Atlanta à cause de son style de jeu soviétique, quelques uns de ses partenaires le surnomment Saravouthski. En 1982 il s'inscrit en littérature à l'université de Rutgers et obtient le deuxième fauteuil de violoncelliste de l'orchestre symphonique du New Jersey. En 1990 il enseigne la littérature comparée à l'université Concordia de Montréal. Il se marie à un enfant Sébastien. « A sa naissance Savarouth est près du berceau. Un sentiment refait surface en lui. Le pire d'entre eux . La peur, la peur nue. A compter de ce jour il ne veut plus rien faire à part rester près de l'enfant, s'occuper de lui. » En 2004, Guillaume Sire rencontre à Montréal Saravouth, il jouait de la guitare.
    Il m'a demandé dit Guillaume Sire, à la fin de la chanson «  Have you read The Odyssey ? »
    Saravouth ne retournera pas au Cambodge. «  Il a survécu à la guerre, mais rien en lui de ce qui était davantage lui-même n'a survécu, sinon dix-neuf éclats d'obus » , révélés par un IRM, logés à l'intérieur de son cerveau, impossible à opérer. Saravouth, comme des milliers de Cambodgiens ne se remettra sans doute jamais de ce cauchemar-là que fut la guerre du Cambodge.
    Un court métrage lui est consacré : il vous suffit d'écrire Odysseus' Gambit dans la barre d'un moteur de recherche. Lisez ! Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire, pour croiser le regard de Saravouth, pour qui subsistent tant de questions restées sans réponse. Bien à vous.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Saravouth a 11 ans quand commencent les événements qui mettront son pays, le Cambodge, à feu et à sang. A la suite d’une délation, lui et à sa famille sont amenés dans la forêt par les soldats du général Lon Nol et massacrés. Gravement blessé, laissé pour mort, Saravouth survit. Il n’a dès lors...
    Voir plus

    Saravouth a 11 ans quand commencent les événements qui mettront son pays, le Cambodge, à feu et à sang. A la suite d’une délation, lui et à sa famille sont amenés dans la forêt par les soldats du général Lon Nol et massacrés. Gravement blessé, laissé pour mort, Saravouth survit. Il n’a dès lors de cesse de retrouver sa famille qu’il persiste à croire encore en vie. Il le fera pendant 5 ans jusqu’à ce qu’il finisse par quitter le Cambodge.
    Saravouth existe, on le voit dans un court-métrage mentionné à la fin du livre. C’est un personnage assez extraordinaire. On ne peut qu’être ému par son courage et sa ténacité.
    Au-delà de l’hommage qui lui est rendu, du témoignage, on aurait aimé que le récit soit différent. L’évocation du monde imaginaire de Saravouth enfant est un peu trop développée, sans grand intérêt. Trop littéraire, sonnant creux, le style n’accroche pas. Et on regrette l’absence quasi totale d’indications historiques analysant la situation du Cambodge à l’époque, les forces en présence, les enjeux politiques. Seul le quotidien d’une population ballottée, torturée, martyrisée est évoqué. C’est dommage !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • En 1971, au Cambodge. Une fois Norodom Sihanouk destitué, la guerre civile embrase le pays à la suite du coup d’état de Lon Nol. Le général et futur président n’a qu’une obsession, exterminer les Cambodgiens d’origine vietnamienne. Coincé entre Khmers rouges et Viêt Cộng, la guerre fera rage...
    Voir plus

    En 1971, au Cambodge. Une fois Norodom Sihanouk destitué, la guerre civile embrase le pays à la suite du coup d’état de Lon Nol. Le général et futur président n’a qu’une obsession, exterminer les Cambodgiens d’origine vietnamienne. Coincé entre Khmers rouges et Viêt Cộng, la guerre fera rage dans le pays pendant de longues années.

    A Phnom Penh, Saravouth, 11 ans, vit avec sa famille et sa petite sœur. Bercé par les histoires que lui raconte sa mère, il s’est créé un Royaume Intérieur qu’il parcourt chaque jour, autorisant parfois sa sœur à venir avec lui. Un Royaume rien qu’à lui, qu’il reconstruit, enjolive, développe sans cesse. Véritable Peter Pan, il vit là sa propre Odyssée, de belles aventures et des vies qui lui permettent de supporter le monde qui l’entoure, celui qu’il nomme l’Empire Extérieur.

    La mère, Phusati, enseigne la littérature au lycée René-Descartes et le père, Vichéa est employé à la chambre d’agriculture. Convertie au christianisme, la famille voit disparaître tour à tour ses amis, arrêtés par le nouveau pouvoir en place. Puis vient leur tour, embarqués puis exécutés dans la forêt. Le jeune Saravouth échappe miraculeusement au massacre, sauvé par une vieille femme qui le cache et le soigne pendant de longues semaines.

    Une fois rétabli, il n’a qu’une seule obsession, retrouver les siens.
    ..................
    Lire ma chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2020/12/20/avant-la-longue-flamme-rouge-guillaume-sire/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Alors que la guerre civile fait rage au Cambodge, Saravouth et Dara, onze et neuf ans, ont néanmoins pu, jusqu’en cette année 1971, mener une existence heureuse auprès de leurs parents, à Phnom Penh. Mais les combats finissent par atteindre leur ville. Séparé des siens dans la tourmente et...
    Voir plus

    Alors que la guerre civile fait rage au Cambodge, Saravouth et Dara, onze et neuf ans, ont néanmoins pu, jusqu’en cette année 1971, mener une existence heureuse auprès de leurs parents, à Phnom Penh. Mais les combats finissent par atteindre leur ville. Séparé des siens dans la tourmente et réfugié dans la forêt, Saravouth va devoir survivre dans l’enfer d’un pays en plein chaos, avec pour seule obsession : retrouver sa famille.

    Inspiré d’une histoire vraie, ce roman terrible et bouleversant commence doucement, au sein d’un cocon familial qui a jusqu’ici réussi à supporter les rigueurs de la réalité grâce au pouvoir des livres et de l’imagination. Saravouth s’est ainsi créé un monde imaginaire, alimenté par la littérature que lui fait découvrir sa mère. Le contraste entre cette poésie et la barbarie qui va venir la saccager n’en est que plus frappant, alors que, consterné, le lecteur voit bientôt sombrer les personnages, auxquels il a eu le temps de s’attacher, dans un maelstrom aussi terrifiant qu’inextricable.

    Lorsque s’achève cette lecture aux allures de tornade, images et mots continuent à hanter longtemps l’esprit : pas seulement en raison des atrocités commises pendant cette guerre, mais tellement le destin de Saravouth s’avère stupéfiant de bout en bout, sa personnalité magnétique et sa force de survie impressionnante. En nous signalant le court métrage Odysseus’ Gambit, tourné sur Saravouth devenu adulte, l’épilogue nous permet de réaliser comment la vie de cet homme est demeurée bloquée dans une impasse tragique. L’on ne peut que s’émouvoir de la stupéfiante résilience de cet être fracassé depuis l’enfance, que la mort n’aura épargné que pour lui en laisser une terrible culpabilité.

    Ce livre intense et vibrant se lit en un seul souffle de sidération et vous laisse groggy, accablé par le poids de certains destins que l’on dirait tragiques par essence, et impressionné, tant par son héros malgré lui, que par l’émouvant hommage qui lui est ainsi rendu. Coup de coeur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel passionnant mais bouleversant et déchirant roman que Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire. Nullement étonnant qu'il ait séduit le jury du Prix Orange 2020 !
    L'histoire se passe en 1971, la guerre civile fait rage, Norodom Sihanouk vient d'être destitué par le coup d'État du...
    Voir plus

    Quel passionnant mais bouleversant et déchirant roman que Avant la longue flamme rouge de Guillaume Sire. Nullement étonnant qu'il ait séduit le jury du Prix Orange 2020 !
    L'histoire se passe en 1971, la guerre civile fait rage, Norodom Sihanouk vient d'être destitué par le coup d'État du général Lon Nol, soutenu par les Américains. Ce dernier, aussitôt sur le trône a proclamé la République et n'hésite pas à héberger au palais royal astrologues, nécromanciens et sorcières dont le premier conseil est de traquer et d'exécuter les Cambodgiens d'origine vietnamienne. Si ses armées maîtrisent à peu près Phnom Penh, vers où les réfugiés affluent mais dont les habitants ne sont pas pour autant à l'abri, elles doivent, ailleurs, faire face et résister aux Khmers rouges et aux Vietcongs, le pays est à feu et à sang.
    C'est dans ce Phnom Penh assiégé que nous allons découvrir la famille Inn. : la mère Phusati, le père Vichéa et leurs deux enfants Saravouth, 11 ans et Dara 9 ans. Au début du roman, ils semblent mener une vie paisible. Phusati enseigne la littérature française au lycée René Descartes et son plus grand plaisir est de lire des histoires à ses enfants et pour elle toute occasion est bonne pour réciter un vers, le plus souvent de René Char. Vichéa, lui, travaille à la chambre d'agriculture où il instruit les litiges entre paysans et les enfants savourent le moment où leur père rentre du travail, Saravouth lui proposant aussitôt une partie d'échecs et Dara lui présentant ses dessins. Avec les lectures de Peter Pan et de L'Odyssée, Saravouth arrive à construire un pays imaginaire, un véritable Royaume Intérieur qu'il essaye de faire partager à sa sœur. Mais l'Empire Extérieur, la réalité avec ses dangers va tous les rattraper.
    Ce roman, inspiré d'une histoire vraie, rappelle s'il en était besoin la monstruosité et les dégâts engendrés par les guerres. En prenant Saravouth, ce jeune enfant comme victime principale de ce carnage, l'auteur nous implique intimement dans ce récit.
    Rester en vie, Saravouth n'y pense que pour retrouver sa famille et la douceur de son foyer, son Royaume est en piteux état. Seul, l'espoir de retrouver les siens le maintient en vie. Une ténacité à toute épreuve et une force mentale hors du commun le poussent à continuer sa quête, à retourner sur les lieux, à fouiller les ruines ...
    L'auteur sait trouver les mots pour nous décrire l'indescriptible. Une écriture exceptionnelle fait côtoyer le pire et la beauté, avec parfois un entrelacs des deux comme cette nature luxuriante qui peut se transformer elle aussi en ennemie : les sables mouvants dans lesquels Saravouth manque y laisser sa peau, les marécages, où la vase arrive jusqu'aux genoux de ceux qui fuient, les moustiques s'acharnant sur eux, ou encore ce tigre décharné et blessé qui se dresse face à eux, ceci alors que des grenades éclatent à moins de cent mètres.
    Guillaume Sire tout en nous plongeant dans ce conflit décrit également fort bien le pays, son climat avec la saison des pluies, sa nature dévorante et ses animaux, son lac Tonle Sap et ses sampans, ce pays encore ancré dans le passé avec la sorcellerie, les astres, mais aussi la magie bénéfique des plantes et aussi la vie de ces Cambodgiens qu'ils soient paysans ou autres. N'oublions pas enfin les cris, le bruit des armes, mitrailleuses ou grenades et les odeurs qui peuvent être d'une grande délicatesse ou au contraire nauséabondes, le plus souvent mêlées, le tout formant le cadre sonore et odorant du roman.
    Ce livre est rempli de poésie. Il est une ode à la littérature, une ode au pouvoir de l'imaginaire, de l'esprit qui permet de se retrancher d'une réalité trop atroce pour être vécue, mais jusqu'où ?
    Je savais qu'il s'agissait d'une histoire vraie dès le départ et pourtant l'épilogue m'a laissée sans voix.
    Je pense que pour saisir toute la richesse de ce roman, il faut absolument le lire et je remercie infiniment Nicolas Zwirn de Lecteurs.com, grâce à qui j'ai pu le découvrir. Cela restera pour moi un moment de lecture inoubliable !

    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je sors de ma lecture bouleversé, complètement traversé par cette vie que Guillaume Sire a si bien su écrire, ce drame cambodgien - un de plus sur notre chère planète Terre – un peu trop vite oublié parce que lointain alors que la France était présente dans ce pays où nous avions tenté d’imposer...
    Voir plus

    Je sors de ma lecture bouleversé, complètement traversé par cette vie que Guillaume Sire a si bien su écrire, ce drame cambodgien - un de plus sur notre chère planète Terre – un peu trop vite oublié parce que lointain alors que la France était présente dans ce pays où nous avions tenté d’imposer la religion catholique, notre langue et notre culture.

    Si Avant la longue flamme rouge n’avait pas obtenu le Prix Orange du livre 2020, je ne sais pas si j’aurais entendu parler de ce roman publié par Calmann-Lévy. C’est ce prix mis en avant par Lecteurs.com et grâce à Nicolas Zwirn que je je remercie, que j’ai découvert la terrible histoire de Savarouth.
    Tout débute en pleine déconfiture du prince Sihanouk, choyé par la France, mais chassé par le général Lon Nol que les États-Unis soutiennent. Ce dernier instaure une république mais c’est le chaos dans tout le pays car les Khmers rouges, aidés par leur voisins communistes veulent mettre le grappin sur le pays.
    À Phnom Penh, la capitale, vit la famille Inn qui a tout pour être heureuse. Vichéa, le père, dirige le service des litiges à la Chambre d’agriculture pendant que Phusati, la mère, enseigne la littérature française au lycée René-Descartes. Ils ont deux enfants : Savarouth (11 ans) et Dara (9 ans) et leur maman ne ménage pas ses efforts pour leur lire des histoires et leur faire découvrir la poésie. Ainsi, Savarouth se crée un monde fantastique de personnages imaginaires où Peter Pan côtoie les héros de l’Iliade et de l’Odyssée. Il réussit même à mettre mentalement au point un Royaume Intérieur qu’il maîtrise et un Empire Extérieur d’où vient le danger.
    Guillaume Sire m’a offert une plongée extraordinaire dans un pays qui se déchire. La nature, la plantes, les traditions, les superstitions s’accumulent sans jamais lasser car tout se passe sur les traces de ce que vit Savarouth. Petit à petit, l’horreur, l’indicible, la cruauté humaine prennent le dessus. Savarouth que l’auteur a rencontré à Montréal, de 2004 à 2007, subit les pires épreuves, rencontre à chaque pas la méchanceté et la violence mais révèle une force incroyable malgré des souffrances intolérables.
    En trois parties et un épilogue étonnant, se déroule la vie de ce garçon qui voit son pays ravagé. Tout se passe durant les années 1970 et si j’ai bien entendu parler des incroyables malheurs apportés par les Khmers rouges, grâce à Guillaume Sire, j’ai été plongé dans ces années terribles où tout bascule, où des êtres dits humains se croient tout permis et commettent les pires exactions.
    C’est vécu presque au jour le jour comme dans cet hôpital Calmette de Phnom Penh où dans la mission Saint-Joseph qui recueille des orphelins que de riches Français viennent récupérer avant qu’ils sachent parler mais exigeant qu’ils soient propres. Détail important : avant ce rapt déguisé en adoption, aucun bébé n’a encore reçu de prénom.
    Prostitution, viols, misère, famine, tout cela se vit sous les bombes et les roquettes mais Savarouth qui a appris à jouer aux échecs avec son père, est très fort grâce à ce monde imaginaire forgé à partir des légendes lues par sa mère.

    J’ai regardé Odysseus’ Gambit, ce court-métrage conseillé par Guillaume Sire et c’est avec une émotion intense que j’ai vu cet homme qui a traversé tant d’épreuves, subi tant d’horreurs, été grièvement blessé, Savarouth qui joue aux échecs à Union Square dans la ville de New York, aujourd’hui…

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.