"Éparse" de Lisa Balavoine, ou les fragments d'un discours d'une amoureuse de la vie

lundi 19 février 2018

"Enfant, je n’avais pas envisagé de devenir une personne normale"

"Éparse" de Lisa Balavoine, ou les fragments d'un discours d'une amoureuse de la vie

À travers une série de fragments, Lisa Balavoine fait le tour de son existence comme on fait le tour du propriétaire, et signe le roman espiègle et nostalgique de toute une génération.
Car telle est la prouesse de ce livre : à mesure que l'auteur rassemble les morceaux de son puzzle personnel et tente l'autopsie de la première moitié de sa vie, c'est le lecteur qui se redécouvre lui-même.

 

Virginie nous donne son avis sur Éparse, le roman de Lisa Balavoine :

Ouvrir le livre de Lisa Balavoine, c’est ouvrir un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié). Composé de morceaux épars de récits, de vie, de citations, de références culturelles mais aussi de définitions de mots inventés, le premier roman de Lisa Balavoine détonne dans le paysage littéraire mais séduit. Une fois commencé, il est difficile de le lâcher !

L’auteure est une quadra qui se livre telle qu’elle est, sans fard, en toute sincérité. Elle nous offre ses fragments de vie où elle se révèle touchante, marrante, agaçante ou agacée, amoureuse ou pas. Elle se met à nu et en se mettant à nu, elle nous met aussi à nu. On ne peut que se reconnaître dans certaines situations tendres ou cocasses ou dans ses interrogations sur l’amour, le sexe, le temps qui passe, les enfants.

« Je suis une fille peu accommodante, une mère peu tactile, une amoureuse peu démonstrative. Je me donne si peu que je me demande ce que je peux bien faire du reste ».

Bien évidemment, les trentenaires et quadra se reconnaîtront immédiatement dans ce récit d’autant plus que Lisa Balavoine fournit une bande-son permettant l’identification. Pour autant, ce roman peut s’adresser à toutes les générations, aussi bien celles qui ont dépassé ce cap difficile du démon de minuit ou celles qui n’y ont pas encore un seul orteil, car les thèmes restent universels.

Un singulier et bouleversant roman où on trouve "la sueur, la moelle, le sang. Le beau et le sale. Ce qui brûle là, au-dedans, le vivant".

J’ai aimé ce livre pour son originalité et sa folie. Je le conseille à tous ceux qui aiment être surpris et emportés par un style direct et franc.

© Virginie Vertigo

 

Merci Virginie pour cette découverte d'un roman de cette rentrée de janvier.

Vous avez aimé cette chronique ? Alors n'hésitez pas, suivez Virginie Vertigo sur lecteurs pour trouver vos prochaines lectures.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Chronique"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Éparse » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions