Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Philippe Besson

Philippe Besson

Né à Barbezieux-Saint-Hilaire le 29 janvier 1967, Philippe Besson est un écrivain français au parcours atypique. Ancien directeur des ressources humaines, l’auteur est également animateur de télévision, journaliste, critique littéraire, scénariste et réalisateur. En 2001, Philippe Besson publie s...

Voir plus

Né à Barbezieux-Saint-Hilaire le 29 janvier 1967, Philippe Besson est un écrivain français au parcours atypique. Ancien directeur des ressources humaines, l’auteur est également animateur de télévision, journaliste, critique littéraire, scénariste et réalisateur. En 2001, Philippe Besson publie son premier roman, En l’absence des hommes, qui est récompensé par différents prix. Après le personnage de Marcel Prouts dans ce premier roman, l’auteur met régulièrement en scène des hommes célèbres dans ses œuvres : James Dean, Arthur Rimbaud. Le style épuré de Philippe Besson rappelle celui de Marguerite Duras.

Philippe Besson est un auteur engagé politiquement. Apportant son soutien à Ségolène Royal en 2007, il publie en 2017 un récit de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, intitulé Un personnage de roman. Certaines œuvres de Philippe Besson ont été adaptées au cinéma et au théâtre, notamment Son frère, adapté au cinéma par Patrice Chéreau en 2003.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Philippe Besson (10)

Avis sur cet auteur (228)

  • add_box
    Couverture du livre « Le dernier enfant » de Philippe Besson aux éditions Julliard

    HEIM sur Le dernier enfant de Philippe Besson

    Une nouvelle petite merveille de Philippe Besson avec son style subtil tout en douceur. L'histoire est basique et ordinaire. Le dernier enfant de la maison prend son envol et son indépendance pour s'installer dans son studio. Les parents l'aident à déménager, la maison sera désormais vide car...
    Voir plus

    Une nouvelle petite merveille de Philippe Besson avec son style subtil tout en douceur. L'histoire est basique et ordinaire. Le dernier enfant de la maison prend son envol et son indépendance pour s'installer dans son studio. Les parents l'aident à déménager, la maison sera désormais vide car les deux aînés sont déjà partis depuis longtemps.

    Comme souvent c'est dans les descriptions, dans l'analyse des émotions et des sentiments, dans l'intériorité des personnages, que Philippe Besson touche le lecteur. Ses personnages sont proches de nous, nous sommes eux et ils sont nous. Anne-Marie, la mère, est semblable à toutes les mères de famille, affectée par le départ de ce fils adoré, se demandant désormais ce que sera son quotidien. Comment redevenir une femme lorsqu'on a été mère si longtemps ? Comment penser à nouveau exclusivement à soi alors qu'on a tout à fait pour ses enfants ?

    Oui décidément Philippe Besson nous fait encore passer un très beau moment de lecteur, tout en pudeur, une fine caresse qui nous dit que nous sommes vivants et que derrière la tristesse il y a aussi l'espoir.

  • add_box
    Couverture du livre « Le dernier enfant » de Philippe Besson aux éditions Julliard

    Fabienne DEFOSSE sur Le dernier enfant de Philippe Besson

    Lire Philippe Besson c'est accepter de se poser, d'entrer dans l'intimité de ses personnages, dans leurs pensées. Voilà, Philippe Besson est un écrivain de l'intime. Le dernier enfant n'échappe pas à la règle. Il évoque ce séisme intérieur qui ébranle ces mères qui assistent impuissantes au...
    Voir plus

    Lire Philippe Besson c'est accepter de se poser, d'entrer dans l'intimité de ses personnages, dans leurs pensées. Voilà, Philippe Besson est un écrivain de l'intime. Le dernier enfant n'échappe pas à la règle. Il évoque ce séisme intérieur qui ébranle ces mères qui assistent impuissantes au départ du petit dernier.

    Elle le détaille tandis qu’il va prendre sa place : les cheveux en broussaille, le visage encore ensommeillé, il porte juste un caleçon et un tee-shirt informe, marche pieds nus sur le carrelage. Pas à son avantage et pourtant d’une beauté qui continue de l’époustoufler, de la gonfler d’orgueil. Et aussitôt, elle songe, alors qu’elle s’était juré de se l’interdire, qu’elle s’était répété non il ne faut pas y songer, surtout pas, oui voici qu’elle songe, au risque de la souffrance, au risque de ne pas pouvoir réprimer un sanglot : c’est la dernière fois que mon fils apparaît ainsi, c’est le dernier matin.

    Le dernier enfant est à l'image de cette famille, simple. Le père, Patrick, est chef de rayon dans un supermarché, la mère, Anne-Marie, caissière. Ensemble ils ont eu trois enfants. Ils s'apprêtent à vivre leur dernière journée à trois dans leur pavillon de banlieue. Théo, le petit dernier part s'installer dans la ville d'à côté pour ses études. Ses parents l'aident à déménager. Du lever au coucher du soleil, Philippe Besson nous invite à plonger dans le psyché de ces gens ordinaires ébranlés par ce qu'il y a lieu de nommer une étape de la vie. Plus l'heure de la séparation approche, plus la peur du vide augmente. Comment se quitter sans se blesser, sans culpabiliser ? Comment dire que malgré tout, on s'aime quand on ne se l'ai jamais dit ? Comment réapprendre à vivre pour soi quand on a vécu que pour ses enfants ?

    Le dernier enfant est avant tout un roman d'atmosphère. On ressent tout. L'angoisse de la mère, le désœuvrement du père, leur nécessité de s'occuper pour ne pas être envahi par ce sentiment d'abandon. Faire la vaisselle pour l'une, tondre le carré de pelouse et tailler les géraniums pour l'autre. Et puis il y a ce jeune garçon qui retient d'abord sa fougue pour ne pas blesser ses parents, puis sa peur de l'inconnu quand le moment venu, il se retrouve seul au milieu de ses cartons. Tout le talent de l'auteur réside dans ces ces petits riens qui peuvent faire de grands drames. Philippe Besson a cette acuité à saisir l'insaisissable, à rendre palpable cette d'ambiance si singulière, qui s'apparente tellement à celle des dimanches soirs. De plus, il incarne si justement cette mère qui se rapproche dangereusement du précipice que l'émotion n'en est que plus présente. Le dernier enfant est un roman sobre et déchirant, d'une justesse et d'une humanité touchantes. Philippe Besson rend un bien bel hommage à toutes ces mamans qui se sont une peu trop oubliées.

    En fermant Le dernier enfant, croyez-moi vous serez tout particulièrement heureuse d'entendre la sempiternelle question de vos gnomes Eh m'mam qu'est-ce qu'on mange ce soir ?


    https://the-fab-blog.blogspot.com/2021/02/mon-avis-sur-le-dernier-enfant-de.html

  • add_box
    Couverture du livre « Le dernier enfant » de Philippe Besson aux éditions Julliard

    Lex_Libris_ sur Le dernier enfant de Philippe Besson

    Que se passe-t-il dans le coeur d'une mère lorsque le petit dernier quitte le nid pour voler de ses propres ailes ?

    L'histoire est simple, basique. Une année précise, un mois choisi, une date retenue sur un calendrier, vingt-quatre heures où tout vacille dans la vie de cette maman qui voit...
    Voir plus

    Que se passe-t-il dans le coeur d'une mère lorsque le petit dernier quitte le nid pour voler de ses propres ailes ?

    L'histoire est simple, basique. Une année précise, un mois choisi, une date retenue sur un calendrier, vingt-quatre heures où tout vacille dans la vie de cette maman qui voit son dernier enfant quitter le foyer familial.

    Anne Marie, voit Théo, 18 ans, son dernier enfant quitter la maison pour s'installer seul dans un petit appartement en ville. On suit donc cette mère sur cette journée cruciale : le petit déjeuner, les cartons à faire, le trajet en voiture, l'emménagement, le dernier restaurant puis les aux revoirs avant de se retrouver seule avec son mari.

    Une nouvelle fois, Philippe Besson prouve sa sensibilité, sa délicatesse, sa justesse des mots. Un roman plutôt pudique, surement un peu autobiographique. En puissant dans son expérience personnelle, l'auteur se place dans la peau d'une mère qui voit s'envoler son dernier enfant, et c'est sublime.

    Philippe Besson distille le syndrome du nid vide, comme le fait Sandrine Roudeix dans "Ce qu'il faut d'air pour voler", à travers les questionnements de l'âme de cette mère en souffrance.

    Un roman très émouvant et sensible, où Philippe Besson décrit la beauté des derniers gestes, des derniers instants, des états d'âme de cette mère, de cette femme, fragile et simple à la fois.

    Un roman une nouvelle fois qui emporte grâce à ce style et cette plume particulière, et les émotions, qui font de Philippe Besson est grand écrivain. Un roman beau comme l'amour d'une mère a son enfant.

  • add_box
    Couverture du livre « Le dernier enfant » de Philippe Besson aux éditions Julliard

    kitaro sur Le dernier enfant de Philippe Besson

    Un couple ordinaire, une vie ordinaire, des enfants ordinaires
    Bref pas de meurtres, de viol, d’inceste, de suicide et de harcèlement……..Ouf !
    Ce dimanche Théo s’en va, ce dernier enfant part vivre sa vie. Quoi de plus normal.
    Pour Anne Marie sa mère c‘est un cataclysme, celui qui depuis sa...
    Voir plus

    Un couple ordinaire, une vie ordinaire, des enfants ordinaires
    Bref pas de meurtres, de viol, d’inceste, de suicide et de harcèlement……..Ouf !
    Ce dimanche Théo s’en va, ce dernier enfant part vivre sa vie. Quoi de plus normal.
    Pour Anne Marie sa mère c‘est un cataclysme, celui qui depuis sa naissance régit sa vie l’abandonne
    Bien sûr c’est normal et elle s’y attendait. Est-on toujours préparé à l’inéluctable. ?
    Ce départ la plonge dans un profond désarroi.
    Au fil de années elle s’est oubliée, a oublié on couple, son mari si silencieux mais toujours présent.
    Lui si peu locace car trop pudique.
    Un grand vide devant elle, A quoi bon continuer de vivre ….. Elle se sent inutile alors une envie de partir, tout quitter.
    Mais Patrick est là, il sait ce qu’elle ressent car au fond de lui-même il ressent la même chose.
    Alors il vient la chercher avec ces mots de tous les jours d’une tendresse infinie, des mots simples il la ramène vers un nouvel avenir.
    Un livre tout en émotion, tout en pudeur, touchant