La colonie des optimistes

Couverture du livre « La colonie des optimistes » de Antoine Sahler et Vincent Bourgeau aux éditions Actes Sud Junior
Résumé:

Le nouveau livre-CD d'Antoine Sahler, accompagné de sa «bande» : François Morel, Thomas de Pourquery, Olivier Saladin, Lucrèce Sassella...

Camille, ou plutôt «Mica», passe son été en colonie de vacances. Mais la vie en communauté, ce n'est pas trop son truc. Alors elle part se balader en... Voir plus

Le nouveau livre-CD d'Antoine Sahler, accompagné de sa «bande» : François Morel, Thomas de Pourquery, Olivier Saladin, Lucrèce Sassella...

Camille, ou plutôt «Mica», passe son été en colonie de vacances. Mais la vie en communauté, ce n'est pas trop son truc. Alors elle part se balader en forêt et tombe sur une cabane dans laquelle se trouve un piano. Lorsque le propriétaire revient, Camille se sauve à temps. Mais c'est le début d'une fascination pour cet instrument majestueux et cet homme mystérieux. Avec l'aide de Terence et Brigitte, Camille va vouloir en savoir plus. En espérant l'entendre jouer du piano...

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Antoine Sahler répond à nos questions ! (09/11/2016)

1) Qui êtes-vous ? ! Je suis Isabelle Péhourticq, éditrice de livres documentaires et de livres-cd chez Actes Sud Junior. 2) Quel est le thème central de ce livre ? Grandir, se révéler à soi-même, trouver sa voie. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? «La vie des fois, c'était comme ça. Idiot et triste." 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Celle d'Antoine Sahler, bien sûr. Ce livre EST la musique. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Le repas composé par les enfants de la colonie : la tarte Tatin au thon, le hot-dog à l'ananas, la salade de fruits au surimi... 6) Savez-vous à quoi «servent» les écrivains ? A écrire des histoires qui nous aident à vivre.

Antoine Sahler répond à nos questions ! (08/12/2016)

1) Quelle relation avez-vous avec l'inspiration ? Une relation détendue ? Laissez-vous par exemple une grande liberté à vos personnages ? Pour l'écriture des chansons, oui, je suis assez détendu, et j'aime assez l'expression que vous employez ! J'essaie de laisser une grande liberté aux chansons en devenir qui m'accompagnent dans mes promenades, mes rêveries. Je ne cherche pas (plus précisément : je ne cherche plus) à les figer trop rapidement sur le papier, je ne prends pas de notes, je laisse l'esquisse de la chanson croître, et à un moment, je l'attrape ! Mais pour les histoires, les personnages, j'avoue être dans une moindre familiarité avec l'exercice. Je suis plus angoissé par la construction, les personnages, et la relation est moins "détendue" ! 2) Comment vous est venue l'idée de la Colonie des optimistes ? Deux choses, apparemment sans lien, ont présidé à l'écriture de la "Colonie des Optimistes". L'envie de raconter une histoire qui parle de la perte, et une chanson qui m'est venue, un peu par hasard, "Dans le Piano", ou il est question de quelqu'un qui a disparu à l'intérieur d'un piano à queue. J'ai écrit plusieurs débuts, ça n'allait pas, j'ai laissé tomber, plusieurs fois, mais l'envie perdurait. Et un jour, j'ai eu l'idée d'une colonie de vacances, et d'une petite fille, un peu rebelle, qui découvrirait un piano abandonné... j'ai écrit plusieurs chansons, dans la rêverie de ce "décor", et le projet a pris forme. 3) L'optimisme fait-il d'ailleurs partie de vos qualités ? Oui ! 4) Il y a-t-il un clin d'oeil dans ce titre ? Le projet s'est longtemps appelé "Dans le piano", mais ça n'allait pas, c'était un peu plat, et finalement assez éloigné de l'histoire. Comme la colonie de vacances se passe au bord de la mer, et qu'il y est question des petits bateaux, les "optimiste" (sans "e" !), j'ai pensé à ça, et mon éditeur (Actes Sud) a été tout de suite aimé. 5) Laissez-vous entrer des éléments autobiographiques dans vos récits ? Enfant avez-vous appris à naviguer dans une colonie de vacances ? Oui j'ai fait un peu de voile, en Bretagne, enfant, mais pendant les vacances avec mes parents, avec mon frère aîné. Mais pas en colo ! Non, je n'utilise pas les souvenirs comme matériau direct. Les émotions, oui ! 6) Enfant aimiez-vous écouter des histoires ? Oui, les livres pour enfants, d'abord, et puis les fictions à la radio, ensuite, j'ai toujours aimé beaucoup ça. 7) Quelle qualité principale souhaitez-vous partager avec vos jeunes lecteurs ? La confiance, l'optimisme ? Je ne sais pas, je ne cherche pas particulièrement à passer un message, si ce n'est ce qui est dit à la fin de l'histoire : quelque chose de lucide sur l'absurdité de la vie, de lucide mais de gai. La vie, des fois, c'est n'importe quoi... 8) Composez-vous d'abord les mélodies ? Ou écrivez-vous d'abord les textes, puis les mélodies (comme Brassens) ? J'essaie de faire les deux ensembles, pour que la forme écrite n'impose pas une forme trop rigide à la mélodie. Je m'attache surtout à faire respirer la chanson, j'écris beaucoup en marchant, en me promenant. 9) Testez-vous vos scénarios auprès des enfants de votre entourage, avant d'écrire pour de bon ? Non 10) Les enfants de votre public sont-ils sensibles à la poésie ? Ah il faut leur demander ! Mais je pense, tout le monde l'est, au fond, non ? 11) Comment la composition et la poésie sont elles entrées dans votre vie ? La composition, par jeu, déjà en essayant de retrouver d'oreille des chansons que j'aimais... et j'imagine, cela a beaucoup à voir avec l'ennui, le doux ennui que l'on éprouve pendant certains moments de l'enfance et de l'adolescence. 12) Enfant vous disiez-vous «plus tard j'écrirai des chansons destinées aux enfants» ? Non pas du tout. Je ne disais même pas : j'écrirai des chansons ! Je voulais être architecte, ou cantonnier. Architecte, parce que mon oncle, graphiste, partageait son atelier avec un architecte et que j'avais été fasciné par les grandes tables à dessin; cantonnier, à cause d'un livre disque de comptines, illustré. Il y avait la chanson "sur la route de Louviers" et j'adorais le personnage du cantonnier qui était assis au bord de la route avec un sandwich au camembert. Je regardais l'image et je disais : je veux faire ça, plus tard ! 13) Alors que l'image et les écrans «envahissent» nos vies, êtes-vous attaché au rayonnement de la poésie ? Oui, même si je ne suis pas sûr que les écrans soient forcément "anti-poétiques". Mais c'est vrai qu'il y a sans doute un sujet sur la question de l'ennui, pour les enfants d'aujourd'hui....

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !