Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Amélie Nothomb

Amélie Nothomb
Issue d'une illustre famille bruxelloise, Amélie Nothomb est la fille d'un ambassadeur belge. Née au Japon, elle reste profondément marquée par la culture nippone. Mais les déplacements successifs de son père l'emmènent toute jeune en Chine, à New York, et en Asie du sud-est. De ces voyages, Amél... Voir plus
Issue d'une illustre famille bruxelloise, Amélie Nothomb est la fille d'un ambassadeur belge. Née au Japon, elle reste profondément marquée par la culture nippone. Mais les déplacements successifs de son père l'emmènent toute jeune en Chine, à New York, et en Asie du sud-est. De ces voyages, Amélie conserve un sentiment tenace de solitude, atténué par une forte complicité avec sa soeur. Elle retourne en Belgique à l'âge de dix-sept ans et suit des études gréco-latines. En 1992, son roman 'Hygiène de l'assassin' est accueilli avec un énorme succès. Frustrée de ne pas être restée au Japon, elle y retourne et retranscrit cette expérience plus que déroutante dans 'Stupeur et Tremblements', couronné Grand Prix de l'Académie française en 1999. Depuis, elle publie à peu près un roman par an, se définissant elle-même comme une 'graphomane malade de l'écriture'.

Articles en lien avec Amélie Nothomb (3)

Avis sur cet auteur (520)

  • add_box
    Couverture du livre « Les prénoms épicènes » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel

    Calimero29 sur Les prénoms épicènes de Amélie Nothomb

    "Les prénoms épicènes" est un peu le roman-miroir de "Frappe-toi le coeur" sorti l'année précédentes; en effet, après avoir écrit sur la mère indifférente et jalouse en 2017, Amélie Nothob traite, cette fois, de l'absence d'amour, voire de haine, d'un père pour sa fille, enfant qu'il avait...
    Voir plus

    "Les prénoms épicènes" est un peu le roman-miroir de "Frappe-toi le coeur" sorti l'année précédentes; en effet, après avoir écrit sur la mère indifférente et jalouse en 2017, Amélie Nothob traite, cette fois, de l'absence d'amour, voire de haine, d'un père pour sa fille, enfant qu'il avait pourtant désiré.
    Tout a bien commencé avec un titre contenant le mot "épicène" dont je ne connaissais pas le sens et que j'ai eu plaisir à découvrir, tout a bien continué avec un premier chapitre court et percutant et des personnages qui ont disparu dès le deuxième chapitre mais dont on sait qu'on les retrouvera plus tard; cette attente de les voir réapparaître intensifie la curiosité; le style est toujours enlevé, percutant, sans temps mort rendant la lecture très fluide et agréable.
    Mais il faut croire que je commence à me lasser des ficelles nothombiennes avec l'histoire racontée du point de vue d'une enfant au prénom tout à fait improbable, qui adulte avant l'heure, saisit la complexité du monde mieux que les adultes et adopte une posture de repli sur soi, de rejet des liens sociaux. Je n'ai pas accroché non plus sur la raison totalement artificielle et tirée par les cheveux qui est censée expliquer le désamour du père pour sa fille.
    Bref, un bon moment de lecture, une curiosité littéraire satisfaite (qu'est-ce qu'Amélie Nothomb a-t-elle bien pu inventer cette année?), une relation mère-fille attachante mais début de lassitude face aux ficelles souvent répétées d'un roman à l'autre.

  • add_box
    Couverture du livre « Ni d'Eve ni d'Adam » de Amélie Nothomb aux éditions Lgf

    Sandrine Fernandez sur Ni d'Eve ni d'Adam de Amélie Nothomb

    En 1989, Amélie revient au Japon après seize années d'absence. Elle avait 5 ans quand elle a quitté ce pays où elle est née pour suivre ses parents en Belgique. C'est avec jubilation qu'elle retrouve sa terre natale et qu'elle prononce ses premiers mots dans un japonais un peu rouillé. Pour...
    Voir plus

    En 1989, Amélie revient au Japon après seize années d'absence. Elle avait 5 ans quand elle a quitté ce pays où elle est née pour suivre ses parents en Belgique. C'est avec jubilation qu'elle retrouve sa terre natale et qu'elle prononce ses premiers mots dans un japonais un peu rouillé. Pour s'améliorer et rencontrer des autochtones, il lui semble que donner des cours de français est la meilleure des solutions. Son premier élève est Rinri, un jeune homme de son âge, bien sous tous rapports, qui très vite l'intègre à son cercle d'amis, tombe amoureux d'elle et lui demande sa main. Désormais fiancée, Amélie vit un véritable choc des cultures. Sa façon de lui faire la cour, les dîners en famille ou en tête-à-tête, les week-end en amoureux, elle doit assimiler tous les codes d'une relation avec un japonais. Et pendant qu'elle profite du pays, escalade le Mont Fuji, maîtrise de mieux en mieux la langue, trouve même un emploi, Rinri pense au mariage. Amélie temporise mais, un matin, par inadvertance, elle dit oui. La jeune fille est piégée ! Comment se sortir de cette situation délicate ?

    C'est l'histoire d'Amélie Nothomb, fictive ou inventée, en terre nippone. Elle vit des aventures nippones, déguste la cuisine nippone, visite des villes nippones, pratique la langue nippone, fréquente des nippones et des nippons, travaille dans une entreprise nippone, est fiancée à un nippon. Bref, à elle la belle vie nippone.
    A part, ce manque flagrant de vocabulaire et quelques clichés enfilés comme des perles sur la culture et les mœurs japonaises, on découvre aussi ses qualités d'alpiniste émérite et sa profonde lâcheté. Le pauvre Rinri fait d'ailleurs les frais des deux facettes de sa personnalité. Il souffre sur le Mont Fuji et il souffre d'un amour non payé de retour.
    Comme tous ses romans, celui-ci se lit très vite et évite le naufrage grâce à l'humour et l'auto-dérision de l'auteure belge. Rien d'extraordinaire.

  • add_box
    Couverture du livre « La bouche des carpes ; entretiens avec Michel Robert » de Amélie Nothomb aux éditions Archipel

    Manika sur La bouche des carpes ; entretiens avec Michel Robert de Amélie Nothomb

    Un document sorti il y a un peu plus d'un an mais dont on n'apprend rien sur Amélie Nothomb si on la suit depuis longtemps. Les anecdotes que l'on n'y trouve ont déjà été lues et relues.
    C'est bien écrit assez vivant mais on ne trouve pas le piquant qu'Amélie peut avoir sur les plateaux télé...
    Voir plus

    Un document sorti il y a un peu plus d'un an mais dont on n'apprend rien sur Amélie Nothomb si on la suit depuis longtemps. Les anecdotes que l'on n'y trouve ont déjà été lues et relues.
    C'est bien écrit assez vivant mais on ne trouve pas le piquant qu'Amélie peut avoir sur les plateaux télé par exemple, on sent plus sa timidité, sa retenue mais aussi surtout cette envie de ne pas faire de vague, cette vraie ou fausse humilité on ne sait pas trop !
    J'ai été surprise à plusieurs moments par son "non-avis" sur la question ou cette indifférence à entendre des choses fausses sur elle.
    En fait en refermant se livre on n'en sait pas beaucoup plus sur cette auteure.

  • add_box
    Couverture du livre « Barbe Bleue » de Amélie Nothomb aux éditions Lgf

    Lirealaurore sur Barbe Bleue de Amélie Nothomb

    Barbe Bleue revisité par Amélie Nothomb, un petit régal...

    Des dialogues dont la répartie de la colocataire ne gache pas l'ensemble.

    Un autre livre que je conseille...

    Déjà lu du même auteur:

    Hygiène de l'assassin
    le sabotage amoureux
    les combustibles
    Stupeur et...
    Voir plus

    Barbe Bleue revisité par Amélie Nothomb, un petit régal...

    Des dialogues dont la répartie de la colocataire ne gache pas l'ensemble.

    Un autre livre que je conseille...

    Déjà lu du même auteur:

    Hygiène de l'assassin
    le sabotage amoureux
    les combustibles
    Stupeur et tremblements
    Métaphysique des tubes
    Cosmétique de l'ennemi
    Antéchrista
    Biographie de la faim