Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le courage de la lucidité ; perception et dicernement

Couverture du livre « Le courage de la lucidité ; perception et dicernement » de Helene Naudy aux éditions Accarias-originel
Résumé:

Pourquoi ne voulons-nous pas entendre parler du ressenti ? Car il est en décalage permanent avec les personnages que nous incarnons, que nous pensons devoir incarner.
La grande aventure du « connais-toi toi-même » oscille sans cesse entre deux pôles qui, tels des aimants au flux pareillement... Voir plus

Pourquoi ne voulons-nous pas entendre parler du ressenti ? Car il est en décalage permanent avec les personnages que nous incarnons, que nous pensons devoir incarner.
La grande aventure du « connais-toi toi-même » oscille sans cesse entre deux pôles qui, tels des aimants au flux pareillement orientés, se repousseraient : un mental cognitif, siège du moi-pensée, et un corps sensible, habitat du ressenti. Et nous vivons la guerre perpétuelle de l'opposition sensibleraisonnable, spirituel-matérialiste.
La démarche d'Hélène Naudy est, entre autres, de réconcilier ces opposés en revenant inlassablement à soi-même. Réconciliation entraînant la découverte d'un corps « pensant » et d'un mental « sensible ».
Elle s'ancre dans l'évidence de la non-dualité des êtres et des choses, sans intention autre que l'éclosion du vivant et sa reconnaissance.
Pourquoi cette démarche demande-t-elle du courage ?
Ressentir, ou plutôt, ne plus nier notre ressenti est un ébranlement, une épreuve parfois terrible tant reconnaître ce qui se vit en nous, maintenant, tout de suite, donc être lucide, est éloigné de l'image que nous (nous) donnons et que nous croyons être.
Cela demande de voir, de reconnaître notre insincérité, nos mensonges, à nous-même et aux autres.
C'est alors aller de témoin intérieur en témoin intérieur, de reculer en permanence en soi-même, de découvrir un endroit qui n'est pas pris, donc un endroit qui voit lorsqu'il est prit.
« Que mon seul repère soit ma lucidité » dit Hélène Naudy.

Donner votre avis