Article 353 du code pénal

Couverture du livre « Article 353 du code pénal » de Tanguy Viel aux éditions Minuit
  • Date de parution :
  • Editeur : Minuit
  • EAN : 9782707343079
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d'être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les... Voir plus

Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d'être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.
Il faut dire que la tentation est grande d'investir toute sa prime de licenciement dans un bel appartement avec vue sur la mer. Encore faut-il qu'il soit construit.

Donner votre avis

Articles (7)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Un huis clos dans le bureau d’un juge. Un accusé, Martial qui ne nie pas avoir commis le meurtre puisqu’il s’est spontanément livré aux autorités. Un juge qui doit établir le mobile du crime et forger son intime conviction. La langue est dense, compacte avec peu de respirations, mais elle est...
    Voir plus

    Un huis clos dans le bureau d’un juge. Un accusé, Martial qui ne nie pas avoir commis le meurtre puisqu’il s’est spontanément livré aux autorités. Un juge qui doit établir le mobile du crime et forger son intime conviction. La langue est dense, compacte avec peu de respirations, mais elle est belle et poignante, embarquant le lecteur dans un arc en ciel d’émotions, du lumineux vers le plus sombre. Dans le bureau du juge, Martial va tout dire, dépeindre dans les moindres détails, l’infamie, l’absence de scrupules et d’empathie, la naïveté, l’envie de revanche, l’espoir, puis le doute, l’angoisse, la déception, la peur, la honte. Un très beau texte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le lecteur se retrouve plongé dans un huit-clos entre deux hommes que tout oppose : Kremeur, ruiné à la suite de l’arnaque immobilière de Lazenec et un juge qui doit l’entendre suite au meurtre commis. On revient petit à petit sur la genèse qui a mené à ce drame. Il est facile de s’attacher au...
    Voir plus

    Le lecteur se retrouve plongé dans un huit-clos entre deux hommes que tout oppose : Kremeur, ruiné à la suite de l’arnaque immobilière de Lazenec et un juge qui doit l’entendre suite au meurtre commis. On revient petit à petit sur la genèse qui a mené à ce drame. Il est facile de s’attacher au personnage principal, paumé par de nombreuses « tuiles » survenues dans sa vie.

    En tant que juriste, le titre me parlait et cela faisait un petit temps que je voulais lire ce livre, assez court (174 pages) mais suffisant. Dans l’ensemble, j’ai apprécié ce livre par son aspect très réaliste d'une histoire somme toute banale qui peut arriver à n’importe qui. Toutefois, je n’ai pas vraiment aimé le style d’écriture car les phrases sont très (trop) longues à mon goût. A côté de ça, l’auteur m’a donné envie de découvrir sa ville natale de Brest de par ses descriptions.

    Malgré les nombreuses critiques élogieuses récoltées par ce roman, il n’est pas un de mes coups de cœur de 2017.

    Chronique complète : http://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/01/article-353-du-code-penal-de-tanguy.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J aime très bien le résumé , il me tente de decouvrir et de le lire ,passionnant , en at tête d une bonne lecture c est sur

    J aime très bien le résumé , il me tente de decouvrir et de le lire ,passionnant , en at tête d une bonne lecture c est sur

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un peu déroutée par le style, souvent gênée par la longueur des phrases, j'ai finalement fini par me laisser emporter par le rythme de l'écriture et par ce huit clos digne d'être filmé par Claude Chabrol....mais il m'aura fallu trop de temps pour apprécier pleinement cette courte lecture.

    Un peu déroutée par le style, souvent gênée par la longueur des phrases, j'ai finalement fini par me laisser emporter par le rythme de l'écriture et par ce huit clos digne d'être filmé par Claude Chabrol....mais il m'aura fallu trop de temps pour apprécier pleinement cette courte lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un bateau s'éloigne laissant derrière lui un homme à la mer. Ainsi meurt, au large de Brest, Antoine Lazenec, promoteur véreux. Ainsi, devant le juge d'instruction, se retrouve Martial Kermeur. L'homme raconte. L'arsenal qui licencie, la presqu'île qui agonise, l'attente de la prime de...
    Voir plus

    Un bateau s'éloigne laissant derrière lui un homme à la mer. Ainsi meurt, au large de Brest, Antoine Lazenec, promoteur véreux. Ainsi, devant le juge d'instruction, se retrouve Martial Kermeur. L'homme raconte. L'arsenal qui licencie, la presqu'île qui agonise, l'attente de la prime de licenciement, le rêve d'un bateau à lui, l'argent pour vivre, le désespoir et la honte.

    Le flot tempétueux de paroles déborde le bureau du juge, remonte le fil du temps, charrie les rochers de défaites individuelles, sociales et politiques. Le monologue tente de brasser le chaos pour extraire une cohérence dans l'enchaînement des évènements. Tout se passe comme si la parole était capable, pour Martial, de libérer un sens, comme si cet habituel taiseux renouait avec le langage afin d'organiser sa pensée et de donner à comprendre. Si bien que le récit s'accidente aux rochers de la syntaxe, les séquences s'imbriquent, divergent, retournent sur elles-mêmes, prennent une expansion torrentueuse en se fractionnant aux écueils de la ponctuation. C'est impressionnant de maîtrise et de force ! Tant de thématiques actuelles y sont agitées que le roman de Tanguy Viel devient une sorte de creuset dans lequel on peut puiser matière à s'émouvoir, à réfléchir, à se révolter, à compatir...

    Tout cela je l'ai apprécié et admiré. Ma réserve est en quelque sorte "technique" : cette écriture singulière n'est pas de celles qui me font vibrer. J'en reconnais la force et la virtuosité mais ma lecture en a été entravée. Comme si je ne parvenais pas à trouver mon chemin dans ce flux. Ce n'est pas un rendez-vous manqué car je sais que l'effet restera le même lors d'une relecture. Je crois que c'est tout simplement une incompatibilité entre cette écriture et la lectrice que je suis.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un très bon roman a la fin surprenante qui nous interroge sur nos propres limites et sur ce que nous aurions fait dans cette situation avec une quasi évidence : sans doute la même chose !
    Une histoire simple d'escroquerie assez ordinaire mais avec ceci de particulier ,l'escroc reste au beau...
    Voir plus

    Un très bon roman a la fin surprenante qui nous interroge sur nos propres limites et sur ce que nous aurions fait dans cette situation avec une quasi évidence : sans doute la même chose !
    Une histoire simple d'escroquerie assez ordinaire mais avec ceci de particulier ,l'escroc reste au beau milieu de la scène et pavane presque sans l'ombre d'une culpabilité ; Au fil du récit l'auteur nous permet d'explorer les tenants et les aboutissants d'un fait divers qui nous touche de prés puisqu'il nous renvoie a cette idée simple de transfert largement possible avec le protagoniste principal .
    La fin est tout simplement "délicieuse" !!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'histoire se déroule dans un village du Finistère nord dans les années 1990. À cause d'une arnaque immobilière, Martial Kermeur (ancien ouvrier de l'arsenal de Brest) a tout perdu : son épouse, la garde de son fils Erwan, un vieil ami, sa prime de licenciement... Durant une partie de pêche en...
    Voir plus

    L'histoire se déroule dans un village du Finistère nord dans les années 1990. À cause d'une arnaque immobilière, Martial Kermeur (ancien ouvrier de l'arsenal de Brest) a tout perdu : son épouse, la garde de son fils Erwan, un vieil ami, sa prime de licenciement... Durant une partie de pêche en mer il décide donc de jeter à l'eau Antoine Lazenec, un promoteur immobilier. Ce dernier se noie. Martial est alors arrêté par la police.
    Kermeur, bouleversé, livre au juge qui l'auditionne une analyse fine des circonstances et des éventements qui l'ont poussé à ce passage à l'acte. Kermeur considère l'homme de loi comme une sorte de "confident", de psychologue ce qui lui permet de se mettre en confiance et de faire ainsi toute la lumière sur cette histoire.

    Dans ce récit, le lecteur s'identifie très vite au juge, personnage relativement effacé qui écoute avec une grande attention la déposition du prévenu. Ses propos et ses rares réactions nous sont fournis par Kermeur. Le lecteur endosse alors le rôle de juge et tente de se faire son intime conviction comme le recommande l’article 353 du code pénal.

    LIEN Internet article 353 (site de Legifrance.gouv.fr) :
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.doidArticle=LEGIARTI000024461707&cidTexte=LEGITEXT000006071154

    Ce livre est une réussite.

    Un face à face captivant où l'intime conviction joue un rôle capital.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • . Un passionnant huis clos entre un jeune juge et l’assassin d’un promoteur immobilier véreux.
    Ou plutôt, le long monologue d’un homme pris au piège par un autre, face à un juge bienveillant.
    C’est fort bien mené. Martial, abusé comme bien d’autres par un homme sans scrupule, lance ses...
    Voir plus

    . Un passionnant huis clos entre un jeune juge et l’assassin d’un promoteur immobilier véreux.
    Ou plutôt, le long monologue d’un homme pris au piège par un autre, face à un juge bienveillant.
    C’est fort bien mené. Martial, abusé comme bien d’autres par un homme sans scrupule, lance ses phrases comme un naufragé. Certes, il a bien poussé à l’eau celui qui est la cause de tous ses maux, mais quel chemin pour en arriver là ! Et il sait bien expliquer le lent processus qui l’a mené à cette extrémité.
    C’est une excellente analyse psychologique d’un homme poussé à bout et d’un autre sans aucun scrupule.
    Et fort heureusement, le juge qui a bien compris l’affaire, use de l’article 353 du code pénal.
    Une lecture sans temps mort, avec une tension qui monte au fil des pages.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les premières pages donnent sans délai le problème à résoudre : au cours d’une sortie de pêche au homard, à 9 km au large du port de Brest si cher à l’auteur, Martial Kermeur pousse Antoine Lazenec, le propriétaire du bateau, à l’eau et l’abandonne. Tranquillement, il ramène le bateau et va...
    Voir plus

    Les premières pages donnent sans délai le problème à résoudre : au cours d’une sortie de pêche au homard, à 9 km au large du port de Brest si cher à l’auteur, Martial Kermeur pousse Antoine Lazenec, le propriétaire du bateau, à l’eau et l’abandonne. Tranquillement, il ramène le bateau et va affronter la suite des événements tout en racontant ce qui s’est passé au cours des années précédentes.

    La suite du livre se passe dans le bureau d’un juge âgé de 30 ans, comme Erwan, le fils de Martial qui est incarcéré mais il faudra attendre pour savoir pourquoi. Tanguy Viel fait parler Martial Kermeur qui reconnaît d’emblée : « Je me sentais à ma place »… ajoutant un peu plus loin qu’il s’agit d’ « une vulgaire affaire d’escroquerie. »
    Ainsi, avec une franchise toujours désarmante, il nous apprend qu’il était régisseur du château, chargé de l’entretien d’un parc de 2 ha, ce travail et le logement lui ayant été confiés par son ami, Le Goff, maire de la ville dont Kermeur a été conseiller municipal, cela avant l’arrivée d’un certain Lazenec, au volant de sa Porsche…
    Au fil de ses confidences, ce dernier fait preuve d’une sincérité désarmante, révélant toutes les turpitudes cachées dans une ville sous le charme d’un promoteur sans aucun scrupule. Le récit du dévoilement du projet avec la fameuse maquette présentant la rade de Brest comme une station balnéaire en devenir, est un des temps forts de ce livre qui en compte beaucoup.
    « Lui, Antoine Lazenec, il a fait comme un pionnier qui débarque sur une nouvelle terre. Nous, en Indiens effarés et naïfs, on a hésité sûrement entre une flèche empoisonnée ou l’accueillir à bras ouverts, mais il semblerait bien qu’on ait choisi la deuxième solution. » Tout le drame noué dans ce livre tient dans ces deux phrases mais encore fallait-il conduire le lecteur au bout du récit de façon originale, surprenante et formidablement émouvante. C’est ce qu’a réussi Tanguy Viel dans Article 353 du code pénal.
    Au fil de ce qu’il confie au juge, Martial Kermeur qui porte le même nom de famille que le héros de Paris-Brest, roman de Tanguy Viel paru en 2009, révèle un peu plus tout ce qui a pu amener un homme simple à brader ses 400 000 Francs d’indemnités de licenciement de l’arsenal, et même un peu plus, dans un projet immobilier hypothétique au lieu de s’acheter le bateau de pêche de 9 m, ce fameux Merry Fisher dont il rêve depuis toujours.
    Il détaille ces six années de patience, ces six années durant lesquelles il a eu honte de dire que lui, « un socialiste de 1981 », avait investi son fric dans un projet immobilier. Il raconte aussi cette scène de la grande roue, allégorie palpitante du cauchemar de sa vie. Hélas, dans ce dernier cas, il n’y a pas de marche arrière.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman très court. Un personnage accusé, dans le bureau d'un juge. Il raconte son histoire à sa façon. Livre prenant.On attend du début à la fin ce qu'est l'article 353. On le découvre à la fin avec surprise. Je ne vais pas vous dire de quoi il parle. Vous le saurez en lisant ce bel ouvrage

    Un roman très court. Un personnage accusé, dans le bureau d'un juge. Il raconte son histoire à sa façon. Livre prenant.On attend du début à la fin ce qu'est l'article 353. On le découvre à la fin avec surprise. Je ne vais pas vous dire de quoi il parle. Vous le saurez en lisant ce bel ouvrage

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com