Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Soif

Couverture du livre « Soif » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel
Résumé:

« Pour éprouver la soif il faut être vivant. »

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (31)

  • C'est le premier livre d'Amélie Nothomb que je lis entièrement, après un essai d'Hygiène de l'assassin que je n'ai pas réussi à terminer. L'idée est intéressante, et le livre agréable à lire, mais je n'ai pas vraiment accroché, j'ai été même un peu déçue. J'ai préféré écouter Amélie Nothomb en...
    Voir plus

    C'est le premier livre d'Amélie Nothomb que je lis entièrement, après un essai d'Hygiène de l'assassin que je n'ai pas réussi à terminer. L'idée est intéressante, et le livre agréable à lire, mais je n'ai pas vraiment accroché, j'ai été même un peu déçue. J'ai préféré écouter Amélie Nothomb en parler à la grande librairie, c'est d'ailleurs ce qui m'avait poussée à le lire, ne connaissant aucune de ses oeuvres. Je tomberai peut être un jour sur l'un de ses livres qui me fera changer d'avis.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Entrer dans l'esprit de Jésus avant sa Crucifixion trouble le lecteur intensément. La plume charnelle et incisive d'Amélie Nothomb nous fait vivre le mystère de l'incarnation et du désir. Exaltant !

    Entrer dans l'esprit de Jésus avant sa Crucifixion trouble le lecteur intensément. La plume charnelle et incisive d'Amélie Nothomb nous fait vivre le mystère de l'incarnation et du désir. Exaltant !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Difficile de donner son avis sur cette auteure, je trouve.
    Entre les livres d'Amélie Nothomb et moi il y a des hauts et des bas.
    N'étant pas un "Nothombien" dans l'âme, je peux juste dire que cet opus fait partie de mes bons moments de lecture. Je trouve l'idée très originale. Le livre n'est...
    Voir plus

    Difficile de donner son avis sur cette auteure, je trouve.
    Entre les livres d'Amélie Nothomb et moi il y a des hauts et des bas.
    N'étant pas un "Nothombien" dans l'âme, je peux juste dire que cet opus fait partie de mes bons moments de lecture. Je trouve l'idée très originale. Le livre n'est pas blasphématoire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre étonnant, et détonnant. On ne s’attend pas à ce récit réflexif sur la vie à travers les pensées de Jésus. Entre fiction et histoire, ce roman est pourtant moderne. Quelques passages peuvent être dérangeants, mais ne lit-on pas aussi pour cela ? Vous l’aurez compris, un roman atypique !

    Un livre étonnant, et détonnant. On ne s’attend pas à ce récit réflexif sur la vie à travers les pensées de Jésus. Entre fiction et histoire, ce roman est pourtant moderne. Quelques passages peuvent être dérangeants, mais ne lit-on pas aussi pour cela ? Vous l’aurez compris, un roman atypique !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Pour éprouver la soif il faut être vivant." Telle est l'épitaphe de cet ouvrage tant attendu d'Amélie Nothomb.
    La dame aux chapeaux extravagants ne nous déçoit pas dans le choix de son sujet : Jésus, rien de moins.
    "Vivant". C'est bien de cela qu'il s'agit : fils de Dieu, prophète,...
    Voir plus

    "Pour éprouver la soif il faut être vivant." Telle est l'épitaphe de cet ouvrage tant attendu d'Amélie Nothomb.
    La dame aux chapeaux extravagants ne nous déçoit pas dans le choix de son sujet : Jésus, rien de moins.
    "Vivant". C'est bien de cela qu'il s'agit : fils de Dieu, prophète, fondateur d'une religion, homme de l'Histoire ? Même si elle n'occulte aucune des casquettes de son sujet, c'est bien de l'homme qu'elle parle. L'homme avec un petit "h". Celui qui éprouve des émotions, du ressentiment (même s'il s'en défend), de la peur, beaucoup de peur et du plaisir aussi. Ne serait-ce que celui bien innocent, d'étancher ... sa soif. Un être vivant donc... et rien de plus.

    Le texte est lui aussi, véritablement à hauteur d'homme : un langage simple, accessible, voir même familier (" En quoi es-tu si différent de nous, Judas ? - Je ne suis pas né le cul dans le beurre.- Comme la plupart d'entre nous. - Ça se voit, que je ne suis pas comme vous, non ?") . Voire simpliste parfois, ce qui rend par conséquent, le propos peu crédible. Je ne vous parle même pas de l'histoire d'amour physique avec Marie Madeleine (Madeleine ! elle a perdu ici son Marie, sans nul doute trop distant ou trop référentiel j'imagine) qui est une légende dont Madame Nothomb ne peut se prévaloir de la maternité tant elle circule depuis des lustres, mais simplement de pensées, de propos. Rapides et simples. Comme si elle voulait aller vite.
    Car oui, le livre est court : vite écrit sans nul doute, vite lu aussi.. mais finalement, redondant alors que le nombre de pages est plutôt restreint (152 pages en gros caractères) !

    Connaître les pensées d'un condamné à mort qui revisite sa vie à l'aune de la fin qui approche, voilà un challenge intéressant, surtout quand il s'agit de Jésus Christ.
    La figure paternelle (Dieu!) est elle aussi bien vite croquée, oubliant par-là même toute la complexité et la beauté des fondations d'une religion millénaire. Des relations finalement basiques, un contenu digne d'une séance de psychothérapie (je me suis surprise pendant ma lecture, à imaginer ce Jésus sur un divan, contant ses états d'âme à un professionnel bien intentionné, mais un peu perdu par ses histoires abracadabrantesques) et un passage en revue rapide et quelque peu subjectif, des grands moments de la vie de notre sujet : les noces de Cana (ah la métaphore filée de la soif!), les miracles, les apôtres, Marie sa mère, Lazare...

    Et pourtant... vite lu, vite oublié aussi ! Sans parler de ce petit goût de répétitions, de remplissage pour justifier le challenge tout à fait honorable pour la conteuse d'histoires. Ne peut-on pas tout se permettre dans le fiction ? Alors oui, on peut tout se permettre, mais quand le héros est de cette envergure quoi qu'on en pense et quoi qu'on croit, le propos est vraiment lapidaire. Cela pourrait répondre à une volonté de le rendre accessible, proche de nous et de nos pensées de pauvres hommes simples. Oui, mais au regard du sujet, la moindre des choses aurait été à mon sens, de se mettre... à sa hauteur au moins, dans la qualité du langage.

    Je salue l'initiative, mais c'est bien la seule chose que je salue.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lecture agréable fluide qui suscite des interrogations,des réflexions.Bon moment de lecture

    Lecture agréable fluide qui suscite des interrogations,des réflexions.Bon moment de lecture

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On pourra trouver ce roman aussi brillant que vain. Aussi touchant qu'égocentrique. Nothomb dans le rôle du corps du Christ. Pourquoi pas. Scorsese s'étant déjà glissé dans la peau de l'immortel pour évoquer à peu près les mêmes doutes et les mêmes angoisses, il suffit peut-être de faire...
    Voir plus

    On pourra trouver ce roman aussi brillant que vain. Aussi touchant qu'égocentrique. Nothomb dans le rôle du corps du Christ. Pourquoi pas. Scorsese s'étant déjà glissé dans la peau de l'immortel pour évoquer à peu près les mêmes doutes et les mêmes angoisses, il suffit peut-être de faire abstraction de l'effet "déjà vu".
    Pas inintéressant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans ce nouveau roman, Amélie Nothomb nous parait moins excentrique qu’à son habitude. Se glissant dans la peau de Jésus, et prenant la parole pour lui, elle nous invite à suivre ses dernières heures jusqu’à la crucifixion. Dans la première moitié du récit, elle nous fait partager ses états...
    Voir plus

    Dans ce nouveau roman, Amélie Nothomb nous parait moins excentrique qu’à son habitude. Se glissant dans la peau de Jésus, et prenant la parole pour lui, elle nous invite à suivre ses dernières heures jusqu’à la crucifixion. Dans la première moitié du récit, elle nous fait partager ses états d’âmes successifs, reprenant pas à pas le célèbre chemin de croix. Elle sait à merveille présenter le côté humain de sa personnalité en lui faisant exprimer ses souffrances. Mais dans la deuxième partie, elle finit par le rendre banalement humain à force de vouloir le rendre conforme à la morale. Elle va même jusqu’à transformer les paroles des évangiles, faisant du Christ un humaniste avant l’heure.
    Le pari était osé, et le résultat moins iconoclaste qu’on aurait pu le craindre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.