Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Trois jours chez ma tante

Couverture du livre « Trois jours chez ma tante » de Yves Ravey aux éditions Minuit
  • Date de parution :
  • Editeur : Minuit
  • EAN : 9782707343598
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Après vingt ans d'absence, Marcello Martini est convoqué par sa tante, une vielle dame fortunée qui finit ses jours dans une maison de retraite médicalisée, en ayant gardé toute sa tête.
Elle lui fait savoir qu'elle met fin à son virement mensuel et envisage de le déshériter.
Une discussion... Voir plus

Après vingt ans d'absence, Marcello Martini est convoqué par sa tante, une vielle dame fortunée qui finit ses jours dans une maison de retraite médicalisée, en ayant gardé toute sa tête.
Elle lui fait savoir qu'elle met fin à son virement mensuel et envisage de le déshériter.
Une discussion s'engage entre eux et ça démarre très fort.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (6)

  • « Trois jours chez ma tante », une des œuvres majeures d’Yves Ravey, traite l’histoire d’un héritage sordide…

    Chaque court paragraphe est comme une marche d’escalier qui monte en puissance et en colimaçon pour entortiller le lecteur du début à la fin. La signature singulière, inimitable et si...
    Voir plus

    « Trois jours chez ma tante », une des œuvres majeures d’Yves Ravey, traite l’histoire d’un héritage sordide…

    Chaque court paragraphe est comme une marche d’escalier qui monte en puissance et en colimaçon pour entortiller le lecteur du début à la fin. La signature singulière, inimitable et si personnelle d’Yves Ravey nous fait à nouveau plonger dans un polar/thriller qui n’en est pas mais qui en est, car le suspense est bien là compressé et tendu comme le ressort d’une boîte à diable. Bref, on n’en sort pas ! L’écriture sobre et sèche, aux mots chacun choisi et sans hasard, est des plus efficace.

    Une nouvelle information à chaque palier nous plonge dans une inquiétude grandissante. Yves Ravey nous présente toujours des gens ordinaires dans des histoires classiques. L’histoire est donc plausible mais sous sa plume, devient magnifiquement caricaturale. Les personnages somme toute assez banals, apparaissent au fil du texte et, avec des mots ci et là qui nous glissent des yeux, prennent la teinte de l’inquiétude, voire s’habillent de soupçon.
    Jamais les personnages d’Yves Ravey ne sont blancs comme neige. Toujours resurgissent de taiseux passés sulfureux, des vérités non dites, qui nous font soudain froncer le sourcil. Comme chez tout le monde, ils portent des fardeaux et leur lot de cupidité et de cruauté enfouis. Mis à nu, ils s’enlisent inexorablement dans le sordide.
    Et puis, il y a cet inévitable besoin de vengeance à assouvir au coin d’une page et qui finit par prendre toutes les pages comme une épée de Damoclès soudain sortie des lignes… Et ce fichu caillou dans la chaussure…

    Les romans d’Yves Ravey, ça ne se raconte pas. Ça se lit !

    La lecture est rapide car l’écriture est sèche et le rythme tape à la vitesse des sabots d’un cheval au galop. Et sur le dos de ce pur-sang de la littérature contemporaine, on s’inquiète de la chute …

    Bon… J’adore les livres d’Yves Ravey sans chercher à convaincre qui que ce soit.
    Entre les mains de cet exceptionnel forgeron de l’écriture, les âmes sont mises à nu, les destins sont inattendus, le sans issue perturbe des sentiments contrariés, l’extraordinaire s’entrelace à l’ordinaire, les façades trop lisses s’émaillent de fêlures oppressantes, l’argent est nerf du sordide, la vengeance moteur de l’ignominie, bref, Ravey c’est le metteur en scène d’un monde où tout le monde peut s’y retrouver… Les décors en toile de fond sont très réalistes du monde contemporain.

    Ce roman est écrit avec une plume à l’encre violette et acide qui, jusqu’à l’ébréchure, appuie là où ça fait mal, plantée au bout d’un stylo talentueux, voire luxueux, qui s’est vidé pour l’éternité…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un petit livre qui m'a fait passer un bon moment même s'il ne restera pas ancré en moi et , si j'en crois certaines critiques lues ça et là, c'est le cas pour de nombreux lecteurs . La situation est toutefois cocasse puisque les deux protagonistes principaux sont une vieille tante riche...
    Voir plus

    Un petit livre qui m'a fait passer un bon moment même s'il ne restera pas ancré en moi et , si j'en crois certaines critiques lues ça et là, c'est le cas pour de nombreux lecteurs . La situation est toutefois cocasse puisque les deux protagonistes principaux sont une vieille tante riche qui passe ses derniers jours en maison de retraite et son neveu qui a quitté son " refuge africain" pour venir rendre visite à la vieille dame qui lui permet de " vivre allègrement et aisément " à ses crochets . Seulement voilà , la dame veut mettre un terme à ces générosités ......Marcello se fait fort de retrouver l'estime et ....les faveurs de la vieille femme en trois jours...
    Comme je le disais , le récit est court et ne s'embarrasse pas de fioriures ....C'est sec mais très vivant , alerte , avec des situations drôles ou ironiques qui pourraient " constituer " de belles scènes théâtrales, ou à mediter par rapport aux relations humaines ..un dernier mot sur la couverture , je la trouve excellente , tout simplement , bien en accord avec le contenu de l'ouvrage.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C est un sujet délicat entre héritage ,donations entre vieux et jeunes et le tout bien complexes a lire pour les passionnés de lecture familiale a decouvrir

    C est un sujet délicat entre héritage ,donations entre vieux et jeunes et le tout bien complexes a lire pour les passionnés de lecture familiale a decouvrir

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ca démarre très fort ..... Ah bon, alors moi je suis restée sur la ligne de départ......
    Une histoire d'escroquerie qui remonte à la surface 20 ans après les faits, un neveu véreux, une vieille tante qui ne s'en laisse pas compter, une femme qui souhaite que son ex-mari voit pour la première...
    Voir plus

    Ca démarre très fort ..... Ah bon, alors moi je suis restée sur la ligne de départ......
    Une histoire d'escroquerie qui remonte à la surface 20 ans après les faits, un neveu véreux, une vieille tante qui ne s'en laisse pas compter, une femme qui souhaite que son ex-mari voit pour la première fois sa fille de 20 ans contre la promesse d'un chèque rondelet pour une oeuvre pas si humanitaire que cela.......
    188 pages lues (parce que je suis consciencieuse) jusqu'au bout pour émettre un avis lors du prochain comité de lecture, mais où soit je n'ai rien compris, s'il y avait quelque chose à comprendre, où je suis passée complètement à côté.
    Cela peut se lire en une demi-journée voir moins, rien ne vous interpelle à part un agacement et avoir le sentiment de perdre son temps. Vous ouvrez les journaux à la page des faits divers et autres narrations d'argent détourné et vous avez la trame du récit, après ce n'est qu'une relative énumération des faits, bof, bof, bof !
    Je suis sévère mais cela n'apporte rien : même pas une écriture plaisante, ah si une minuscule intrigue qui n'en est pas une, des personnages sans consistance, une histoire bâclée, rien à en retenir, cela tombe bien je vais vite l'oublier.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Pour le plaisir de jouer avec le dernier livre d’Yves Ravey, j’ai eu envie d’inventer un échange de lettres entre Vicky et Marcello.
    Cher Marcello,
    Tu es mon seul neveu et tu es parti depuis vingt ans, sans jamais être revenu me voir.
    Je sais, le Libéria c’est loin et tu es sans aucun doute...
    Voir plus

    Pour le plaisir de jouer avec le dernier livre d’Yves Ravey, j’ai eu envie d’inventer un échange de lettres entre Vicky et Marcello.
    Cher Marcello,
    Tu es mon seul neveu et tu es parti depuis vingt ans, sans jamais être revenu me voir.
    Je sais, le Libéria c’est loin et tu es sans aucun doute très occupé par ton école et les enfants de la guerre.
    Par la présente je t’informe de mon entrée dans une maison de retraite médicalisée. Rassure-toi ce n’est pas pour me plaindre que je t’adresse cette missive mais pour que tu ne sois pas surpris de ne plus recevoir le mandat que je t’adresse chaque premier du mois et si je décède, sache que je t’ai rayé de mon testament également.
    Ta tante Vicky
    PS : Je reçois régulièrement la visite de ton ex-femme.

    Ma chère tante,
    Ma présence à tes côtés me semble à nouveau indispensable.
    Et pour pasticher Audiard, les films que tu aimais tant :
    « J'te disais que cette démarche ne s'imposait pas. Aujourd'hui, les diplomates prendraient plutôt le pas sur les hommes d'action. L'époque serait aux tables rondes et à la détente. Hein ? Qu'est-ce que t'en penses ?
    Mais moi les dingues, j'les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j'vais lui montrer qui c'est Marcello. Aux quatre coins de Lyon qu'on va l'retrouver, éparpillé par petits bouts façon puzzle... Moi quand on m'en fait trop j'correctionne plus, j'dynamite... j'disperse... et j'ventile... »
    A bientôt, ma tante adorée,
    Marcello, ton neveu préféré.
    Un livre d’une écriture simple, une atmosphère façon Simenon, une intrigue bien délimitée et le mystère qui rôde tel un fantôme oublié. Pas d’analyse psychologique pour brouiller les pistes, non tout est limpide.
    Oui, mais avec Yves Ravey c’est une limpidité en eaux troubles.
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 11 décembre 2017.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel personnage ce Marcello Martini ! Fourbe, roué, mais franchement malchanceux aussi !!!

    Un drôle de bonhomme, ambigu à souhait, dont on croit deviner les vilaines intentions mais qui laisse deviner un "bon" fonds, le genre de gars à vous vendre votre propre montre...

    Etonnant, drôle...
    Voir plus

    Quel personnage ce Marcello Martini ! Fourbe, roué, mais franchement malchanceux aussi !!!

    Un drôle de bonhomme, ambigu à souhait, dont on croit deviner les vilaines intentions mais qui laisse deviner un "bon" fonds, le genre de gars à vous vendre votre propre montre...

    Etonnant, drôle souvent, un rythme enlevé (chapitres courts, incisifs) , une narration précise et l'agréable sensation d'avoir dévoré un petit bijou de finesse !

    Je ne dévoilerai rien de plus, mais je me suis régalée, et nul doute que je vais creuser le cas "Ravey" et dénicher ses autres romans bien vite !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.