Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Tanguy Viel

Tanguy Viel
Tanguy Viel est né à Brest en 1973. La Disparition de Jim Sullivan, son sixième roman, est paru en 2013.

Articles en lien avec Tanguy Viel (1)

Avis sur cet auteur (133)

  • add_box
    Couverture du livre « La fille qu'on appelle - livre audio 1 cd mp3 » de Tanguy Viel aux éditions Audiolib

    Good Books Good Friends sur La fille qu'on appelle - livre audio 1 cd mp3 de Tanguy Viel

    La fille qu'on appelle, c'est elle, Laura, vingt ans à peine, un corps qui attire le regard. Son père, Max, est le chauffeur du maire et également un boxeur professionnel, ancien champion.
    Alors quand Laura revient vivre dans sa ville d'origine, près de son père, celui-ci demande à son patron...
    Voir plus

    La fille qu'on appelle, c'est elle, Laura, vingt ans à peine, un corps qui attire le regard. Son père, Max, est le chauffeur du maire et également un boxeur professionnel, ancien champion.
    Alors quand Laura revient vivre dans sa ville d'origine, près de son père, celui-ci demande à son patron de donner un coup de main à la jeune fille pour trouver un logement.

    Mais les faveurs d'un politique véreux ne se bradent malheureusement pas.
    Auprès de policiers pas toujours disposés à l'écouter, Laura fait le récit d'une emprise, de la mainmise d'un homme qui pense que tout lui est dû.

    Le propos n'est pas rare ces derniers temps (l'emprise, les abus de pouvoir...) mais il fait toujours son effet et j'ai été touchée par la détresse de cette jeune fille qui ne sait comment réagir devant les avances déplacées d'un homme puissant ; et qui d'ailleurs ne réagit pas.

    La prose de Tanguy Viel, que je découvrais, est belle et gracieuse. Il y a une beauté du verbe, de la phrase, que Marie du Bled met en valeur par sa voix douce et posée.
    On sent dans sa lecture le rythme du texte, comme une mélopée.

  • add_box
    Couverture du livre « La fille qu'on appelle » de Tanguy Viel aux éditions Minuit

    Les Lectures de Cannetille sur La fille qu'on appelle de Tanguy Viel

    Depuis qu’il a quasiment raccroché les gants de boxe, l’ancien champion Max Le Corre est devenu le chauffeur du maire de la ville. Sa fille de vingt ans, Laura, ayant l’intention de revenir s’installer près de lui, il a l’idée de solliciter son patron pour aider la jeune femme à trouver un...
    Voir plus

    Depuis qu’il a quasiment raccroché les gants de boxe, l’ancien champion Max Le Corre est devenu le chauffeur du maire de la ville. Sa fille de vingt ans, Laura, ayant l’intention de revenir s’installer près de lui, il a l’idée de solliciter son patron pour aider la jeune femme à trouver un logement.

    Le premier abord surprend, tant l’écoulement interminable de certaines phrases laisse le lecteur sans respiration. L’on s’y perd parfois, il faut relire, c’est d’abord déconcertant. Mais, conquis par la justesse des mots et par la perfection des tournures, l’on se laisse vite emporter par la vague, définitivement impressionné par une singularité stylistique sublimant un propos qui fait mouche à tout coup.

    Rapidement se précise entre les personnages une inextricable et sordide relation de pouvoir. Un élu accro au sexe s’est habitué à user sans vergogne de son omnipotence. Il est flanqué d’une sorte d’homme de main, engouffré dans son sillage pour son arrangeante et discrète complicité. Face à eux, une jeune fille, sans grandes ressources en dehors de sa beauté plastique, devient une proie idéale lorsque son père la leur livre innocemment en quémandant un appui. Le récit s’intéresse à la manière dont se met en place l’emprise, enfermant sournoisement sa victime dans une ambivalence paralysante qui aura beau jeu de passer pour un consentement. Quoi qu’il arrive, l’assujettie endosse tous les torts : n’ayant jamais réussi à dire clairement non dans l’impasse où elle se trouvait acculée, elle ne sera jamais crédible lorsqu’elle cherchera à dénoncer l’abjection qu’on lui a imposée. L’emprise a ceci de terrible : la victime se laisse prendre au piège qu’elle pense sans échappatoire, et ne parvient jamais à prouver la perversité du manipulateur qui a toutes les apparences pour lui.

    Avec ses personnages croqués dans la plus grande économie de moyens et qui crèvent pourtant les pages, ses vérités si finement observées et l’inimitable qualité de son écriture, ce roman brillant et hypnotique est un pur moment de plaisir. Coup de coeur.

  • add_box
    Couverture du livre « La fille qu'on appelle - livre audio 1 cd mp3 » de Tanguy Viel aux éditions Audiolib

    Dominique Sudre sur La fille qu'on appelle - livre audio 1 cd mp3 de Tanguy Viel

    Max, boxeur sur le retour, est le chauffeur du maire de sa commune. Sa fille Laura vient de retourner auprès de son père dans cette ville de bord de mer, pour retrouver une certaine indépendance, elle cherche un logement.

    Grâce à l’intervention de son père, Laura a rendez-vous avec monsieur...
    Voir plus

    Max, boxeur sur le retour, est le chauffeur du maire de sa commune. Sa fille Laura vient de retourner auprès de son père dans cette ville de bord de mer, pour retrouver une certaine indépendance, elle cherche un logement.

    Grâce à l’intervention de son père, Laura a rendez-vous avec monsieur le maire, dans son impressionnant bureau. C’est un homme charismatique a qui tout semble réussir. Son père voudrait que Le Bars intervienne et fasse accélérer sa demande d’appartement. Mais c’est un autre arrangement qu’il lui propose, arrangement dans lequel il va pouvoir à loisir exercer son emprise sur la jeune femme et assouvir quelques envies au passage.

    Car Laura est belle, Laura est impressionnable même si elle se croit forte et femme, et surtout Laura a fait des photos de mode pour lingerie fine, mais pas seulement. Et monsieur le maire, tout comme ses grands amis, sont au courant de bien des choses et savent manipuler ceux dont ils souhaitent obtenir l’obéissance.

    Laura, que l’on retrouve pourtant au commissariat au moment où elle vient déposer plainte. Elle déclare avoir subi l’emprise du maire aujourd’hui devenu ministre.
    Ce que j’ai aimé ?

    L’analyse intéressante et maîtrisée de l’emprise, du rapport entre un homme charismatique qui se sait puissant et une jeune femme qui se laisse faire, sans réagir, jour après jour.

    Sur le silence et les collusions, sur les petits accommodements pas du tout raisonnables des élus et des édiles, sur la force des puissants, leur cynisme et leur pouvoir.

    chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2022/03/02/la-fille-quon-appelle-tanguy-viel/

  • add_box
    Couverture du livre « La fille qu'on appelle - livre audio 1 cd mp3 » de Tanguy Viel aux éditions Audiolib

    Passeuredelivres sur La fille qu'on appelle - livre audio 1 cd mp3 de Tanguy Viel

    Pour avoir déjà lu un roman de T.Veil, Article 353 du code pénal, le procédé ne m'a pas surprise. Ce roman prend la forme d'un procès.
    Laura, la "fille qu'on appelle" dépose une plainte contre le maire Le Bars qu'elle accuse d'abus de confiance. C'est par le biais de cette plainte que le...
    Voir plus

    Pour avoir déjà lu un roman de T.Veil, Article 353 du code pénal, le procédé ne m'a pas surprise. Ce roman prend la forme d'un procès.
    Laura, la "fille qu'on appelle" dépose une plainte contre le maire Le Bars qu'elle accuse d'abus de confiance. C'est par le biais de cette plainte que le lecteur découvre l'histoire
    .Presque un huis clos puisque peu de personnage sont impliqués dans le récit : Laura, Jeune fille de 20 ans; le maire Quentin Le Bars qui deviendra ministre; le conseiller municipal et ami de ce dernier, Franck et le père de Laura, Max ancienne gloire de la boxe, actuellement au service du maire en tant que chauffeur. Les 3 hommes sont liés par le passé et sont liés par les attaches nébuleuses du pouvoir.
    L'action se passe aussi dans un seul lieu, le casino où Laura bénéficiant de l'aura de son père va chercher refuge, avec un travail et un logement. L'ensemble se révélera glauque : travail et logement contre bons services. C'est quasiment une histoire moderne, digne du mouvement #Metoo : Laura raconte l'emprise de cet homme sur elle, tente d'expliquer comment elle a été entrainée contre son gré dans ces pratiques, dans cette relation donnant-donnant, sexe contre services logement... Le roman audio d'Audiolib lu par une femme Marie du Bled renforce le tragique en permettant d'entendre la voix de Laura, d'écouter ses atermoiements, ses arguments, de saisir sa détresse. Laura qui sous la plume de Tanguy Vieil creuse, décortique les sentiments, dissèque l'âme des hommes, met au grand jour le fonctionnement de ces prédateurs, ces hommes de pouvoir, dénonce la fracture entre le pouvoir et les autres. Le récit est glaçant, la dénonciation d'un monde politique violent aux allures de mafia, et terrifiant d'impuissance, la loi du plus fort socialement s'impose avec force. J'ai éprouvé de la compassion pour Laura mais aussi pour son père qui subit, souffre en silence et qui réagit viscéralement. C'est un récit qui prend aux tripes. Tanguy Vieil sait utiliser les mots qui montrent la vérité crue.

    "La fille qu'on appelle", presque un fait divers d'actualité,

    3 heures d'écoute intense et dramatique.