Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sucre noir

Couverture du livre « Sucre noir » de Miguel Bonnefoy aux éditions Rivages
  • Date de parution :
  • Editeur : Rivages
  • EAN : 9782743640576
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Dans un village des Caraïbes, la légende d'un trésor disparu vient bouleverser l'existence de la famille Otero. À la recherche du butin du capitaine Henry Morgan, dont le navire aurait échoué dans les environs trois cents ans plus tôt, les explorateurs se succèdent. Tous, dont l'ambitieux Severo... Voir plus

Dans un village des Caraïbes, la légende d'un trésor disparu vient bouleverser l'existence de la famille Otero. À la recherche du butin du capitaine Henry Morgan, dont le navire aurait échoué dans les environs trois cents ans plus tôt, les explorateurs se succèdent. Tous, dont l'ambitieux Severo Bracamonte, vont croiser le chemin de Serena Otero, l'héritière de la plantation de cannes à sucre qui rêve à d'autres horizons.  Au fil des ans, tandis que la propriété familiale prospère, et qu'elle distille alors à profusion le meilleur rhum de la région, chacun cherche le trésor qui donnera un sens à sa vie. Mais, sur cette terre sauvage, la fatalité aux couleurs tropicales se plaît à détourner les ambitions et les désirs qui les consument.   Dans ce roman aux allures de conte philosophique, Miguel Bonnefoy réinvente la légende de l'un des plus célèbres corsaires pour nous raconter le destin d'hommes et de femmes guidés par la quête de l'amour et contrariés par les caprices de la fortune. Il nous livre aussi, dans une prose  somptueuse inspirée du réalisme magique des écrivains sud-américains, le tableau émouvant et enchanteur d'un pays dont les richesses sont autant de mirages et de maléfices.    Finaliste du Goncourt du Premier Roman et lauréat de nombreuses distinctions (dont le prix de la Vocation, le prix des cinq continents de la francophonie « mention spéciale »), Miguel Bonnefoy est l'auteur du très remarqué «Voyage d'Octavio» (Rivages, 2015), qui a été traduit dans plusieurs langues.        

Donner votre avis

Articles (5)

Avis (31)

  • Lecture dans le cadre du prix des lecteurs des Escales du livre 2018.
    Un roman de pirates, de femmes qui essaient de trouver leur place dans la maison mais aussi dans la société. Ce livre est le portrait de deux femmes, très impressionnantes. Un livre latino avec la nature amazonienne (quel...
    Voir plus

    Lecture dans le cadre du prix des lecteurs des Escales du livre 2018.
    Un roman de pirates, de femmes qui essaient de trouver leur place dans la maison mais aussi dans la société. Ce livre est le portrait de deux femmes, très impressionnantes. Un livre latino avec la nature amazonienne (quel beau premier chapitre avec ce bateau échoué dans les arbres et que va devenir le trésor que transporte ce navire !), avec les légendes et mythes mais aussi avec les odeurs des plats. Avec une belle écriture, l'auteur nous entraîne donc dans cette petite ferme au départ mais qui va devenir une latifundia, une grande propriété florissante. D'un simple champ de canne à une grande et impressionnante exploitation de rhum. Tout est flamboyant, la nature, les espoirs des différents personnages. Dans l'ombre d'un trésor perdu et que tout le monde et en particulier les hommes vont chercher à le trouver et à devenir riche. Un livre flamboyant que ce soit dans la description de la nature ou dans celle de personnages hauts en couleurs. Un texte qui nous entraîne sur les traces d'un pirate mais quelquefois les trésors ne sont jamais loin. Des personnages simples ou étranges, un beau conte cruel.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Avec "Sucre noir", nous avons droit à des pirates, l'histoire se passant dans les Caraïbes. Tiens, cela me fait penser à la canne à sucre et au rhum... Canne à sucre = rhum, il me semble.

    Le début de ce livre est un naufrage du capitaine Henry Morgan (un personnage cruel légendaire, au...
    Voir plus

    Avec "Sucre noir", nous avons droit à des pirates, l'histoire se passant dans les Caraïbes. Tiens, cela me fait penser à la canne à sucre et au rhum... Canne à sucre = rhum, il me semble.

    Le début de ce livre est un naufrage du capitaine Henry Morgan (un personnage cruel légendaire, au XVIIème siècle).

    Le lecteur se retrouve trois siècles plus tard, avec la famille Otero, comprenant : Ezequiel Otero - son épouse Candeleria - leur fille Serena et Eva Fuego.
    Leur domaine se trouve sur les lieux du drame antérieur et ils cultivent la canne à sucre afin d'en produire du rhum (je ne l'étais donc pas trompée bien que je n'en sois pas une adepte...)

    Une légende court, selon laquelle le flibustier Henry Morgan possédait un trésor dans son bateau.
    Voilà qui est bien tentant pour des chercheurs avides et mettre main basse là-dessus.

    L'auteur situe cette histoire dans le Vénézuela, son pays - des paysages magnifiques - l'humour est présent pour parler de cette famille Otero.

    Oui mais ce paysage, il a subi l'arrivée des chercheurs d'or et de trésors en tout genre ainsi que du pétrole (l'or noir) - et il se trouve défiguré - les réserves Indiennes en subissent aussi les conséquences.

    Quant à la conclusion de ce "Sucre noir", on en verra pourquoi ce titre, mais aussi tous les événements qui se produisent.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'avais beaucoup aimé le Voyage d'Octavio, j'ai aussi bien apprécié la saga chilienne que M.Bonnefoy a présenté avec des yeux qui brillent et un charme fou. Sucre noir m'avait échappé; ça y est c'est réparé.
    C'est une version audio lue par l'auteur...au début, la voix plutôt monocorde du...
    Voir plus

    J'avais beaucoup aimé le Voyage d'Octavio, j'ai aussi bien apprécié la saga chilienne que M.Bonnefoy a présenté avec des yeux qui brillent et un charme fou. Sucre noir m'avait échappé; ça y est c'est réparé.
    C'est une version audio lue par l'auteur...au début, la voix plutôt monocorde du lecteur m'a surprise; je ne reconnaissais pas la passion de Bonnefoy mais ça s'est arrangé ou je me suis habituée, portée par l'histoire qui ressemble un peu à une légende: un trésor enfoui lors d'un naufrage sur la côte et des générations le cherchent fébrilement.
    Eva encore bébé, sauvée du feu par un chien est adoptée par la famille.
    Serena est au centre du livre, elle attend l'amour, écrit des petites annonces, sera déçue mais une découverte va changer sa vie.
    Un style qu'on n'oublie pas!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lecteurs, lectrices, on lève les voiles, et c'est parti pour un magnifique voyage !
    Une histoire captivante de flibustiers dans les caraïbes : des descriptions si détaillées qu'on s'y croirait, des rebondissements, de l'amour, des désirs de vengeance… Sucre noir renferme les ingrédients d'un...
    Voir plus

    Lecteurs, lectrices, on lève les voiles, et c'est parti pour un magnifique voyage !
    Une histoire captivante de flibustiers dans les caraïbes : des descriptions si détaillées qu'on s'y croirait, des rebondissements, de l'amour, des désirs de vengeance… Sucre noir renferme les ingrédients d'un roman d'aventure épicé comme on les aime.
    Les femmes sont particulièrement mises à l'honneur dans ce roman, grâce à des personnages puissants, complexes et troublants. Le style d'écriture est fluide, prenant, et extrêmement bien détaillé. Un vrai moment de plaisir.
    Seul petit bémol si on peut dire : l'histoire est tellement fascinante qu'on aimerait qu'elle dure encore et encore… et que le livre soit plus long :-) . Mais c'est aussi ce qui fait sans doute sa force et son côté percutant. Alors on se consolera avec un autre livre de cet auteur, qui fait des merveilles !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Magnifique odyssée de personnages où règnent l'hybris et le fatum
    Style chatoyant proche du réalisme magique
    Un grand auteur, à découvrir d 'urgence
    Un homme charmant et charismatique

    Magnifique odyssée de personnages où règnent l'hybris et le fatum
    Style chatoyant proche du réalisme magique
    Un grand auteur, à découvrir d 'urgence
    Un homme charmant et charismatique

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « Le jour se leva sur un navire naufragé, planté sur la cime des arbres, au milieu d'une forêt. C'était un trois-mâts de dix-huit canons, à voiles carrées, dont la poupe s'était enfoncée dans un manguier à plusieurs mètres de hauteur. A tribord, des fruits pendaient entre les cordages. A bâbord,...
    Voir plus

    « Le jour se leva sur un navire naufragé, planté sur la cime des arbres, au milieu d'une forêt. C'était un trois-mâts de dix-huit canons, à voiles carrées, dont la poupe s'était enfoncée dans un manguier à plusieurs mètres de hauteur. A tribord, des fruits pendaient entre les cordages. A bâbord, d'épaisses broussailles recouvraient la coque. »

    Ce sont les premières phrase, fixant l' image extraordinaire de cette frégate de flibustier perché en pleine mangrove dans les Caraïbes, celle du célèbre pirate britannique, Henry Morgan, avec un trésor à bord. Miguel Bonnefoy convoque l'imaginaire collectif de la piraterie en le croisant avec celui de la forêt, magnifique collusion terre-mer qui surprend et charme d'emblée.

    Le premier chapitre introduit de façon très astucieuse la suite du récit. le deuxième chapitre puis les suivants propulsent trois siècles plus tard, dans le village où le bateau pirate est tombé de sa cime, enfouissant son trésor. Les images de ce bateau perché, du vieux pirate agonisant, perdureront dans tous les chapitres, jamais le lecteur n'oublie qu'il y a un trésor, là quelque part, à portée de la famille de planteurs, les Otero qui vit dans ce village.

    Derrière la maitrise de la narration, on devine que Miguel Bonnefoy vient de l'univers de la nouvelle. Chaque chapitre est construit comme une nouvelle, avec une chute qui permet d'introduire le chapitre suivant, créant une structure narrative en petites boucles qui se déploient en seulement deux cent pages sur plusieurs décennies. En quelques phrases, il sait dessiner un univers atemporel et universel que l'on n'a plus envie de quitter.

    Et puis il y a ces deux personnages féminins absolument superbes : Serena Otero et sa fille Eva Fuego. Serena, on la découvre adolescente, néo-Emma Bovary qui refuse de s'effacer derrière ses ternes parents, qui rêve à d'autres horizons, suffisamment forte pour faire passer des messages à la TSF en espérant que le monde lui réponde et s'ouvre à elle : « Maria Dolores annonce qu'elle a noyé son coeur dans un tonneau de rhum. Récompense à qui viendra le boire » y dit-elle comme une bouteille à la mer.

    Sa fille, Eva Fuego, fait irruption dans la deuxième moitié, apparition quasi magique d'un bébé sauvé des flammes. de sa flamboyante naissance, elle semble porter en elle une malédiction biblique ( référence métaphorique à la découverte destructrice du pétrole au Vénézuela d'où est originaire l'auteur ), enfant sauvage devenant une autocrate redoutée, prospère, vivant dans la démesure.

    L'écriture pleine de vie et de sensualité brille dans la description des personnages, entre métaphores subtiles et licences poétiques réussies. Elle parvient à créer des images aussi fortes que celle du bateau pirate échoué en pleine forêt, comme celle de la petite vieille, ancienne propriétaire de la propriété des Otero, qui revient tous les 1er novembre honorer la mémoire de son mari décédée dans une pièce condamnée dont elle a seule l'accès, arrivant ainsi avec un seau vide à remplir de larmes.

    Ce roman a un charme fou, entre légende très incarnée et Conte philosophique sur le sens à donner à sa vie, en quête d'un trésor dont il revient à chacun de trouver la définition. Emplie de réalisme magique, il a du souffle et du coeur, le talent de conteur de Miguel Bonnefoy laissant l'imaginaire du lecteur courir au-delà des mots.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lors de sa sortie en grand format, j’avais déjà très envie de partir en voyage avec « Sucre noir » et je ne regrette pas mon voyage. Ce livre est un conte, une histoire de trésor, de navire, de chercheur de trésor, de famille, de secret, d’amour, d’espérance, de fierté, de maléfice, de danger,...
    Voir plus

    Lors de sa sortie en grand format, j’avais déjà très envie de partir en voyage avec « Sucre noir » et je ne regrette pas mon voyage. Ce livre est un conte, une histoire de trésor, de navire, de chercheur de trésor, de famille, de secret, d’amour, d’espérance, de fierté, de maléfice, de danger, de rhum. Et oui, il y a tout ça dans ce livre. C’est un livre riche de son histoire, riche de la plume de Miguel Bonnefoy, riche des Caraïbes, riche de descriptions, riche d’odeurs, riche de couleurs!! Comment ne pas succomber à « Sucre noir »?!! Les histoires de trésor ne m’attirent pas en général mais dans ce roman, ce trésor est la base, la base de la quête de ce village, de la famille Otero et de Sevro Bracamonte. Comme tout trésor, il est introuvable mais Sevro va trouver plus car sa quête va l’amener à développer un commerce du rhum. Et son commerce va prospecter faisant vivre tout le village. Mais voilà, avec tout trésor, il y a des malédictions et Sevro ne va pas y échapper tout comme la famille Otero.

    « Sucre noir » est bien plus qu’une histoire de trésor. C’est une réflexion sur la véritable richesse qu’un trésor ne peut apporter, la richesse de la terre, la richesse de l’amour. Ces richesses permettent tellement plus et offrent tellement plus que la richesse matérielle même s’il est question de faire fortune, fortune construite grâce au travail et l’intelligence. « Sucre noir » est un ravissement pour le lecteur qui se laisse totalement emmener dans cette Caraïbe à la découverte de sa beauté et de ses richesses naturelles. En refermant ce roman, les couleurs et les odeurs qui font l’essence de l’histoire sont toujours un peu présente. « Sucre noir » est coloré avec un subtil mélanges d’odeurs et une grosse pincée d’amour!!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « Sucre noir » est le second roman de Miguel Bonnefoy. Cet auteur m’avait déjà enchanté avec le premier qui se déroulait en Amérique Latine « Le voyage d’Octavio »
    L’histoire débute avec le récit picaresque d’un naufrage, celui d’un bateau de pirates qui se retrouve coincé dans la cime des...
    Voir plus

    « Sucre noir » est le second roman de Miguel Bonnefoy. Cet auteur m’avait déjà enchanté avec le premier qui se déroulait en Amérique Latine « Le voyage d’Octavio »
    L’histoire débute avec le récit picaresque d’un naufrage, celui d’un bateau de pirates qui se retrouve coincé dans la cime des arbres. On est aux Caraïbes dans le courant du XVIIème siècle. Les pirates s’enivrent de rhum et crèvent de faim, tout part à vau-l’eau sur cette frégate échouée loin de la mer. Avant de mourir, le cruel capitaine des flibustiers cachera son trésor.
    Puis, le récit fait un saut de trois siècles pour nous narrer l’histoire d’Ezéquiel et Candelaria Otero et de leur fille Serena dont la beauté charme tous les hommes. Dans sa famille on cultive la canne à sucre qui donnera du rhum. C’est au destin de la famille Otero et de Serena que s’attache l’auteur, elle va connaitre la passion, la jalousie, la cruauté et la folie.
    Sur l’île, tout tourne autour de la canne à sucre et sa transformation, les fortunes se font et se défont et les riches côtoient les plus pauvres. Et puis, en filigrane il y a cette rumeur de trésor du flibustier, ce trésor que personne n’a vu mais auquel on veut croire, ce trésor qui fait rêver et que certains cherche avec avidité. Bien sûr, il faudra attendre la fin du roman pour savoir si ce trésor existe ou non.
    Tout au long de ce roman plein d’odeurs et de couleurs, on passe du réalisme historique aux légendes et au merveilleux. Tout se mêle avec une fougue joyeuse et débridée pour notre plus grand plaisir
    La plume de Miguel Bonnefoy est alerte, exubérante et colorée.
    Une belle lecture qui ouvre l’appétit du lecteur pour d’autres aventures.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.