Miguel Bonnefoy

Miguel Bonnefoy

Né en 1988, Miguel Bonnefoy est le fils d'un romancier chilien et d'une diplomate vénézuélienne. Auteur, il est aussi professeur de français pour l’Alliance française.

 

Il remporte le prix du Jeune Ecrivain, en 2013, grâce à une nouvelle intitulée "Icare". "Le voyage d'Octavio" (Payot & Rivage...

Voir plus

Né en 1988, Miguel Bonnefoy est le fils d'un romancier chilien et d'une diplomate vénézuélienne. Auteur, il est aussi professeur de français pour l’Alliance française.

 

Il remporte le prix du Jeune Ecrivain, en 2013, grâce à une nouvelle intitulée "Icare". "Le voyage d'Octavio" (Payot & Rivages) est son premier roman, paru en 2015.

Articles (3)

Voir tous les articles

Avis (39)

  • Couverture du livre « Sucre noir » de Miguel Bonnefoy aux éditions Rivages

    0.2

    Colette LORBAT sur Sucre noir de Miguel Bonnefoy

    Avouez que, pour un capitaine de flibusterie, s’échouer « sur la cime des arbres au milieu de la forêt » a de quoi interloquer et prêter à rire. De rire, les naufragés n’en ont pas envie et ils périssent tous, mutinerie, maladie, accident…. Henry Morgan aurait laissé, comme tout bon corsaire, un...
    Voir plus

    Avouez que, pour un capitaine de flibusterie, s’échouer « sur la cime des arbres au milieu de la forêt » a de quoi interloquer et prêter à rire. De rire, les naufragés n’en ont pas envie et ils périssent tous, mutinerie, maladie, accident…. Henry Morgan aurait laissé, comme tout bon corsaire, un trésor qui, enrichi par toutes les histories fait des envieux et donne des ailes aux chercheurs. Les histoires de trésors, de flibustiers ont toujours fait rêver les aventuriers et Severo Bracamonte n’échappe pas à la règle. Invité puis recueilli par la famille Otero. Il est subjugé par la fille, Serena, qui lui fait découvrir que les trésors peuvent être là où on ne les attend pas et n’être pas monnayables. Ils se marieront et agrandit la rhumerie. Une saga familiale, sorte de conte où les différents chercheurs de trésors, un par génération se heurtent toujours à Serena ou Eva Fuego, sa fille adoptive.
    Ce roman est un conte quelque fois cruel, où les personnages peuvent être outrés, une métaphore sur le Venezuela qui a tout arrêté pour ne vivre que des mannes du pétrole et dont comme pour la ferme des Otero il ne reste que des cendres.
    L’écriture de Miguel Bonnefoy me transporte, m’enveloppe dans sa verve, je me coule dans son univers à la fois réaliste et onirique. Le titre est une métaphore illustrant la fable : le sucre (rhum) et le noir (pétrole).
    Un conte philosophique (selon la 4ème de couverture), une fable, un livre d’aventure… De quoi passer un très agréable moment de lecture avec une morale très simple : l’argent ne fait pas le bonheur.

    J'ai préféré son précédent et premier roman, Le voyage d'Octavio. Pas facile d'écrire un second roman après une telle perle. Ceci dit, j'attends le prochain roman car j'aime l'écriture de Miguel Bonnefoy

  • Couverture du livre « Le voyage d'Octavio » de Miguel Bonnefoy aux éditions Rivages

    0.15

    Nathalie Palayret sur Le voyage d'Octavio de Miguel Bonnefoy

    D'origine vénézuelienne, c'est directement en français que Miguel Bonnefoy a écrit ce roman. Dans une langue travaillée sans être empruntée, il met en scène l'apprentissage de l'écriture comme un roman chevaleresque.

    Son héros, Octavio, est "poussé de cette terre", dans un village proche de...
    Voir plus

    D'origine vénézuelienne, c'est directement en français que Miguel Bonnefoy a écrit ce roman. Dans une langue travaillée sans être empruntée, il met en scène l'apprentissage de l'écriture comme un roman chevaleresque.

    Son héros, Octavio, est "poussé de cette terre", dans un village proche de Caracas. Véritable force de la nature, il dissimule à tous sa seule faiblesse : Octavio est illettré. Cette situation complique évidemment sa vie quotidienne, que ce soit chez un commerçant ou à la pharmacie. Mais surtout, c'est toute sa personnalité qui s'en trouve affectée et comme affaiblie. Octavio a peu de vocabulaire, peu d'interactions, peu de relations, pas d'amis...
    Une rencontre fortuite va bouleverser sa vie. Venezuela est une femme originale, libre et cultivée. Octavio, en confiance, peut lui confier son secret. Avec elle, il découvre que les mots sont comme les premiers moments de l'amour : ils s'expriment par des signes. Le chemin que suit Octavio est à l'image de celui que son peuple a suivi pour "inventer" l'écriture.
    Ainsi, poussés de cette terre ou gravés dans la pierre, les signes des hommes et des peuples doivent devenir écriture. C'est là un long mais nécessaire voyage vers la liberté.

  • Couverture du livre « Sucre noir » de Miguel Bonnefoy aux éditions Rivages

    0.2

    Madame Tapioca sur Sucre noir de Miguel Bonnefoy

    Et dire que j’hésitais à lire ce livre !
    Vous rêvez d'aventure et de chasse au trésor ? Laissez-vous entraîner par ce roman et embarquez pour les Caraïbes.
    Miguel Bonnefoy est un sacré conteur et avec Sucre noir il nous emporte dans un récit foisonnant aux côtés d'hommes et de femmes dont la...
    Voir plus

    Et dire que j’hésitais à lire ce livre !
    Vous rêvez d'aventure et de chasse au trésor ? Laissez-vous entraîner par ce roman et embarquez pour les Caraïbes.
    Miguel Bonnefoy est un sacré conteur et avec Sucre noir il nous emporte dans un récit foisonnant aux côtés d'hommes et de femmes dont la vie va être rythmée par les caprices du destin.
    Miguel Bonnefoy est aussi un alchimiste car ce texte est un savant et parfait mélange qui tient du conte philosophique, du roman d'aventure, de la fable, de la légende et de la saga familiale.
    C’est un roman qui n’a pas d’âge et qui aurait pu être écrit il y a des années. Ce qui est sûr par contre, c’est que nous sommes face à un roman féministe car ici se sont les femmes qui tiennent le devant de la scène un peu comme dans les plus beaux livres de Jorge Amado.
    C’est coloré, c’est plein de vie et d’odeurs, c’est sucré, épicé, ambré comme le rhum, c’est empli de magie sud-américaine et de sagesse ancestrale.
    J’étais tellement bien dans cette histoire que je l’aurai aimé bien plus longue….

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com