Le grand rattrapage de l’été : les livres que vous ne vous pardonnerez pas d’avoir laissé de côté

mercredi 20 juin 2018

Lire ces quelques douceurs à savourer sans modération !

Le grand rattrapage de l’été : les livres que vous ne vous pardonnerez pas d’avoir laissé de côté

On n’a pas pu tout lire cette année !

C’est le moment du rattrapage, en toute tranquillité jusqu’au 16 août, date à laquelle la grand messe de la rentrée littéraire fera retentir ses grandes orgues.

D’ici-là, quelques douceurs à savourer sans modération, faites-nous confiance, on les a lus pour vous.

 

 

  • Petits arrangements entre amis…

    • Couverture du livre « Pour services rendus » de Iain Levison aux éditions Liana Levi

      Pour services rendus de Iain Levison

      Un petit mensonge arrangé au cœur de la jungle vietnamienne en 1969 revient pourrir la vie d’un chef de la police d’une petite ville du Michigan 47 ans plus tard. Voici comment commence ce très réussi Pour services rendus, de Iain Levison (Liana Levi), un auteur qu’on ne peut découvrir sans immédiatement se mettre à remonter le fil de son œuvre.

      Le talent de Levison est de raconter comment on accepte sans vraiment le vouloir, une situation qu’on réprouve, mais aussi comment l’information s’est métamorphosée depuis la couverture de la guerre au Vietnam. Pour services rendus joue à troubler nos repères moraux, avec notamment cette petite phrase terrible : « Les faits ne sont pas l’histoire, vous pouvez connaître tous les faits et vous tromper sur l’histoire ». Un grand Levison.

  • …Et en famille

    • Couverture du livre « Trois jours chez ma tante » de Yves Ravey aux éditions Minuit

      Trois jours chez ma tante de Yves Ravey

      C’est à un drôle d’homme qu’Yves Ravey confie la responsabilité de la narration dans Trois jours chez ma tante (Minuit) : un certain Marcello qui revient trois jours du Liberia, où il tient apparemment un dispensaire pour enfants, pour voir sa riche tante qui l’a convoqué. Un garçon dont on ne sait s’il est trouble ou brouillon. Il est difficile d’en juger, c’est lui qui raconte l’histoire !

      Un régal. Évidemment, il est question d’argent et de la façon d’en extorquer à la vieille, vieille qui n’est pas folle et connaît bien son neveu. Ne vous laissez pas avoir par l’apparente simplicité du style et des dialogues, ils servent férocement une intrigue tendue à l’extrême. Tant et si bien qu’on se demande comment ce diable de Ravey  parvient à libérer autant de puissance avec l’art d’en dire si peu. Une superbe expérience de lecture, une leçon d’écriture, un moment délicieux tout simplement. 

  • Sur le chemin de l’école

    • Couverture du livre « Les attachants » de Rachel Corenblit aux éditions Rouergue

      Les attachants de Rachel Corenblit

      Suivons la talentueuse Rachel Corenblit qui livre un passionnant roman sur l’école avec Les Attachants (La Brune du Rouergue). Direction l’école primaire des acacias. « On peut imaginer qu’elle existe vraiment, pour se faire peur », explique la narratrice, Emma, professeur en quatrième année d’enseignement. Pendant qu’elle rencontre un homme par hasard, tombe enceinte par hasard encore, s’égrène une année dans sa vie d’institutrice en CM2, parmi des enfants qui ne démarrent pas dans la vie avec les meilleures atouts : violences, pauvreté, plafond de verre, coercition des filles, violences encore, de toutes sortes.

      Un texte fort, touchant, extrêmement prenant, sur l’enseignement en zone difficile aujourd’hui, face à des enfants dont les parents ont bien du mal à assumer leur rôle.

  • Pour se détendre

    • Couverture du livre « Le crocodile devenu le sac à main de Karl Lagerfeld » de Marie-Noelle Demay aux éditions Flammarion

      Le crocodile devenu le sac à main de Karl Lagerfeld de Marie-Noelle Demay

      … et se retrouver lissé comme la peau d’un crocodile transformé en sac. C’est le point de départ du premier roman de Marie-Noëlle Demay, fondatrice de Gala, qui a dirigé le service mode de Marie-Claire. Elle signe Le Crocodile devenu le sac à main de Karl Lagerfeld (Flammarion). La fable rafraîchissante d’un grand crocodile, tué puis transformé en sac à main pour Karl Lagerfeld. A travers ses yeux, ou plutôt sa peau, on découvre les coulisses du monde de la mode par les allers, venues, us et coutumes de Karl Lagerfeld.

      Le roman n’a pas de prétention et on lui en sait gré de savoir rester simple et habile aussi à montrer, sans lourdeur, un monde qui propose une superficialité souvent arrogante au prix de beaucoup d’austérité et de labeur.

  • Copropriété, je te hais

    • Couverture du livre « L'affaire Mayerling » de Bernard Quiriny aux éditions Rivages

      L'affaire Mayerling de Bernard Quiriny

      Il a été nommé pour bon nombre de prix, notamment le Prix Orange du Livre, mais c’est avec le Prix Ile de Ré-Palais Royal que Bernard Quiriny termine la saison pour son Affaire Mayerling (Rivages). Le Mayerling est un immeuble neuf et rutilant, situé insolemment en plein centre ville d’une ville française, où l’on se dispute l’achat du mètre carré. Mais voilà : les habitants semblent peu à peu frappés de maux divers, malédictions à peine chuchotées qui s’évanouissent dès qu’ils quittent leur logis. Que se passe-t-il à Mayerling ?

      On le savait depuis son recueil des Contes cruels, Bernard Quiriny est un horloger de la langue, qui balance entre précision millimétrée du suspense et ampleur de l’absurde. Un petit délice qui laisse son lecteur la tête bien pleine aussi, et c’est réjouissant.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Bibliothèque thématique"

Commentaires

Où trouver « Trois jours chez ma tante » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com