Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Du domaine des murmures

Couverture du livre « Du domaine des murmures » de Carole Martinez aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070450497
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire 'oui' : elle veut faire respecter son voeu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante... Voir plus

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire 'oui' : elle veut faire respecter son voeu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe...
Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l'entraînera jusqu'en Terre sainte.
Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d'une sensualité prenante.

Donner votre avis

Articles (8)

Avis (53)

  • Carole Martinez a un don pour dresser de magnifiques portraits de femmes.
    Après son inoubliable Frasquita du « cœur cousu », la merveilleuse couturière andalouse, c'est à l'époque médiévale, au château des Murmures, que Carole Martinez nous entraîne pour nous conter le destin hors du commun...
    Voir plus

    Carole Martinez a un don pour dresser de magnifiques portraits de femmes.
    Après son inoubliable Frasquita du « cœur cousu », la merveilleuse couturière andalouse, c'est à l'époque médiévale, au château des Murmures, que Carole Martinez nous entraîne pour nous conter le destin hors du commun d'Esclarmonde.

    Dotée d'une grande force de caractère, la jeune et rebelle Esclarmonde n'hésite pas à se faire emmurer vivante pour se soustraire à la volonté des hommes. Paradoxalement, cette vie de recluse sera intense en événements et lui offrira une certaine forme de liberté d'expression qu'elle n'aurait pas eu en restant dans le monde. Depuis sa cellule, l'influence d' Esclarmonde, dont le prénom signifie « qui éclaire le monde », ne cesse de croître : elle va guider les habitants du domaine des Murmures ainsi que les pèlerins qui lui rendent visite, et elle va vivre les croisades à travers les yeux de son père.
    Le domaine des Murmures, c'est aussi l'histoire de la folie destructrice des hommes, en un temps marqué par la toute-puissance de la religion et les croyances moyenâgeuses, d'une quête spirituelle, d'un amour maternel inconditionnel et de la douleur de l'arrachement, c'est un conte à la fois cruel et poétique, c'est un livre qui m'a enchantée par sa magie et son atmosphère mystique...
    Une très belle lecture !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce livre hors des tendances et du commercial m'a totalement séduire. En plus d'une l'histoire originale, j'ai beaucoup aimé l'écriture poétique de l'auteure. Un moment de lecture hors du temps et de la période anxiogène que nous vivons.

    Ce livre hors des tendances et du commercial m'a totalement séduire. En plus d'une l'histoire originale, j'ai beaucoup aimé l'écriture poétique de l'auteure. Un moment de lecture hors du temps et de la période anxiogène que nous vivons.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nous sommes en plein moyen âge, dans un monde où les hommes disposent des femmes comme bon leur semble et où les femmes n’osent pas se rebeller contre l’attitude abusive et violente de cette gent masculine. Les pères avaient beau adorer leurs filles, il fallait préserver les terres, le...
    Voir plus

    Nous sommes en plein moyen âge, dans un monde où les hommes disposent des femmes comme bon leur semble et où les femmes n’osent pas se rebeller contre l’attitude abusive et violente de cette gent masculine. Les pères avaient beau adorer leurs filles, il fallait préserver les terres, le patrimoine et le nom de la famille ; alors pourquoi demander à ces filles leur avis quant au choix de leur mari ?
    Esclarmonde va se rebeller et refuser cette union avec un homme qui n’est que suffisance et violence et préfèrera l’enfermement à un mariage ne lui convenant pas.
    Emmurée dans une tour-chapelle, elle va devenir la confesseure du fief (et au-delà), va finir par être vénérée au même titre qu’une sainte, surtout après la naissance inexpliquée de son enfant.
    C’est un roman à la fois historique, mystique et surtout féministe qui, par la voix d’Esclarmonde, traverse les siècles et nous donne à voir le sort réservé aux femmes vite transformées en sorcières quand elles commençaient à faire entendre leur voix, voire à prendre du pouvoir.
    C’est aussi un roman qui parle d’amour, de sensualité et de liberté, celle que l’on veut bien prendre, acquérir envers et contre tout.
    L’écriture poétique, voire envoûtante, de Carole Martinez nous permet de nous plonger dans cette période de l’Histoire avec délectation.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quelque part en Bourgogne, en l'an de grâce 1187, la toute jeune Esclarmonde refuse le mariage que son père et suzerain lui impose. Elle demande à être emmurée vivante dans une prison de pierre attenante au château paternel. De sa prison de pierre, Esclarmonde voit défiler le monde extérieur,...
    Voir plus

    Quelque part en Bourgogne, en l'an de grâce 1187, la toute jeune Esclarmonde refuse le mariage que son père et suzerain lui impose. Elle demande à être emmurée vivante dans une prison de pierre attenante au château paternel. De sa prison de pierre, Esclarmonde voit défiler le monde extérieur, les pèlerins qui la prennent pour une sainte, les soldats qui partent en croisade, les évêques qui veulent une part de son mysticisme. Son ascétisme et sa solitude lui provoquent des hallucinations qui la font passer pour bien plus sainte qu'elle n'est réellement. Et autour de sa prison, la vie continue, et Esclarmonde la regarde avec une acuité bien plus pointue que si elle était libre. Sur le papier, le roman de Carole Martinez peut effrayer, j'en conviens. Et d'ailleurs, le mysticisme de l'héroïne est la chose qui m'a été le plus difficile à appréhender, autre temps, autres mœurs… Mais c'est une lecture bien plus aisée et agréable que redouté. Le petit monde qui se presse autour de la prison Esclarmonde, ce petit monde féodal si codifié, si empreint de superstition, si prompt à la violence est assez fascinant et m'a rappelé mes cours d’histoire médiévale de l'université. Tous les chapitres traitant des croisades, notamment, sont passionnants et montrent une réalité bien éloignée des images d'Epinal dont on avait l'habitude. Le destin de cette toute jeune femme, bien plus libre dans sa prison que si elle avait consentit à ce mariage sans amour, n'est pas forcément facile à comprendre pour nous, femmes du XXIème siècle, mais ça vaut le coup d'essayer. Le style de Carole Martinez est poétique mais malgré tout très accessible.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Premier roman de cette auteure. J'ai depuis des années sur mes étagères Le Cœur cousu mais que je n'ai pas encore lu...... Et bien je pense qu'il va passer de mes étagères à ma PAL très rapidement.....

    Magnifique récit d'un événement assez courant au Moyen-Age de ces femmes qui préféraient...
    Voir plus

    Premier roman de cette auteure. J'ai depuis des années sur mes étagères Le Cœur cousu mais que je n'ai pas encore lu...... Et bien je pense qu'il va passer de mes étagères à ma PAL très rapidement.....

    Magnifique récit d'un événement assez courant au Moyen-Age de ces femmes qui préféraient pour X raison de se laisser emmurer jusqu'à la fin de leurs jours. Je connaissais cette "tradition" que Jean Teulé évoque dans François Villon entre autre (je vous le recommande, pour moi un de ces meilleurs livres).

    J'ai beaucoup aimé l'écriture : elle s'est glissée dans le personnage d'Esclarmonde, utilisant un phrasé similaire à l'époque, le regard doux mais ferme et lucide de cette jeune fille sur le monde qui l'entoure, intelligente, préférant la solitude et la réclusion à un mariage arrangé, sans amour.

    L'auteur donne un souffle à son récit en y incluant des événements romanesques qui nous invitent à découvrir le destin de cette jeune fille, son devenir et celui du Domaine et de ses habitants : famille, servantes etc.... C'est un récit très documenté et bien construit, ménageant le suspens et il nous embarque dans une aventure au XIIème siècle, où la femme n'avait comme seul pouvoir  pour refuser ce qu'on lui offrait la religion ou la mort.

    Je veux dire à m'en couper le souffle.(p18)

    Quelle force dans ce personnage de jeune fille, entrée à 17 ans dans son réduit (il a fallu deux ans pour le construire), subissant la colère et l'ignorance de ses proches à partir du moment où elle prononce le Non au mariage qui va scellé son destin.

    Mais le Moyen-Age est une époque violente. Les colères et les vengeances peuvent être  monstrueuses et sanglantes, mais elles peuvent également évoluer en particulier pour Lothaire que l'auteure transforme en poète conquis par son ex-promise et en fidèle parmi les fidèles. Il y a confrontations du bien et du mal, de la force et de la douceur, de la guerre et de la paix.

    Car c'est aussi le temps des Croisades, des voyages interminables en Terre Sainte pour trouver parfois le pardon, des mirages, des séparations. J'ai trouvé que les confrontations du bien et du mal étaient particulièrement bien rendues (David, la fronde, Gauvin le cheval etc...). Il y a des murmures, des croyances, des fantômes, il y a aussi bien d'autres choses.

    Carole Martinez  rend bien compte dans son récit du pouvoir malgré tout des femmes par :

    . le personnage de Douce, la deuxième femme du père de l'héroïne, va gérer le Domaine pendant son absence et jouer un rôle capital dans la vie d'Esclarmonde.

    . par Esclarmonde également, par la position et les pouvoirs attribués aux recluses : sainteté, plus de maladie, plus de mort sur le Domaine, le temps passé à écouter, prier, consoler et conseiller les pèlerins venant écouter ses paroles.

    . par la ruse des servantes Bérangère, Ivette, Jehanne etc.... se jouant des hommes, intuitives et généreuses.

    Mais Esclarmonde reste une femme (et je ne peux vous en dire plus pour vous laisser le plaisir de la découverte) et même dans cet univers clos, minimaliste, elle va vivre et connaître des aventures, découvrir des sentiments qu'elle n'aurait pas dû connaître.

    Je ne m'attendais pas du tout à un tel récit et j'ai plongé dans la spirale du temps, me transportant auprès de cette jeune femme dont la force de caractère transporte et transpire, par sa douceur et sa volonté d'abattre les obstacles dûs à son emmurement.

    Et puis quelle belle écriture, ciselée, poétique mais rendant totalement l'ambiance de l'époque (de ce que nous en connaissons bien sûr), des conditions de vie et de la place que tenait la religion dans la vie de la population qui se reposait totalement sur elle et sur les croyances.

    Une très belle découverte.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Carole Martinez réussi encore à nous transporter dans son monde.
    Ce livre est un réel coup de coeur à lire pour la saison Automne/Hiver !
    Ce conte mystique évoque réclusion,voyages,extases et errances. C'est une histoire fabuleuse, entre grâce et barbarie qui se dévore malheureusement...
    Voir plus

    Carole Martinez réussi encore à nous transporter dans son monde.
    Ce livre est un réel coup de coeur à lire pour la saison Automne/Hiver !
    Ce conte mystique évoque réclusion,voyages,extases et errances. C'est une histoire fabuleuse, entre grâce et barbarie qui se dévore malheureusement beaucoup trop vite !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je viens de terminer ce livre et tout ce que je peux dire, c'est qu'Esclarmonde va beaucoup me manquer.
    J'ai adoré cette histoire où elle relate la superstition des gens et leur stupidité. J'y ai vu aussi le fait qu'on ne sait pas apprécier ce que l'on a et que c'est quand on l'a perdu qu'on...
    Voir plus

    Je viens de terminer ce livre et tout ce que je peux dire, c'est qu'Esclarmonde va beaucoup me manquer.
    J'ai adoré cette histoire où elle relate la superstition des gens et leur stupidité. J'y ai vu aussi le fait qu'on ne sait pas apprécier ce que l'on a et que c'est quand on l'a perdu qu'on réalise comme il nous était utile, joyeux et précieux.
    Cette jeune fille de 15 ans a refusé le destin de beaucoup de femmes de cette époque, le mariage et la soumission sans bornes à son époux. Naître fille en 1180 était un malheur pour certains. Naître garçon entraînait à aller faire la guerre ou aller en croisade pour diverses raisons.
    Dans l'histoire d'Esclarmonde, nous avons aussi le récit d'une croisade et ce que les hommes vivaient au quotidien dans la région de Jérusalem.
    Je dirais bien que c'est à recommander à tout le monde, tant le style est agréable à la lecture, avec un peu de vocabulaire de l'époque et tant on se laisse vite entraîner par cette jeune fille qui a le courage de ses actes, envers et contre tous.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Très beau style. Beaucoup de poésie au sein de la narration. Ecriture fluide comme un chant.

    Très beau style. Beaucoup de poésie au sein de la narration. Ecriture fluide comme un chant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.