Miguel Bonnefoy

Miguel Bonnefoy

Né en 1988, Miguel Bonnefoy est le fils d'un romancier chilien et d'une diplomate vénézuélienne. Auteur, il est aussi professeur de français pour l’Alliance française.


 


Il remporte le prix du Jeune Ecrivain, en 2013, grâce à une nouvelle intitulée "Icare". "Le voyage d'Octavio" (Payot & Rivages) est son premier roman, paru en 2015.

Né en 1988, Miguel Bonnefoy est le fils d'un romancier chilien et d'une diplomate vénézuélienne. Auteur, il est aussi professeur de français pour l’Alliance française.


 


Il remporte le prix du Jeune Ecrivain, en 2013, grâce à une nouvelle intitulée "Icare". "Le voyage d'Octavio" (Payot & Rivages) est son premier roman, paru en 2015.

Articles (2)

  • Salon du livre de Paris 2015 : retour sur la journée du dimanche 22 mars

    L'équipe de lecteurs.com a posé ses valises au Salon du livre de Paris 2015 et est partie à la rencontre des auteurs, des libraires et des lecteurs pendant 4 jours ! Retour sur la journée du dimanche 22 mars.

  • Lecteurs.com organise des rencontres littéraires au Salon du livre de Paris
    Salon du Livre 2015 - rendez-vous au Café littéraire de lecteurs.com

    Lecteurs.com, à nouveau partenaire du Salon du Livre de Paris, sera présent du 20 au 23 mars 2015, porte de Versailles à Paris. Retrouvez-nous au Café littéraire lecteurs.com (stand S64) et venez assister à nos rencontres !

Voir tous les articles

Avis (35)

  • Couverture du livre « Sucre noir » de Miguel Bonnefoy aux éditions Rivages

    0.2

    catherine airaud sur Sucre noir de Miguel Bonnefoy

    Lecture dans le cadre du prix des lecteurs des Escales du livre 2018.
    Un roman de pirates, de femmes qui essaient de trouver leur place dans la maison mais aussi dans la société. Ce livre est le portrait de deux femmes, très impressionnantes. Un livre latino avec la nature amazonienne (quel ...
    Voir plus

    Lecture dans le cadre du prix des lecteurs des Escales du livre 2018.
    Un roman de pirates, de femmes qui essaient de trouver leur place dans la maison mais aussi dans la société. Ce livre est le portrait de deux femmes, très impressionnantes. Un livre latino avec la nature amazonienne (quel beau premier chapitre avec ce bateau échoué dans les arbres et que va devenir le trésor que transporte ce navire !), avec les légendes et mythes mais aussi avec les odeurs des plats. Avec une belle écriture, l’auteur nous entraîne donc dans cette petite ferme au départ mais qui va devenir une latifundia, une grande propriété florissante. D’un simple champ de canne à une grande et impressionnante exploitation de rhum. Tout est flamboyant, la nature, les espoirs des différents personnages. Dans l’ombre d’un trésor perdu et que tout le monde et en particulier les hommes vont chercher à le trouver et à devenir riche. Un livre flamboyant que ce soit dans la description de la nature ou dans celle de personnages hauts en couleurs. Un texte qui nous entraîne sur les traces d’un pirate mais quelquefois les trésors ne sont jamais loin. Des personnages simples ou étranges, un beau conte cruel.

  • Couverture du livre « Sucre noir » de Miguel Bonnefoy aux éditions Rivages

    0.2

    Christophe CORRE sur Sucre noir de Miguel Bonnefoy

    Un récit d'aventures et de chasse au trésor captivant servie par une écriture soignée, sensuelle et poétique.

    Résultat : "Sucre noir" est un formidable conte nourri de réalisme magique. On retrouve en effet ce style unique qui fait le charme de la littérature sud-américaine (Gabriel García...
    Voir plus

    Un récit d'aventures et de chasse au trésor captivant servie par une écriture soignée, sensuelle et poétique.

    Résultat : "Sucre noir" est un formidable conte nourri de réalisme magique. On retrouve en effet ce style unique qui fait le charme de la littérature sud-américaine (Gabriel García Marquez, Luis Sepúlveda...).

    J'espère que ce roman recevra un ou plusieurs prix littéraires car il le mérite amplement.
    À lire du même auteur : "Le voyage d'Octavio"

  • Couverture du livre « Sucre noir » de Miguel Bonnefoy aux éditions Rivages

    0.25

    Virginie Vertigo sur Sucre noir de Miguel Bonnefoy

    http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2017/10/17/35773276.html

    « Le jour se leva sur un navire naufragé planté sur la cime des arbres au milieu de la forêt ». C’est avec cette première phrase que Miguel Bonnefoy nous embarque dans un premier chapitre tonitruant qui nous plonge...
    Voir plus

    http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2017/10/17/35773276.html

    « Le jour se leva sur un navire naufragé planté sur la cime des arbres au milieu de la forêt ». C’est avec cette première phrase que Miguel Bonnefoy nous embarque dans un premier chapitre tonitruant qui nous plonge directement dans l’insolite, le surnaturel et l’exotisme. Ce navire naufragé est celui du capitaine Henry Morgan. Avec la disparition du bateau et de ses occupants, un trésor attend un heureux propriétaire. Trois siècles plus tard, des chercheurs d’or courent toujours après lui. Parmi ces aventuriers du trésor perdu figure Severo Bracamonte. Il arrive chez une famille de rhumiers qui va l’héberger pendant ses recherches, les Otero. De fil en aiguille et malgré une réticence de départ, la fille de la maison, la jeune Serena épouse Severo. La vie conjugale finit par lui faire lâcher cette chasse au trésor. La principale préoccupation du couple est d’avoir un enfant qui ne vient malheureusement pas… jusqu’au jour où la vie, le hasard même, pour ne pas dire la canne à sucre, viennent leur donner Eva Fuego. Cette fille va elle aussi entreprendre une chasse au trésor particulière…

    Dès les premières pages, on retrouve tout l’univers surnaturel, exotique voire mythologique qu’il y avait dans le premier roman de Miguel Bonnefoy: Le voyage d’Octavio. Il s’inscrit à la fois dans la lignée du courant latino-américain du réalisme magique et dans les influences européennes notamment russes. Le tout est accompagné par une très belle langue, à la fois simple, précise et imagée. On sent les odeurs, les saveurs de ce pays qui est tout sauf un pays de Cocagne… et pourtant… le trésor est bien là, sous les pieds des personnages mais il n’est pas celui que l’on croit.

    Dans cette sorte de saga familiale, le trésor n’est pas celui qu’on cherche mais celui qu’on ne soupçonne pas, qu’on découvre par hasard ou même jamais, par aveuglement. Chacun des personnages en fait l’amère expérience. Miguel Bonnefoy ne cache pas que cette histoire est une parabole de la situation actuelle du Venezuela, son pays d’origine. Il fait le parallèle entre la culture de la canne à sucre pour fabriquer le rhum et l’exploitation pétrolière au Venezuela (d’où le titre Sucre noir comme l’or noir). Une même avidité, une même source de malheur là où il devrait y avoir du bonheur et de la richesse pour tous. Les hommes forgent leur enfer et la nature leur rend bien.

    Un roman intelligent, porteur d’une belle morale dans un écrin magique. Nul doute que Miguel Bonnefoy se bonifie avec le temps…

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com