Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Amélie Nothomb

Amélie Nothomb
Issue d'une illustre famille bruxelloise, Amélie Nothomb est la fille d'un ambassadeur belge. Née au Japon, elle reste profondément marquée par la culture nippone. Mais les déplacements successifs de son père l'emmènent toute jeune en Chine, à New York, et en Asie du sud-est. De ces voyages, Amél... Voir plus
Issue d'une illustre famille bruxelloise, Amélie Nothomb est la fille d'un ambassadeur belge. Née au Japon, elle reste profondément marquée par la culture nippone. Mais les déplacements successifs de son père l'emmènent toute jeune en Chine, à New York, et en Asie du sud-est. De ces voyages, Amélie conserve un sentiment tenace de solitude, atténué par une forte complicité avec sa soeur. Elle retourne en Belgique à l'âge de dix-sept ans et suit des études gréco-latines. En 1992, son roman 'Hygiène de l'assassin' est accueilli avec un énorme succès. Frustrée de ne pas être restée au Japon, elle y retourne et retranscrit cette expérience plus que déroutante dans 'Stupeur et Tremblements', couronné Grand Prix de l'Académie française en 1999. Depuis, elle publie à peu près un roman par an, se définissant elle-même comme une 'graphomane malade de l'écriture'.

Articles en lien avec Amélie Nothomb (3)

Avis sur cet auteur (520)

  • add_box
    Couverture du livre « Robert des noms propres » de Amélie Nothomb aux éditions Lgf

    Seltaek sur Robert des noms propres de Amélie Nothomb

    Si vous aimez les fin tragique et inattendue, lisez le sans lire le résumé. Tout est très bien écrit. Le titre est d’une subtilité brillante!

    Si vous aimez les fin tragique et inattendue, lisez le sans lire le résumé. Tout est très bien écrit. Le titre est d’une subtilité brillante!

  • add_box
    Couverture du livre « Soif » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

    CécileB sur Soif de Amélie Nothomb

    Avec ce roman, Amélie Nothomb m'a laissée pensive quant à son audace de se mettre dans la peau d'un personnage aussi célèbre que Jésus Christ! Si un livre fait réfléchir, c'est qu'il est bon. Puis le ton d'Amélie Nothomb est toujours aussi admirable.

    Avec ce roman, Amélie Nothomb m'a laissée pensive quant à son audace de se mettre dans la peau d'un personnage aussi célèbre que Jésus Christ! Si un livre fait réfléchir, c'est qu'il est bon. Puis le ton d'Amélie Nothomb est toujours aussi admirable.

  • add_box
    Couverture du livre « Les aérostats » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

    Regine Zephirine sur Les aérostats de Amélie Nothomb

    Et voici le dernier né d’Amélie Nothomb, auteure ô combien prolifique mais parfois au détriment de l’histoire. Donc, chaque année nous découvrons sans surprise le dernier Nothomb comme on découvre le Beaujolais nouveau et on se pose les mêmes questions. Ce nouveau roman sera-t-il ample et...
    Voir plus

    Et voici le dernier né d’Amélie Nothomb, auteure ô combien prolifique mais parfois au détriment de l’histoire. Donc, chaque année nous découvrons sans surprise le dernier Nothomb comme on découvre le Beaujolais nouveau et on se pose les mêmes questions. Ce nouveau roman sera-t-il ample et généreux, gouleyant et chaleureux aura-t-il de la cuisse ? Las ! « Les aérostats », ce Nothomb nouveau, est un maigrichon évanescent et à la cuisse chétive. Ça parle, ça oui ! Il y a du dialogue à toutes les pages ou presque, mais ça ne pétille pas du tout, ça non !
    Il y avait pourtant de l’idée avec cette rencontre d’une jeune étudiante et d’un adolescent, Pie, dyslexique et allergique à la lecture. On le découvre amoureux des aérostats dont il regrette la disparition, « C’est si beau, ces baleines volantes, silencieuses et gracieuses » Donc, l’étudiante de 19 ans donne des cours privés à ce jeune garçon solitaire et désabusé qui va, en une leçon à peine, devenir un lecteur acharné des classiques proposés. Voilà le lecteur entraîné dans la révision des classiques : « Le rouge et le noir », « L’Illiade » « L’odyssée » et, malgré les remarques acerbes du jeune Pie qui déteste Julien Sorel et trouve Ulysse antipathique, on finit par s’ennuyer ferme à suivre ces cours d’un genre particuliers et l’on s’étonne de cette dyslexie qui disparait comme par magie.
    Le reste de l’histoire est à l’avenant
    Opus ennuyeux et décevant, qui reste un produit marketing, tout comme le Beaujolais nouveau.
    Reste une jolie couverture avec une Amélie…sans chapeau mais emplumée et un petit tout petit roman vite lu, car c’est l’avantage des romans de notre célèbre belge, c’est qu’ils sont très vite lus et, par conséquent, ne nous font pas trop perdre notre temps.
    Dans mon cas vite avalé pendant la cuisson à feu doux d’un bœuf carotte qui m’a laissé un meilleur souvenir gustatif que ce petit opus poussif et qui sent le réchauffé.

  • add_box
    Couverture du livre « Frappe-toi le coeur » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

    S. T sur Frappe-toi le coeur de Amélie Nothomb

    2ème livre que je lis d’Amélie Nothomb, mêmes remarques : un thème intéressant mais pas assez travaillé et approfondi et la même fin... Si le livre se laisse agréablement lire je l’aurai davantage apprécié si les personnages avaient été plus travaillés et le sujet plus creusé.
    ***
    Marie attire...
    Voir plus

    2ème livre que je lis d’Amélie Nothomb, mêmes remarques : un thème intéressant mais pas assez travaillé et approfondi et la même fin... Si le livre se laisse agréablement lire je l’aurai davantage apprécié si les personnages avaient été plus travaillés et le sujet plus creusé.
    ***
    Marie attire les regards et elle aime ça. Susciter l’envie et la jalousie des autres est son plus grand bonheur. Le mariage et avoir un enfant très peu pour elle. Pourtant à 19 ans à peine la voilà qui se retrouve enceinte ! Mariée dans la foulée, elle accouche de Diane, une magnifique petite fille. Terminé "le règne" de Marie, tout le monde n'en a plus que pour la petite Diane.
    Diane va grandir dans l’indifférence totale de sa mère, qu’elle va surnommer « la déesse ». Une femme et un amour inaccessible. Mais Diane est forte, si elle s’interroge et essaie de comprendre l’attitude aussi lointaine de sa mère envers elle, elle parvient à prendre le recul nécessaire. Arriveront un frère et une sœur envers qui Marie aura des attitudes qui laisseront Diane perplexe, alimenteront sa réflexion et lui feront prendre certaines décisions.
    Ensuite ce sera la rencontre avec une professeur et de nouvelles déceptions…