Arrête avec tes mensonges

Couverture du livre « Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson aux éditions Julliard
  • Date de parution :
  • Editeur : Julliard
  • EAN : 9782260029885
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je... Voir plus

Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
Mais un amour, quand même.
Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

Donner votre avis

Articles (6)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Etonnamment Philippe Besson nous dit qu'il dit la vérité pour la première fois alors qu'on l'impression de lire un de ses livres qu'on a déjà lu ! Dans cet opus il se regarde le nombril mais c'est assumé !

    Toujours les mêmes thèmes, les relations familiales, humaines, l'homosexualité....
    Voir plus

    Etonnamment Philippe Besson nous dit qu'il dit la vérité pour la première fois alors qu'on l'impression de lire un de ses livres qu'on a déjà lu ! Dans cet opus il se regarde le nombril mais c'est assumé !

    Toujours les mêmes thèmes, les relations familiales, humaines, l'homosexualité.

    C'est bien écrit, fluide, on a envie d'y croire en même temps c'est tellement téléphoné que j'ai vraiment eu du mal.

    Je ne comprends d'ailleurs pas ces prix reçus.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je referme ce livre en frissonnant ; cette histoire est belle, puissante, intense et en même temps triste à mourir.
    C'est l'histoire d'un amour de jeunesse dont la fin des années lycée a signé l'arrêt.
    Ce sont deux êtres qui vivront chacun leur existence avec un souvenir qui hante leurs...
    Voir plus

    Je referme ce livre en frissonnant ; cette histoire est belle, puissante, intense et en même temps triste à mourir.
    C'est l'histoire d'un amour de jeunesse dont la fin des années lycée a signé l'arrêt.
    Ce sont deux êtres qui vivront chacun leur existence avec un souvenir qui hante leurs jours.

    L'écriture de Philippe Besson est juste, délicate, elle scrute les sentiments et les traduit avec nuances.

    Et, dans ce récit, conformément au titre, monsieur Besson n'invente pas, il se livre ou , plutôt, il nous livre son vécu en hommage à celui qui est parti sans jamais avoir su ou pu franchir le pas.
    C'est en quelque sorte un testament littéraire, Monsieur besson se met à nu et c'est un formidable cadeau aux lecteurs que nous sommes.

    "Ma plus belle histoire d'amour c'est vous" chantait Barbara, ces mots pourraient être ceux de Thomas.

    Merci au site de m'avoir offert cette lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bouleversant.

    Sublime.

    J’ai refermé ce livre, les larmes aux yeux. Philippe Besson y raconte son premier amour, sans fard, sans filtre. Tout en sincérité et en émotion. En sensibilité et en délicatesse.

    Je n’ai pas lu d’autres livres de cet auteur, mais je sais maintenant qu’Arrête avec...
    Voir plus

    Bouleversant.

    Sublime.

    J’ai refermé ce livre, les larmes aux yeux. Philippe Besson y raconte son premier amour, sans fard, sans filtre. Tout en sincérité et en émotion. En sensibilité et en délicatesse.

    Je n’ai pas lu d’autres livres de cet auteur, mais je sais maintenant qu’Arrête avec tes mensonges est la base de tous les autres, la genèse de son œuvre et de son être. Cette histoire d’amour avec Thomas qu’il nous livre ici est l’origine de la suite de sa vie.

    Arrête avec tes mensonges, c’est l’histoire d’un amour interdit et clandestin entre deux lycéens. C’est l’histoire d’une passion, d’un désir irrépressible et sauvage. Mais c’est aussi l’histoire d’une séparation. L’histoire d’une grande souffrance. Il n’est pas facile de montrer son homosexualité au grand jour quand on a dix-sept ou dix-huit ans, en 1984.

    Différence. Violence. Souffrance. Silence. Rester soi-même.

    "Plus tard, donc, j’affronte la violence que provoque cette différence supposée. J’entends les fameuses insultes, au moins les insinuations fielleuses. Je vois les gestes efféminés qu’on surjoue en ma présence, les poignets cassés, les yeux qui roulent, les fellations qu’on mime. Si je me tais, c’est pour ne pas avoir à affronter cette violence. De la lâcheté ? Peut-être. Une manière de me protéger, forcément. Mais jamais je ne dévierai. Jamais je ne penserai : c’est mal, ou : j’aurais mieux fait d’être comme tout le monde, ou : je vais leur mentir afin qu’ils m’acceptent. Jamais. Je m’en tiens à ce que je suis. Dans le silence certes. Mais un silence têtu. Fier."

    Après une passion brève et intense, les chemins de Philippe et Thomas se séparent. Pour Thomas, il le sait d’avance, cette relation n’ira pas plus loin, la vie les séparera vite, trop vite. Sauver les apparences. Satisfaire sa famille.

    "Parce que tu partiras et que nous resterons."

    Mais rien n’empêche le sentiment de manque de l’autre et le souvenir. Vient le temps de l’absence. Celle qui vous ronge, vous détruit à petit feu, et que vous comblez comme vous le pouvez. Rien ne remplacera ce premier amour.

    "Plus tard, j’écrirai sur le manque. Sur la privation insupportable de l’autre. Sur le dénuement provoqué par cette privation ; une pauvreté qui s’abat. J’écrirai sur la tristesse qui ronge, la folie qui menace. Cela deviendra la matrice de mes livres, presque malgré moi. Je me demande quelquefois si j’ai même jamais écrit sur autre chose. Comme si je ne m’étais jamais remis de ça : l’autre devenu inaccessible. Comme si ça occupait tout l’espace mental."

    La plume de Philippe Besson est belle, fluide. Les mots jaillissent les uns à la suite des autres. L’écriture est une lumière dans le noir. Il faut continuer à vivre et à avancer.

    Je n’ai pas les mots pour exprimer vraiment ce que j’ai ressenti lors de cette lecture. Je dirais simplement qu’Arrête avec tes mensonges m’a emportée dans un tourbillon d’émotions. J’ai respiré à l’unisson avec chaque mot. Mais surtout j’ai été très touchée par la fin. La lettre de Thomas est si belle et si glaçante à la fois.

    Arrête avec tes mensonges est un récit intime, jusqu’au bout, et qui explore en profondeur les thèmes de l’acceptation de soi, du regard des autres, des secrets et des non-dits. Un coup de cœur pour moi. A lire absolument !

    https://ellemlireblog.wordpress.com/2018/10/18/arrete-avec-tes-mensonges-philippe-besson/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout d’abord un grand merci a lecteurs.com pour m'avoir fait parvenir ce livre!!

    Un magnifique roman ou Philippe Besson se livre entièrement sur une partie de sa vie, J'ai adoré de nouveau tout comme un garçon d'Italie, j'ai été plongé dans son histoire, je l'ai accompagné et j'en suis sorti...
    Voir plus

    Tout d’abord un grand merci a lecteurs.com pour m'avoir fait parvenir ce livre!!

    Un magnifique roman ou Philippe Besson se livre entièrement sur une partie de sa vie, J'ai adoré de nouveau tout comme un garçon d'Italie, j'ai été plongé dans son histoire, je l'ai accompagné et j'en suis sorti les larmes au yeux!!

    Bouleversant de sincérité, ce livre est puissant et douloureux, il nous fait part de la différence amoureuse, de la difficulté a l'acceptation, de l'obligation de se cacher et de mentir.
    Des amours difficiles, interdits, dérangeants pour certains et pourtant si beau et si criant de sincérité.
    Le manque, l’absence et les regrets qui finissent comme le dit Thomas : "parce que tu partiras et que nous resterons" dans cette phrase tout est dit et c'est pour cela que tout un chacun doit vivre sa vie comme il en a envie car la vie est courte et que l'on en a qu'une!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Concours Facebook Lecteurs.com

    Il suffit parfois d'un petit quelque chose, d'un presque rien, cette petite impression de déjà-vu, et puis le doute. Et c'est dans le hall de cet hôtel, lorsqu'il pense le reconnaître, que tout s'emballe, que les souvenirs refont surface, ces moments partagés,...
    Voir plus

    Concours Facebook Lecteurs.com

    Il suffit parfois d'un petit quelque chose, d'un presque rien, cette petite impression de déjà-vu, et puis le doute. Et c'est dans le hall de cet hôtel, lorsqu'il pense le reconnaître, que tout s'emballe, que les souvenirs refont surface, ces moments partagés, cet amour de jeunesse.

    Philippe se rappelle. 1984. Thomas. Des années lycée. Leur jeunesse, leur fougue, la passion qui les a liés pendant un temps, comme suspendu dans les airs, un temps passé, qu'il n'a pourtant pas oublié.

    Il nous la raconte, cette histoire, leur histoire. Les adolescents amoureux, qui découvrent tout de leur penchant, la tendresse, leurs corps, d'un amour intense, est-il vraiment si différent ?

    "Je m'en tiens à ce que je suis. Dans le silence certes. Mais un silence têtu. Fier."

    Ils vont devoir vivre cet amour, cette passion, cachés, pour que les autres ne sachent pas, peut-être quelque part pour y mettre un peu plus de mystère... Ils devront même parfois s'éviter. Faire semblant.

    "Je découvre la morsure du manque. Plus tard j'écrirai sur le manque. Sur la privation insupportable de l'autre. J'écrirai sur la tristesse qui ronge, la folie qui menace."

    Ils vont s'aimer. Ils s'aimeront. Lors de leurs étreintes, on pourrait parfois avoir l'impression que l'amour n'est qu'à sens unique. Mais au fil de l'histoire qui se déroule sous nos yeux, nous nous rendrons compte très vite qu'il n'en est rien. Que cet amour est bel et bien partagé.

    Et puis la vie nous joue des tours. La vie décide. La vie sépare.  La vie change nos chemins. Les années passent mais les histoires restent. On n'oublie pas. Il suffit d'un instant, d'un moment de faiblesse, d'égarement pour que le cours de la vie change...

    "Je sais aussi tout ce qu'on doit quitter de soi pour ressembler à tout le monde."

    La séparation. Un départ. Un soir un peu trop arrosé et Thomas fait une rencontre qui va bouleverser la suite de sa vie, à lui, mais aussi celle de Philippe, sans encore le savoir. Il aura un enfant, Lucas. Il devra se marier. Contraint. Forcé. Ce n'est tellement pas lui tout ça.
    Pendant si longtemps pensant qu'il l'avait oublié, Philippe apprendra à ses dépens les multiples événements et embûches qui ont jalonné l'existence de Thomas. Comme s'il refaisait à nouveau connaissance avec lui. Une dernière fois... à travers la voix de Lucas...

    Une première lecture de cet auteur. J'ai découvert la plume délicate de Philippe Besson. Il nous chante les sentiments. Il nous dessine l'amour. Le tout d'une écriture fluide, simple mais intense. Le poids des mots. D'une sensibilité déconcertante.
    Une divine lecture coup de coeur !

    "Les mots qui nous crucifient sont les mots les plus simples. Presque des mots d'enfants."

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Réalité ou invention ? Qu'importe ! Ce qu'on retient de ce "roman" c'est cette singulière histoire d'amour construite dans la passion des premiers amours. De cette passion qui rend cette première expérience inoubliable et unique. Celle après laquelle on court ensuite toute sa vie. C'est donc une...
    Voir plus

    Réalité ou invention ? Qu'importe ! Ce qu'on retient de ce "roman" c'est cette singulière histoire d'amour construite dans la passion des premiers amours. De cette passion qui rend cette première expérience inoubliable et unique. Celle après laquelle on court ensuite toute sa vie. C'est donc une histoire personnelle que nous livre l'auteur et dans laquelle on se sent pourtant totalement impliqué. Touchant et juste, ce livre nous épargne le sentimentalisme à l'eau de rose.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Merci Lecteurs.com de m'avoir envoyé ce beau roman !
    Je n'avais jamais rien lu de Philippe Besson. Je découvre donc cet auteur par ce livre, Arrête avec tes mensonges, et j'ai beaucoup aimé. Pourtant, pas d'intrigue à proprement parler, des souvenirs, un souvenir plus précisément, qui revient...
    Voir plus

    Merci Lecteurs.com de m'avoir envoyé ce beau roman !
    Je n'avais jamais rien lu de Philippe Besson. Je découvre donc cet auteur par ce livre, Arrête avec tes mensonges, et j'ai beaucoup aimé. Pourtant, pas d'intrigue à proprement parler, des souvenirs, un souvenir plus précisément, qui revient à la mémoire du narrateur (ou de l'auteur ??) alors qu'il croit apercevoir un amour de jeunesse. C'est beau, subtil, cru par moments, triste, très triste. C'est La Boum en version plus sombre, moins légère, qui raconte ce qu'on ne voit pas, qu'on ne veut pas voir, qu'on ne veut pas tout court dans ces années 80 pourtant eprises de liberté : l'amour d'un adolescent pour un autre.
    Le livre est refermé mais je n'oublie pas ces deux adolescents, j'y pense souvent avec tristesse, et colère aussi, contre l'intolérance de notre société qui a toujours du mal à accepter la différence.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je remercie lecteurs.com et les éditions Juillard de m’avoir fait gagner ce livre, finaliste des prix 2017 Orange des lecteurs et Blù Jean-Marc Roberts, élu du Prix Maison de la Presse 2017 et du Prix Psychologies du Roman inspirant.

    Je n’avais jamais lu d’écrit de Philippe Besson. Je...
    Voir plus

    Je remercie lecteurs.com et les éditions Juillard de m’avoir fait gagner ce livre, finaliste des prix 2017 Orange des lecteurs et Blù Jean-Marc Roberts, élu du Prix Maison de la Presse 2017 et du Prix Psychologies du Roman inspirant.

    Je n’avais jamais lu d’écrit de Philippe Besson. Je connaissais vaguement l’homme public, notamment au travers de la campagne présidentielle 2017, mais sans connaître vraiment son parcours. C’est donc sans aucun a priori que je me suis plongée dans cette lecture.

    Philippe est en terminale. Il est homosexuel, il le sait depuis longtemps. Philippe a un handicap majeur vis-à-vis de ses copains d’école : il est le fils de l’instituteur, c’est un intellectuel « toujours dans les livres », un « élève exemplaire » avec une voie toute tracée. Donc plutôt seul. Et il craque sur un autre jeune de son lycée, Thomas, qui semble n’être intéressé que par les filles. Jusqu’au jour où une relation s’installe entre eux. Mais quelle relation !

    A contrario du titre du livre, Philippe Besson invoque le fait de n’avoir jamais caché qui il était, de n’en avoir jamais pris honte ou ombrage : « Jamais. Je m’en tiens à ce que je suis. Dans le silence, certes. Mais un silence têtu.» Il était même fier de ce qui le faisait être différent des autres, lui qui aurait voulu qu’on l’acceptât plus pour ses qualités intellectuelles. Et son amour pour Thomas le contraint, car Thomas n’assume pas sa sexualité. Il refuse de la vivre au grand jour. Il refuse les mots qui provoqueraient l’attachement (« Tout le temps que durera notre relation, il se méfiera de la douceur. »), bien que Philippe soit déjà fou de lui. Mais Thomas est un visionnaire : il décèle en Philippe ce qu’il deviendra plus tard, il sait que son destin n’est pas de rester dans la petite ville charentaise : « (…) il m’a vu non pas tel que j’étais, mais tel que j’allais devenir. »
    Après le baccalauréat, Thomas part dans sa famille en Espagne. Philippe, désemparé, ne le reverra pas. Mais cette histoire d’amour et de désir imprimera sa vie, ses futures amours, ses romans même. Jusqu’à l’incroyable, « imprévisible » ? rencontre, plus de 20 ans après, qui aurait pu tout changer, qui d’ailleurs l’a sans doute fait.

    Ce livre est court, se lit très vite, car l’écriture est fluide, très agréable. On y sent une impatience, dans les phrases à rallonge, tout en virgules, qui agitent le présent. Et beaucoup plus courtes quand on aborde le passé et les sentiments.

    L’auteur y dévoile ses pensées les plus intimes, notamment relatives à sa sexualité naissante, et expose ainsi, au travers de sa propre histoire amoureuse, les thématiques qui ont marqué ensuite ses pas d’écrivain : « l’impondérable, l’imprévisible qui détermine les évènements », le manque, « la privation insupportable de l’autre », ainsi que les personnages que l’on peut retrouver dans ses autres ouvrages.

    Le langage est cru sans être vulgaire. Philippe Besson dissèque les émotions que lui fait ressentir Thomas. C’est le dévoilement de la sexualité d’adolescents mais plus encore d’un grand amour naissant, totalement assumé par l’un, totalement rejeté par l’autre, l’impossibilité d’exprimer pleinement des sentiments qui fait presque ravaler cette relation à un simple échange charnel.

    Mais on découvre également un peu de l’histoire du jeune Philippe, les circonstances du décès de sa grand-mère, ses relations avec son père (la narration de la séquence du catéchisme m’a fait bien rire !), les vacances sur l’île de Ré, son acharnement à montrer que sa vie n’est rien que très normale, « rien qui fasse vendre ».

    Un livre émouvant, même dans sa photo de couverture, tellement ressemblante à la description de la page 122… jusqu’à ce que se pose la question : l’ultime mensonge de Philippe Besson n’est-il pas de qualifier ce livre de roman, et non d’autobiographie ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Puissant, violent, dérangeant, révoltant !
    Un coup de cœur absolu. Pourvu que les homophobes (j'ai tellement horreur de ce mot, que j'ai du mal à l'écrire) lisent ce livre et se rendent compte du mal qu'ils font.
    Soyons tolérant et l'humanité se portera beaucoup mieux. A lire absolument.

    Puissant, violent, dérangeant, révoltant !
    Un coup de cœur absolu. Pourvu que les homophobes (j'ai tellement horreur de ce mot, que j'ai du mal à l'écrire) lisent ce livre et se rendent compte du mal qu'ils font.
    Soyons tolérant et l'humanité se portera beaucoup mieux. A lire absolument.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Arrête avec tes mensonges" : je me demande encore pourquoi je n'ai pas lu ce roman avant car il est juste bouleversant, sensible, sincère, juste, poignant... Surtout les dernières pages qui sont saisissantes.

    Philippe Besson nous raconte sa propre histoire, et surement l'histoire d'amour de...
    Voir plus

    "Arrête avec tes mensonges" : je me demande encore pourquoi je n'ai pas lu ce roman avant car il est juste bouleversant, sensible, sincère, juste, poignant... Surtout les dernières pages qui sont saisissantes.

    Philippe Besson nous raconte sa propre histoire, et surement l'histoire d'amour de sa vie. Ce roman apporte beaucoup de réflexion sur le manque, l'absence, les années sida, l'amour et le fait d'être homosexuel dans les années 80/90.

    Ce récit relate l'événement fondateur de son identité d'aujourd'hui, d'homme mais aussi d'écrivain.

    Enorme coup de coeur !!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com