Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La pitie dangereuse

Couverture du livre « La pitie dangereuse » de Stefan Zweig aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

La Pitié dangereuse (1939) est l'unique roman de Zweig. C'est l'histoire d'un jeune officier de cavalerie ému par la paralysie d'une jeune femme. Par pitié, il multiplie ses visites, alors qu'Edith a de plus en plus de mal à cacher l'amour que lui inspire le beau soldat.

Donner votre avis

Avis (3)

  • Paru en 1939, ce roman achevé de Stefan Zweig, écrit à la veille de la seconde guerre mondiale, avait pour but de ressusciter pour un public international l’Autriche d’avant la première guerre mondiale afin d’en révéler sa culture, son charme, sa sentimentalité et son raffinement à jamais...
    Voir plus

    Paru en 1939, ce roman achevé de Stefan Zweig, écrit à la veille de la seconde guerre mondiale, avait pour but de ressusciter pour un public international l’Autriche d’avant la première guerre mondiale afin d’en révéler sa culture, son charme, sa sentimentalité et son raffinement à jamais perdus.
    L’action se situe en 1913 dans une petite ville garnison autrichienne où est basé le jeune officier de cavalerie Anton Hofmiller. Convié à un dîner chez le très riche Kekesfalva, il commet la maladresse d’inviter à danser la fille de son hôte, ignorant qu’elle est paralysée. Désireux de réparer sa maladresse, ce jeune homme bon et bienveillant se retrouve piégé par la pitié qu’il éprouve envers cette jeune paralytique.
    Les personnages de Kekesfalva et du Docteur Condor qui gravitent autour de lui anéantissent toute volonté de sa part en faisant justement appel à sa pitié et l’engluent encore plus profondément dans la toile qu’ils ont tissé en évoquant, à chaque fois qu’il est nécessaire, le triste sort de cette jeune fille.
    Stefan Zweig fait passer le jeune lieutenant Hofmiller par les affres de l’indécision, de l’affliction, de la colère, du renoncement, de la félicité…
    De par le peu de personnages de ce roman ( Edith, Kekesfalva, Condor et Hofmiller), on peut le considérer comme un huis-clos. Le point de vue du héros, Anton Hofmiller, prédomine étant donné qu’il est le narrateur de ce récit bien qu’Edith, Kekesfalva et le Docteur Condor modulent ses propos par la résistance qu’ils lui opposent. Tous trois font contre poids aux efforts que fait Hofmiller pour justifier son comportement. Il se montre influençable face aux projets de ces 3 protagonistes, pourtant si éloignés des siens.
    Ce héros, bien faible en réalité, au caractère ambivalent ne cesse d’être torturé par moult scrupules et remords pour finir par se rallier aux désirs des autres.
    Tout le roman étale la confusion des sentiments de ce jeune lieutenant, qui, dans ses moments de lucidité comprend que la pitié est à double tranchant.
    Stefan Zweig, par de multiples rebondissements, développe avec génie l’enchainement des situations qui mèneront au drame, provoquant chez le lecteur un malaise grandissant.
    Ecrite en 1939, cette œuvre, comme tous les écrits de Stefan Zweig, n’a pas pris une ride et réjouie toujours autant le lecteur.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Un roman de Stefan Zweig qui m’avait échappée, et que j’ai découvert avec curiosité. Il est difficile de rester insensible tant le sujet de fond, la pitié, est universel. Ce jeune officier, Anton Hofmiller, rapporte au narrateur une histoire qui lui est arrivée, juste avant la Grande Guerre et...
    Voir plus

    Un roman de Stefan Zweig qui m’avait échappée, et que j’ai découvert avec curiosité. Il est difficile de rester insensible tant le sujet de fond, la pitié, est universel. Ce jeune officier, Anton Hofmiller, rapporte au narrateur une histoire qui lui est arrivée, juste avant la Grande Guerre et qui a changé sa vie : sa rencontre avec le riche Kekesfalva, et surtout avec sa fille infirme, Edith. Certains passages sont émouvants, d’autres penchent vers un lyrisme qu’on peut juger excessif, et d’une époque révolue. Les personnages sont intéressants, comme ce riche Kekesfalva, qu’on pourrait imaginer dans la Comédie humaine, de Balzac. Son ascension au rang de châtelain narrée par le médecin, Condor à Anton, est intéressante. Les thèmes de prédilection de l'auteur sont présents, et je suis toujours abasourdie de lire ses romans, toujours profonds, et empreints d'humanité, qui me touchent beaucoup. Même si j'ai apprécié cette lecture, ce n'est pas celui que je préfère des romans de Zweig.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Je le recommande très très vivement pour tous ceux qui ont l'empathie dévorante ... A lire et relire !

    Je le recommande très très vivement pour tous ceux qui ont l'empathie dévorante ... A lire et relire !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.