Nos étoiles contraires

Couverture du livre « Nos étoiles contraires » de John Green aux éditions Nathan
  • Date de parution :
  • Editeur : Nathan
  • EAN : 9782092543030
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un... Voir plus

Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature.
Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Élu « Meilleur roman 2012 » par le Time Magazine !
Prix de L'Échappée Lecture 2014 de la Nièvre.
Prix du Jury littéraire Giennois 2014.
Prix Plaisirs de lire 2014, département de l'Yonne.
Prix des Embouquineurs 2014.
Prix Farniente 2015 (Belgique).
Prix Les goûts et les couleurs 2015 CANOPE - Académie de Rennes.
Prix des Incorruptibles 2015.

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

John Green répond à nos questions ! (01/06/2013)

Comment expliquer à quelqu'un que votre roman est plus qu'un simple livre à propos du cancer ? JOHN GREEN. Ça semble être le plus gros obstacle auquel est confronté le livre pour atteindre de nouveaux lecteurs. Beaucoup de gens (y compris moi-même) n'aiment pas lire des livres tristes qui vont les faire pleurer. Ils s'imaginent, non sans raison, qu'il y a déjà suffisamment de tristesse et de pleurs dans la vie réelle. C'est pourquoi je dis à mes futurs lecteurs : «si vous n'aimez pas ce livre, vous pouvez me donner un coup dans l'estomac». Hazel et Augustus sont-ils amoureux comme le seraient des adultes ? Comment voyez-vous leur relation ? Je trouve cela vraiment offensant quand les gens disent que les expériences émotionnelles des adolescents sont moins réelles ou moins importantes que celles des adultes. Je suis un adulte, et j'ai été un adolescent, je peux donc vous dire avec assurance que mes sentiments alors étaient aussi réels que maintenant. Pensez-vous que Gus est un personnage héroïque ? Oui, je pense que Gus est un héros. Pour moi, le parcours du héros n'est pas celui de la faiblesse vers la force. Le vrai parcours du héros est celui de la force vers la faiblesse.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Articles (1)

Avis (59)

  • Un magnifique roman young adult vraiment très touchant. Préparer les mouchoirs, il est super émouvant

    Un magnifique roman young adult vraiment très touchant. Préparer les mouchoirs, il est super émouvant

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai adoré Nos étoiles contraires, il m'a bouleversé et je n'ai pas pu m'empêcher de verser une petite larme :)
    C'est un excellent livre que je conseille à tous, adolescents comme adultes. Il est beau, positif, et montre une autre approche de la maladie.
    C'est un très beau livre :)

    J'ai adoré Nos étoiles contraires, il m'a bouleversé et je n'ai pas pu m'empêcher de verser une petite larme :)
    C'est un excellent livre que je conseille à tous, adolescents comme adultes. Il est beau, positif, et montre une autre approche de la maladie.
    C'est un très beau livre :)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Drôle, poignant, lumineux", oui !
    Drôle parce que les personnages préfèrent se moquer de ce Mal qui les ronge plutôt que de le subir.
    Poignant, parce que durant 327 pages, on a l'impression qu'ils vivent avec mille fois plus plus d'intensité que n'importe quel être humain en bonne...
    Voir plus

    "Drôle, poignant, lumineux", oui !
    Drôle parce que les personnages préfèrent se moquer de ce Mal qui les ronge plutôt que de le subir.
    Poignant, parce que durant 327 pages, on a l'impression qu'ils vivent avec mille fois plus plus d'intensité que n'importe quel être humain en bonne santé.
    Lumineux, parce que leurs regards, sur le monde et sur leur maigre avenir éclaire les âmes des plus pessimistes.
    Hazel et Gus sont deux ados au simple désir de vivre un peu plus "qu'en sursis". Atteints d'un cancer incurable, ils se rencontrent par hasard, deviennent amis, amoureux et vivront en quelques mois l'essentiel de toute une vie.
    Se battant au quotidien pour tenter de respirer, de marcher, c'est sans crainte qu'ils affronteront les émotions les plus simples, sans se douter que les souffrances du cœur peuvent souvent prendre le dessus sur les souffrances du corps...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nos étoiles contraires de John Green est l'une des plus magnifiques histoires d'Amour (et une ode à la Vie) qu'il m'ait été donné de lire.

    C'est l'histoire d'Amour de deux adolescents qui ont un ennemi commun : le cancer.

    Hazel, 16 ans, atteinte d'un cancer incurable, rencontre Augustus,...
    Voir plus

    Nos étoiles contraires de John Green est l'une des plus magnifiques histoires d'Amour (et une ode à la Vie) qu'il m'ait été donné de lire.

    C'est l'histoire d'Amour de deux adolescents qui ont un ennemi commun : le cancer.

    Hazel, 16 ans, atteinte d'un cancer incurable, rencontre Augustus, 17 ans, qui lui est en rémission. A cause du cancer, Hazel ne sort jamais sans son chariot et sa bouteille d'oxygène, et Augustus a une prothèse à la place de sa jambe.

    Malgré cela, l'entente et l'attraction entre ces deux amoureux de la vie est immédiate. Un authentique coup de foudre.

    La plume de John Green est d'une extrême beauté et d'une incroyable douceur. A plusieurs reprises, j'ai été émue par les mots de l'auteur et par les personnages de Hazel et Augustus.

    Longtemps après avoir achevé la lecture de ce roman qui ne ressemble à aucun autre, je me surprends parfois à penser avec nostalgie à ces héros qui ont réussi à m'émouvoir et aussi à me faire rire.

    Ce roman a été pour moi un véritable coup de coeur. Un diamant à ne surtout pas mettre sous clé mais à faire voyager de main en main pour que d'autres lecteurs tombent sous son charme.
    L'auteur m'a conquise par l'élégance de sa plume et le charme que dégagent ses héros si attachants.

    John Green, un immense écrivain que je vais continuer à suivre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quel livre merveilleux que celui-là ! Je pense que je n'ai pas besoin de faire de résumé, puisque ce doit être un des livres les plus connus du monde.

    Hazel et Augustus sont tout à fait des personnages comme on aimerait en rencontrer dans chaque livre. J'ai particulièrement aimé leur humour...
    Voir plus

    Quel livre merveilleux que celui-là ! Je pense que je n'ai pas besoin de faire de résumé, puisque ce doit être un des livres les plus connus du monde.

    Hazel et Augustus sont tout à fait des personnages comme on aimerait en rencontrer dans chaque livre. J'ai particulièrement aimé leur humour noir, et leur histoire d'amour est sublime, même si particulièrement triste.

    Préparez vos mouchoirs, OK ? OK.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une pure gifle émotionnelle !

    Ce roman est juste merveilleux, atroce, sublime, horrible.

    J'étais dubitative au début par rapport à cette histoire de cancer qui me paraissais maussade, mais ce livre est plein d'espoir. En dépit de la tournure dramatique des événements, j'ai refermé le...
    Voir plus

    Une pure gifle émotionnelle !

    Ce roman est juste merveilleux, atroce, sublime, horrible.

    J'étais dubitative au début par rapport à cette histoire de cancer qui me paraissais maussade, mais ce livre est plein d'espoir. En dépit de la tournure dramatique des événements, j'ai refermé le livre avec l'envie de profiter pleinement de ma vie. Après cette lecture on arrive a relativiser, nous nous rendons compte de notre chance.

    "Je crois qu'on peut choisir dans la vie comment on a envie de raconter une histoire triste, et Augustus et moi avons choisi la manière drôle."

    Voici une citation qui résume fort bien ce livre. Même si le sujet de ce roman est excessivement triste, j'ai toutefois aimé l'humour qu'il dégage. Il m'a tour à tour, émue, touchée, amusée.

    Les personnages sont justes sensationnels. Et pourtant contrairement à ce que l'on pourrait penser, ils sont bien loin d'être parfait, mais ce sont leur défauts qui nous font nous y attacher.

    Augustus (ou Gus) et Hazel m'ont tellement fait rire, par le biais de leur ironie décalée, ainsi que leur élan Shakespearien mais surtout par grâce à leur autodérision face à leur maladie.

    Nos étoiles contraires n'est pas un simple livre sur le Cancer, c'est avant tout un livre sur l'Amour : l'amour entre deux êtres, l'amour des parents envers leurs enfants, l'amour entre deux amis.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un incontournable! Mon premier John Green, je ne suis absolument pas déçue!

    C'est un roman sur la maladie (cancer), l'adolescence, la mort, l'amour et l'amitié. Parfait pour pleurer un bon coup! (Et ne manque pas de citations sublimes)
    John Green a traité le sujet à la perfection sans...
    Voir plus

    Un incontournable! Mon premier John Green, je ne suis absolument pas déçue!

    C'est un roman sur la maladie (cancer), l'adolescence, la mort, l'amour et l'amitié. Parfait pour pleurer un bon coup! (Et ne manque pas de citations sublimes)
    John Green a traité le sujet à la perfection sans rentrer dans le pathétique.

    La plume de John Green est magnifique! Ce roman est tout simplement riche en émotions: ce bouquin nous fait passer du rire aux larmes, de la tristesse à la joie.

    Les personnages sont touchant, attachants. Hazel et Augustus sont fort et vivants malgré leur maladie.
    Ils m'ont fait pleurer, rire, voyager... en gros, ils m'ont fait vivre.
    J'ai également beaucoup aimé les personnages secondaires tels que Isaac (en vrai c'est mon chouchou).

    Une histoire réaliste, un leçon de vie. Ce roman a été un coup de coeur pour moi, un véritable chef d'oeuvre!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Hazel, seize ans, a une meilleure amie un peu particulière mais surtout très fidèle : il s’agit d’une bombonne d’oxygène qui la suit absolument partout où elle va. Pour être parfaitement exacte, Hazel s’en passerait bien, mais ses poumons engorgés de liquide ne lui laissent pas vraiment le...
    Voir plus

    Hazel, seize ans, a une meilleure amie un peu particulière mais surtout très fidèle : il s’agit d’une bombonne d’oxygène qui la suit absolument partout où elle va. Pour être parfaitement exacte, Hazel s’en passerait bien, mais ses poumons engorgés de liquide ne lui laissent pas vraiment le choix. Car une épée de Damoclès grosse comme le monde pèse sur elle : l’inexorable déclin de son organisme rongé par le cancer. Son existence est donc rythmée par les traitements médicamenteux, les examens cliniques, les rencontres avec les différents médecins chargés de contrôler l’évolution de la maladie, et l’incontournable groupe de parole entre adolescents condamnés à mort par leurs propres cellules. Cette rencontre hebdomadaire est très paradoxalement la prise en charge la plus contraignante à ses yeux, et seule la présence d’Isaac, futur aveugle, la rend encore supportable. Mais la monotonie de son existence est brisée lorsqu’elle y rencontre Augustus Waters, l’adolescent le plus drôle et le plus séduisant qu’elle ait jamais rencontré. Débute alors pour eux une formidable histoire d’amour à l’intensité inouïe …

    C’est donc Hazel elle-même qui nous conte son histoire, ou plutôt, leur histoire. Car la force de ce récit, c’est de ne pas être entièrement ciblé sur la maladie ni complétement centré sur la romance : c’est un savant mélange entre ces deux aspects, sans que l’un n’occulte l’autre. D’un côté, vous avez donc la bataille acharnée qui oppose Hazel avec son propre corps, avec cette maladie qui l’entraine inexorablement vers la mort. Car monsieur Green n’a pas peur de parler de la mort, il l’évoque bien régulièrement au cours de ce roman, sans jamais la banaliser pour autant, tout en délicatesse et en finesse. Il confronte le lecteur avec cette affolante réalité : parfois, l’ordre naturel des choses est rompu et ce sont les enfants qui partent avant les parents. Mais de l’autre côté, vous avez la magnifique histoire d’amour entre Hazel et Augustus, deux adolescents qui ne demandent qu’une chose : s’aimer comme n’importe quel couple, sans s’apitoyer sur leur sort, sans mettre leur maladie au cœur de leur relation. Et cette histoire est juste magnifique, mignonne à souhait mais également terriblement profonde. Je suis littéralement tombée amoureuse de leur histoire d’amour, en fait.

    Et ce qui rend cette histoire si puissante, si intense, c’est avant tout leur personnalité. Hazel est une jeune femme que j’ai trouvée particulièrement intéressante : le regard qu’elle porte sur le monde est bien différent de celui d’autres héroïnes pour adolescents, et ses réflexions sont terriblement pertinentes. Quant à Augustus, je suis tombée sous le charme de son humour mordant, de son exubérance qui n’est finalement qu’une façon de déjouer le sort, de sa crainte de l’oubli et de la profondeur de ses sentiments pour Hazel. Ensemble, ils sont à la fois plus forts et plus fragiles : à deux on affronte plus facilement les difficultés de la vie mais ils savent que l’un d’eux finira seul pour combattre le chagrin provoqué par le décès de l’autre. Hazel et Augustus sont deux personnages très complexes, bien loin des clichés sur les enfants malades : ils ne sont ni parfaitement courageux et déterminés à se battre, ni totalement déprimés et résignés sur leur sort. Non, ils sont un peu des deux, car personne ne peut être indéfiniment brave ou complétement fataliste. Je remercie vraiment l’auteur pour avoir fait ce choix, très juste et très réaliste.

    Mais Nos étoiles contraires, c’est aussi l’histoire des personnages secondaires qui vivent aux côtés de nos deux protagonistes. Celui qui m’a le plus touché, c’est sans aucun doute Isaac. Isaac, c’est le garçon qui n’est pas brisé par le fait de devenir aveugle mais par celui d’avoir été « trahi » par sa petite copine qui, en dépit de ses innombrables promesses de l’aimer « toujours », l’abandonne le jour-même de son opération. Isaac, c’est le garçon qui croit au Grand Amour mais aussi en l’Amitié, qui est toujours présent pour ceux qu’il aime et qui attend qu’on en fasse autant pour lui. J’ai également été terriblement émue par les parents d’Hazel, par leur courage face à la maladie de leur fille mais également par leur maladresse. Ils font tout pour prouver à Hazel qu’elle n’est pas un fardeau à leurs yeux, mais ne se rendent pas compte que cette dernière s’inquiète terriblement pour eux. Le dernier personnage très important pour l’intrigue est Peter Van Houten, l’auteur du livre favori d’Hazel. Il s’agit d’un individu que j’ai énormément de mal à cerner : d’un côté son comportement m’exaspère au plus haut point, et de l’autre on le sent profondément brisé par la vie. Malgré cette ambigüité, je suis bien obligée de reconnaitre que certaines de ses réflexions sont terriblement justes. Si j’ajoute ce « terriblement », c’est bien parce que l’auteur met dans sa bouche les remarques les plus cruelles et les moins politiquement correctes.

    En bref, ce livre est un merveilleux coup de cœur. John Green a réussi le pari de me faire rire et pleurer à chaque page, de m’offrir un récit bouleversant mais aussi terriblement rayonnant. Par son écriture toute en légèreté et en finesse, il évite de sombrer dans le pathétique sans pour autant prendre tout à la rigolade. J’ai beau avoir du plusieurs fois sortir le paquet de mouchoirs, j’ai également eu quelques éclats de rire au cours de ma lecture. Très étrangement, c’est apaisée que je tourne la dernière page de ce livre, un livre qui restera gravé dans ma mémoire non pas comme un roman qui m’a fait pleurer mais plutôt comme celui qui a fait germé en moi l’espoir de rencontrer un jour un Augustus Waters … A mes yeux, ce livre fait partie de ceux qui devraient être lus par tout le monde, car il offre tellement de pistes de réflexion, car il est tellement captivant et tellement profond, car il n’est ni déprimant ni surréaliste, il est génial tout simplement.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.