Amélie Nothomb

Amélie Nothomb
Issue d'une illustre famille bruxelloise, Amélie Nothomb est la fille d'un ambassadeur belge. Née au Japon, elle reste profondément marquée par la culture nippone. Mais les déplacements successifs de son père l'emmènent toute jeune en Chine, à New York, et en Asie du sud-est. De ces voyages, Amél... Voir plus
Issue d'une illustre famille bruxelloise, Amélie Nothomb est la fille d'un ambassadeur belge. Née au Japon, elle reste profondément marquée par la culture nippone. Mais les déplacements successifs de son père l'emmènent toute jeune en Chine, à New York, et en Asie du sud-est. De ces voyages, Amélie conserve un sentiment tenace de solitude, atténué par une forte complicité avec sa soeur. Elle retourne en Belgique à l'âge de dix-sept ans et suit des études gréco-latines. En 1992, son roman 'Hygiène de l'assassin' est accueilli avec un énorme succès. Frustrée de ne pas être restée au Japon, elle y retourne et retranscrit cette expérience plus que déroutante dans 'Stupeur et Tremblements', couronné Grand Prix de l'Académie française en 1999. Depuis, elle publie à peu près un roman par an, se définissant elle-même comme une 'graphomane malade de l'écriture'.

Articles (3)

Avis (454)

  • add_box
    Couverture du livre « Soif » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

    Les livres de K79 sur Soif de Amélie Nothomb

    Décidément Amélie Nothomb est une écrivaine hors normes. Grâce à ma passion, je lis un nombre assez conséquent de livres donc d’auteurs mais seule Amélie est capable de diviser autant mes avis. Je n’arrive pas à savoir si je l’aime ou non. En effet, certains de ses opus m’ont impressionné par...
    Voir plus

    Décidément Amélie Nothomb est une écrivaine hors normes. Grâce à ma passion, je lis un nombre assez conséquent de livres donc d’auteurs mais seule Amélie est capable de diviser autant mes avis. Je n’arrive pas à savoir si je l’aime ou non. En effet, certains de ses opus m’ont impressionné par leur force, pendant que d’autres m’ont paru vraiment sans intérêt. Jamais de demi-mesure !

    Ce dernier roman est pour moi une véritable représentation du paradoxe Nothomb. Comme d’habitude, elle sait choisir son thème qui est souvent original, parfois osé et qui nous surprend toujours. Décider de parler à la place du Christ, c’est inattendu et pour le moins culotté. Elle nous entraîne dans sa tête et nous montre les évènements d’une autre manière.

    Son style est parfaitement maîtrisé. Elle écrit bien, c’est indéniable. La lecture est fluide, sans heurt. Afin de mettre un peu de piquant, elle se permet même des expressions anachroniques qui égayent la lecture. Le texte est donc agréable et j’ai pris beaucoup de plaisir à avaler ces pages.

    Malheureusement ce livre est beaucoup trop court. On connaît déjà le scénario, on connaît les rôles, on connaît le dénouement. Abordé cet évènement du point de vue du corps est une véritable bonne idée, mais cela manque de profondeur pour marquer les esprits. En moins de 2 heures, il est difficile d’imprégner un lecteur avec une histoire rabâchée!

    Une fois n’est pas coutume, je vais rester mitigé sur une lecture d’Amélie Nothomb. Ce « soif » n’est ni mauvais ni très bon. Il excelle par l’insolence de son sujet et par la beauté de la langue. Il pâtit, comme souvent chez cette auteure d’un manque de consistance qui rend le livre superficiel et vite oubliable.

    Mais puisque, malgré mes nombreuses déceptions, j’y reviens toujours, je donne rendez-vous à Amélie Nothomb pour de prochaines aventures.

    http://leslivresdek79.com/2019/11/15/503-amelie-nothomb-soif/

  • add_box
    Couverture du livre « Soif » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

    carole laulhere sur Soif de Amélie Nothomb

    Amélie Nothomb use dans Soif d’une approche pour le moins originale pour évoquer les derniers jours de Jésus. Attention : ça passe ou ça casse !
    Le plus savoureux à mon goût dans ce roman ? La façon dont Amélie Nothomb témoigne de la passion et de l’abnégation. Pour cela il faut aimer...
    Voir plus

    Amélie Nothomb use dans Soif d’une approche pour le moins originale pour évoquer les derniers jours de Jésus. Attention : ça passe ou ça casse !
    Le plus savoureux à mon goût dans ce roman ? La façon dont Amélie Nothomb témoigne de la passion et de l’abnégation. Pour cela il faut aimer inconditionnellement, faire l’expérience du manque qui permet d’extraire l’essentiel, c’est-à-dire la vie.
    Le tout avec la verve, l’humour, l’excentricité qui font qu’Amélie Nothomb parvient à rendre Jésus un homme presque comme les autres (qui, au passage, règle ses comptes).
    Le destin de Jésus, pour les chrétiens, est pourtant extra-ordinaire et hautement symbolique. On peut comprendre que ce texte dérange. Amélie Nothomb se met quand même à la place de Jésus : elle parle en son nom !
    Elle ose, elle casse les codes, nous force à considérer son sujet sous un angle différent. Le propos du texte peut aussi être perçu de façon plus universelle : le manque comme médium pour voir différemment, la soif poussée à son excès comme mise en danger et source de résilience.
    L’Amélie Nothomb 2019 est un grand cru à déguster accompagné d’un verre d’eau (ou d’une coupe de champagne…

  • add_box
    Couverture du livre « Soif » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

    Le porteur d'histoire sur Soif de Amélie Nothomb

    A chaque rentrée littéraire, j’attends avec impatience le nouvel opus d’Amélie Nothomb et cette année tout particulièrement, tant pour le thème du livre que pour les commentaires que je pouvais voir fleurir ça et là sur le web.
    Tout d’abord, le thème était assez « couillu » pardonnez-moi le...
    Voir plus

    A chaque rentrée littéraire, j’attends avec impatience le nouvel opus d’Amélie Nothomb et cette année tout particulièrement, tant pour le thème du livre que pour les commentaires que je pouvais voir fleurir ça et là sur le web.
    Tout d’abord, le thème était assez « couillu » pardonnez-moi le terme ! Mais écrire un livre sur les pensées du Christ lors de ces derniers instant de vie, il fallait le faire. Et Elle l’a fait !
    La lecture du lire est assez fluide, c’est court, peut-être un peu trop… et c’est là que je mettrais un bémol par rapport à tous ces commentaires élogieux que j’ai pu lire. J’ai trouvé que sur certains passages étaient un trop rapide, les évènements ne sont pas assez détaillés, je pense qu’ils auraient mérité d’être plus étoffés.
    Pour moi, ce n’est pas le meilleur Amélie Nothomb. Il est pour moi dans le top 10 mais pas dans le classement haut. Mais j’applaudi les prouesses de l’auteur, et j’attends avec impatience le prochain.

  • add_box
    Couverture du livre « Soif » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

    yves MONTMARTIN sur Soif de Amélie Nothomb

    Dans ce très court roman Amélie Nothomb donne la parole à Jésus qui sans tabou nous raconte sa passion, depuis son arrestation jusqu'à sa résurrection. L'auteure nous dresse le portrait d'un Jésus fait de chair et de sang profondément humain, qui s'exprime avec un langage de tous les jours et...
    Voir plus

    Dans ce très court roman Amélie Nothomb donne la parole à Jésus qui sans tabou nous raconte sa passion, depuis son arrestation jusqu'à sa résurrection. L'auteure nous dresse le portrait d'un Jésus fait de chair et de sang profondément humain, qui s'exprime avec un langage de tous les jours et qui sait manier l'humour.
    « À mon époque, on apprécie les gens dodus. J'ai renoncé à ce canon, je suis maigre : on ne peut affirmer que l'on est venu pour les pauvres et avoir de l'embonpoint. »

    Amoureux de Marie-Madeleine, il rêve d'une vie simple de gens ordinaires, être charpentier ou berger, avec ses enfants et sa femme, vieillir heureux.
    « Je préférerais rejoindre la douceur de l'anonymat. Ce que l'on nomme à tort la banalité. Rien de plus extraordinaire pourtant que la vie commune. »

    Tout commence par son procès, où tous ceux qui ont bénéficié de ses miracles défilent comme témoin à charge. Et je dois reconnaître que je me suis laissé prendre par l'écriture savoureuse et un brin irrévérencieuse de l'auteure. Jésus nous fait partager ses états d'âme tout au long de les dernières heures de sa vie.

    Mais ce court récit m'a laissé sur ma faim. Je crois que je ne suis définitivement pas réceptif à l'écriture d'Amélie Nothomb, j'ai beaucoup de difficultés à la suivre dans ses réflexions. Comme à chaque fois les premières pages sont bien écrites et puis petit à petit j'ai l'impression de me noyer dans un océan de phrases alambiquées. Dommage, car le sujet était très original, mais une fois de plus je n'ai pas accroché !

    Le seul miracle qu'Amélie Nothomb ait réalisé c'est celui d'avoir réussi à être dans le dernier carré du prix Goncourt.