Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Deux hommes de bien

Couverture du livre « Deux hommes de bien » de Arturo Perez-Reverte aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021288049
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

À la fin du XVIIIe siècle, deux membres de l'Académie royale d'Espagne sont mandatés par leurs collègues pour se rendre à Paris et en rapporter les 28 tomes de l'Encyclopédie, alors interdite dans leur pays. Le bibliothécaire don Hermógenes Molina et l'amiral don Pedro Zárate, hommes de bien... Voir plus

À la fin du XVIIIe siècle, deux membres de l'Académie royale d'Espagne sont mandatés par leurs collègues pour se rendre à Paris et en rapporter les 28 tomes de l'Encyclopédie, alors interdite dans leur pays. Le bibliothécaire don Hermógenes Molina et l'amiral don Pedro Zárate, hommes de bien intègres et courageux, entreprennent alors de Madrid à Paris un long voyage semé de difficultés et de dangers. Par des routes infestées de brigands, faisant halte dans des auberges inconfortables, les deux académiciens arrivent à Paris, où ils découvrent avec étonnement les rues de la capitale française, ses salons, ses cafés, ses librairies, ses moeurs libertines et ses agitations politiques. Mais très vite, leur quête de l'Encyclopédie se révèle d'autant plus difficile que l'édition originale est épuisée et qu'une partie de l'Académie espagnole, opposée à l'esprit des Lumières, a lancé à leurs trousses un espion chargé de faire échouer l'entreprise.
Nourri de réalité et de fiction, habité par des personnages ayant existé ou nés de l'imagination de l'auteur, Deux hommes de bien est un merveilleux roman d'aventures et un éloge de ce qui fut la plus grande entreprise intellectuelle du XVIIIe siècle. Mais c'est aussi, dans la reconstitution minutieuse et passionnante d'un Paris prérévolutionnaire plus vivant que jamais, un hymne à l'amitié et un bel hommage à Don Quichotte d'un écrivain profondément épris de la France.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (8)

  • Ce roman a été pour moi un véritable coup de coeur. J'en reste étonnée, mais il m'a littéralement emporté. Quel bonheur de voyager à travers la France du XVIIIème siècle et découvrir des lieux encore présent à l'heure actuelle. Et puis, quelle superbe idée de partager avec le lecteur l'énorme...
    Voir plus

    Ce roman a été pour moi un véritable coup de coeur. J'en reste étonnée, mais il m'a littéralement emporté. Quel bonheur de voyager à travers la France du XVIIIème siècle et découvrir des lieux encore présent à l'heure actuelle. Et puis, quelle superbe idée de partager avec le lecteur l'énorme travail qui repose derrière un roman. D'autant plus lorsqu'il s'agit d'un roman historique, puisque chaque fait et chaque date doivent être consciencieusement vérifiés. Lorsque j'étais encore écolière, l'histoire-géographie ce n'était pas mon dada … Pas du tout même ! Je vous avoue que si, au moins, l'un de mes professeurs avait eu un jour, ne serait-ce que la moitié de la passion de Arturo Perez-Reverte, j'aurais adoré cette matière. Parce que l'histoire d'un pays, ce n'est pas que des dates à apprendre par coeur, mais c'est surtout de petites anecdotes, des sentiments, et des gens … J'ai dégusté ce roman. Vraiment ! Il a été important pour moi de le parcourir dans une sorte de huit-clos. Juste nous … le livre et moi. Alors qu'habituellement je dévore mes romans en l'espace de quatre jours au maximum, celui-ci m'en a demandé six. Pas parce qu'il était compliqué, non ! Parce qu'il devait être savouré. J'ai adoré, également, ressentir cette passion que les académiciens vouaient à l'Encyclopédie et aux mots. C'est un sentiment, qui me semble, en voie de disparition de nos jours. L'amour des livres n'est plus ce qu'il était auparavant … Et, c'est bien dommage. En percevant leurs émotions, je me projetais. Attraper un livre sur une bibliothèque demande du soin … Presque de l'élégance. Tourner les pages d'un livre est semblable à une caresse … Lire les mots qui y sont inscrit, c'est prononcer une toute douce poésie … Rien ne destinait ce livre à être aimé de ma personne … Bien qu'il s'agit d'une réelle aventure de se lancer à la poursuite de cet ouvrage, le rythme du roman est relativement lent et, pour ainsi dire, il n'y a pas vraiment d'aventures non plus. Si vous êtes un amoureux des mots, un amoureux de la France du XVIIIème, un historien, ce livre est fait pour vous !
Du côté des personnages, je n'ai pas grand chose à en redire. L'Amiral est le personnage fort du duo d'aventurier. Il a la parole facile, toujours douce sans manquer de piquant. Hermès, quant à lui, est un fervent pratiquant de la religion catholique. Religion très ancrée dans les us et coutumes espagnoles, d'autant plus à cette période. Guidé par sa foi, il reste donc beaucoup plus doux. Peut-être même beaucoup trop doux. Raposo est le mafieux dans toute sa beauté … Jusqu'à la fin du roman, en tout cas. Là, on ne comprend pas ! Pourquoi fait-il ça ? Ça paraît tellement contraire à son personnage. C'est dommage ! Bringas, je l'ai imaginé, avec un visage un peu félin … un peu sournois. J'ai adoré son personnage torturé. Madame Dancenis, pour la petite touche frivole, parce qu'il en faut et parce que fidèle à l'histoire, la frivolité à cette époque était de mise. 
Les parties intermédiaires, où l'auteur explique son travail, peut être déconcertant si on ne le vit pas comme une histoire dans l'histoire. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce côté « documentaire ». Grâce à lui, le lecteur sait que l'écriture d'un roman est un travail à temps complet. Un travail d'imagination, bien sûr, mais également de recherche d'informations. Et dans ce roman, tout est exacte : les coiffures des dames, les boyaux de brebis, les plats servis, les auberges, les restaurants … Tout ! J'ai eu d'autant plus de plaisir à les lire en ressentant la passion de l'auteur pour les lettres oubliées. Mère des langues latines, le latin a une place bien particulière dans ce roman et c'est un véritable plaisir de la découvrir. Un plaisir à essayer de rechercher la signification de ces phrases.
    Vous l'aurez compris : lisez-le ! Et laissez-vous porter sans attendre réellement d'aventures palpitantes. Ce ne sont pas les protagonistes qui vivent une aventure, mais vous ! Lire ce roman c'est intégrer un autre monde. Pour ma part, je ne parviens pas à en vouloir à l'auteur pour le peu de dynamisme de l'intrigue … Ni pour la fin du roman, quelque peu facile … Ce roman appelle la curiosité sur beaucoup de sujet : la philosophie, les langues, la France, l'Espagne, la révolution ainsi que tous les personnages réels qui ont traversé ce roman.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai adoré ce roman que l'on pourrait classer dans le genre "aventure". Ce livre est très bien écrit et les dialogues, échanges d'idées et de points de vue, entre les différents personnages sont savoureux.

    On ne s'ennuie jamais durant les pérégrinations des deux personnages principaux....
    Voir plus

    J'ai adoré ce roman que l'on pourrait classer dans le genre "aventure". Ce livre est très bien écrit et les dialogues, échanges d'idées et de points de vue, entre les différents personnages sont savoureux.

    On ne s'ennuie jamais durant les pérégrinations des deux personnages principaux. Ceux-ci sont chargés par l'académie royale d'Espagne de ramener la première édition de l'encyclopédie, alors interdite dans ce pays. Ce projet ne fait pas l'unanimité et de nombreux obstacles vont se dresser devant les deux personnages.

    Un travail de recherche considérable a été réalisé pendant la phase d'écriture de ce roman. Il est d'ailleurs décrit par l'auteur dans certaines parties de l'ouvrage. J'ai eu un peu peur au début que cela vienne clairement couper le récit mais pas du tout, c'est au contraire très intéressant et cela s'intègre parfaitement à l'histoire sans casser le rythme.

    Je recommande vivement ce roman (et les autres de l'auteur aussi).

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Roman documenté et intéressant. Toutefois, un peu de déception car par moment on peut faire face à des répétitions et des longueurs.

    Roman documenté et intéressant. Toutefois, un peu de déception car par moment on peut faire face à des répétitions et des longueurs.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Comme tout le monde, j’ai dévoré la série de cape et d’épée du capitaine Alatriste (Tiens, j’en ferais bien une chronique, c’est tellement formidable !), et lu plusieurs romans de cet écrivain navigateur, escrimeur, qui connaît bien l’aventure puisque ancien reporter de guerre.
    Mais mon...
    Voir plus

    Comme tout le monde, j’ai dévoré la série de cape et d’épée du capitaine Alatriste (Tiens, j’en ferais bien une chronique, c’est tellement formidable !), et lu plusieurs romans de cet écrivain navigateur, escrimeur, qui connaît bien l’aventure puisque ancien reporter de guerre.
    Mais mon préféré, c’est celui-là.
    On y retrouve tout ce qui fait la richesse de cet auteur : le sens de l’intrigue, l’érudition, l’humour et des personnages parfaitement campés. L’histoire elle-même est tellement extravagante que Pérez-Reverte prend bien soin de nous expliquer qu’il en a retrouvé les traces dans les archives de l’Académie Royale d’Espagne, noble institution à laquelle il appartient, l’équivalent de notre Académie Française.
    En plein dix-huitième siècle, quelques années avant l’explosion révolutionnaire, les membres honorables de cette Académie se réunissent et décident d’envoyer deux des leurs en France afin d’acquérir l’intégralité de l’Encyclopédie, joyau des Lumières, phare de la connaissance de l’époque (un projet inédit et incroyablement audacieux !).
    Ils réussissent à obtenir – par on ne sait quel miracle ! - l’autorisation royale mais doivent se débrouiller pour financer l’expédition sur leurs propres deniers. S’ensuit un récit picaresque, où l’esprit du grand Cervantes - dont Pérez est un fervent admirateur - plane à tous les coins de page. Notre auteur n’est pas plus tendre avec la France, qu’il décrit par le menu - en particulier la misère et les injustices flagrantes - qu’avec son pays dont il montre sans aménité l’esprit engoncé dans une morale religieuse stérilisante.
    Pour pimenter le récit il y a bien sur les bons, nos deux académiciens et les méchants à la solde des anti progressistes. Pièges, traquenards, duels, tout est mis en œuvre pour faire échouer nos héros dans leur entreprise. Mais certains académiciens (à l’instar de Pérez) cachent un passé qui n’est nullement bureaucratique. Surnommé l’Amiral, l’un des académiciens est un ancien marin qui a fait les cent coups, et cette aventure est l’occasion pour lui de retrouver avec bonheur les fibres de sa jeunesse, sentiment que partage certainement notre auteur qui a soixante-sept ans. Cette histoire telle que je la résume suffirait à nous contenter amplement, si Pérez n’y avait en plus ajouté une idée risquée mais captivante : intercaler chaque chapitre historique avec le récit de ses pérégrinations contemporaines à la recherche des documents nécessaires pour étayer son roman. Quand je dis risqué, il n’y a en réalité guère de risque pour un auteur aussi reconnu ! Et c’est manifestement avec cette confiance que donne la célébrité que Pérez adopte cette formule qui - on le comprend - pourrait rompre le fil du récit et le rythme de la narration. Or, il n’en n’est rien !
    Car nous avons droit à une deuxième histoire, parallèle, aussi passionnante que la première. Pérez - pour mieux les imaginer - parcourt en voiture les routes (chemins devenus parfois autoroutes !) suivis par ses protagonistes en calèches. Quelquefois il retrouve des lieux d’époque. Ses amis bouquinistes de Paris l’alimentent en traités anciens qu’il achète à prix d’or, peu importe : il est bibliophile ! Les relevés de Google Map sont même mis à contribution !
    Six cents pages captivantes, particulièrement pour tous ceux qui aiment le siècle des Lumières, creuset des idées nouvelles. L’abbé Bringas, personnage réel, tient un rôle important dans cette histoire, car représentatif de ces révolutionnaires, intellectuels frustrés, qui, selon Reverte : ont su prendre leur tour quand la révolution est arrivée, avec, bien souvent, une soif de sang…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un roman très bien écrit, qui nous emmène au XVIII siècle sur les routes d'Espagne et de France en compagnie de deux érudits, à la recherche des 28 tomes de L'Encyclopédie (première édition), ouvrage interdit en Espagne, et dont l'acquisition divise l'Académie espagnole.
    Ce roman d’aventures...
    Voir plus

    Un roman très bien écrit, qui nous emmène au XVIII siècle sur les routes d'Espagne et de France en compagnie de deux érudits, à la recherche des 28 tomes de L'Encyclopédie (première édition), ouvrage interdit en Espagne, et dont l'acquisition divise l'Académie espagnole.
    Ce roman d’aventures est un éloge de ce qui fut la plus grande entreprise intellectuelle du XVIIIe siècle. Mais c’est aussi, dans la reconstitution minutieuse et passionnante d’un Paris prérévolutionnaire,un hymne à l’amitié; au respect de l'autre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une très long blabla multipliant les références... sans parvenir à susciter l'enthousiasme du lecteur, tant l'histoire se traîne en longueur. N'est pas Dumas qui veut.

    Une très long blabla multipliant les références... sans parvenir à susciter l'enthousiasme du lecteur, tant l'histoire se traîne en longueur. N'est pas Dumas qui veut.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « Charles III a été un bon roi dans la limite de ce que l’on pouvait en attendre » et, en dépit de l’opposition de l’Inquisition et de la papauté, il a autorisé l’Académie royale espagnole à se procurer les vingt-huit volumes de la fameuse Encyclopédie publiés entre 1751 et 1772 sous la...
    Voir plus

    « Charles III a été un bon roi dans la limite de ce que l’on pouvait en attendre » et, en dépit de l’opposition de l’Inquisition et de la papauté, il a autorisé l’Académie royale espagnole à se procurer les vingt-huit volumes de la fameuse Encyclopédie publiés entre 1751 et 1772 sous la direction de Diderot et D’Alembert. Plus facile à dire qu’à faire ! En 1780, se procurer un des 4400 exemplaires de la collection est une aventure des plus risquées. Deux académiciens parlant le français sont chargés de se rendre à Paris pour tenter de trouver et rapporter ce que l’Europe entière considère comme le phare de l’ère des Lumières.

    Point de navires ni de cartes marines, on ira par voies terrestres de Madrid à Paris en passant par Bayonne. Il est rare que les académiciens soient de première ou même de seconde jeunesse, les nôtres n’échappent pas à la règle : Don Pedro Zarate est un marin à la retraite qu’on appelle à l’Académie l’Amiral, Hermogenes Molina est un bibliothécaire qui n’a jamais quitté l’Espagne et « n’a plus l’âge ni la force d’encaisser de telles fatigues ». Le premier est agnostique et le second catholique pratiquant.

    Il y a aussi, comme dans toute bonne chasse au trésor, des opposants. Ceux-là sont également académiciens et assez sournois pour commanditer un spadassin chargé de faire échouer la mission. La route passe par Meung sur Loire (clin d’œil à D’Artagnan au tout début des Trois Mousquetaires), on fait le coup de feu pour échapper à des bandits de grand chemin, un policier véreux tend une embuscade, l’ambassadeur d’Espagne se désintéresse de la mission mais présente l’abbé Bringas, un compatriote exilé qui, moyennant finances, doit les aider à trouver ce qu’ils cherchent tout en leur faisant découvrir le Paris pré-révolutionnaire.

    Tous les personnages sont authentiques, le spadassin pourrait être le capitaine Alatriste ou l’un de ses frères d’armes. Il a perdu son honneur un jour au Portugal et parfois, le vieux lieutenant courageux qu’il a laissé partir seul au combat et à la mort vient le hanter. On découvre que Bringas fut plus tard un des plus sanguinaires membres de la Convention et qu’il eut le privilège de monter à l’échafaud le même jour que Robespierre, juste après Saint Just. Il faisait partie du petit nombre de détenus libérés de la Bastille le 14 juillet 1789 où il séjournait selon lui pour ses écrits séditieux mais plus vraisemblablement selon les historiens pour commerce de pornographie ! On croise un charlatan qui se dit médecin, entend soigner un rhume par une saignée et se nomme Marat. On mesure l’abîme séparant les élégants du faubourg Saint Honoré des spectres survivant rue des Rats ou rue du Pet-au-Diable. Nos académiciens courent les libraires et rencontrent, au café Procope, Condorcet, D’Alembert, Bertenval et Franklin sans oublier (ah les échecs tellement présents dans l’œuvre de Pérez-Reverte) Philidor qui « joue mentalement…(sans) échiquier ou adversaire…seul contre le monde ». On comprend, à travers Bringas, ce que la Révolution et ses bains de sang doivent aux écrivains, poètes, philosophes, avocats médiocres et jaloux du talent et du succès de leurs confrères.

    On philosophe avec D’Alembert « nous n’avons pas fait l’Encyclopédie pour ça (la révolution sanglante) », « pour notre révolution nous n’avons pas besoin d’autres armes que celles des livres et des paroles » mais Bringas a le dernier mot « forger l’homme nouveau va nécessiter une étape intermédiaire…il n’y aura d’école possible que là où l’on aura dressé un bon échafaud…il faut éliminer les ennemis du progrès…en séduisant les membres de la classe dirigeante…que leurs cœurs, leurs intérêts ou l’air du temps conduisent vers les Lumières puis…se substituer à eux…c’est bien simple : on les extermine sans pitié»

    L’Amiral se voit provoqué en duel par l’amant d’une belle qui a jeté les yeux sur lui. Vingt ans sans avoir tiré l’épée, vingt ans de plus que son adversaire, Don Pedro saura-t-il se tirer d’affaire ? Saura-t-il aussi se tirer d’affaire avec la coquette qui reçoit chez elle, dans sa chambre, pour le petit-déjeuner.

    C’est une très belle et très riche aventure remarquablement contée (si vous ne vous sentez pas trempés jusqu’à l’os comme le cavalier de la page 146, c’est à désespérer) avec le sens extraordinaire du détail qui caractérise tous les romans de Pérez-Reverte. Ici, il nous offre le plaisir rare, en préambule puis à l’intérieur de son récit, de nous dévoiler son travail de documentaliste sur les traces de ses deux héros. C’est aussi passionnant que l’histoire de cette chasse au trésor dont voici les premières lignes:

    « Imaginer un duel à l’aube, dans le Paris de la fin du XVIIIème siècle, n’est pas difficile. Le raconter par écrit est plus compliqué. Le tout est d’obtenir du lecteur qu’il voie ce que l’auteur voit ou imagine. De devenir le regard de l’autre, celui qui lit, et de s’effacer discrètement afin que ce soit lui qui fasse corps avec l’histoire qu’on lui raconte. Celle de ces pages demande un pré couvert de givre au petit matin, et une lumière diffuse, grisaillante, pour laquelle il serait utile de recourir à la douce brume, pas trop épaisse, qui s’élevait le plus souvent des bois aux alentours de la capitale française dès les premières lueurs du jour…Ce qui doit attirer notre attention, ce sont les deux hommes immobiles qui se font face…du groupe assemblé sous le couvert des arbres vient une voix et les deux hommes lèvent lentement leur épée »… maintenant poursuivez la lecture !

    Finiront-ils par dénicher leur Graal ? Seront-ils capables de le défendre ? Sont-ils prêts à mourir pour lui ? Assurément car ce sont « Deux hommes de bien » tandis qu’Arturo Pérez-Reverte est un Grand d’Espagne.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L’histoire de l’acquisition de l’Encyclopédie au 18 e siècle par l’Académie royale d’Espagne est retracée avec brio par Arturo PEREZ-REVERTE dans ce roman, lui-même membre de cet organisme, alors qu’elle était interdite dans leur pays.
    Vers 1780, l’Académie royale espagnole décide de se...
    Voir plus

    L’histoire de l’acquisition de l’Encyclopédie au 18 e siècle par l’Académie royale d’Espagne est retracée avec brio par Arturo PEREZ-REVERTE dans ce roman, lui-même membre de cet organisme, alors qu’elle était interdite dans leur pays.
    Vers 1780, l’Académie royale espagnole décide de se procurer L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, éditée de 1751 à 1772 sous la direction de Diderot et D’Alembert. Au 18e siècle, la représentation de l’univers a évolué avec les théories héliocentriques de Copernic, reprises par Galilée au 17e siècle. La théorie de la gravitation universelle de Newton est diffusée vers 1730 en France par Voltaire. Toute ces nouvelles connaissances vont être compilées afin que le plus grand nombre puisse y accéder. Cet ouvrage considéré comme subversif (et il l’était : Dans le Discours préliminaire de l'Encyclopédie, d'Alembert critiquait sévèrement les abus de l'autorité spirituelle dans la condamnation de Galilée par l'Inquisition en 1633) est mis à l’index le 7 mars 1759 par le pape Clément XIII.
    La péninsule ibérique est restée à l’écart des mouvements intellectuels qui fourmillent en Europe. Par cette acquisition, les académiciens souhaitent faire participer l’Espagne à ce renouvellement des idées et sortir des siècles d’obscurantisme.
    Deux académiciens sont désignés pour aller jusqu’à Paris et acheter les 28 volumes. Ces deux « hommes de bien » sont le bibliothécaire de l’Académie, un petit homme rond, débonnaire, latiniste émérite et l’Amiral, un ancien brigadier des armées de la Marine du roi, auteur d’un dictionnaire sur la marine.
    Cet achat ne fait pas l’unanimité au sein des académiciens. Un journaliste catholique et un philosophe qui s’approprie les idées de ses congénères français s’allient pour empêcher cet achat. Ils engagent un mercenaire pour faire échouer ce projet.
    Cette antinomie se retrouve aussi chez nos aventuriers. Le bibliothécaire ne veut pas la chute des rois ni la disparition de la religion. Pour lui, « la lumière qui nous guide doit rester celle de la foi ». Quant à l’amiral, « la lumière doit être celle de la raison ».
    Arrivés à Paris, ils vont avoir à faire à un bien singulier guide : l’abbé Bringas, un prêtre espagnol qui a renié la religion catholique. Alors que les « deux hommes de bien » admirent la liberté qui règne en France, l’abbé Bringas calme leur enthousiasme « il y a ici une presse plus hardie et des livres dont la publication est sans doute inimaginable en Espagne, mais qui ne sont destinés qu’aux élites…. Le peuple n’a pas droit à la parole et n’est pas écouté… son ignorance politique crasse n’est dépassée que la nôtre : celle des Espagnols ».
    A travers les archives (actes, courriers…), l’auteur relate ce voyage long et aventureux. Deux récits vont évoluer en parallèle : les recherches de l’auteur et les péripéties de nos deux compères.
    Loin d’entraver le rythme de la narration, l’étude de différents documents historiques, nous permettent de concevoir le voyage au 18e siècle et de nous transporter dans les différents lieux du roman. Sa quête de documents pour éclairer son récit est minutieuse.
    Il s’agit bien d’un roman. Fort de ses connaissances historiques, il campe ses personnages et imagine leurs péripéties avec maestria.
    C’est un livre passionnant que l’on dévore comme un thriller.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.